Acheter son billet d’avion pour la Nouvelle-Zélande

Date de publication : 21-04-2019

Auteur

Marie

Pour poser vos questions, discuter avec les autres PVTistes et francophones et échanger vos conseils et bons plans, rejoignez-nous dans le groupe Facebook des PVTistes / Francophones en Nouvelle-Zélande !

Ce dossier a pour ambition de vous expliquer quelles sont les différentes options qui s’offrent à vous au moment d’acheter son billet d’avion pour la Nouvelle-Zélande.

Billet simple ou billet aller-retour ?

Si vous prenez un aller simple, prévoyez toujours de garder les sommes suffisantes pour vous permettre d’acheter à tout moment un billet retour.

Légalement, la Nouvelle-Zélande ne vous demande pas spécifiquement un billet aller-retour si vous vous y rendez dans le cadre d’un Working Holiday Visa. Il peut être financièrement plus intéressant de prendre un billet aller-retour plutôt qu’un aller simple, souvent plus dispendieux (deux allers simples reviennent souvent plus chers qu’un aller-retour). Mais l’aller-retour a le cruel désavantage de déterminer avant même que vous soyez parti, la date à laquelle il vous faudra rentrer.

Le principal souci, si vous souhaitez prendre un billet aller-retour, est que les compagnies aériennes ne proposent pas de billet, plus d’un an après. Si vous réservez votre billet quelques mois avant votre départ, vous ne pourrez donc pas réserver de billet avec une date de retour correspondant à la fin de votre PVT. Il est toutefois très souvent possible, en contactant directement votre compagnie aérienne, de leur demander (par téléphone ou directement au comptoir) de réserver votre billet très longtemps à l’avance. Vous pouvez également essayer de négocier un changement de date de retour gratuit lorsque les réservations pour la date supposée de votre retour seront ouvertes. C’est ainsi que fonctionnent les billets open.

Si vous prenez un aller simple, il est essentiel d’avoir à l’esprit que vous devez toujours garder avec vous suffisamment d’argent pour payer votre billet retour. N’attendez pas que vos économies fondent comme neige au soleil pour vous en préoccuper. Sans les fonds suffisants, vous vous retrouverez rapidement en difficulté pour pouvoir quitter le pays. Et les autorités néo-zélandaises et françaises ne pourront sûrement pas vous venir en aide pour vous aider à rentrer en France.

Si vous avez un billet retour, vous aurez l’esprit tranquille en sachant que vous l’avez déjà payé. Si vous préférez acheter un billet aller-simple, mettez suffisamment d’argent de côté (sur un compte plus difficilement accessible par exemple) pour vous permettre d’acheter un billet retour quand vous en aurez envie, besoin ou quand sonnera l’heure de la fin de votre visa.

Et si vous optez pour le billet aller-simple, aucun problème, tant que vous gardez toujours la sommes suffisante sur votre compte pour pouvoir acheter un billet d’avion à n’importe quel moment.

Combien d’escales pour arriver ?

Au vu de la distance à parcourir (plus de 18 000 kilomètres) pour rejoindre la Nouvelle-Zélande, vous aurez une escale à faire. Partir de Paris vous fera évidemment éviter une première escale obligatoire (ex : Berlin, Londres…) et encore !

Si vous voulez limiter au maximum le nombre d’heures de trajets, sachez qu’il faudra compter autour de 25-26 heures au minimum pour vous rendre à Auckland (1 escale minimum), 29 heures pour Wellington et Christchurch (avec 2 escales au minimum pour les deux destinations) depuis Paris.

Pourquoi ne pas profiter de cette escale à l’aller ou au retour pour s’arrêter plusieurs jours dans le pays où vous allez faire votre escale ? Vous trouverez des prix similaires pour une escale de quelques heures ou de quelques jours en vous tournant vers les options « multi-destinations » ou « multi-city » des compagnies aériennes. À noter que prendre un billet muli-destinations peut parfois réduire le prix d’un billet « aller simple ».

