Aurore & Edward : un PVT sédentaire à Melbourne (Australie)

Article publié le 22-10-2018.

Edward alias edward

Edward alias edward

  • Localisation Melbourne Victoria, Australie
  • Dernier diplôme obtenu Master

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Aurore et Edward, deux anciens PVTistes récemment devenus « VIE », sont les gagnants des PVTistes Blog Awards pour l’Australie. Nous les suivrons tout au long de cette année, grâce à leur blog.

Bonjour Aurore, bonjour Edward ! Pouvez-vous vous présenter ?
Edward : Je m’appelle Edward, j’ai 28 ans et suis originaire de Rennes. J’ai quasiment le même parcours qu’Aurore car nous nous sommes connus au lycée et nous nous sommes suivis depuis. Une licence de chinois en poche, j’ai effectué deux années d’études à Taiwan (avant même que le PVT n’y existe), un pays qui m’a profondément marqué par sa richesse, sa complexité et sa situation géopolitique polémique. J’ai suivi le master de management des organisations touristiques à l’ESTHUA d’Angers et ai pu effectuer un stage à Pékin dans une agence de voyages réceptive. On peut dire que le voyage a fait rapidement partie de ma vie car j’ai décidé d’en faire mon premier métier : conseiller voyages chez un tour-opérateur spécialiste de l’Asie. Lassé de la vie parisienne, d’un travail qui n’avait plus de sens, on a décidé avec Aurore (qui est devenue mon épouse en 2016) de poser nos bagages à Melbourne pour notre premier anniversaire de mariage !

Aurore : Rennaise d’origine, mon parcours est très semblable à celui d’Edward, on est un peu les inséparables depuis notre rencontre au lycée. Après le bac je suis partie à Paris pour effectuer une licence de chinois à L’Institut National des Langues Orientales et j’ai rejoint Edward à Taiwan pendant un an pour perfectionner mon niveau de langue. Cette année aura été ma première expérience à l’étranger, une aventure qui m’ouvre sur le monde et qui déclenchera ma passion des voyages. Je rentre en France après plusieurs mois passés dans un milieu culturel différent, un niveau de chinois renforcé et des souvenirs plein la tête de nos découvertes de la Thaïlande, du Cambodge et des Philippines. Mon cursus s’est poursuit aussi à Angers dans le tourisme et j’ai effectué un stage à Pékin dans une conciergerie de luxe. De retour à Paris, j’ai commencé dans le monde professionnel au sein d’une agence de communication spécialisée en marketing et relations media en tant que chargée de comptes où j’accompagnais des acteurs touristiques dans leur stratégie de promotion sur les marchés européens.
Aurore Edward PVT Australie Blog Awards

Vous êtes partis en PVT en Australie. Quand avez-vous décidé de plaquer votre vie en France pour partir à l’autre bout du monde ?
Edward : Cela faisait des années que l’idée de repartir à l’étranger trottait dans un coin de ma tête. Aurore avait un travail qu’elle appréciait, et par respect, j’ai décidé de prendre sur moi et de rester sur Paris. Il faut savoir faire des choix dans la vie, et parfois aussi des concessions. Vivre à l’étranger m’a toujours paru comme une évidence : voyager, découvrir, s’émerveiller, apprendre. Tous les jours sont différents (même si la routine existe, ce n’est absolument pas la même). Vivre à l’étranger permet aussi de prendre conscience de beaucoup de choses sur notre condition, notre philosophie de vie ou encore de prendre du recul sur ce qu’il se passe en France.

Aurore : Après avoir passé plus de 4 ans sur Paris, voyant Edward malheureux au travail, commençant à faire le tour du mien, et le tout dans une ville qui nous épuisait, nous nous sommes sérieusement questionnés sur notre avenir, nos envies, nos aspirations. Il fallait changer de cap, nous en avions besoin personnellement et professionnellement et, après de nombreuses réflexions, nous avons osé partir.

