Amanda et Pavel, hôtes HelpX et WWOOF au Canada

Article publié le 10-02-2017.

PVTiste alias Staff

PVTiste alias Staff

  • Profession Modérateur

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

/!\ Interview in english below

Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos membres ?

Amanda : Je suis née en Afrique du Sud, et en 1974 nous avons immigré en Nouvelle-Zélande puis en 1988 au Canada. Je me considère comme une citoyenne du monde. Ma famille et moi-même vivons sur l’île de Vancouver depuis 13 ans.
J’ai été institutrice et infirmière pendant 44 ans. Je travaille dans une maison d’accueil, spécialisée dans le soin aux personnes atteintes de démence. Mon mari et moi sommes mariés depuis 42 ans et nous avons deux enfants, adultes, et 4 petits-enfants.

Pavel : Je suis né en Tchécoslovaquie, qui est maintenant la République tchèque. J’ai quitté mon pays à l’âge de 22 ans, à la fois à la recherche d’aventure et pour des raisons politiques, et je suis allé en Afrique du Sud. J’ai rencontré Amanda à Cape Town et peu après notre mariage nous sommes partis pour voyager et avons atterri en Nouvelle-Zélande, où nous avons vécu 14 ans. Nos deux enfants, Jan et Milena, sont nés là-bas.
En 1988, nous avons décidé d’explorer un peu plus le monde, en partie pour le bien de nos enfants, et nous avons immigré au Canada.
Tous ces voyages font que j’ai 4 nationalités à ce jour, mais je me considère Canadien.
J’ai travaillé toute ma vie comme ingénieur, en Nouvelle-Zélande, principalement sur des projets hydrauliques où j’ai lancé ma propre entreprise comme consultant et j’ai continué mon affaire, me spécialisant dans le design de structures métalliques. Je suis retraité depuis 2014.
Nous avons une petite ferme à Qualicum Beach, sur la côte Est de l’île de Vancouver et on a eu jusqu’à 30 alpagas, des lamas, des ânes, des poules, des chats et des chiens.

repas-dashwood-hote-helpx-wwoof-canada

Depuis combien de temps êtes-vous hôtes HelpX et WWOOF ?

Nous sommes hôtes depuis environ 9 ans, après que des amis nous ont parlé de ces programmes. Nous avons commencé avec un autre programme, appelé « global international » pour accueillir des étudiants, et ensuite nous avons rejoint WWOOF Canada et HelpX.
Nous avons accueilli plus de 200 Helpers/WWOOFers du monde entier chez nous. Nous en avons revu certains, lors de nos voyages en Australie ou en Afrique du Sud, et certains sont revenus (parfois jusqu’à 4 fois), ce qui nous fait énormément plaisir.
60 % sont des Helpers, 30 % des WWOOFers et le reste viennent de Global ou de Workaway.

Pourquoi avoir voulu devenir hôte ?

Amanda : J’avais besoin d’aide avec les animaux et la ferme.
On aime avoir des jeunes avec nous, ils amènent la vie, les rires et de l’expérience pratique.
Je ne les appelle pas « Helpers » ou « WWOOFers » mais mes amis. D’abord parce que tout le monde ne comprend pas ce que WWOOFer veut dire quand je les présente comme tel et ensuite pour bien montrer qu’ils sont les bienvenus ici et pas juste de la main d’œuvre pas chère. On apprend que le respect de chacun est important et qu’il faut comprendre et prendre en considération l’histoire et la culture de chacun. J’ai une bonne capacité d’écoute donc c’est intéressant pour moi d’avoir des gens avec des histoires différentes.
On aime les aider à grandir, à développer leurs compétences de la vie quotidienne, leur apprendre des choses comme savoir reconnaître des plantes, faire pousser des légumes, construire un poulailler…

Pavel : La 1e raison, c’était pour avoir de l’aide, la 2e pour avoir de la compagnie et la 3e pour le partage d’expériences de voyages, de cultures venues d’autres pays, de tranches de vie.

Selon vous, que faut-il pour être un bon hôte ?

