[Récit de PVTiste] L’espagnol uruguayen : rapidité, prononciation et particularités

Date de publication : 15-01-2018

Auteur

Lise

Après de longues heures d’avion, une ou deux escales éreintantes et quelques heures de décalage horaire, vous voilà enfin sur le sol uruguayen. Et là, panique : vous ne comprenez pas un mot de ce que l’on vous raconte…

Pourtant, vous étiez paré : premier de la classe en espagnol LV2, vous connaissez par cœur les paroles de Kendji Girac et Despacito. Alors que se passe-t-il ? Vous seriez-vous trompé de pays ? Vous aurait-on menti ?

Le débit de parole !

Vous allez vite vous rendre compte d’une première chose : les Uruguayens parlent vite. Très très très vite. Parfois plus vite que les Espagnols, et Dieu sait que nos voisins outre-Pyrénées parlent vite.
Idem en Argentine. Je ne compte plus les fois où je me suis retrouvée à me demander si la personne en face de moi parlait vraiment espagnol (ou plutôt castellano comme on dit ici) tellement je n’avais rien compris.

N’hésitez pas à demander aux gens de parler plus lentement, avec un petit « por favor » de rigueur et votre plus beau sourire. Ils ne se rendent souvent pas compte de la vitesse à laquelle ils débitent leurs paroles.

Le « che » !

Deuxième chose qui vous sautera aux yeux, ou plutôt aux oreilles, c’est le fameux che, dont vous avez déjà sûrement entendu parler. Ici, comme en Argentine, le « y » et le  « ll » sont remplacés par le son « ch ».
Cela donne par exemple « Cho me chamo » pour donner son nom. Très perturbant au début, mais on s’y fait vite. Et surtout, on devient rapidement incapable de revenir à la prononciation recommandée par la Real Academia Española.

Le voseo

Une des premières questions que l’on vous posera ressemblera surement à cela : « Y vos, ¿de dónde sos? « , alors qu’un Espagnol vous aurait demandé : « Y tú, ¿de dónde eres? ». En effet, la plupart des Uruguayens, comme les Argentins, utilisent le voseo pour le tutoiement, c’est-à-dire que le familier est remplacé par cet étrange vos.
La conjugaison est très simple : il suffit de prendre la forme verbale de la deuxième personne du pluriel (vosotros) et d’enlever le « i »… Facile, vous dis-je !
En pratique, cela ne change souvent pas grand-chose : « Tú amas » devient « Vos amás », « Tú puedes » devient « Vos podés », « Siéntate » devient « Sentate », etc. Il suffit d’écouter les gens parler et le vos vous viendra facilement !

Tutoiement/Vouvoiement

Autre chose : imaginez par exemple que vous vous retrouvez avec des amis dans un bar, et qu’un copain uruguayen vous demande : « ¿qué tal ustedes? ». Pourquoi n’utilise-t-il pas le bon vieux vosotros informel ? Il n’est pourtant pas en train de vous vouvoyer : tout simplement, le vosotros n’existe pas en Amérique Latine. Que vous vous adressiez à deux amis ou à deux ministres, tutoiement ou vouvoiement, vous leur direz ustedes quoiqu’il arrive. Attention cependant à ne pas tout mélanger ! Ne vous adressez pas à un des ministres en question avec le vos, mais bien avec usted, la marque du vouvoiement singulier…

Rassurez-vous, tout n’est pas compliqué ici. Rappelez-vous par exemple des crises de nerfs de votre prof d’espagnol parce que vous étiez incapable de faire la différence entre le [s] et le [θ]. En espagnol d’Espagne, si le « s » se prononce comme en français, le « z » et le « c » sont des consonnes fricatives dentales sourdes (si si, je vous jure), un peu comme le « th » à l’anglaise. En Amérique Latine, cette différence n’existe pas, et tout se prononce comme le « s » à la française. Ainsi, Zaragoza, zarzuela ou encore piscina deviennent Saragosa, sarsuela et pissina. Un grand soulagement, c’est moi qui vous le dis…

Viennent ensuite tout un tas de mots d’argot ou d’expressions propres à l’Uruguay. Mais promis, pas de spoil (il faut bien garder quelques surprises quand même !).
Un petit conseil avant de partir : essayez de regarder quelques films, ne serait-ce que pour vous rendre compte de la vitesse à laquelle les Uruguayens parlent. Certes, on trouve peu de films uruguayens en France, mais vous trouverez facilement des films argentins, et des bons ! Et surtout, ne désespérez pas. Vous avez un an pour progresser et parler comme un vrai uruguayo !

3 Commentaires

Julie
5K 13.7K
Super intéressant !! Merci Lise
Lise
14 10
Pas forcément, j’ai passé plusieurs mois au Pérou et les gens parlent trèèèès lentement et très distinctement. Au début, j’ai cru qu’ils faisaient exprès pour que je comprenne mieux, mais ils parlaient de la même façon quand ils parlaient entre eux. Idem quand je suis allée en Bolivie et en Equateur. Ce sont les destinations rêvées pour apprendre l’espagnol !!! En revanche, oui, les Chiliens, les Argentins, les Uruguayens ou encore les Vénézueliens parlent TRES vite!
Annaïk
1.9K 2.9K
Merci Lise pour ton article! Je me demande si la vitesse n’est pas propre à la langue espagnole en général, j’avais eu la même impression en arrivant au Chili. Ils parlaient tellement vite que je ne comprenais rien, mais heureusement on finit par s’y faire!

Articles recommandés