Pourquoi avoir choisi l’Australie, et plus précisément Melbourne ?
Aurore : Au sein de l’agence de communication, j’ai eu la chance de travailler pour la représentation de Tourism Australia, l’office du tourisme de l’Australie, et d’en faire la promotion sur le marché français. A force de vanter les mérites de ce magnifique pays, notre choix s’est fait très naturellement. Je crois aussi que notre envie de vivre dans un milieu anglophone a conforté notre décision. Melbourne VS Sydney, telle est la grande question des PVTistes avant le départ. Après avoir demandé les avis de nos amis qui avaient déjà expérimenté l’Australie, les réponses étaient sans appel : « Melbourne, c’est vous, vous allez adorer. » Et on ne regrette pas notre choix, on se sent littéralement chez nous !

Edward : Je n’ai pu qu’accepter cette destination ! L’Australie n’a pas été dans notre TOP 5 des pays à visiter étant donné que nous avons toujours été sur les routes d’Asie, mais d’années en années, alors qu’Aurore travaillait sur cette destination, nous nous sommes surpris à avoir envie de la découvrir. Arpenter ces espaces gigantesques, voir ces étendues de sables et vibrer dans une ville dynamique. Heureux comme jamais de vivre à Melbourne qui correspond à notre état d’esprit : calme mais pas endormie !
PVT Australie Aurore Edward

Aviez-vous des plans précis en arrivant en Australie ?
Edward : L’aventure ! Nous sommes des gros « control freaks » de base. Nous aimons prévoir, programmer et exécuter. Nous laissons toujours place à l’imprévu mais nous essayons de le limiter. Nous avions vu cette année comme une possibilité d’évoluer dans différents domaines, et sous différentes conditions : nous voulions toucher à tout avec le WOOFing, les fermes, la découverte avec les amis qui seraient venus en Australie… Comme quoi, il est bon de ne rien prévoir. Je me rappelle qu’au moment du départ, nos proches nous exhortaient de revenir après l’année de césure. Comme s’ils craignaient quelque chose. Nous étions alors sur une réserve inconsciente et nous leur répondions : « Ne vous inquiétez pas, on n’a pas le projet d’y rester. SAUF SI… il y a une opportunité ». Qui l’aurait cru ?

Aurore : L’idée était de faire des petits de boulots pour pourvoir financer nos découvertes Down Under. On pensait rester environ 6 mois à Melbourne puis changer de ville et alterner voyage, boulot, HelpX, WOOFing, voyage avec les copains. Il faut dire également que ça a été un soulagement d’avoir choisi Melbourne. Nous nous sentons comme à la maison et ce, depuis le premier jour. Sentiment que nous n’avons pas ressenti lors de notre visite de Sydney, une ville beaucoup trop surfaite à notre goût !

Vous avez choisi de vous installer dans une seule ville, contrairement à beaucoup de PVTistes qui optent pour un mode de vie « nomade ». Pourquoi ce choix ?
Edward : Le nomadisme n’est pas vraiment notre tasse de thé. Peut-être pour quelques jours mais nous ne nous voyions pas vivre dans un van ou à l’arrière d’un break, à l’assaut des pistes, et de surcroît nous ne sommes pas des grands bricoleurs. Nous avions envie de vivre une autre aventure, celle du sédentarisme en PVT. Tous deux ne sont pas si incompatibles qu’on pourrait le penser.

Aurore : C’est vrai qu’on a un profil un peu différent des autres PVTistes, peut-être est-ce parce que nous approchons plus de l’âge limite du PVT ? Nos attentes sont peut-être différentes à 28 ans qu’à 18 ans ? Toujours est-il que Melbourne a été un vrai coup de cœur, on s’est tout de suite senti bien ici. Le centre-ville est hyper agréable, les suburbs recèlent de petites adresses en tous genres, les gens sont adorables et la plage est à seulement 20 minutes en tram, que demander de plus ?
Aurore Edward PVT Australie Blog Awards

Avez-vous cherché, et trouvé, du travail en Australie ?
Edward : Il faut savoir qu’en septembre (mois où nous sommes arrivés à Melbourne), la ville est très calme et bon nombre d’employeurs prenaient les CV en nous rétorquant de revenir en novembre. C’était très démoralisant de voir dans la rue certains backpackers, CV à la main, faire le même trajet que nous et toquer aux mêmes portes. L’Australie des premières années du PVT n’a plus rien à voir avec celle d’aujourd’hui, très compétitive, où le marché de la demande est plus fort que celui de l’offre. Nous avions trouvé, à notre arrivée, un job que nous avons vite abandonné (par chance nous avons trouvé une autre opportunité bien meilleure !). Nous concoctions des pralines françaises et les vendions dans certains stands de Melbourne. Boulot mal payé, conditions éreintantes (rester debout pendant 8 heures, sans toilettes à disposition, et sous toutes les météos), managers inhumains… Cette condition plus fréquente que nous le pensions est classique chez les PVTistes, et nous la condamnons fermement. Malheureusement, les patrons peu scrupuleux continueront de trouver des jeunes dans le besoin.