Vous devez être capable de comprendre les différences culturelles, et de les accepter. Vous devez vraiment apprécier la compagnie des jeunes gens qui ont sans doute des perspectives de vie différentes qu’un hôte plus âgé.
Il faut avoir cette volonté de partager vos connaissances et être prêt à prendre le temps, être patient, parce que ce n’est pas toujours facile de comprendre ou d’être compris, il peut y avoir la barrière de la langue.
Vous ne devriez pas vous lancer si vous n’êtes pas capable de faire confiance ou que vous n’avez pas envie de partager.

repas-dashwood-hote-helpx-wwoof-canada

Quels conseils donneriez-vous à nos membres qui ne savent pas comment choisir un hôte ?

D’abord, vous devriez lire attentivement le profil de l’hôte et les commentaires (NDLR : laissés par les personnes étant déjà venues sur place). Prenez votre temps pour faire votre profil, il n’a pas besoin d’être trop long, et mettez-le à jour.
N’envoyez pas trop de demandes, parce qu’en tant que hôte HelpX, nous pouvons voir sur votre profil, le nombre de requêtes et le nombre de caractères que vous avez envoyés sur une période récente. On ne peut pas lire les messages, bien sûr, mais on peut voir, selon le nombre de caractères utilisés, si vous avez juste copier-coller le même message pour l’envoyer à plusieurs hôtes.
Ensuite, posez toutes les questions que vous avez, afin de savoir exactement où vous allez et quelles peuvent être les exigences de votre hôte et si elles correspondent ou non à vos compétences et vos intérêts. Demandez quelles seront vos tâches, où vous allez séjourner (dans la maison, une caravane, une tente…), si vous serez le seul Helper/WWOOFer ou non, et si vous allez passer du temps avec vos hôtes (si vous voulez devenir un « membre de la famille »).
Votre hôte devrait être informé de vos préférences alimentaires, c’est important de savoir s’il peut envisager de vous accueillir si vous êtes végétarien ou végétalien, ou sans gluten. Signalez aussi toute allergie (foin, chat, arachides…).
Votre hôte considère que vous êtes couvert par une assurance maladie suffisante, car les soins pour des non-résidents sont extrêmement chers (par exemple, 10 000 pour une journée en soins intensifs).
N’oubliez pas qu’il est parfois difficile pour un hôte de trouver quelqu’un donc essayez de ne pas changer votre date d’arrivée trop souvent ou trop près de la date prévue or de partir avant la date sur laquelle vous vous étiez mis d’accord.
C’est quelque chose que personne n’apprécie mais qui arrive parfois, que l’hôte décide de laisser un commentaire négatif sur un Helper/WWOOFer qui ne s’est pas présenté ou qui est parti avant la date prévue en prévenant à la dernière minute.
Bien sûr, si une fois sur place la situation devient dangereuse, insupportable ou vous avez une raison valable comme une urgence familiale, vous pouvez partir dans un délai court.
Gardez en tête que parfois ce qui peut sembler un environnement étrange ou du travail difficile, va devenir un séjour génial qui vous laissera plein de bons souvenirs et des nouveaux amis.

Aussi, par exemple, si vous décidez de séjourner dans une ferme élevant des lamas ou des alpagas, ça peut être utile de se familiariser, grâce à Internet ou à des livres sur l’élevage de ces animaux, pour savoir à quoi vous attendre.

repas-dashwood-hote-helpx-wwoof-canada

Qu'attendez-vous de vos Helpers/WWOOFers ?

