Culture et moeurs colombiennes : le quotidien en Colombie

Date de publication : 19-03-2019

Auteur

Clémence

Tous les Français qui vivent en Colombie le disent, ils sont ici par coup de foudre pour le pays (et/ou un-e Colombien-ne). La Colombie est spéciale, elle vous envoûte et ne vous laisse jamais partir. La première fois que je suis venue en Colombie, je me baladais dans les rues de Bogotá et je me suis prise une claque. J’ai eu la chance de visiter d’autres pays d’Amérique Latine mais la Colombie est exceptionnelle. Quand je raconte ce qui m’a plu en Colombie, je ressors toujours les trois mêmes mots : les sourires, les odeurs, les couleurs !

La convivialité, gentillesse et le sourire colombien

On ne m’avait pas prévenue… et arrivant du 1er de Paris, ça a été un vrai choc ! Les Colombiens ont un sourire naturel et en plus de ça, des dents hyper blanches. Ils prennent très soin de leur sourire grâce bien sûr à une très bonne hygiène dentaire. Un de leur petit secrets est d’utiliser du charbon en poudre et de se brosser les dents 10 minutes avec cela une fois par semaine… Je m’égare… Quel plaisir de marcher dans la rue et de croiser le regard des gens avec un sourire et un « buenos dias ». Il est très facile de parler à n’importe quel Colombien, que ce soit un vendeur ambulant, un policier ou un citoyen lambda. On répondra volontiers à vos questions, avec grand plaisir ainsi qu’un grand sourire, et cherchant vraiment à vous aider. De plus, c’est très contagieux !

La musique

Elle fait 100 % partie de la vie de chaque Colombien. Les festivités colombiennes se font souvent en famille, avec la musique à fond où personne ne s’entend parler. Si vous demandez de baisser la musique « claro que no ! », ils préfèrent discuter en hurlant que baisser la musique. C’est assez comique mais l’ambiance est géniale.
Vous rencontrerez très peu de Colombiens qui ne sachent pas danser ou qui n’aiment pas la musique latine. D’ailleurs, votre première mission en Colombie sera d’apprendre à danser la salsa. J’ai pris quelques cours de salsa et de bachata, je pensais que ce serait facile, mais pas du tout ! Tout d’abord, il faut réussir à comprendre le rythme de la musique, mais aussi reconnaître de quel type de musique il s’agit : vallenato, cumbia, raggaeton, salsa, bachata, merengue… Messieurs, c’est quasi-toujours vous qui mènerez la danse et vous ne pourrez pas draguer les Colombiennes si vous n’êtes pas un bon danseur.
Pour ma part, j’ai vite laissé tomber, de base, je ne suis pas une bonne danseuse et je n’arrivais pas à contrôler mes pieds et mes jambes en même temps (ahahah). Vous verrez, ça n’est pas si simple ! Alors, je continue d’aller dans les bars et clubs électro ou rock. Il y a une multitude de bars, hostels et instituts qui proposent des cours de danse, parfois même gratuitement. Bon courage, mais surtout, amusez vous !

La cuisine

Avant tout, régalez-vous avec notre dossier sur la cuisine colombienne !

En quelques mots, le pays regorge d’une multitude de fruits et légumes et nombreux sont ceux que nous n’avons pas en Europe. Vous trouverez de nombreux restaurants végétariens. Les jus de fruits frais s’achètent à chaque coin de rue, un petit bonheur. Les plats colombiens traditionnels sont surtout faits à base de riz, de viandes (porc, bœuf, poulet, etc.), et de produits frits. Des plats copieux et riches. C’est bon, mais on s’en lasse vite.

Retard et lenteur

« Tranquilo » : rien n’est grave et cela vient de leur Histoire et leur culture. Quelques exemples :
Très souvent, les Colombiens sont en retard, mais je ne parle pas de 5 ou 10 minutes : ça peut aller de 30 à 45 minutes. Ils ne s’excusent pas toujours. C’est dans la culture, c’est comme cela. Si vous avez un rendez-vous (hors rendez-vous professionnel, bien sûr) avec un Colombien, ne courez pas. Avec un ami, on aime préciser « rendez-vous à 20 h, heure colombienne», autrement dit 20 h / 20 h 30.
En ce qui concerne la lenteur, les Colombiens sont lents en général, n’importe quelle tâche va prendre deux fois plus de temps et ne sera pas forcément faite correctement, au final (il y a aussi quelques soucis de management).
Prenons l’exemple de la file d’attente au supermarché : malgré l’attente, le manager n’ouvrira pas forcément une nouvelle caisse, et les clients qui attendent ne se plaindront pas de l’attente : « tranquilo ! », alors évidemment, pourquoi ouvrir une nouvelle caisse ?
Dans la rue, les Colombiens savent flâner, se balader. J’ai l’habitude de marcher beaucoup et vite, j’ai souvent failli perdre patience mais au final, ils ont raison, si tu n’es pas en retard, pourquoi courir… J’aime à généraliser mais je tiens à préciser qu’il y a toujours des exceptions, et que malgré ces petits défauts, on aime les Colombiens comme ça. Et qui n’a pas de défaut ?

La religion

93 % de la population est catholique. Le reste de la population est de confession musulmane ou protestante. La majorité des Colombiens sont pratiquants et se rendent à la messe chaque dimanche, et célèbre chaque événement religieux. On compte beaucoup plus de jours fériés qu’en France, cela est dû aux fêtes religieuses en général. Comme l’est la tendance générale dans le monde, les jeunes pratiquent de moins en moins mais l’influence religieuse est tout de même toujours très forte.

La famille et la vie de proximité

La famille est le ciment social. Les membres d’une même famille sont très proches. Les familles s’agrandissent lorsqu’un membre s’unit avec sa promise. Même mariés, il arrive que le couple vive avec les parents de l’un des membres. Vous retrouvez facilement dans un même appartement ou une même maison : les grands-parents, les parents, les enfants, les cousins, etc. S’ils ne vivent pas ensemble, ils vivent en général dans le même quartier et sont très proches.
Les commerces de proximité sont très fréquents. Dans chaque rue, vous trouverez une superette, un garagiste, un vendeur de légumes. Les voisins se connaissent les uns les autres. Ayant presque tout à proximité, ils sortent peu dans d’autres quartiers, mis-à-part pour se rendre dans des centres commerciaux.

La culture machiste

Les femmes occupent toujours une place secondaire dans la culture colombienne. Il y a toujours de nombreuses femmes au foyer dont la vie est dédiée à faire le ménage et les repas, s’occuper des enfants et regarder les télénovelas. Elles sacrifient en général leur carrière pour le bien-être de leur mari.
Dans le milieu de travail, le machiste est très présent. Les réflexions machistes sont présentes et les différences de comportement également.
Pour mon expérience professionnel, mon chef colombien se moquait de mon accent français face aux autres travailleurs (tous des hommes) avec qui je travaillais. Il me parlait différemment et plus autoritairement que les autres. Je sentais bien que j’étais inférieure que les autres à ses yeux, ce qui a été une des raisons de mon départ de l’entreprise.

Sport et chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique est souvent un cadeau que les parents offrent aux enfants pour leurs 15e anniversaire (notamment pour agrandir la poitrine). Cette « tradition » date des meilleures années des narco trafiquants où les femmes se faisaient refaire le corps pour assurer leur avenir auprès d’un riche trafiquant.
La culture du corps est toujours très présente. A Medellin, vous croiserez des unidad deportiva un peu partout, de nombreuses salles de sports. Ils sont tous sportifs.

Priorité aux voitures !

On se demande parfois à quoi servent ces marques blanches zébrées sur la route. Ah, un passage piéton ? Bien sûr, s’il y a un feu pour piéton, vous pouvez passer en toute tranquillité mais sinon soyez très patient ! Les automobilistes roulent vite, alors faites attention !

Évaluation de l'article

5/5 (2)

1 Commentaire

Simsim
0 1
Merci pour cet article Clémence :) Je pars pour la Colombie début Mai pendant 3 mois

Articles recommandés