Découvrir la Patagonie chilienne pendant son PVT

Chapitre 4 : Les lieux à ne pas manquer (au sud et à l'extrême sud de la Patagonie chilienne)

Date de publication : 11-02-2019

Auteur

Floriane

Les lieux à ne pas manquer (au sud et à l’extrême sud de la Patagonie chilienne)

patagonie-chili-sud

Puerto Natales & Torres del Paine :

Quand on parle de Patagonie, on pense immédiatement au parc naturel Torres del Paine et aux magnifiques randos qu’il offre… C’est évidemment un des immanquables du Sud du Chili avec des panoramas absolument incroyables, une végétation superbe et une faune hallucinante (pumas, guanacos, huemuls, condors…). Cependant, depuis quelques années, le parc est pris d’assaut (plus de 200 000 personnes par an), donc si vous envisagez de vous y rendre, il faudra préparer votre venue un peu à l’avance et réserver vos hébergements au sein du parc en amont afin de ne pas vous voir refuser l’accès. On vous explique tout sur le forum !
Concernant Puerto Natales, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour le trekking dans ses nombreux magasins de plein air (Doite, Salomon…), depuis l’équipement jusqu’à la nourriture, en passant par le matériel de camping. Il existe également de nombreuses agences touristiques, dont les principales pour le Torres del Paine, Fantastico Sur et Vertice. A part cela, Puerto Natales n’a pas de réel attrait, il s’agit plutôt d’une ville étape. Promenez-vous tout de même sur les rives du fjord ou montez jusqu’au mirador Avenida Santiago Bueras (à proximité du terminal de bus). Sinon à proximité, vous pouvez aussi aller visiter La cueva del Milodón, une grotte dans laquelle des chercheurs ont retrouvé les reste d’un milodón, sorte de paresseux géant qui vivait dans la région il y a près de 8 000 ans.

Pvtistes-patagonie-torredelpaine-lago-pehoe

Punta Arenas :

Ville australe par excellence, Punta Arenas – à l’image d’Ushuaïa en Argentine – a cette identité de ville portuaire, point décisif pour le pays avec des flux ouverts au reste du monde et à l’Antarctique. Le centre n’a rien d’exceptionnel, mais possède tout de même de beaux édifices autour de la Plaza de Armas. En grimpant sur l’une des collines (qu’on appelle « cerros »), jusqu’au Mirador du Cerro de la Cruz, vous pourrez également admirer le joli panorama sur la ville et le Détroit de Magellan. Quelques îles parsèment ce paysage : sur la isla Magdalena et la isla Marta vivent des colonies de manchots de Magellan. La première est accessible en bateau (2 h de traversée) et permet une observation au plus près dans ce parc national. A noter toutefois : la saison pour les observer s’étend d’Octobre à Mars.

Terre de feu :

Cette étape a fait rêver plus d’un explorateur et pourtant aujourd’hui, elle est facilement accessible depuis Punta Arenas. L’île est partagée entre l’Argentine et le Chili, qui se disputent encore férocement les terres de l’extrême Sud de la Patagonie ; à l’Ouest, Porvenir (traversée possible depuis Punta Arenas) s’impose comme la “capitale chilienne” de la Terre de Feu et permet de rayonner au coeur de cet espace sauvage (plusieurs parcs nationaux à visiter, avec leur lot de sublimes paysages, de faune sauvage, de lagunes, de volcans, etc.). Tout au Sud, côté argentin, se trouve Ushuaïa (nous en reparlerons peu après).

Puerto Williams & Puerto Toro :

Si vous aimez aller au bout des choses, pourquoi ne pas pousser votre découverte de la Patagonie jusqu’au village le plus austral du monde ? On a tendance à attribuer à Ushuaïa cette place-là, or Puerto Williams, base militaire chilienne, est bel et bien la ville la plus au Sud du monde, et Puerto Toro détient quant à lui le titre de village le plus austral du monde, puisque géographiquement, c’est lui qui est le plus proche du Cap Horn. Pour rejoindre ces contrées éloignées située sur l’île de Navarino, vous avez le choix entre l’avion et le ferry : nous ne saurions que trop vous recommander cette dernière option tant le trajet est merveilleux. Vous naviguerez ainsi entre les fjords, parmi les glaciers les plus somptueux de Patagonie, avec pour compagnons de voyage des phoques, baleines et autres oiseaux qui viennent rompre le silence. Une fois arrivé, c’est une petite ville qui s’offre à vous : peuplée principalement de militaires et de leurs familles, l’ambiance est unique. Quelques épiceries et restaurants, des hébergements (auberges de jeunesse, chambres chez l’habitant…) et un musée composent également ce petit environnement sympathique. Puerto Williams est également connu pour être le point de départ du fameux trek “Los dientes de Navarino” : réputé comme l’un des plus difficiles du monde avec ses 54 km non balisés et un climat plus que difficile. Il est recommandé de se renseigner au maximum avant de se lancer et dans le meilleur des cas de se faire accompagner par un guide officiel ! N’oubliez pas non plus de signaler votre projet à la police de Puerto Williams. Sans partir pour les 4 jours de trek, vous pouvez tout de même en faire la première portion : depuis Puerto Williams, partez en direction de la station d’épuration (après le croisement de la vierge) puis montez jusqu’au Cerro Bandera. De là haut, vous aurez une vue imprenable sur le Canal de Beagle et la Terre de Feu face à vous !

chili-puerto-williams

Puerto Toro est accessible uniquement en bateau (la route est en cours de construction…); ce petit village d’une vingtaine d’habitants est littéralement au bout du monde ! Une petite école, quelques bateaux de pêche et c’est tout. Le ferry Yaghan vous dépose pour une petite heure de balade au milieu des baraques de bois secouées par les vents. Il règne là-bas une atmosphère indescriptible.

Chapitre 4 sur 6

Évaluation de l'article

5/5 (3)

Aucun commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment mais n'hésitez pas à ajouter le vôtre 🙂

Articles recommandés