Pavel : Quand ils postulent pour venir ici ou quand nous les contactons, nous parlons de ce que nous attendons d’eux. Nous demandons un séjour de 4 semaines minimum et nous préférons les séjours longs (3 à 6 mois) pendant l’hiver.
C’est plus pratique pour tout le monde car, pour commencer, on doit expliquer à chaque Helper comment venir jusqu’à l’île de Vancouver, ensuite aller les chercher à l’arrêt de bus et leur présenter notre environnement.
Ensuite, en principe le jour suivant, on leur montre comment faire les tâches qui vont leur être demandées. La plupart des gens mettent une semaine à être à l’aise et devenir plus indépendant.
Je leur explique comment ça se passe ici, qu’on demande 5 heures de travail par jour, ou 30 H par semaine. Certains jours peuvent être plus longs, d’autres moins longs, selon la météo. On peut toujours s’arranger pour que pendant leur séjour, les personnes puissent partir 2 ou 3 jours visiter l’île.
Le travail dépend de la saison, on a aussi beaucoup moins d’animaux désormais donc c’est un peu différent, on a moins de travail à l’extérieur et moins de personnes qui viennent aider.
J’explique aussi qu’on est dans un coin un peu reculé, donc les Helpers doivent aimer être au calme, même si on va en ville au moins une fois par semaine.
On apprécie les gens que ça ne dérange pas de travailler seul et qui font preuve d’initiative.

Amanda : Après m’être assurée que notre Helper a prévenu sa famille qu’il/elle était bien arrivé(e), je leur demande ce qu’ils veulent apprendre, ce qu’ils aiment faire…
Je leur explique le planning, pour qu’ils aient un cadre, et on leur fait faire le tour de la ferme, on leur montre où tout est rangé, comment ça marche.
Ils commencent généralement à travailler le lendemain, pour leur laisser le temps de se poser un peu.
On encourage les gens à avoir un projet durant leur séjour, comme construire un bassin à poissons, peindre une fresque murale sur la grange, planter de nouvelles fleurs… et on leur donne le matériel nécessaire pour cela.
On passe du temps ensemble, à préparer les repas, jouer à des jeux de société, tricoter, regarder la télé. On se fait souvent des soirées films, beaucoup de personnes apprécient les goûts de Pavel pour ce qui est de choisir les films.
Comme je travaille toujours, les Helpers aident Pavel à préparer les repas ou préparent leur repas préféré, sauf le week-end où je prends le relais en général. On prévoit les repas ensemble pour qu'on achète ce dont on a besoin lorsque l'on va faire les courses. On a beaucoup de livres de recettes pour choisir les menus. Certains n’ont jamais cuisiné avant alors ils apprennent ici, d’autres sont boulangers… ça ne nous dérange pas d’avoir des gens inexpérimentés, pour nous ça fait partie du job de leur apprendre.
Il faut juste qu’ils aient envie d’apprendre et qu’ils aient conscience que le WWOOFing ce n’est pas de vacances et qu’ils sont ici pour aider et travailler.
Nous ne fournissons pas l’alcool, mais si les Helpers aiment boire avec modération, ils peuvent en acheter pour eux. Il en va de même pour les petites exigences personnelles (telle marque de cookies, soda, produits de toilette…), sinon nous fournissons tout.
Nous avons plein de dictionnaires donc s'ils ne connaissent pas un mot, ils peuvent toujours le trouver.
J’aime quand les gens prennent des initiatives, qu’ils n’attendent pas qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire. Les jours de pluie, il y a toujours quelque chose à faire à l’intérieur, comme commencer à préparer les repas, faire de la pâtisserie, travailler dans le garage… Et le vendredi, c’est jour de ménage.

On n’aime pas qu’ils se sentent coincés ici, s’ils veulent prendre un vélo et faire une balade, il suffit de nous le dire. Idem, s’ils veulent partir à Tofino pour un week-end, ils le peuvent, tant qu’ils nous préviennent au moins une semaine à l’avance.

Pavel : Le travail varie, il s’agit principalement de prendre soin des animaux. Maintenant, nous avons un chien, deux chats, deux ânesses, 15 poules pondeuses et un coq. Le matin, on commence à 8 H, pour nourrir les animaux et nettoyer les enclos, et on recommence tout ça à 16 H.
Je peux aussi avoir besoin d’aide pour couper et fendre le bois, faire de la construction, du jardinage, comme nous avons un verger (pommiers, noisetiers, figuiers, cerisiers, poiriers) et un potager, on améliore sans cesse les pâturages et l’aménagement paysager. On utilise des procédés biologiques autant que possible.
Une des tâches les plus satisfaisantes pour un hôte est de transmettre ses compétences et son expérience à ses Helpers et voir qu’elles sont appréciées.