Aurore : Comme pour toute aventure, il faut aller au bout, pousser les bonnes portes. C’est au moment où on s’y attendait le moins que la chance nous a souri. Nous avons trouvé une annonce sur un des groupes Facebook de Français à Melbourne pour un VIE (Volontariat International d’Entreprise) pour l’ouverture et la gestion d’un restaurant français dont les fiches de poste correspondaient totalement à nos profils. Ni une, ni deux, le processus était en marche pour tenter de rejoindre l’équipe du restaurant. Ce restaurant c’est « Dans le Noir ? », ce concept original où les visiteurs dînent dans l’obscurité absolue, guidés et servis par des personnes en situation de handicap visuel. Après le succès rencontré à Paris, le concept s’est exporté au-delà des frontières françaises : Londres, Barcelone, Madrid, Saint-Pétersbourg, Auckland et maintenant Melbourne ! Nous avons eu l’immense chance d’intégrer en binôme l’équipe du restaurant et nous vivons une aventure incroyable depuis 10 mois. Comme quoi, on ne sait jamais de quoi l’avenir est fait, nous qui pensions rester quelques mois tout au plus sur Melbourne, nous voilà partis pour un peu plus longtemps !
Aurore Edward PVT Australie Blog Awards

On parle du travail en Australie dans ce dossier !

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce pays ?
Edward : Il se dégage de ce pays une force apaisante. Melbourne est très relax, les gens sont chaleureux, se parlent, s’excusent, se disent bonjour et se remercient. Il n’y a jamais de souci (#noworries 😉 ) mais il y a toujours une solution. C’est une ville riche, dense et qui offre beaucoup sur le plan historique et architectural. Il faut simplement poser le regard au bon endroit. Une énergie qui permet de se dépasser : en plus de mon poste de manager au restaurant, j’écris des articles pour Le Petit Journal Melbourne, le média des francophones à l’étranger, et j’effectue des tours guidés en français.

Aurore : Ici tout parait plus facile, plus accessible. On a l’impression que tout est possible. Melbourne est vraiment une ville très agréable, c’est grand mais on ne se marche pas dessus, on respire même en plein CBD. La scène culinaire est incroyable et niveau culturel, on est servis ! Au-delà de Melbourne, le Victoria est une très belle région qui possède de nombreux atouts avec des paysages très diversifiés : la Great Ocean Road, Wilsons Promontory, Phillip Island et la Mornington Peninsula pour les côtes à couper le souffle, les Dandenong et Yarra Ranges pour les vastes forêts, mais aussi Alpine National Park pour découvrir la montagne. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, on peut même skier l’hiver dans le Victoria !
Aurore Edward PVT Australie Blog Awards

Et ce qui ne vous plaît pas, ou moins ?
Edward : Travailler avec les Australiens. Partir à l’étranger c’est réapprendre des codes culturels différents, et devoir faire avec. Honnêtement, travailler avec une personne australienne est parfois un exercice de contorsion gymnastique. Ils disent rarement non et fuient les conflits. Il y a également un manque de prise de responsabilité qui, parfois, rend compliqué notre travail.

Aurore : Effectivement, nos différences culturelles et professionnelles avec les Australiens font que ce n’est pas toujours une partie de plaisir, il faut donc s’adapter. Au-delà de cela, la distance avec la France reste un point noir. Si Melbourne était à 3h d’avion de la France ce serait le pied. Mais subirait-on un exode massif de Français vers l’Australie dans ce cas ? 😉

Quels sont vos meilleurs souvenirs en Australie ?
Edward : Wilsons Prom, une merveille de la nature. Très peu fréquenté, le promontoire permet de faire des randonnées plus ou moins longues, au milieu d’une végétation luxuriante et à la faune incroyable. Voir déambuler un wombat au milieu d’un sentier, c’est ça l’Australie.
Aurore Edward PVT Australie Blog Awards

Aurore : Je vais choisir un coup de cœur dans un autre Etat pour changer : Deep Creek Conservation Park situé en Australie du Sud, à moins de deux heures de route d’Adélaïde. J’ai adoré explorer ce parc aux airs de bout du monde avec ses collines verdoyantes surplombant la mer et ses kangourous sautillants au coucher du soleil, les couleurs étaient irréelles, c’était tout simplement magique.
Aurore Edward PVT Australie Blog Awards

Et les pires ?
Aurore & Edward : A ce jour, nous n’avons pas eu de mauvais souvenir en Australie. On va dire que la colocation des premiers mois n’a pas été toujours très simple (un comble, nous vivions avec des compatriotes !). On est souvent assez déçus du comportement des Français en Australie, de manière générale.
Vous êtes donc partis en couple. Quels sont, selon vous, les avantages et les inconvénients de vivre ce type de voyage à deux ?
Aurore : Ensemble depuis 12 ans et quasi inséparables, voyager à deux est pour nous une évidence, nous avons l’envie et le besoin de partager cela à deux. Je pense qu’il faut bien se connaitre pour vivre ce genre d’aventure à deux mais en tout cas le jeu en vaut la chandelle, et même si pour certains le retour se fait seul, c’est une expérience qui fait grandir, il y aura toujours du positif à en retirer.

Edward : Vivre à deux une aventure pareille est une force. Nous avons toujours eu le désir de travailler ensemble, et ce vœu a été comblé depuis l’ouverture du restaurant. Notre couple est suffisamment solide pour vivre et travailler ensemble. Quand l’un a un coup de blues, l’autre prend le relais.

Comment envisagez-vous la suite de votre aventure ?
Edward : Officiellement, nous ne sommes plus en PVT depuis quelques semaines, donc nous pouvons dire que nous avons eu de la chance de trouver une opportunité qui nous permet de vivre un peu plus longuement notre aventure australienne. Cette expérience permet aussi de montrer qu’il y a d’autres alternatives aux sponsorships qui deviennent de plus en plus compliqués à obtenir : le V.I.E est une excellente alternative.

Aurore : Aujourd’hui nous avons la chance de pouvoir vivre une aventure pleine de sens et de prolonger notre expérience Down Under. Si nous n’avions pas décidé de partir en PVT en Australie, nous n’aurions certainement pas eu cette opportunité en or et notre vie aurait été complètement différente.

Pour finir, quels conseils donneriez-vous à un futur PVTiste à Melbourne ?
Aurore : Melbourne est une ville très accueillante avec un degré de coolitude assez incroyable. Pour commencer un PVT qu’il soit nomade ou sédentaire, c’est une étape indispensable dans une aventure australienne. Dans la démarche d’un PVT, le plus dur est certainement de prendre la décision, de se lancer, alors allez-y, vous ne le regretterez pas !

Edward : Oser ! Oser partir à la découverte de cette ville multiculturelle incroyable et se nourrir uniquement du positif. Peut-être que nous n’avons pas les plus belles plages, peut-être que notre météo est changeante (quoique nous subissons depuis plus d’un an un déficit pluviométrique dans le Victoria), mais la ville offre une telle douceur de vie que tout est balayé par un merveilleux café et une assiette gourmande dans un café branché de Fitzroy ou une glace de chez Pidapipo. 😉

Merci à vous deux d’avoir pris le temps de répondre à ces questions. On vous retrouve très vite pour partager vos expériences australiennes !

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Évaluations des membres

5/5 (3)

Articles recommandés

[Dossier]

L’inscription des Canadiens à l’étranger auprès d’Affaires Mondiales Canada

[Interview]

Mia et Nico, Australie et Nouvelle-Zélande : 2 expériences différentes

[Récit de voyageur]

On a testé un voyage dans l’Inside Passage, de Vancouver à l’Alaska

[News]

Le PVT / WHV Australie passera bientôt à 35 ans pour les Français !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Identifiez-vous pour répondre