1. #141
    Avatar de Lilou
    Julie 35 ans

    Messages
    13 793
    Likes reçus
    4 866
    Rappel des conseils qui permettent de limiter les risques de retour anticipé :

    - Partir avec de l'argent (et ne pas hésiter à repousser un peu son départ pour partir avec plus !).

    - Partir conscient des difficultés : aucun pays n'est un eldorado, et je répète ce que je dis souvent : une recherche d'emploi à l'étranger, c'est la même chose qu'en France sauf que là on ne connaît personne et on ne parle pas forcément bien la langue. En partant de là, on ne peut pas s'attendre à des miracles. Attention aux reportages TV qui vendent du rêve, vraiment ! Les profils choisis sont souvent des PVTistes qui ont "réussi" (je déteste ce mot !!).

    Ces deux conseils sont ceux qu'on donne le plus, parce qu'ils sont primordiaux. Si on part avec 1000 euros et qu'on se dit qu'on va trouver du boulot en claquant des doigts, ça peut être très mal barré. Certains vous diront le contraire, car ils sont très débrouillards et ne prévoient pas de rester en ville (ça coûte toujours plus cher en ville), mais c'est un risque (à prendre ou pas, à vous de voir !).

    Et pour parler du retour (positif ou négatif), pensez à consulter toute la section Retour au bercail du forum


  2. Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

    Retrouvez toutes les informations les plus à jour possible au sujet du COVID-19 et de ses répercussions sur les pvtistes !
  3. #142
    Avatar de Vianney1
    28 ans

    Messages
    2
    Likes reçus
    3
    Message de Lilou
    Rappel des conseils qui permettent de limiter les risques de retour anticipé :

    - Partir avec de l'argent (et ne pas hésiter à repousser un peu son départ pour partir avec plus !).

    - Partir conscient des difficultés : aucun pays n'est un eldorado, et je répète ce que je dis souvent : une recherche d'emploi à l'étranger, c'est la même chose qu'en France sauf que là on ne connaît personne et on ne parle pas forcément bien la langue. En partant de là, on ne peut pas s'attendre à des miracles. Attention aux reportages TV qui vendent du rêve, vraiment ! Les profils choisis sont souvent des PVTistes qui ont "réussi" (je déteste ce mot !!).

    Ces deux conseils sont ceux qu'on donne le plus, parce qu'ils sont primordiaux. Si on part avec 1000 euros et qu'on se dit qu'on va trouver du boulot en claquant des doigts, ça peut être très mal barré. Certains vous diront le contraire, car ils sont très débrouillards et ne prévoient pas de rester en ville (ça coûte toujours plus cher en ville), mais c'est un risque (à prendre ou pas, à vous de voir !).

    Et pour parler du retour (positif ou négatif), pensez à consulter toute la section Retour au bercail du forum
    Bonjour à tous, je suis nouveau sur le forum et je tenais à partager mon histoire avec vous.

    Alors voici mon témoignage mais hors PVT :

    Je suis parti au mois de janvier pour passer 3 mois en Asie, puis ensuite je voulais enchaîner avec mon PVT en Australie.
    Mon voyage en Asie ce passe super bien, moments magiques, etc...
    A la fin de mon séjour je prends l'avion au depart du Vietnam pour me rendre en Australie, escale à Singapour, contrôle de passeport, et là, on me dit que mon passeport n'est pas valide car il est considéré comme volé et donc inutilisable...
    Moment d'angoisse extrême, je sais pas ce qui ce passait et ce qui allait ce passer...
    Je passe donc en interrogatoire plusieurs longues minutes puis relevé d'empreintes, prise de photos contre les graduations comme en prison etc... sans savoir pourquoi, Singapour me renvoi par avion au Vietnam...
    Au Vietnam, même chose qu'à Singapour interrogatoire, etc... qui a duré des heures, j'ai dormi dans l'aéroport sous surveillance militaire.
    Au final j'ai pas eu le choix, ils m'ont dit : votre passeport est bloqué dans tous les pays du monde, vous n'avez pas le choix de retourner en France dès ce soir. Je suis donc rentrer en France...
    Au final l'histoire c'est que quelques mois avant de partir en Asie j'avais perdu mon passeport je l'avait donc déclaré comme volé, sauf que je l'ai retrouvé quelques jours après, je suis allé au poste de police leur dire et ils ont donc annulé la plainte de vol sans me dire + de choses. J'ai appris plus tard qu'une fois un passeport déclaré comme volé, dans la minute qui suit, il devient inutilisable, même retrouvé le lendemain sauf que je ne le savait pas...
    La France m'a quand même laissé quitter l'aéroport avec un passeport falsifié et j'ai traversé 4 pays en Asie, comme quoi les contrôles sont très aléatoire...
    Et pour finir, j'ai perdu tous mes billets d'avion pour l'Australie et la NZ car je n'avait pas pris d'assurance... et oui...