Ça donne quoi d’avoir des gens venus de pays différents, avec des histoires, religions, cultures différentes ?

Pavel : C’est très cosmopolite et c’est une atmosphère très enrichissante !
On a eu des Helpers de 18 à 40 ans, des étudiants, un docteur, des fermiers, des avocats, des scientifiques, des personnes avec un PVT ou un visa touriste.
A ce propos, au Canada, vous n’êtes pas autorisés à faire plus de 4 semaines de WWOOFing si vous n’avez pas de permis de travail ou de PVT.
Je me souviens d’une de nos Helpers asiatiques, qui n’avait jamais fêté Noël, et qui était toute contente de faire le sapin de Noël et super enthousiaste à cette idée, surtout de mettre l’étoile !
Les gens échangent toujours sur leur culture, leur langue, des blagues, des recettes… Par exemple, quelques filles ont fait une affiche pour apprendre à compter en danois, grec, allemand et japonais. Certains Helpers deviennent amis et voyagent ensemble ou se retrouvent ailleurs. Deux de nos Helpers allemandes sont désormais colocs en Allemagne !

Amanda : Une histoire que je peux vous raconter, c’est celle d’une Belge qui est arrivée chez nous tard dans la soirée, alors qu’on était en plein barbecue. Elle restait dans sa chambre, alors je suis allée la voir et je lui ai demandé ce qui n’allait pas. Elle se sentait très malade, elle avait 40 de fièvre et on a été à l’hôpital le lendemain. Ils lui ont fait des tests sanguins et elle a été admise en soins intensifs pour 5 jours, ce qui a fait peur à tout le monde. C’était la première fois qu’on avait quelqu’un de si malade, elle était loin de chez elle, sa famille était très inquiète… On a pris soin d’elle comme sa famille l’aurait fait, elle s’est sentie rassurée de savoir qu’on était là pour elle, même si elle était arrivée 2 jours avant. L’histoire s’est bien terminée et on s’est même retrouvés en Australie il y a 2 ans.

Auriez-vous une phrase pour dire ce que le HelpX/WWOOFing est pour vous ?

Amanda : Une fantastique expérience de partage et d’apprentissage !

Pavel : Ce n’est peut-être pas pour tout le monde mais pour nous, c’est quelque chose d’unique et une façon de vivre très enrichissante.

And now in english!

Hi, could you introduce yourselves to our members?

Amanda : I am originally from South Africa, in 1974 we immigrated to New Zealand and then in 1988 to Canada. I consider myself a “Citizen of the World”. My family and I’ve been living on Vancouver Island for 13 years. I’ve been a nurse and teacher for 44 years. I’m working in a residential care home, specializing in care of people with dementia. My husband and I’ve been married for 42 years and we have two adult children and 4 grandchildren.

Pavel : I was born in Czechoslovakia, what is now Czech Republic. I left my country when I was 22, partly to seek adventure and partly for political reasons, and I went to South Africa. I met Amanda, in Cape Town and shortly after wedding we left to travel and ended up in NZ where we stayed for 14 years. Our two children, Milena and Jan, were born there. In 1988, we decided to explore the world a little bit more, partly for our children’s sake, and we immigrated to Canada.
My travels resulted in me having 4 citizenships but I consider myself Canadian.
All my life I have been working as an engineer, in NZ mainly on hydro projects where I later started my own consulting company and I continued the business in Canada, specializing in structural steel design. I’ve been retired since 2014.

We have a “hobby” farm in Qualicum beach, on the East coast of Vancouver Island, and we used to have up to 30 alpacas, llamas, donkeys, hens, cats and dogs.

How long have you been hosts on HelpX and WWOOF?

We’ve been hosts for about 9 years, after friends told us about those programs. We started with another program, called “Global international” to host some students, since then we’ve join WWOOF Canada and HelpX. We had over 200 helpers / wwoofers from all over the world staying with us. We got to meet some of them again on our travels to Australia and South Africa and some of them have come back to stay with us again (up to 4x), which is very heart warming.
60% of our people come from HelpX, 30% from Wwoofer Canada, the rest is from Global and Workaway.

Why did you choose to become a host?