Vous voulez savoir si vous aurez besoin d’un visa pour un arrêt dans le pays ? N’hésitez pas à consulter notre dossier Tourisme en Asie et dans le Pacifique pendant son PVT, pour retrouver les règles en matière de visa d’un certain nombre de pays !

Les compagnies aériennes

Les compagnies aériennes européennes vont le plus souvent faire escale en Asie ou en Amérique puis confier le reste du voyage à une autre compagnies aérienne (en « codeshare« ).

  • Ainsi, il est possible de quitter la France avec Air France, faire une escale à Shanghai, Hong-Kong, Los Angeles ou Shanghai pour y attraper un vol Air New-Zealand, en code partagé avec Air France.
  • Si vous souhaitez rester tout le long de votre trajet avec une seule et même compagnie aérienne, vous devrez vous tourner vers une compagnie du Moyen Orient, une compagnie du sud-est asiatique ou éventuellement une compagnie américaine.

Voici quelques exemples de compagnies avec lesquels les compagnies européennes partagent des codes partagés.

Air France / KLM : 

  • Malaysia Airlines via Kuala Lumpur
  • Korean Air Lines via Séoul
  • Air New Zealand via Hong-Kong, Shanghai, Los Angeles ou San Francisco
  • China Southern Airlines via différentes villes de Chine

Lufthansa (départ de Francfort ou Munich) :

  • Air New Zealand via Vancouver, San Francisco, ou Los Angeles
  • Hong Kong via Cathay Pacific
  • Bangkok via Thai Airways
  • Singapour via Singapore Airlines

British Airways (départ de Londres) :

  • Cathay Pacific via Hong Kong

Swiss Air (départ de Zurich):

  • Cathay Pacific via Hong Kong

Austrian Air (départ de Vienne) :

  • Thai Airways via Bangkok

Passer par une compagnie du Moyen-Orient

Les compagnies situées au Moyen-Orient sont particulièrement bien situées pour des escales en direction de la Nouvelle-Zélande. Il est plutôt simple avec elles de vous limiter à une seule escale depuis Paris et même éventuellement d’autres villes de France.

  • Emirates (via Dubaï) propose ainsi des vols pour Auckland et Christchurch (via une escale à Sydney pour cette dernière). Vous ferez alors une escale à Dubaï.
  • Qatar Airways (via Doha) propose des vols pour Auckland.
  • Etihad Airways (via Abu Dhabi) de son côté impose obligatoirement une escale à Hong-Kong, Brisbane, Sydney ou Melbourne. Vous ferez également une escale à Abu Dhabi.

Passer par une compagnie d’Asie du Sud-Est 

L’Asie du Sud-Est est une destination peu chère, intéressante sous bien des aspects, mais surtout qui dispose de compagnies aériennes à bas coût. Votre recherche pour un billet d’avion pourrait ainsi se tourner vers plusieurs compagnies aériennes effectuant des liaisons avec la Nouvelle-Zélande et qui proposent souvent des tarifs assez avantageux.

Voici quelques compagnies aériennes vers lesquelles vous pourriez vous tourner :

  • China Southern propose des vols entre Paris et Auckland ou Christchurch avec une escale à Canton (Guangzhou).
  • Cathay Pacific propose des vols entre Paris et Auckland ou Christchurch avec une escale à Hong-Kong.
  • Air China propose des vols entre Paris et Auckland via Pékin (ou entre Paris et Auckland via Shanghai en code partagé avec Air New Zealand).
  • Thai Aiways propose des vols entre Paris et Auckland avec une escale à Bangkok.
  • Singapore Airlines propose des vols entre Paris et Auckland et Paris et Wellington avec une escale à Singapour.
  • Malaysia Airlines propose des liaisons entre Kuala Lumpur et Auckland, mais vous oblige à passer par Londres au départ.
  • Korean Air : via Séoul, cette compagnie propose des prix intéressants et est choisie par par mal de PVTistes européens. La compagnie propose des vols pour Auckland.

Quand acheter son billet d’avion ?

Il n’y a pas véritablement de meilleur moment pour réserver son billet. On dit souvent que le plus tôt est le mieux, mais les tarifs affichés à ce moment-là sont souvent les prix réguliers. Ces prix « réguliers » deviennent néanmoins plus élevés à quelques jours du départ (à l’exception des offres de dernière minute qui peuvent être très avantageuses mais également très incertaines). Surveillez les offres des différentes compagnies aériennes. Une étude du site Cheap Air en 2019 expliquait que la meilleur période se trouvait entre 115 jours et 21 jours avant votre départ. Mais ça n’est en aucun cas une règle absolue. Il a aussi été dit que les prix sont plus intéressants avant 6h du matin.

Évitez également les périodes où les tarifs sont plus élevés que le reste de l’année. Renseignez-vous sur les périodes de vacances aussi bien en Nouvelle-Zélande que dans votre pays d’origine qui se traduisent souvent par une augmentation des prix. Évitez ainsi de partir entre décembre et février qui est la haute saison néo-zélandaise.

Les agences de voyage

Passer par une agence de voyage peut vous faciliter l’obtention d’un billet où la date de retour ne serait pas fixée. Il en existe plusieurs.

Parmi, elle, Le Cercle des Vacances vous propose des billets spécialement conçus pour les PVTistes (Nouvelle-Zélande et Australie) à des prix très intéressants et avec la possibilité de changer sa date ou sa ville de retour.

En plus, en passant par PVTistes.net, vous bénéficiez de l’assurance annulation offerte. Pour plus d’informations, consultez notre page Bons plans – Le Cercle des Vacances ou rendez-vous directement sur leur site : billets Nouvelle-Zélande (en utilisant ce lien, l’assurance annulation offerte sera automatiquement incluse dans votre demande de tarif).

Les billets Tour du Monde ?

Si vous comptez voyager avant ou après votre PVT, les formules tour du monde (ou « semi tour du monde » où vous voyagez entre l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Asie) peuvent se révéler très avantageuses. Néanmoins, il est, la plupart du temps, nécessaire de donner toutes ses dates de voyage en achetant le premier billet d’avion. De plus, tous vos vols doivent être effectués dans une période de 12 mois. Si vous souhaitez passer vos 12 mois complets en Nouvelle-Zélande, ça n’est peut-être pas la meilleure solution.

Pour les autres, vous pouvez consulter les liens de ces deux principales alliances de compagnies aériennes : l’alliance One World, et l’alliance Sky team.

Vous pouvez également vous tourner vers des agences de voyage spécialisées telles que Travel Nation, qui dispose apparemment d’une correspondante française pour vous aider à faire votre choix sur mesure ou parmi les formules proposées, ou encore Round the world Flight.

Les comparateurs de prix

Pour favoriser vos recherches, n’hésitez pas à utiliser les comparateurs de prix qui permettent d’avoir une vision générale des prix des billets d’avion et de faire un premier tri pour sélectionner les compagnies qui seraient dans votre budget.

Skyscanner est un site qui permet de faire des recherches globales sur un très grand nombre de compagnies aériennes avec une importante flexibilité des dates. Néanmoins, il se base notamment sur les recherches précises précédemment faites par les internautes et cela conduit parfois à ne proposer que peu de résultats quand on cherche pourtant à voir un grand panel de prix en fonction de ses dates de voyage.

Pour plus d’informations, consultez notre article Comment trouver un billet d’avion à un prix intéressant ?, qui vous donne plein de conseils pour rechercher votre billet d’avion (en évitant l’IP tracking par exemple).

Évaluation de l'article

5/5 (1)

21 Commentaires

Miléna
2 4

Merci pour cet article très bien conçu, avec toutes les infos nécessaires pour acheter son billet ! J’ajouterais qu’après plusieurs expériences, un billet daté au 13 du mois est souvent moins cher (Les superstitieux auraient une influence sur les tarifs ? Et pourquoi pas…!)
Mais cette information n’a pas été confirmée par le Guardian bien entendu et donc elle vaut ce qu’elle vaut :-p

Articles recommandés