    Vianney,
    baroudeur for ever


  4. #143
    Avatar de skassounette
    Chrystelle 31 ans

    Messages
    265
    Likes reçus
    166
    Ancienne Pvtiste au Canada, je n'étais encore pas venue témoigner à cette section. En réalité, je passais en coup de vent sur le forum, car bien que je sois rentré un peu plus tôt que prévu, l'idée même de m'arrêter sur des sites de voyage me donnait la nausée, tellement mon retour à été douloureux.

    Première fois au Canada en 2011 en tant que touriste durant trois mois, premier voyage seule en sac à dos, loin de mes habitudes de petite française et déjà ce périple m'avait transformé et mit une sacré claque.

    Deux ans après, demande de pvt, qui fut acceptée et mi-novembre 2013, je mis à nouveau le backpack sur les épaules où j'entrepris le plus beau voyage de ma vie. Spirituellement, humainement.. Malgré quelques petits coups de mous, ma vie de nomade continuais pour mon plus grand plaisir, je fis la rencontres de personnes complétement incroyable, mis corps et âme dans mes travaux de volontaire, partis sur un coup de tête aux States pour en fin de compte y rester deux mois. Puis je rentra à nouveau au Canada, et entama avec mon copain un road-trip sur les même routes où nous nous étions rencontrés deux ans auparavant. Puis fut le tour de ma mère qui décida de me rejoindre et pendant deux semaines, je lui fis découvrir mon pays de coeur que j'aime tant..

    Au bout de sept mois et demi et d'aventures incroyable, je pris la décision de rentrer. Sans jamais savoir le pourquoi du comment. Retour à la réalité qui fut un coup dur, suivi de gros coup de blues et de regrets, s'ajoutant les personnes qui font culpabiliser en insistant sur le fait que normalement, je n'étais pas censé rentrer à cette période, alors que ceux-ci n'ont jamais quitter le confort et leurs habitudes.. Mais la vie à continuer, j'ai rejoins mon copain dans le sud et je commence enfin à m'ouvrir à nouveau aux idées de voyage, d'ailleurs l'an prochain, nous retournons en couple au Canada, fêter nos 5 ans sur les routes de Saskatchewan qui nous ont unis.. modeniaisoff

    Bref, au final, mon message est un peu brouillon, mon ventre se noue toujours en écrivant ses lignes, non pas à cause de mon expérience de Pvtiste, car celle-ci fut incroyable, mais le fait d'avoir prise une décision que je crois regretter pour un moment.


  5. #144
    Avatar de isa
    isa
    isa est déconnecté
    isa

    Messages
    9 037
    Likes reçus
    6 096
    Message de skassounette
    Bref, au final, mon message est un peu brouillon, mon ventre se noue toujours en écrivant ses lignes, non pas à cause de mon expérience de Pvtiste, car celle-ci fut incroyable, mais le fait d'avoir prise une décision que je crois regretter pour un moment.
    5 ans déjà ! En tout cas tes divers récits sur la Saskatchewan m'avait marquée. Contente de voir que vous êtes toujours ensemble
    Merci de repasser ici, j'espère que tu nous emmèneras à nouveau sur les routes !
    Eh oui, parfois le retour est difficile, mais j'espère qu'à présent, avec plus de recul, c'est moins douloureux pour toi.

  6. #145
    Avatar de melyssa
    mélissa 33 ans

    Messages
    13
    Likes reçus
    4
    Vos conversations sont très intéressantes, mon aventure se passe très très bien surtout au niveau professionnel et c'est enrichissant de connaitre la vision des autres français .

    Apres plusieurs années, je peux vous rejoindre que avoir des Amis québécois reste encore un défis.

  7. #146
    Avatar de quentin86
    34 ans

    Messages
    2
    Likes reçus
    7
    Message de JulieTravels
    Bonjour à tous,

    Je voudrais contribuer un peu à cette discussion, car je trouve que ce sujet n'est pas assez présent sur le forum (ce que j'ai beaucoup regretté).
    Alors je suis partie en pvt en octobre 2014 à Toronto et me revoilà déjà revenue en Belgique.

    Déjà j'ai commis certaines erreurs avant de partir : arriver en hiver au Canada, ce n'est pas une bonne idée + j'étais épuisée quand je suis partie (travail à temps plein + travail de fin d'études à terminer).

    Arrivée là bas, ma première difficulté a été de trouver un logement. Je pensais pas que ça allait être aussi difficile. Entre les logements trop petits, trop sales, pas vivables et ceux qui sont super loin, ça n'a pas été facile de trouver. Pour finir j'ai été assez chanceuse, j'ai trouvé en deux semaines dans un chouette quartier.
    Mais entre temps, j'ai eu la malchance de rencontrer les punaises de lit. Pas facile de faire des visites d'appartements avec des piqûres plein les mains, les bras, le cou et même les joues. En plus de ça, je ne dormais plus, de peur de les voir revenir.
    Heureusement, j'ai eu le bon réflexe de directement nettoyer et sécher mes vêtements à haute température (j'ai perdu beaucoup de vêtements en agissant ainsi, mais bon, c'était le prix à payer pour m'en débarrasser).
    Toutefois, pendant un mois certainement, j'ai stressé, de peur d'en ramener dans mon nouveau logement ou de les transmettre à qqun d'autre. J'étais clairement devenue paranoïaque.
    Rien de tout ça n'est heureusement arrivé.

    Ensuite la recherche de boulot. Bien qu'ayant un très bon niveau d'anglais (je peux comprendre et entretenir une conversation sans problème), ça n'a pas été si évident à cause des fameuses références canadiennes.
    Bref pour finir j'en suis arrivée à cumuler deux jobs. J'ai bossé plus de 50h par semaine. Puis j'ai dit stop et j'ai quitté un des deux jobs (l'un des deux m'offrait un temps plein).
    Cette semaine où j'ai fait 55h m'a achevée. Je n'étais pas venue au Canada pour me faire crever au travail au salaire minimum.
    J'étais venue pour voyager et découvrir le pays, mais, pour voyager au Canada, il faut de l'argent et du temps, ce que je n'avais pas puisque je bossais (et donc ne voyageais pas) et si je voyageais, je pouvais très difficilement payer mon loyer et ma nourriture.

    J'en pouvais plus de galérer seule. Mes colocs étaient géniales, mais ne pouvaient pas m'aider. Bien entendu j'avais rencontré des pvtistes à Toronto, mais dans le fond (et même si j evais garder contact avec certains d'entre eux) ils ne savent pas te rassurer comme tes amis de longue date ou ta famille...
    Moi qui avais toujours mangé sainement, je n'arrivais pas à m'habituer et à retrouver les aliments que je mangeais avant, je ne cuisinais plus...

    Tout ça pour dire que j'étais perdue : rentrer et "avoir échoué" (c'est ce que je ressentais, de n'avoir réussi à m'adapter) ou rester et continuer à me sentir mal (je pleurais très très souvent).
    J'ai choisi de rentrer.
    Non sans regrets, car mon dernier mois au Canada a été génial (voyages au Québec, soirées super chouettes, rencontres). Mais j'étais perdue (et je le suis toujours) et j'avais besoin d'être entourée...

    Désolée pour ce roman, mais voilà, je voulais juste montrer que le PVT n'est pas toujours rose et que oui, certaines personnes rentrent pcq elles ne s'habituent pas ou se sentent mal.
    Hello,

    J'ai fait le PVT en Australie, au Canada et maintenant je fini celui en Nouvelle Zélande. Tout ça pour dire que je connais très bien ce que l'on peux ressentir quand on est loin de tout, il faut pouvoir retrouver ses repères, ...
    Je parlais justement avec un ami qui est rentré plutôt aussi, juste pcq il avait fais le tour et qu'il avait envie de retrouver ça famille et ses amis. Moi même je rentre un peu plutôt que prévu, il n'y a aucune honte à rentrer plutôt, ce n'est pas un échec c'est une aventure que seul les gens qui l'ont vécue peuvent comprendre. On pense toujours que si on rentre plutôt les gens croiront que l'on a été faibles,... En aucun cas, et si qqun qui n'est jamais parti te juge dit lui de partir lui meme et il verra les barrière que tu à a franchir quand tu es dans un autre pays ;-)
    En gros ton expérience sera toujours positive malgré tout.


  8. #147
    Avatar de Louna24
    31 ans

    Messages
    77
    Likes reçus
    44
    Je pensais rester un an en NZ au final je viens de rentrer apres 8 mois. Meme si je savais que c'etait le moment j'ai eu honte de l'annoncer a mes proches "la honte de pas faire un an"

    Je suis rentrée depuis meme pas deux semaines. Tres contente d'être rentrée meme si la NZ me manque car j'ai vraiment passé 8 mois géniaux je sais que si j'étais restée plus longtemps je n'aurai rien fait de plus que bosser et je voulais partir sur du positif.

    Donc malgré la honte stupide de pas avoir fait un an je suis contente.
    Apres c'est tout frais donc je suis un peu perdue dans ma tete mais j'ai deja des nouveaux projets de voyages en tete


  9. #148
    Avatar de Helene
    Hélène 3 ans

    Messages
    13 436
    Likes reçus
    7 561
    Message de Louna24
    Donc malgré la honte stupide de pas avoir fait un an je suis contente.
    Autowash, et la honte inutile s'en va! pfiout!
    Tu t'es écoutée, tu as fait confiance à ton instinct et tu as bien fait, pas de regret ou de honte à avoir, la preuve, tu te sens bien dans la décision que tu as prise.


  10. #149
    Avatar de Mamaymac
    34 ans

    Messages
    180
    Likes reçus
    19
    Il y a des retours qu on décide et d autres qui s imposent.. Pour ma part nous avons du rentrer plus tôt de notre pvt Canada, pour des raisons familiales (mon père est gravement malade) alors après huit mois au Canada nous sommes rentrés (le 15 juillet !) tout ça pour dire qu il ne faut rien regretter et que c est le destin, je ne cache pas que le retour est difficile mais parfois les choses s imposent.. Et puis les voyages et les pays a visiter existeront toujours, la famille, elle, n est pas éternelle..
    Profitez a fond, je continue tout de même de zieuter sur pvtiste, hé oui quand on est piqué des voyages on continue de rêver 😊!


  11. #150
    Avatar de Lilou
    Julie 35 ans

    Messages
    13 793
    Likes reçus
    4 866
    Message de Louna24
    Je pensais rester un an en NZ au final je viens de rentrer apres 8 mois. Meme si je savais que c'etait le moment j'ai eu honte de l'annoncer a mes proches "la honte de pas faire un an"

    Je suis rentrée depuis meme pas deux semaines. Tres contente d'être rentrée meme si la NZ me manque car j'ai vraiment passé 8 mois géniaux je sais que si j'étais restée plus longtemps je n'aurai rien fait de plus que bosser et je voulais partir sur du positif.

    Donc malgré la honte stupide de pas avoir fait un an je suis contente.
    Apres c'est tout frais donc je suis un peu perdue dans ma tete mais j'ai deja des nouveaux projets de voyages en tete
    Il n'y a pas de quoi avoir honte, 8 mois c'est bien ! Certains partent en PVT pour 6 mois seulement, ou 8 mois, avant de reprendre leurs études par exemple. Cette durée permet largement de découvrir un pays et sa culture (pas autant qu'en y restant 3 ans, mais toujours plus qu'en y allant 2 semaines en vacances ).

    Et pour faire pas mal de salons je peux te dire que beauuuucoup de PVTistes me disent avoir passé 6/7/8/9 mois à l'étranger en PVT, ils ne me racontent pas pourquoi (choix bien vécu ou pas) mais j'imagine que parmi eux, il y en a pas mal qui pensaient rester 1 an.

    Ca me fait penser que ceux qui ont peur de rentrer plus tôt devraient dire à leur entourage "je pars 6 mois" et s'ils veulent rester après 6 mois, dire "finalement c'est trop bien, je reste"


  12. #151
    Avatar de Louna24
    31 ans

    Messages
    77
    Likes reçus
    44
    Message de Lilou

    Ca me fait penser que ceux qui ont peur de rentrer plus tôt devraient dire à leur entourage "je pars 6 mois" et s'ils veulent rester après 6 mois, dire "finalement c'est trop bien, je reste"
    Je pense ma mere a préféré dans le sens je pars un an et au final je rentre plus tot hahaha

    Je sais que je n'ai pas de raison d'avoir honte. Je suis juste pas tres sympa avec moi meme parfois


  13. #152
    Avatar de Lilou
    Julie 35 ans

    Messages
    13 793
    Likes reçus
    4 866
    Message de Louna24
    Je suis juste pas tres sympa avec moi meme parfois
    T'inquiète, moi aussi et je crois qu'on est nombreux dans ce cas. C'est dommage mais c'est dur de se contrôler


  14. #153

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Message de quentin86
    On pense toujours que si on rentre plutôt les gens croiront que l'on a été faibles,... En aucun cas, et si qqun qui n'est jamais parti te juge dit lui de partir lui meme et il verra les barrière que tu à a franchir quand tu es dans un autre pays ;-)
    En gros ton expérience sera toujours positive malgré tout.
    C'est bien ça le problème, les personnes qui jugent sans le savoir.
    Encore aujourd'hui, lorsque j'annonce à des personnes que je ne connais pas bien que je ne suis pas restée 1 an, ils me regardent avec un air déçu "pcq ils connaissent qqun qui est resté un an lui".

    Enfin mnt j'accepte beaucoup mieux ma décision et je n'hésite pas à dire que j'ai passé de très bons moments malgré tout !

  15. #154
    Anonyme
    Message de Lilou
    Ca me fait penser que ceux qui ont peur de rentrer plus tôt devraient dire à leur entourage "je pars 6 mois" et s'ils veulent rester après 6 mois, dire "finalement c'est trop bien, je reste"
    Moi j'ai opté de dire aux gens que le visa me permet de rester pour une période pouvant aller jusqu'à un an. J'ai préféré dès le départ dissocier la durée du visa de ce que je pourrai endurer et ne pas me mettre de la pression pour réaliser un séjour d'un an. Ça sous-entend que rien n'est coulé dans le béton; si je veux ou je dois rentrer, je le ferai et je gèrerai le bagage qui vient avec.

    Message de JulieTravels
    Encore aujourd'hui, lorsque j'annonce à des personnes que je ne connais pas bien que je ne suis pas restée 1 an, ils me regardent avec un air déçu "pcq ils connaissent qqun qui est resté un an lui".
    Je ne suis pas certaine de comprendre. Ils sont déçus pour toi parce que tu ne cadres avec leur image du pvtiste qui part au Canada?


  16. #155

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Message de igloo
    Je ne suis pas certaine de comprendre. Ils sont déçus pour toi parce que tu ne cadres avec leur image du pvtiste qui part au Canada?
    Oui, c'est ça. Pour eux, le Canada c'est l'eldorado et tout le monde doit bien se plaire là-bas.

  17. #156
    Avatar de Lilou
    Julie 35 ans

    Messages
    13 793
    Likes reçus
    4 866
    Message de JulieTravels
    Oui, c'est ça. Pour eux, le Canada c'est l'eldorado et tout le monde doit bien se plaire là-bas.
    C'est une pensée collective, qui fait que chaque année, un petit paquet de PVTistes au Canada se retrouvent hyper déçus une fois sur place : ils s'attendaient à ce que tout soit simple, ils ne s'attendaient à aucun choc culturel (ou alors à un choc culturel pas du tout gênant - on ne peut jamais vraiment savoir comment on réagit à un changement d'environnement tant qu'on n'en a pas fait l'expérience et certains tombent de haut et découvrent qu'ils ne vivent pas bien la situation) ou ils s'imaginaient tout aimer, la ville, les gens, l'ambiance, alors qu'au final il peut toujours y avoir des choses qui nous déplaisent ou on peut ne pas du tout avoir un coup de coeur pour une ville que tout le monde aime (d'ailleurs, c'est ça qui rend les témoignages compliqués parfois. Certains se disent "tout le monde aime et a vécu une belle expérience, je suis un extra-terrestre, le problème vient forcément de moi".

    Pas toujours simple...

    Igloo, tu as bien fait, dissocier la durée du visa et la durée de ton projet, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Je remarque, quand on fait des salons que certains me disent "non je peux pas partir en PVT, je suis dispo que 6 mois". Pour certains en effet, le PVT est valable 1 an donc du DOIS rester un an :$


  18. #157
    Avatar de Luce
    28 ans

    Messages
    2
    Likes reçus
    2
    Bonjour à tous,
    Je viens de tomber un peu à l'improviste sur vos témoignages. Ca fait du bien de voir que les coups de blues existent et que les retours "anticipés" ne sont pas une honte.
    Pour ma part, j'ai décider de quitter la France pour l'Australie, que j'avais déjà visiter il y a 8ans avec mes yeux d'ados. J'avais adoré, et ne demandais qu'a repartir. Chose faite:
    Début novembre j'embarque mon Jules avec moi pour 1mois de vacances, et moi supposé 8mois en tant que fille au pair. Mais une fois arrivée je déchante un peu... Ce n'est plus ce que c'était dans mon souvenir. Les gens ont été plus distant, méfiant.
    Du coup on a quand même décider d'en profiter, nous avons bouger sur Sydney, Melbourne, Blue Mountains, Great Ocean Road. Bref on a adoré bouger à deux.
    Puis mon Jules est repartis, me laissant seule à mon boulot de fille au pair. J'avoue que je n'y arrive pas. J'ai quitter la France pour une envie de partir mais aussi fuir la routine. Je me rend compte que je me suis crée une routine avec ce job. De plus avec les récents évènements à Paris, je ne suis pas sereine pour ma famille.
    Je me demande si il est judicieux de partir après 1mois 1/2 de séjour. Je positive en me disant que ce que souhaitais au plus profond de moi était de revenir en Australie. Chose faite.
    Ca m'a permis de voir que je ne suis pas une aventurière, du moins toute seule ce n'est pas mon truc, je suis plus une touriste.
    Je pense sérieusement revenir en France pour les fêtes de Noël, être loin de ça famille n'est pas chose facile. Au moins, j'aurais essayer.

    En tout les cas, merci pour vos témoignages!


  19. #158

    Messages
    18
    Likes reçus
    20
    Message de Luce
    Bonjour à tous,
    Je viens de tomber un peu à l'improviste sur vos témoignages. Ca fait du bien de voir que les coups de blues existent et que les retours "anticipés" ne sont pas une honte.
    Pour ma part, j'ai décider de quitter la France pour l'Australie, que j'avais déjà visiter il y a 8ans avec mes yeux d'ados. J'avais adoré, et ne demandais qu'a repartir. Chose faite:
    Début novembre j'embarque mon Jules avec moi pour 1mois de vacances, et moi supposé 8mois en tant que fille au pair. Mais une fois arrivée je déchante un peu... Ce n'est plus ce que c'était dans mon souvenir. Les gens ont été plus distant, méfiant.
    Du coup on a quand même décider d'en profiter, nous avons bouger sur Sydney, Melbourne, Blue Mountains, Great Ocean Road. Bref on a adoré bouger à deux.
    Puis mon Jules est repartis, me laissant seule à mon boulot de fille au pair. J'avoue que je n'y arrive pas. J'ai quitter la France pour une envie de partir mais aussi fuir la routine. Je me rend compte que je me suis crée une routine avec ce job. De plus avec les récents évènements à Paris, je ne suis pas sereine pour ma famille.
    Je me demande si il est judicieux de partir après 1mois 1/2 de séjour. Je positive en me disant que ce que souhaitais au plus profond de moi était de revenir en Australie. Chose faite.
    Ca m'a permis de voir que je ne suis pas une aventurière, du moins toute seule ce n'est pas mon truc, je suis plus une touriste.
    Je pense sérieusement revenir en France pour les fêtes de Noël, être loin de ça famille n'est pas chose facile. Au moins, j'aurais essayer.

    En tout les cas, merci pour vos témoignages!
    Lucile, je me retrouve vraiment dans ton témoignage. Je m'étais aussi dit que j'étais davantage une voyageuse "touriste" qu'une personne prête à s'installer autre part, même pour une durée déterminée.

    Ma famille me manquait énormément. Les fêtes de fin d'année au Canada ont été une pénitence pour moi (surtout que mon anniversaire tombe aussi en même temps). Je pleurais tous les jours. Nous avons bien fêté Noël entre expatriés, mais il me manquait la chaleur de ma famille.
    Ce voyage m'a donc permis de mieux me connaître. Je sais que j'aime voyage - j'adore vraiment ça -, mais j'aime aussi être proche de ma famille, voir mon filleul grandir, aller manger chez ma cousine, etc.

    Si vraiment la perspective d'être loin de ta famille pour les fêtes te rend triste, je te dirai de rentrer. Tu peux toujours y retourner après. Tout comme tu peux rentrer et y retourner après deux mois si tu en as les moyens.
    Dis-toi que tu peux faire ce que tu veux ! Si tu ne le sens pas maintenant, rentre et peut-être que dans un mois tu y retourneras, mais tu seras mieux préparée. Tu sauras à quoi t'attendre.

    Je t'envoie plein de courage et qu'importe le choix que tu feras, ce sera le bon

  20. #159
    Avatar de JD06600
    41 ans

    Messages
    5
    Likes reçus
    1
    Message de JulieTravels
    Lucile, je me retrouve vraiment dans ton témoignage. Je m'étais aussi dit que j'étais davantage une voyageuse "touriste" qu'une personne prête à s'installer autre part, même pour une durée déterminée.

    Ma famille me manquait énormément. Les fêtes de fin d'année au Canada ont été une pénitence pour moi (surtout que mon anniversaire tombe aussi en même temps). Je pleurais tous les jours. Nous avons bien fêté Noël entre expatriés, mais il me manquait la chaleur de ma famille.
    Ce voyage m'a donc permis de mieux me connaître. Je sais que j'aime voyage - j'adore vraiment ça -, mais j'aime aussi être proche de ma famille, voir mon filleul grandir, aller manger chez ma cousine, etc.

    Si vraiment la perspective d'être loin de ta famille pour les fêtes te rend triste, je te dirai de rentrer. Tu peux toujours y retourner après. Tout comme tu peux rentrer et y retourner après deux mois si tu en as les moyens.
    Dis-toi que tu peux faire ce que tu veux ! Si tu ne le sens pas maintenant, rentre et peut-être que dans un mois tu y retourneras, mais tu seras mieux préparée. Tu sauras à quoi t'attendre.

    Je t'envoie plein de courage et qu'importe le choix que tu feras, ce sera le bon
    Bonjour, Je suis actuellement a Montréal dans le cadre du PVT et je souhaite témoigner de mon ressenti sur cette expérience.

    Personnellement pour commencer je vais être sincère, je n'aime pas ce pays !

    La chose la plus importante a retenir est de savoir vraiment qui vous êtes et ce que vous attendez de cette expérience.

    Moi je suis un homme de 36 ans avec un assez fort caractère et 14 années d’expérience en tant que barman avec une panoplie de diplômes allant avec, a savoir un bac hotellerie et une mention barista. Je suis sur place depuis quatre mois et toujours pas de travail !!!

    j'ai préparé cette expédition pendant deux ans (niveau finance), participé trois fois au sessions pvt et croyait le ou non je l'ai eu a chaque fois ! deux fois pour moi et une fois pour ma petite amie. nous sommes parti avec 10000 euros d’économie et vivons dans le Village entre Beaudry et Papineau dans un deux pièces flambant neuf qui nous coûte 990 dollars/mois tout compris meublé internet fibré et tutti. elle travail dans le centre ville au pied des buildings et tout porte a croire que nous avons la belle vie. et bien non !

    Avis a tout les gens de la restauration, ici les hommes auront vraiment du mal a s'adapter car soit votre reseau et bien constitué et vous pouvez ramene du monde a votre emploi, das ce cas meme si vous etes un bidon vous aurez une bonne place, soit vous ne connaissait personne et vous aurtez peut etre une chance de repartir a zero en tant que runner. ou alors vous etes une femme plutot bonnasse et là je constate avec effroi que meme si vous n'avez strictement aucune connaissance dans votre travail, les portes vous seront ouverte.

    j'ai un avocat spécialisé en immigration qui s'occupe de ma RP bref la totale mais malgré tout j'ai hatte de rentrer sur Antibes ma ville natale.

    Montréal est une ville qui vit la nuit, avec pour la plupart des gens incultes et stupides, je le penses !
    on vous dit que l'image du maudit français c'est fini, oui bien sur disons qu'ils ont appris a le cacher.
    le racisme est bien présent je vous rassure. on vous demande de faire profil bas et de vous intégrer dans la société vous montrant les problèmes que nous avons en France. En fait on vous demande de repartir a zero et de faire des jobines de merde sous prétexte que vous n’êtes qu'un candidat de plus a l'immigration (et non pas un immigré) seulement candidat ! Les leçons de morale je n'en reçoit plus depuis longtemps et de personnes, j'ai assez donné.

    Mes principales connaissances sur place sont des français qui sont de passage ou installés, aucun quebecois évidemment et même certain informaticiens ou infirmier ou encore interne en hôpitaux (médecins) doivent revoir a la baisse leurs prétentions pourtant issu de la fameuse cnp 2011. Pressé de trouver une solution a ce problème.

    Pour faire simple, le canada aujourd’hui conviendra a des jeunes (la vingtaine) ayant une petite expérience pro et très peu de diplômes. ce sont cela qui s’intégreront le mieux. c'est ce que cherche cic !

    En France on se dit en voyant le Canada, whaou c'est chouette ! This is the place where i'll live !
    Je ne parle même pas du froid et de la bouffe qui est pire que merdique !

    Je me ferais un plaisir de répondre a toute vos questions concernant les projets de PVT !

    SVP Webmaster, ne me censurez pas ! arrêtons de mentir a tout le monde sur le pays des bisounours !

  21. #160
    Avatar de SAshira
    33 ans

    Messages
    227
    Likes reçus
    75
    Message de JD06600
    Bonjour, Je suis actuellement a Montréal dans le cadre du PVT et je souhaite témoigner de mon ressenti sur cette expérience.

    Personnellement pour commencer je vais être sincère, je n'aime pas ce pays !

    La chose la plus importante a retenir est de savoir vraiment qui vous êtes et ce que vous attendez de cette expérience.

    Moi je suis un homme de 36 ans avec un assez fort caractère et 14 années d’expérience en tant que barman avec une panoplie de diplômes allant avec, a savoir un bac hotellerie et une mention barista. Je suis sur place depuis quatre mois et toujours pas de travail !!!

    j'ai préparé cette expédition pendant deux ans (niveau finance), participé trois fois au sessions pvt et croyait le ou non je l'ai eu a chaque fois ! deux fois pour moi et une fois pour ma petite amie. nous sommes parti avec 10000 euros d’économie et vivons dans le Village entre Beaudry et Papineau dans un deux pièces flambant neuf qui nous coûte 990 dollars/mois tout compris meublé internet fibré et tutti. elle travail dans le centre ville au pied des buildings et tout porte a croire que nous avons la belle vie. et bien non !

    Avis a tout les gens de la restauration, ici les hommes auront vraiment du mal a s'adapter car soit votre reseau et bien constitué et vous pouvez ramene du monde a votre emploi, das ce cas meme si vous etes un bidon vous aurez une bonne place, soit vous ne connaissait personne et vous aurtez peut etre une chance de repartir a zero en tant que runner. ou alors vous etes une femme plutot bonnasse et là je constate avec effroi que meme si vous n'avez strictement aucune connaissance dans votre travail, les portes vous seront ouverte.

    j'ai un avocat spécialisé en immigration qui s'occupe de ma RP bref la totale mais malgré tout j'ai hatte de rentrer sur Antibes ma ville natale.

    Montréal est une ville qui vit la nuit, avec pour la plupart des gens incultes et stupides, je le penses !
    on vous dit que l'image du maudit français c'est fini, oui bien sur disons qu'ils ont appris a le cacher.
    le racisme est bien présent je vous rassure. on vous demande de faire profil bas et de vous intégrer dans la société vous montrant les problèmes que nous avons en France. En fait on vous demande de repartir a zero et de faire des jobines de merde sous prétexte que vous n’êtes qu'un candidat de plus a l'immigration (et non pas un immigré) seulement candidat ! Les leçons de morale je n'en reçoit plus depuis longtemps et de personnes, j'ai assez donné.