Amanda : I needed help with the animals and the farm.
We like to have young people with us, they bring life, laughter, practical experience…
I don’t call them helpers or wwoofers, but “friends”. First because most people don’t understand what “wwoofer” means when I introduce them and to be clear that they are welcome here and that they are not just cheap labor.
We teach that respect for each other is important and that we need to understand and consider everyone’s background and culture. I’m a good listener so it’s interesting for me to have people with different stories. We like to help them to grow up, develop life skills, get them to know things like how to recognize plants and grow vegetables, build a chicken house.

Pavel : The 1st reason is to have help, 2nd is to have companionship, 3rd exchange of experiences about travel, culture of other countries, life stories.

According to you, what does it take to be a good host?

You need to have understanding of the cultures and accept differences; you must really enjoy company of young people who might have different life perspectives to those of older hosts.
You must have a willingness to share your knowledge and you have to be prepared to take the time, be patient, because it’s not always easy to understand or be understood, there can be a language barrier.
You shouldn’t be doing it if you’re not trusting and sociable person or not willing to share.

Could you give some tips to our members who don’t know how to choose a host ?

First, you should read the host’s profile and the reviews carefully. Write seriously your own profile, doesn’t have to be too long, and keep it updated.

Don’t send too many requests, because as a helpX host, we can see on your profile how many requests and how many characters you send at the short period of time. We can’t read the messages you sent, of course, but we can see, by the number of characters, if you just copy the same message to number of hosts.

Then, ask all the questions so you know exactly where you’re going and what might be your host’s requirements and whether they are matching your skills and interests. Ask about your tasks, where you’re going to stay (house, trailer, tent…), if you’ll be the only wwoofer/helper or not and if you’re going to spend time with the hosts (if you want to become “part of the family”).
Your host should be informed of your dietary likes or dislikes, it’s important to know if he can consider having you if you’re vegetarian, vegan or gluten free. Also mention any allergies (hay, cat, peanuts...)?
Your host believes that you have sufficient health insurance as medical treatment for foreign nationals is very expensive (for example $10,000 per day in intensive care unit).

Remember that it’s hard sometimes for the hosts to find a replacement so try not to change your arrival date too often or too close to the agreed arrival or leave before agreed date. It’s something that nobody likes, but it happens, that host decides to write a bad review about helpers / wwoofers who did not show up or left before what was planned with a very short notice.
Of course, if once you’re there and the situation become unsafe, unbearable or you have the genuine reason like a family emergency, you have a right to leave on short notice.
Consider that what might seem like strange environment or hard work in first few days, in most cases ends as very enjoyable stay with lasting memories and new friends.

Also, for example, if you choose to stay on a llama and alpaca farm, it is good to get familiar from internet or books about basic husbandry of these animals to have some idea what to expect.

What kind of commitments are you expecting from your helpers / wwoofers?

Pavel : When they apply to come here or when we contact them, we talk about what we are expecting from our helpers. We ask for a minimum stay of 4 weeks, and we prefer longer term (3 to 6 months) during winters.
It’s more convenient for everybody, because, to start with, we have to give almost every helper information how to travel to Vancouver Island, then picked him or her up at the bus stop and introduce them to our environment. Then, usually next day, we show what and how to perform tasks required. Most people takes more than one week to settle in and be more independent.
I explain how it works here, that we ask 5 hours a day, or 30hrs a week. Some days can be longer and some shorter, depends on the weather. We can always discuss how to arrange the schedule so that during they stay people can go for 2 or 3 days to visit the other places on the island.
The work depends on the season; we also have fewer animals now, so it’s a bit different, we have less work to do outside and less people coming to help.
I also explain that we are in a remote area, so helpers have to love being in a quiet place, even if we go to town at least once a week.
We appreciate people who don’t mind working individually and have initiative.

