La culture hongkongaise

Chapitre 3 : Croyances et religion

Date de publication : 30-04-2021

Auteur

Marie

Croyances et religion

Les Hongkongais bénéficient de la liberté de culte. Les principales religions à Hong Kong sont le bouddhisme, le taoïsme et le confucianisme. Viennent ensuite le christianisme (environ 400 000 catholiques et 500 000 protestants), l’islam (environ 300 000 personnes, venant notamment d’Indonésie, de Chine ou encore du Pakistan), l’hindouisme (environ 100 000 personnes, venant d’Inde, du Népal ou encore de Singapour), le sikhisme et le judaïsme dans une moindre mesure.

En 2014, une étude révélait que pour environ ¾ de la population, la religion ne prenait pas une part importante dans leur vie quotidienne.

Surtout, les religions chinoises n’impliquent pas une croyance unique, en opposition à d’autres religions. La religion traditionnelle chinoise, dans laquelle environ la moitié de la population hongkongaise se reconnaît, n’est pas constituée de manière formelle et codifiée. Elle emprunte des pratiques, des croyances, des rituels à différentes religions et croyances qui se transmettent de génération en génération. Un individu n’est pas forcément uniquement bouddhiste, il peut adhérer à plusieurs croyances et façons de penser. Les lignes ne sont pas aussi fixes/figées que les religions monothéistes que l’on connaît mieux. Par conséquent, il est tout à fait possible de suivre les préceptes de plusieurs religions, de piocher ça et là des éléments, des valeurs qui nous correspondent.

De nombreux habitants de Hong Kong ne sont pas profondément religieux, mais vont faire des offrandes à des divinités bouddhistes, tout en participant à des célébrations taoïstes ou en suivant des règles confucianistes qui ne les empêcheront pas de croire à des superstitions ou suivre les préceptes du feng shui.

Le feng shui

Le feng shui est un ensemble de pratiques issues du taoïsme et qui consiste à créer un équilibre harmonieux des objets ou des bâtiments dans l’environnement. Le but du feng shui est d’apporter la bonne fortune, la bonne santé grâce à un bon équilibre des forces du cosmos. Ainsi, avant de construire un immeuble, d’acheter une maison, beaucoup de Hongkongais font appel à des maîtres du feng shui.

De nombreux buildings de Hong Kong s’appuient justement sur les préceptes du feng shui. C’est le cas du building de la HSBC : ses formes arrondies, sa position face à la mer, ou encore l’espace vide sous l’immeuble seraient bons. De l’autre côté de l’île, à Cyberport ou Repulse Bay, plusieurs immeubles présentent d’énormes trous au milieu.

Ces trous n’ont pas un but esthétique, et font perdre de l’espace dans les immeubles, mais ils serviraient, selon les préceptes du feng shui, à faire passer le Chi et le dragon qui vivrait sur les hauteurs de Hong Kong, lui laissant ainsi un accès facilité à la mer. Les trous dans les immeubles favorisent ainsi la circulation des dragons, qui ne sont pas “bloqués” par les immeubles, ce qui apporterait la mauvaise fortune. Le but est de faire augmenter la valeur desdits-buildings puisque les acheteurs potentiels pourraient être attirés par cet élément.

La place de la famille et le culte des ancêtres

La notion de piété filiale est importante à Hong Kong. Issue du confucianisme, elle met en avant le respect envers ses parents. Il est important d’être respectueux de ses parents, de leur être obéissant, de bien se comporter en société pour ne pas jeter le discrédit sur ses parents et sa famille, et de prendre soin d’eux.
Par ailleurs, la notion de piété filiale hiérarchise et détermine les rôles des différents membres de la famille. Les membres les plus âgés doivent être respectés et écoutés, tandis que l’opinion des plus jeunes va être moins prise en compte.

La piété filiale est directement liée à un autre concept important à Hong Kong : celui du culte des ancêtres. Rendre hommage aux ancêtres, prendre soin de leurs tombes, faire des offrandes de nourriture ou de papier permettent de créer un lien entre les vivants et les morts.

Dans la croyance populaire chinoise, les morts continuent d’influencer la vie des vivants (en bien, comme en mal). En respectant ses ancêtres, en leur rendant hommage, leurs âmes sont soulagées et peuvent envoyer des énergies positives aux membres de leur famille. Chez de nombreuses familles hongkongaises, il est coutume d’avoir un petit hôtel dans le logement, dédié aux ancêtres. On peut leur faire des offrandes avec des fruits ou encore en brûler de l’encens ou des répliques en papier d’objets du quotidien (un téléphone en papier, une voiture en papier…). Les morts sont alors en mesure de les utiliser après la mort.

Deux jours fériés sont consacrés au culte des ancêtres à Hong Kong. La fête de Ching Ming se tient chaque année au mois d’avril. C’est le jour du nettoyage des tombes. Les familles sont invitées à se rendre sur la tombe de leurs ancêtres pour les nettoyer et leur rendre hommage. C’est l’occasion pour les familles de se réunir et de rendre hommage aux ancêtres en brûlant des offrandes en papier (faux billets, répliques d’ordinateurs, de réfrigérateurs…). Au mois d’octobre, la fête de Cheung Yeung est aussi l’occasion de célébrer ses ancêtres, en se rendant sur les tombes pour les nettoyer et faire des offrandes. La tradition veut aussi que lors de la fête de Cheung Yeung, les familles partent randonner dans les montagnes de Hong Kong, ce qui attirerait la bonne fortune.

Idéalement, et pour suivre les préceptes du feng shui (qui doivent perdurer au-delà de la mort), les tombes doivent être placées à flanc de colline, face à la mer. C’est pour ça que les cimetières sont le plus souvent à ces endroits.

Le culte des ancêtres se met aujourd’hui en mode 2.0 : il est désormais possible de rendre hommage à ses défunts en ligne. Le gouvernement de Hong Kong incite ainsi la population à créer un page d’hommage en ligne, pour pouvoir honorer ses ancêtres à tout moment, depuis partout dans le monde. Il y a plusieurs idées derrière ça : la première est de réduire (même un peu) l’impact environnemental causé par le fait de brûler des petits papiers d’offrandes qui peuvent provoquer une pollution non négligeable. Par ailleurs, les autorités manquent tellement de place qu’elles encouragent les familles à répandre les cendres des défunts dans des endroits dédiés en mer ou dans des jardins du souvenir. Le profil sur Internet apparaît alors comme un lieu dédié où peuvent se rendre les proches du défunt pour lui rendre hommage.

Divinités populaires à Hong Kong

Tin Hau, déesse de la mer

Plus de 60 temples (plus ou moins grands) à travers Hong Kong sont dédiés à Tin Hau, une déesse taoiste de la mer. Une station de métro est même nommée après son nom. Elle protège les marins, les pêcheurs et tous ceux qui ont un lien avec la mer. Chaque année vers la fin du mois d’avril, lors du Tin Hau Festival, de nombreux Hongkongais se rendent à Joss House Bay (peu accessible le reste de l’année) pour rendre hommage à la déesse, le jour de son anniversaire. Pour en savoir plus.

Man Cheong et Mo Tai

Man Cheong est le dieu de la littérature, tandis que Mo Tail est le dieu de la guerre. Le premier tient un crayon tandis que le second tient une épée. Ces deux dieux sont souvent associés dans des temples appelés Man Mo temple. Les deux dieux font l’objet de toutes les attentions par les étudiants et leurs parents, puisque ce sont les dieux vers lesquels on se tourne si l’on souhaite réussir ses examens. Il n’est pas rare, avant une période d’examens, de voir des étudiants ou leurs parents venir déposer de l’encens auprès de ces dieux dans différents temples Man Mo de la ville, en particulier dans le Man Mo Temple de Sheung Wan, l’un des temples les plus connus de la ville.

Kwun Yum, déesse de la miséricorde

Kwun Yum (ou Guan Yin) est une déesse bouddhiste et taoïste de la miséricorde. On se tourne vers elle pour calmer ses souffrances. Chaque année, à l’occasion du 26e jour du premier mois lunaire, les Hongkongais se pressent par milliers vers le temple de Kwun Yum à Hung Hom pour « emprunter » de l’argent à la déesse. Après lui avoir fait des offrandes, ils choisissent une petite enveloppe rouge qui doit leur indiquer la somme que leur prête la déesse. Évidemment, la déesse ne donne pas vraiment de l’argent, mais si la personne qui l’a priée reçoit une augmentation ou une importante somme dans l’année, cela apparaît comme si cette somme venait de l’action de Kwun Yum. Dans ce cas, la personne doit revenir l’année suivante pour “rembourser” la déesse en lui faisant de nouvelles offrandes.

Pak Tai, dieu de la mer

Pak Tai est une divinité taoiste qui protègerait les marins et les pêcheurs. Pak Tai est notamment populaire sur l’île de Cheung Chau où, chaque année, au mois de mai (le même jour que l’anniversaire de Bouddha), est organisé le Cheung Chau Bun festival, qui lui rendre hommage.

Le Cheung Chau Bun festival est extrêmement populaire à Hong Kong. Des milliers de personnes se rendent sur la petite île pour participer aux différentes festivités. Pendant 3 jours (le festival dure 3 jours, mais les festivités ont lieu le 3e jour du festival), vous ne trouverez que de la nourriture végétarienne sur l’île (même au McDonald !). Vous aurez aussi l’occasion de voir des tours de bambous constituées de milliers de buns, des petits pains briochés blancs avec une petite crème sucrée à l’intérieur.

L’apogée du festival, ce sont la parade (le matin du troisième jour) et la compétition de “bun snatching” en fin de soirée, une course au cours de laquelle plusieurs athlètes (ils ne veulent que des “professionnels”, après des accidents intervenus dans les années 1970) doivent monter sur les tours de bambous tout en récupérant un maximum de buns en 3 minutes.

Ce festival est très populaire, et vous pourriez avoir beaucoup de temps d’attente pour vous rendre sur l’île et surtout, pour en revenir.

Les sorcières du pont de Causeway Bay

Au niveau du pont aérien qui passe au dessus d’Hennessy Road, entre Causeway Bay et Wan Chai, vous pourriez être interloqués par de vieilles femmes installées là en journée tapant sur des bouts de papier avec le plat de leur chaussure ou un bâton.

Il s’agit des « sorcières » de Causeway Bay (villain hitters ou Da Siu Yan). Elles sont en train, à la demande d’un client, d’enlever le démon qui se trouverait dans le corps d’une personne avec laquelle le client est en conflit.

Il ne s’agit en principe pas vraiment de faire du mal à la personne, mais au démon qui se trouverait en elle et qui la pousserait à ne pas agir en accord avec la volonté du client. En gros, elles procèdent à un exorcisme à distance. Néanmoins, certains clients semblent tout de même mettre des noms bien spécifiques sur ces petits papiers (parfois même des personnes publiques, comme des personnalités politiques, par exemple). Pour 50 $HK environ, les sorcières de Causeway Bay auraient aussi la possibilité d’éloigner le mauvais sort de leurs clients.

Quatre grands festivals religieux/traditionnels de Hong Kong

Les fêtes religieuses à Hong Kong se basent le plus souvent sur le calendrier lunaire. Ainsi, on va compter le nombre de jours du nombre de mois lunaire pour déterminer à quelle date se déroule tel ou tel événement.

Le nouvel an chinois

Le nouvel an chinois est fêté chaque année sur 3 jours, à l’occasion de la 1re lune de l’année. Il a généralement lieu entre la fin du mois de janvier et la mi-février.
Le nouvel an chinois se déroule sur 3 jours, qui sont tous fériés. À cette période, beaucoup de Hongkongais profitent de ce moment pour rendre visite à leur famille ou partir en voyage. L’activité économique de Hong Kong est alors très fortement ralentie, certains commerces sont fermés ou fonctionnent sur des horaires plus restreints.

Le nouvel an chinois, c’est aussi l’occasion de passer du temps en famille, d’aller prier dans les temples pour y faire des offrandes, ou d’afficher des prières écrites en lettres d’or ou en noir sur des papiers rouges que l’on affiche à la porte de son logement.

C’est enfin la période à laquelle on peut recevoir et donner des Lai see, des petites enveloppes rouges contenant quelques billets (des vrais). Les enfants en reçoivent généralement de leurs parents. Il est aussi d’usage de donner une de ces enveloppes au portier/gardien de votre immeuble (si vous en avez un). Le montant généralement admis est d’environ 100 $HK. Si vous êtes dans une entreprise hongkongaise, votre employeur pourrait aussi vous donner une telle enveloppe.

Quel est votre signe chinois ?

À chaque nouvelle année, on célèbre un nouvel animal de l’astrologie chinoise. Ils sont au nombre de 12 et peuvent être associés à 5 éléments (bois, feu, terre, métal et eau), mais connaissez-vous votre signe chinois ?

Date de naissance comprise entre les deux date  Signe astrologique chinois
17 février 1988 – 5 février 1989  Dragon de terre
6 février 1989 – 26 janvier 1990 Serpent de terre
27 janvier 1990 – 14 février 1991 Cheval de métal
15 février 1991 – 3 février 1992 Chèvre de métal / Mouton de métal
4 février 1992 – 22 janvier 1993 Singe d’eau
23 janvier 1993 – 9 février 1994 Coq d’eau
10 février 1994 – 30 janvier 1995 Chien de bois
31 janvier 1995 – 18 février 1996 Cochon de bois
19 février 1996 – 6 février 1997 Rat de feu
7 février 1997 – 27 janvier 1998 Buffle de feu
28 janvier 1998 – 15 février 1999 Tigre de terre
16 février 1999 – 4 février 2000 Lièvre de terre
5 février 2000 – 23 janvier 2001 Dragon de métal
24 janvier 2001 – 11 février 2002 Serpent de métal
12 février 2002 – 31 janvier 2003 Cheval d’eau
1er février 2003 – 21 janvier 2004 Chèvre d’eau / Mouton d’eau
22 janvier 2004 – 8 février 2005 Singe de bois
9 février 2005 au 28 janvier 2006 Coq de bois
22 janvier 2006 au 17 février 2007 Chien de feu

Le Ching Ming Festival 

Nous en avons parlé plus tôt (dans la partie sur la piété filiale et le culte des ancêtres), il s’agit d’un jour de nettoyage des tombes, au cours duquel les familles se rendent sur la tombe de leurs ancêtres pour les nettoyer et rendre hommage à leurs défunts.
Ce jour est férié à Hong Kong. On le célèbre 15 jours après l’équinoxe de printemps, au début du mois d’avril (la date varie entre le 4 et le 6 avril).

Le Dragon boat festival

La fête des bateaux-dragons se déroule le cinquième jour du cinquième mois lunaire (entre fin mai et début juin). C’est un jour férié à Hong Kong. Les bateaux dragons sont des bateaux très longs et très fins qui sont propulsés par les coups de pagaie de dizaines de personnes qui rament en rythme, au son d’un tambour. Différentes courses de dragon boat sont tenues à Hong Kong pendant cette période, comme dans le Victoria Harbour, à Admiralty, Sai Kung ou encore à Stanley. Certaines entreprises forment même leurs propres équipes avec des employés de la compagnie pour participer aux compétitions. C’est l’occasion de bâtir l’esprit d’équipe au sein de l’entreprise.

Mid Autumn Festival

Le festival de la mi-automne est célébré le 15e jour du 8e calendrier lunaire. C’est un jour férié à Hong Kong. Dans la tradition chinoise, le festival de la mi-automne fêtait la période de la fin des récoltes. Aujourd’hui, l’élément le plus reconnaissable de ce festival, ce sont les mooncakes, des petits gâteaux en forme de lune garnis de différents types de pâtes en son sein (pâte de haricot rouge, pâte de durian, pâte de soja…). Il y a des pubs pour les mooncakes partout ! Même Starbucks en propose ! C’est un peu étouffe-chrétien, mais c’est la meilleure période pour en goûter.

Chapitre 3 sur 5

Évaluation de l'article

5/5 (2)

1 Commentaire

Julie
5.1K 13.8K

J’ai adoré lire ce dossier, merci Marie ! C’était vraiment intéressant, instructif et… pour la dernière partie, ça donne faim !!

Articles recommandés