    Mes principales connaissances sur place sont des français qui sont de passage ou installés, aucun quebecois évidemment et même certain informaticiens ou infirmier ou encore interne en hôpitaux (médecins) doivent revoir a la baisse leurs prétentions pourtant issu de la fameuse cnp 2011. Pressé de trouver une solution a ce problème.

    Pour faire simple, le canada aujourd’hui conviendra a des jeunes (la vingtaine) ayant une petite expérience pro et très peu de diplômes. ce sont cela qui s’intégreront le mieux. c'est ce que cherche cic !

    En France on se dit en voyant le Canada, whaou c'est chouette ! This is the place where i'll live !
    Je ne parle même pas du froid et de la bouffe qui est pire que merdique !

    Je me ferais un plaisir de répondre a toute vos questions concernant les projets de PVT !

    SVP Webmaster, ne me censurez pas ! arrêtons de mentir a tout le monde sur le pays des bisounours !
    Salut,

    Je me permets de te répondre. Il y a du vrai et du un peu moins vrai selon moi ou des choses à un peu nuancer.

    Commençons par le positif! Côté professionnel, le Canada offre des opportunités indéniables. La grande majorité des immigrants que je connais ont tous un emploi assez intéressant avec de réelles responsabilités et perspectives d'évolutions. Pour ma part, j'ai étudié ben RH en France et mon diplôme, mes expériences en alternance ont vraiment été valorisées et reconnues ici. Je travaille pour une grande cie américaine depuis aout 2014, dans mon domaine ie en recrutement, j'ai eu une promotion après 1 an et je continue d'apprendre et de me développer. Donc de dire que nos diplômes ne sont pas reconnus n'est pas totalement vrai selon moi. Nous sommes français. On ne va pas se mentir, nous ne sommes pas dans la situation d'un immigrant africain, très bien formé, avec de belles qualifications qui se voit offrir un emploi de taxi ou en centre d'appels. Hier encore je lisais dans le journal métro que le gouvernement avait organisé une foire d'emploi pour les réfugiés syriens. Je pense que dans sa ''sélection'', le Canada à poursuivi sa politique d'immigration avec eux en choisissant dans la mesure du possible, une majorité d'immigrants qualifiés. Mais lors de cette foire d'emplois, l'organisme se vantait d'offrir des emplois assez basiques (que je ne dénigre pas, bien au contraire mais qui ne correspondent pas nécessairement aux profils de ces personnes). Donc niveau diplômes et formation, cela est relatif surtout qu'en France nous sommes très bien formés.

    Pour le reste, je trouve que tu as raison. Les hivers sont très longs et pénibles (et encore, je suis à Montréal).

    Un peu comme toi, je côtoie les québécois uniquement dans le cadre professionnel. Je ne veux pas paraître hautaine ou quoique ce soit, mais ça ne m'intéresse pas de côtoyer les québécois. Les conversations, les échanges sont toujours limités. Si ça n'est pas le chum, c'est la blonde, si ce n'est pas la blonde c'est le chalet, si ce n'est pas le chalet, c'est Ricardo et ses recettes, si ce n'est pas ça, c'est les vacances dans le sud. Bref. Pas intéressant. J'ai bien essayé de parler politique l'an dernier. Je me suis dis qu'avec les élections c'était le moment propice mais non. Même là, on mettait court aux conversations pour parler d'autre chose. Vous direz, si ce n'est que ça, ça va. Non malheureusement. Je songe éventuellement à faire une famille un jour et élever mes enfants ici je ne sais pas. Le système scolaire est limite. L'une de mes amies a son enfant en maternelle et le niveau d'enseignement est très limité. Je le ressens jusqu'au travail. Même si je suis dans un environnement anglophone, je travaille avec des personnes québécoises. Il faut reconnaître que l'expression, la rédaction est plus que limitée. Je suis un peu fatiguée de recevoir des courriels bourrés de fautes, des rapports pas détaillés, pas structurés. C'est vraiment choquant pour moi. Je me dis que si c'est ce genre de raisonnement que l'école enseigne aux enfants, soit je rentre en France soit je mets mes enfants dans le privé ou en école française.

    Tu as parlé de la nourriture et là j'adhère à 100% mais je me dis qu'en France non plus on ne mange pas comme aux US ou comme en Angola!

    Après le système de santé est juste à revoir. Je ne me souviens pas avoir autant galéré pour voir un médecin. Du coup, mon rhume, ma grippe, je les ai soigné à Jean coutu sur les conseils du pharmacien qui ne t'examine mem pas car impossible de voir un dr.

    Il y a bcp à dire. Je pense que chacun doit se faire son expérience.

    Mais pour résumer, l'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs!


Page 8 sur 9 ... 6789