Amanda : After being sure that our helper has told his family that they have arrived, I ask them what they want to learn, what they’d like to do…
I introduce them to time table, so they have a time frame, and we give them a round of the farm, let them know where everything is, how it goes…
They usually start helping on the next day only, so they got time to get comfortable.
We encourage people to have a project during their stay, like building a pond, painting a mural on a shed wall, propagating the plants... we give them what they need for those activities.
We spend time together, preparing meals, playing board games, knitting, watching TV... We have often movie nights; most people appreciate Pavel’s taste in movie’s choice.
As I’m still working, helpers help Pavel to prepare dinners or cook their favorite meal, except for the weekends when I usually “take over”. We plan the meals together so we often go shopping for the groceries we need. We have a lot of recipe books to choose the menu.
Some people have never cooked before, so they learn here, some are bakers... We don’t mind having inexperienced people, because learning is on the job, for us!
They just have to be willing to learn and realize that wwoofing is not a holiday and that they are here to help and work.
We don’t offer alcoholic drinks, but if the helpers like to drink in moderation, they can buy their own. The same applies to personal preferences (special cookies, chocolate, soft drinks, toiletries etc). Otherwise we provide everything.
We have different dictionaries so if they don’t know one word, they can always find it.
I believe in people taking initiatives, not to wait for us to tell them what to do. On rainy days there is always something to do indoors, like precooking the meals, baking, making some project in the garage... Friday is a housecleaning day.

We don’t want them to feel tied down here, if they want to take a bike and have a ride, they just have to let us know. Same if they want to go to Tofino for the weekend, they can, as long as they let us know at least week in advance.

Pavel : The work varies, it’s mostly taking care of the animals; we now have 1 dog, 2 cats, 2 donkeys and 15 hens + 1 rooster. Morning starts at 8 am with feeding and cleaning the paddocks and we do it again at 4pm.
I can also need help with cutting and splitting firewood, building and gardening, as we have an orchard (apple trees, hazelnuts, plums, figs, cherries. pears) and a fruit and vegetable garden, we constantly improve the pastures and landscape the grounds. We are using organic methods as long as it is practicable. One of the most satisfying task of a host is passing his skills and experiences to helpers and seeing that they are appreciated.

What is it like to have people coming from different countries, with different backgrounds, religions, cultures…?

Pavel : It’s very cosmopolitan and it’s an enriching atmosphere.
We had helpers from 18 to 40+, students, a doctor, farmers, lawyers, environmental scientists, people with a WHV or with a tourist visa.
By the way, in Canada, you are not allowed to do more than 4 weeks of wwoofing if you don’t have a work permit or WHV.
I remember an Asian girl, who never experienced Christmas, she was so happy to dress up the Christmas tree and so excited about it, especially placing the star at the top. People always exchange their cultures, languages, jokes, recipes…
For example, some girls made a poster for how to count in Danish, Greek, German and Japanese. Some helpers become friends and travel together or meet again elsewhere. Two German girls we had here are now roommates in Germany.

Amanda : One story I could tell, is about a Belgian girl that arrived late in the evening, while we were having a barbecue. She was staying in her room, so I went to see her and ask her what was wrong. She felt very sick, had temperature of 40°, we went to the hospital the next day, they ran some blood tests and she had to be admitted to intensive care for 5 days, which was scary for everyone. It was the first time that we had someone so sick, she was without her family, her family was worried.…we’ve been looking after her as a family would have done, she felt safe knowing that we were here for her, even if she had just arrived two days before. The story ended well and we’ve met her again in Australia 2 years ago.

Could you think of one sentence to say what helpX or wwoofing means to you?

Amanda :
A fantastic sharing and teaching experience!

Pavel :
Maybe not everybody’s “cup of tea”, but for us it is unique and enriching way of life.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Tout savoir sur le PVT à Montréal !

[Interview]

Julien, consultant en recrutement à Toronto (Ontario)

[Récit de voyageur]

On a testé travailler dans une agence de voyage à Buenos Aires

[News]

Concours « Les 20 ans du PVT », un cadeau à gagner chaque mois !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

et bien, c’est un bien joli témoignage qui donne tout de suite envie d’y aller!!! Comment peut-on les joindre? merci

{{likesData.comment_68365.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

Tu peux les contacter via HelpX ou WWOOF 😉
En faisant une recherche sur l’île de Vancouver et sur Qualicum beach, tu trouveras leur profil.

{{likesData.comment_68368.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre