Mon PVT en Australie : pas parfait, mais une aventure formidable

Date de publication : 21-05-2020

Auteur

ELODIE

Un PVT n’est pas toujours un long fleuve tranquille… Découvrez le parcours d’Élodie, qui nous raconte son PVT en Australie !

Un de mes anciens stagiaires est en PVT Australie et m’a soufflé l’idée à l’oreille, il ne m’a pas fallu longtemps pour mon projet voie le jour.

Je rencontre alors sur le forum quelques personnes avec qui on se donne rendez-vous à Brisbane. J’ai d’abord fait escale à Londres, car partir directement en Australie me faisait peur. Quelques cours d’anglais et 4 mois plus tard, me voilà prête pour le grand départ !

Escale en Malaisie et au Cambodge

Un contact me propose de faire un stop par la Malaisie et le Cambodge, deux destinations desservies par notre compagnie aérienne.

PVT Australie pvtistes

Un petit aperçu de notre séjour (et de comment mon budget a commencé à être grignoté avant même mon arrivée chez les kangourous…) :

  • Visite de 3 jours des temples d’Angkor avec des personnes rencontrées à l’hôtel
  • Promenades sur les marchés flottants et en ville à la recherche de peintures et d’étoffes
  • En Malaisie : la jungle, les plantes géantes… J’ai pris dans mes mains un gros scorpion, vu des serpents, des singes et d’autres insectes inconnus au bataillon ! J’ai touché la plus grosse fleur au monde (une raflésia),
  • Visite d’une ferme de papillons, plein de cascades, plantations de thé sur des kilomètres,
  • Rencontres attendrissantes avec les enfants des villages
  • Notre 4×4 s’est enseveli deux fois dans la boue en une journée… Avec les touristes qui préféraient prendre des photos plutôt qu’aider à pousser…
  • Visite des plus hautes tours du monde (à l’époque !)
  • J’ai découvert des fruits vraiment bizarres, comme le fruit du dragon, rose à l’intérieur ou la mangoustine, en forme d’ail
Réservez vos billets avec le Cercle des Vacances pour profiter d’avantages réservés aux pvtistes et faire une escale en Asie (si vous le souhaitez) !

L’arrivée en Australie

Après ce séjour en Asie, je suis arrivée à Brisbane le jour de la Saint Patrick. À l’immigration, grosse fouille de ma valise, demande de papier et questionnaire comme si j’étais une espionne française !

Me voici enfin en ville : j’avais juste réservé trois nuits d’auberge. Je ne connaissais personne, j’étais encore timide, malgré mon séjour à Londres. Et ne me suis pas fait d’amis australiens tout de suite. J’ai eu envie de partir en courant ! Quand j’y repense, heureusement que je suis restée…

PVT Australie pvtistes

Une fois mon TFN en main, ma carte bancaire et ma carte sim, j’ai trouvé une super auberge de jeunesse où il y avait un mélange incroyable de personnes.

Dans cette auberge, mes colocataires étaient Français, Égyptiens, Néo-zélandais, Hollandais, Irlandais, Canadiens, Coréens et Chinois. Même avec mon anglais minable, j’ai réussi à tisser des liens d’amitiés énormes !

Nous organisions chaque semaine un repas avec la thématique de chacun de nos pays. L’après-midi se passait en général au lagon situé juste en face de la rivière.

Au bout d’un mois et demi, mon compte bancaire a viré au rouge. C’est que les barbecues en plein air, les virées à la plage, les verres le soir au bar et les repas, ça coûte cher…

Le temps de prendre la route pour trouver un boulot était arrivé.

La recherche d’un job en Australie

Sur un marché, un homme nous a embauchés, un ami et moi, pour aller s’occuper des ananas dans un village paumé. On a donc pris la route en train, vers le nord, vers le soleil… Enfin, c’est ce que l’on croyait !

Malheureusement, la pluie s’est abattue avec acharnement sur nous et nous a empêchés de travailler dans les champs, nous allions de ville en ville et de camping en camping.

Nous sommes arrivés à Noosa, jolie plage et jolie ville… Mais les mésaventures ont commencé : notre tente nous a lâchés en pleine nuit, nous avons dû mettre des sacs poubelles dessus pour pouvoir dormir !

Mon compagnon de route commençait à tomber dans la déprime à cause de notre manque de chance et d’argent. Même mon disque dur avait décidé de me lâcher…

Où est donc passé mon rêve australien ? La plage, les surfeurs, le soleil ?

Je rassure mon compagnon de mon mieux et nous arrivons à Rainbow Beach avec une tente flambant neuve. Plage de sable blanc, camping avec piscine, gros lézards, le coin est vraiment sympa. Ça nous remonte un peu le moral.

Nous entendons parler d’un camping à Childers, où l’on prend une place contre un boulot dans la région. On contacte le responsable, qui nous dit de venir. Désillusion : une fois arrivés sur place, 30 personnes sont sur la liste d’attente pour travailler. Nous n’avons pas de quoi attendre plusieurs semaines. De plus, avec la pluie, il est impossible de travailler en extérieur. À ce moment-là, on se nourrit uniquement de noodles, car ça ne coûte quasiment rien ici.

Un contact français d’un forum me donne alors l’adresse de son auberge qui propose une chambre et du boulot pour 140 $ par semaine. Nous voilà donc partis pour Atherton, à 84 km de Cairns. Nous avons effectué 1 300 km en 22 h de bus. Les paysages étaient magnifiques !

Là-bas, il y a plein de randonnées et de lieux à visiter, notamment Atherton Tableland (un circuit de cascades) et les granites gorges, où vous vous promènerez parmi les wallabys.

PVT Australie pvtistes

Malheureusement, à Atherton, il y a du boulot pour mon ami mais moi, je vais devoir patienter. Finalement, je fais quelques jours par-ci, par-là, à nettoyer l’hôtel, de quoi me nourrir et payer la chambre.

Puis, je suis embauchée quelques jours dans une ferme pour divers travaux. J’ai passé des jours à couper des litchis, pendant 10 h, debout devant une table. C’est à ce moment de mon voyage que j’ai appris la patience, je crois bien !

Par la suite, on me propose de ramasser les courgettes, pour une durée assez longue. J’étais heureuse, mais cela n’aura pas duré… À la fin de la journée de travail de 12 h, le groupe de cueilleurs est épuisé par le fait de se baisser sans arrêt, la chaleur et les tonnes de piqûres de moustiques.

Moi ? J’ai les larmes aux yeux. Je suis tombée la veille et j’ai tellement mal dans le bas du dos que je suis obligée de demander au patron de me donner quelques jours off dès le premier jour.

Il n’a eu aucune pitié et m’a dit que si je ne pouvais pas travailler, j’étais virée et non payée. J’ai quitté le boulot et suis restée plusieurs jours au lit… Je reprenais enfin du poil de la bête quand j’ai fait une infection du rein.

Direction l’hôpital avec 40°C de fièvre. Je ne suis pas restée la nuit pour ne pas payer trop cher. J’étais heureuse d’avoir prise une assurance santé qui m’a remboursée dans le mois les 500 $ !

Dans un dernier élan d’espoir, j’ai essayé de postuler à Cairns dans les hôtels et restaurants, ma branche en France, mais je n’ai été prise nulle part.

Planifier le retour en France

Vu mon état de santé et les nombreuses galères, j’ai commencé à réfléchir à rentrer en France.

J’ai appelé mon banquier pour lui dire qu’il ne me restait que 60 $ pour le mois de juin et que j’étais à l’autre bout du monde, sans billet retour. Il a bien voulu me faire un prêt de 3 000 euros sans poser de questions et sans signature de paperasse. Toujours être en bons termes avec son banquier…

Avec un ami en fin de PVT, nous décidons alors de prendre un vol pour Canberra, de continuer vers Sydney et de décoller pour l’Asie. No worries, tout va bien se passer ! En attendant le départ, je dors dans son 4×4 pour économiser.

Canberra est une ville agréable à vivre : beaucoup de musées, le parlement, la bibliothèque nationale, un observatoire ou encore la cour suprême à visiter.

L’auberge de jeunesse était, une fois de plus pleine de personnes géniales, dont je garde d’excellents souvenirs.

Petit coup dur : le dernier jour, je rencontre une personne qui me propose du boulot. J’ai déjà mes billets d’avion en poche pour deux mois en Asie, la poisse jusqu’au bout !

Arrivée à Sydney, je vois enfin le fameux opéra. D’ailleurs, je l’ai tellement vu partout qu’une fois en face, j’avais l’impression d’être déjà venue. Cette ville est agréable, on trouve de tout. On a décidé de la visiter à pied, sous le soleil. Il faut absolument y faire un tour pendant un PVT Australie !

Le cœur serré, nous montons dans l’avion pour quitter l’Australie, je cache mes larmes, l’avion s’envole vers notre prochaine destination…

Deux mois en Asie

Deux mois pendant lesquels je me suis pris en pleine face la pauvreté en Asie.

Nous nous envolons pour Bali : les rizières, les temples, les bains de minuit, les volcans, la nourriture toujours très bonne, on goûte à tout, on adore. Quel plaisir de manger avec les mains dans des feuilles de bananiers !

Après une virée de quelques jours sur l’île Gili Trawagan pour faire du snorkeling, j’attrape la fameuse et redoutable tourista.

Je vois une tarentule sur une étagère de l’épicerie à côté de notre bungalow… Dur de s’endormir après ça… Retraversée en bateau. On dort sur le pont, rien à perte de vue, musique à fond dans les oreilles, c’est paradisiaque !

Arrivée à Java pour voir les volcans Bormo et Kawa Ijen, qui sont à couper le souffle à 5 h du matin dans le froid !

PVT Australie pvtistes

Bref passage à Jakarta où un Indonésien rencontré dans le train (ah les transports en Asie !… 30 cm carré par personne avec un nuage de fumée de cigares dans le wagon. Le train était tellement bondé que l’on a cru ne jamais réussir à monter dedans) me prévient du côté musulman de Sumatra. Je range le short et passe un pantalon. J’ai vraiment eu beaucoup de mal avec les hommes sur cette île. Au restaurant, il y en a un qui a préféré attendre une table 10 minutes de plus plutôt que de s’asseoir à côté de moi.

On se fait harceler dès notre arrivée… Pendant que mon ami va chercher à manger, un homme tente de forcer ma porte de chambre, j’ai eu une belle peur !

Quand on est accueillis plus tard par hasard dans une famille d’un petit village, on nous explique que l’on a eu beaucoup de chance de ne pas avoir plus de soucis, vu la zone où l’on était.

Nous atteignons finalement notre but final : la jungle de Bukit Lawand près de Medan.

On y dormira sous des tentes parmi les insectes. On a aussi fêté mon anniversaire dans cette jungle (avec un vrai gâteau). On a approché des orang-outangs et d’autres singes, on a vu des fourmis géantes, visité une cave à chauve-souris, vu des petits dragons de Komodo (déjà bien impressionnants !)… On a ensuite descendu les rapides sur des chambres à air.

Et… on s’est faits attaquer par un orang-outan. Une personne blessée et choquée à vie à dénombrer, quelques vêtements déchirés aussi.

Et finalement, la Thaïlande. Visite de Bangkok, des temples, de merveilleuses rencontres, beaucoup d’enfants adorables.

Nous avons visité les îles de Koh phi phi et le très connu site du film « La plage ». On a aussi visité Koh Lanta où les pauvres éléphants sont fatigués des touristes montant sur leurs dos. Koh Samui, d’où je suis revenue avec un tatouage au bambou. Koh tao et sa plage perdue dans un coin de l’île…

Un stop également au milieu de nulle part à Kho Sok avec des décors dignes de Jurassic Park, où l’on peut dormir dans des bungalows sur l’eau et faire du canoë sous la mousson, sur un gigantesque lac…

La suite ? Un PVT au Canada

Nous avons, avec mon copain, réussi à obtenir le PVT Canada. La destination sera Banff pour améliorer notre anglais et parce que nous adorons la nature. Et cette fois-ci, on ne refait pas les mêmes erreurs : on a économisé assez pour les imprévus. On a postulé en masse mais efficacement, et utilisé pvtistes.net dans ses moindres recoins pour avoir des bon plans WWOOFing et des contacts sur place.

Résultat ? A quelques jours du départ, nous avons dégoté deux jobs dans le même hôtel, ce qui nous assure de l’argent pour pouvoir visiter le Canada et aussi faire notre trip de trois mois aux USA par la suite, notre rêve !

CQFD : ce récit a été publié initialement en 2013, donc bien avant les restrictions de voyage liées au coronavirus.

Des conseils en vrac

  • Se mettre à l’anglais avant le départ est un gros plus
  • Faire marcher le réseautage pour le boulot et les bons plans
  • Toujours s’accrocher niveau boulot car la roue tourne forcément un jour
  • Toujours prendre une assurance santé, comme Globe PVT
  • Attention au goon (vin australien en cubi) 😉
  • Avoir une somme d’argent de côté pour les imprévus
  • Commencer par travailler avant de penser à visiter et dépenser si vous avez un petit budget

Les meilleurs moments

  • Mon arrivée le jour de la St Patrick: tout était vert, même ce couple de 80 ans déguisé, avec qui j’ai papoté de tout et de rien dans le train qui me menait à Brisbane. Arrivée en ville, une ambiance de fête régnait partout. Mon arrivée fut haute en couleur !
  • Les dizaines de barbecues en pleine nature
  • Toutes les super rencontres que j’ai faites
  • Toutes les « family box » avalées au Mc Do entre amis
  • Le niveau de zénitude mentale que l’on peut atteindre en Australie

Évaluation de l'article

5/5 (2)

34 Commentaires

Anneso
1 8

Banff, Jasper best choice ever mate !!!

ELODIE
5 35

Un super choix pour le début d’un PVT en tout cas!!! On ne pas être déçu:p

Mathieu
10.4K 20.9K

Merci pour ton super témoignage Élodie 😉

Morganita
0 5

Salut,
Je viens de lire ton Post et c’est vrai que tu as connu de bonnes galères.
Cela fait un peur à vrai dire :/
Je vois que pour le Canada tu as pris les choses en main, et réussi à trouver du boulot avant de partir?
Comment as-tu fait?
Est-ce possible de procéder de cette façon aussi pour l’Oz?

En tout cas tu as été très courageuse 🙂

Johanna
1.8K 2.6K

Pour la recherche d’emploi en Australie, tu peux suivre les conseils du dossier https://pvtistes.net/australie/dossiers/en-cours-trouver-du-travail-en-australie/11/ et poser ta question sur le forum https://pvtistes.net/forum/f436.html. 😉

ELODIE
5 35

Hey Morganta!
Oui, ça peut faire un peu peur vu comme ça… Mais finalement, on apprend beaucoup en ayant eu des galères. Et puis il n’est rien arrivé de grave. Comme je dis toujours: la roue tourne forcément un jour:)
Alors, oui pour le Canada j’ai trouvé le job avant le départ. Ca a été une lutte interminable pour trouver des bons plans sur internet et finalement, j’ai contacté un français via Pvtistes. Mathieu m’a fait confiance sans me connaitre. Et sa boss recrutait à ce moment là pour la saison d’été.
Bien sur, il est possible de faire la même chose pour l’OZ, d’autant plus que maintenant il y a la recherche de personne sur la carte Pvtistes;)

Johanna
1.8K 2.6K

Merci pour ce témoignage Élodie et tes conseils ! 🙂

J’aurai juste tendance à nuancer le « Commencer par travailler avant de penser à visiter et dépenser si vous avez un petit budget ». Avec un petit budget, on peut faire beaucoup de choses ! Il existe beaucoup de modes de voyage alternatifs. Trouver un boulot avec un faible niveau d’anglais n’étant pas évident, le HelpX ou WWOOFing me paraissent une bonne solution pour améliorer son anglais, faire une première expérience pro dans le pays et ne pas ou peu dépenser.

ELODIE
5 35

Coucou Jop!
Oui en effet, le woofing est un très bon moyen pour commencer avec un petit budget!
Je ne l’avais pas vu comme ça lors de mon 1er gros voyage.
Maintenant, je suis au Canada, j’ai un travail, c’est beaucoup plus simple mais je pense aussi faire du woofing. Qui est à mon avis un bon moyen de progresser rapidement en anglais!:)

Articles recommandés