Annaïk, entre Dunedin, Kaikoura et Auckland

Date de publication : 06-07-2012

Auteur

isa

Annaïk

Localisation

Rennes, France

Profession

Assistante administrative

Dernier diplôme obtenu

BTS

pvtistes : Ville de Provenance
Annaïk : Je suis originaire de Quimper, mais je suis partie sur Rennes puis sur Paris pour mes études. Avant de partir en Nouvelle-Zélande, cela faisait environ trois ans que je vivais à Paris.
pvtistes : Ville de destination
Annaïk : Quand on part en Nouvelle-Zélande on n'a pas vraiment le choix puisqu'il n'y a que deux aéroports internationaux : Auckland et Christchurch. Ma ville d'arrivée a été Auckland mais je n'y suis restée que quelques jours.
pvtistes : Sur place depuis combien de temps ?
Annaïk : Je suis arrivée en novembre 2010, donc je suis ici depuis dix mois déjà (plus que quelques semaines pour en profiter !).
pvtistes : Baroudeuse ou pas ?
Annaïk : Je ne me considère pas comme une baroudeuse, parce que je ne me balade pas avec ma tente sur le dos, je n'ai pas fait les grandes randonnées qui attirent tant de monde ici, et j'ai besoin de mon petit confort ! Mais ça ne m'a pas empêché de voyager dans tout le pays en prenant mon temps.
pvtistes : Que faisais-tu en France ?
Annaïk : Je travaillais comme secrétaire dans une grosse entreprise de réassurance à la Défense depuis dix mois. J'étais en intérim donc quand je leur ai parlé de mon projet de partir à l'étranger, on s'est arrangés pour fixer une date de fin de contrat qui convienne aux deux parties.
pvtistes : Pourquoi cette envie de t'envoler en Nouvelle-Zélande ?
Annaïk : Ayant fait des études de langues, cela faisait très longtemps que je voulais partir pour un an, de préférence dans un pays anglophone. Mais l'occasion ne s'est pas présentée pendant mes études. J'avais toujours cette idée en tête quand j'ai commencé à travailler, et une amie à moi avait aussi cette envie. On en parlait souvent, elle voulait partir en Nouvelle-Zélande, moi plutôt au Canada, mais aucune de nous ne commençait les démarches. Alors un jour on s'est dit « mais autant partir ensemble ! », ça enlève un stress et la motivation est encore plus forte ! On a donc pris la décision de partir en Nouvelle-Zélande en janvier, et on a décollé en novembre. Comme ça on avait le temps de faire des économies, de bien nous préparer au départ et d'avoir quand même une expérience professionnelle sur notre CV.
pvtistes : Pourquoi Dunedin ?
Annaïk : Il est difficile de choisir une ville en Nouvelle-Zélande avant même d'arriver car c'est un pays qu'on connait très peu (combien de gens vous disent « alors tu vas en Australie ? »). Pour ma part j'ai d'abord voyagé dans le pays. Avec mon amie, nous avons fait le tour de l'Ile du Sud avant de nous arrêter pour quelque temps à Dunedin. C'est une ville très sympa, il y a beaucoup d'étudiants donc le soir, le centre-ville est assez animé, il y a souvent des concerts dans les bars, etc. La ville elle-même est agréable à vivre, il y a un grand jardin botanique, on peut aller à la plage en bus, il y a des bâtiments historiques dans le centre. Par contre le temps n'y est pas terrible ! On y était en février (c'est censé être l'été) mais il pleuvait très régulièrement. Mon amie y est resté plusieurs mois car elle y a trouvé un job, mais moi j'ai décidé d'aller faire un peu de Wwoofing plus au nord pour retrouver le soleil. Je suis retournée à Dunedin un mois plus tard et y suis restée encore quelques semaines. La ville où je suis restée le plus longtemps (trois mois) est Kaikoura, une petite ville au nord-est de l'Ile du Sud. On l'avait visitée quelques jours durant notre tour de l'île du Sud et j'avais beaucoup aimé le cadre. A Kaikoura, vous avez la mer et les montagnes en même temps, la nature y est très belle et la ville est célèbre pour ses otaries, dauphins et baleines. Par contre c'est très petit (environ 4 000 habitants), j'y étais de mai à début août (la pleine saison est finie depuis un moment déjà), c'était donc très calme mais j'y ai passé de très bons moments. A présent je suis sur Auckland et je vais y rester jusqu'à la fin. Je voulais y être tout d'abord pour me réhabituer à la vie en ville avant de rentrer en France. Et parce que c'est la coupe du monde de rugby en ce moment, et j'avais vraiment envie de voir l'ambiance que l'évènement allait apporter.
pvtistes : Est-ce que c'est la première fois que tu vivais à l'étranger ou que tu partais aussi longtemps ?
Annaïk : Oui c'est la première fois que je partais aussi longtemps et aussi loin. Mais j'étais déjà partie à l'étranger durant mes études pour deux mois à chaque fois (un été en Russie dans le cadre d'un stage linguistique et plus tard un stage à Londres).
pvtistes : Quel a été ton sentiment dominant au cours des deux premières semaines en Nouvelle-Zélande ?
Annaïk : C'est assez loin maintenant mais il me semble que j'étais plutôt contente, le décalage horaire n'a pas été trop difficile, et après quelques jours à Auckland pour avoir un numéro de téléphone et ouvrir un compte en banque, on a tout de suite pris la route direction Gisborne (côte Est de l'Ile du Nord) pour notre premier Wwoofing. Beaucoup d'émerveillement car on découvre de très beaux paysages, on entend le chant des oiseaux qui est très différent. On découvre aussi les habitudes kiwi, par exemple on a été assez surprises par le fait que le « lunch » est très léger, on attendait donc avec impatience le repas du soir à 18h !
pvtistes : Est-ce que ta situation professionnelle te paraît satisfaisante en Nouvelle-Zélande ?
Annaïk : Ma situation est un peu particulière je crois, je vis mon PVT avec un très grand V. Je n'ai pas vraiment travaillé ici. J'ai fait beaucoup de Wwoofing en fermes (en échange de 3 ou 4 heures de travail par jour vous avez le gîte et le couvert) et en auberges (en échange de 2 heures de ménage par jour vous ne payez pas le logement). Si je cumule les deux, j'ai fait du Wwoofing pendant presque neuf mois. Alors comment ai-je fait pour vivre un an sans rémunération ? J'avais mis pas mal d'argent de côté avant de partir, et ces économies me suffisent (pour vous donnez une idée, j'ai fait un virement de 4 500€ en arrivant). La vie en Nouvelle-Zélande est légèrement moins chère qu'en France et je ne suis pas très dépensière. Je n'ai pas le permis donc j'ai voyagé en bus, et je pense que c'est une économie énorme (pas de véhicule à acheter, pas de pleins à faire).
pvtistes : Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Nouvelle-Zélande ?
Annaïk : Honnêtement, je n'en ai rencontré aucune ! C'est un pays très relax, les gens sont accueillants. Les démarches administratives sont simples et rapides. J'avais un niveau d'anglais correct avant de partir donc à part certaines personnes qui ont un accent très fort, j'arrivais à comprendre les gens et à me faire comprendre. Je pense que les Néo-Zélandais ont l'habitude d'avoir affaire à des étrangers, ils sont donc assez patients avec nous !
pvtistes : Quel est ton meilleur souvenir ?
Annaïk : Il est assez difficile de choisir un souvenir en particulier, mais je n'oublierai pas Noël au soleil, notre premier Wwoofing perdu dans les montagnes, une magnifique journée au parc Abel Tasman, le fish'n'chips de Kaikoura et tous les magnifiques paysages dont le pays regorge.
pvtistes : Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?
Annaïk : Pas vraiment non. Mais tous les Français vous le diront, ce qui nous manque le plus c'est la nourriture !! On ne mange pas si mal ici, il y a de bons produits, mais oubliez le pain frais, le fromage etc...
pvtistes : Qu'est-ce qui te manquera quand tu rentreras en France ?
Annaïk : Sans doute le côté relax. J'ai un peu peur de redevenir super stressée en rentrant ! Et sinon le fait de pouvoir se déplacer facilement, en quelques heures ici vous pouvez vous rendre dans un endroit complètement différent, et vous êtes au bord de la mer presque partout.
pvtistes : Qu'est-ce que cette expérience t'apporte du point de vue personnel ou professionnel ?
Annaïk : Du point de vue professionnel, mon niveau d'anglais s'est nettement amélioré, ce qui peut être un bon atout pour moi pour trouver un emploi à mon retour en France. Mais n'ayant pas occupé de véritable emploi, ça s'arrête là. Par contre du point de vue personnel c'est très enrichissant, j'ai rencontré des gens des quatre coins du monde, j'ai découvert un magnifique pays où les gens apprécient ce qu'ils ont. Les locaux sont heureux de vous faire partager leur mode de vie, de vous faire découvrir des endroits particuliers. Ce n'est pas fini, mais ça a été une année très remplie en rencontres et en activités mais en même temps très reposante. Je n'ai pas eu le mal du pays car il fait bon vivre ici.
pvtistes : Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?
Annaïk : N'hésitez pas à partir en Nouvelle-Zélande ! Vous serez surpris par la simplicité des choses ici. C'est un pays très « safe » pour voyager, et les étrangers sont très bien accueillis. Par contre au niveau de l'emploi, il ne faut pas se faire d'illusion, les salaires sont bas, et la plupart des gens ne trouvent que des petits boulots. Ne vous chargez pas trop en partant, vous trouverez ce qu'il vous faut sur place si besoin. Par contre, n'oubliez pas la crème solaire car même s'il ne fait pas très chaud le soleil tape fort.
Le forum m'a été très utile avant de partir, alors n'hésitez pas à y poser vos questions !

Son blog, pour en savoir plus : Une année à l'autre bout du monde!

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

13 Commentaires

Soline
0 3
Un grand merci pour ton témoignage, voulant en savoir plus j’ai été faire un tour sur le blog et je n’ai pas louper une seule partie de ton cursus ! Du coup j’ai 2-3 questions, Quelle était la taille de tes bagages quand tu es arrivé la haut? Comment as tu réussi a les gérer lorsque tu allais faire des visites… Toutes les auberges proposent ce système de logement gratuit en échange des 2h de boulot ou seulement quelques unes? Et pour terminer, c’était quoi le nom ou l’adresse du B&B de dunedin ou tu as été remunere en faisant quelques heures supplémentaires? Et d’ailleurs combien ils te donnaient pour combien d’heure? Un grand merci !
Annaïk
1.9K 3.7K
Salut Soline, merci pour ta lecture! Alors concernant mes bagages, j’étais chargée (trop): un sac à dos 40L, une valise à roulette et un sac à dos normal. Je me déplaçais en car donc pas de souci, tout allait en soute, et sinon je les laissais à l’auberge il y a quasiment toujours une pièce où ils peuvent garder les sacs. Pour travailler en auberge, non elles ne le proposent pas toutes mais c’est très très courant. A l’époque je regardais sur le site BBH qui postaient des annonces. Pour le B&B de Dunedin, ça fait déjà 4 ans, je ne sais pas si la propriétaire prend encore des wwoofeurs, mais elle était référencée dans le guide de Wwoof, donc tu peux chercher par là 😉
Lucie
2 6
Merci pour ton super témoignage! ça tombe bien, je viens tout juste de faire ma demande de visa 🙂 et te lire m’a donné encore plus envie de partir, alors merci!
Marie
0 3
Merci beaucoup pour ton retour. Comme pour les autres commentaires, je me demandais la pertinence de partir sans permis, sachant que les plus beaux endroits sont peut-être les plus innacessibles… Mais les quelques uns que tu as cité ont juste l’air splendides ! A rajouter sur l’itinéraire. Merci à toi.
Mariama
36 95
Ton profil de pvtiste ressemble assez à mon état d’esprit d’aujourd’hui alors que je commence tout juste à me préparer pour mon premier voyage. Je pars avec un peu les mêmes objectifs, c’est donc assez rassurant. Merci pour ton témoignage 🙂
Hélène
7.6K 13.6K
ça fait quoi de relire ça presque un an après???
Annaïk
1.9K 3.7K
un an et demi même! C’est marrant, mes souvenirs sont encore assez frais, je pense que j’aurais répondu a peu près de la même façon aujourd’hui 😉
Hélène
7.6K 13.6K
Oui, presque un an après la publication de l’article en fait! C’est terrible cette impression de « c’est loin » et « c’est comme si c’était hier » mélangés, einH,!
Annaïk
1.9K 3.7K
oui c’est exactement ça!
Lucie
5 21
Et donc rencontrer de belles personnes ?! 😀 Merci Annana pour le conseil !
Lucie
5 21
Bonjour, oui, merci pour cette interview ! J’hésite aussi pour le van…. Car je n’aurais pas les moyens de m’en acheter un, sauf si je gagne au loto 😀 Tu as pu voir par mal d’endroits quand même en bus ?
Annaïk
1.9K 3.7K
Oui le réseau de bus est bien développé. Bien sûr ça ne te permet pas de découvrir de jolis petits endroits cachés, mais de temps en temps au fil des rencontres tu pourras te faire embarquer par des gens ^^
Nathalie
3 12
Merci pour ton article! Il me donne encore plus envie de partir là-bas et de rencontrer les Néo-Zélandais 🙂 Ca me rassure de savoir que c’est possible de voyager « facilement » en bus, le fait de louer une voiture me stresserait.. Bonne continuation à toi!

Articles recommandés