Julie, une Canadienne en PVT en France (Tours et Montpellier)

Date de publication : 25-04-2017

Auteur

Marie

Julie

Localisation

Lisbon, Portugal

Profession

Gestionnaire de contenu web

Dernier diplôme obtenu

Licence

pvtistes :

Bonjour, peux-tu nous parler un peu de toi ?

Julie : Bonjour ! Je m'appelle Julie, j'ai 32 ans et je viens de Matane dans le Bas-St-Laurent. J'habite toutefois la ville de Québec depuis 12 ans où je travaille présentement comme coordonnatrice web et graphiste. Je suis partie pour l'aventure PVT France en janvier 2016 et j'y suis restée 10 mois.

Saint-Etienne-d-Issensac

pvtistes : Pourquoi cette envie de partir en France ?
Julie : L'envie de faire le PVT m'a prise lorsque j'ai connu un ami belge en 2014 qui faisait lui-même un PVT au Canada à ce moment-là. J'avais toujours rêvé de voyager et j'ai trouvé que c'était un moyen génial de le faire à moindre coût. J'ai opté pour la France pour sa position en Europe et ses nombreux aéroports internationaux qui rendent les voyages encore plus accessibles. J'ai aussi voulu m'enlever la barrière de la langue en optant pour la France. Comme je n'avais jamais voyagé seule et à long terme, ça enlevait un petit stress à ce beau gros projet !
pvtistes : Comment s'est passée ta demande de PVT ?
Julie : Une fois la décision prise, ma demande de PVT a été très rapide. Seulement 4 jours après avoir posté mon dossier à l'ambassade, je recevais mon visa ! Les démarches administratives sont relativement simples au Québec et de plus, tout est très bien détaillé sur le site PVTistes.net (tutoriel : la demande du visa vacances-travail pour la France). C'est en France que les démarches ont été un peu plus complexes.
pvtistes : Parle-nous de tes premières semaines sur place
Julie : Les premières semaines étaient parfaites, la lune de miel ! Déjà, arrivant en janvier, j'étais très heureuse de quitter l'hiver québécois pour "l'hiver français". J'ai été accueillie en France à Tours par la mère d'une de mes amies du Québec. Cela a beaucoup aidé à la transition. Elle m'a présenté des gens, m'a aidée avec différentes démarches et m'a même trouvé un contact pour un premier boulot. Donc après à peine un mois en France, je travaillais dans une boulangerie, je rencontrais des gens super et je découvrais avec bonheur la vie française.
pvtistes : Dans quelles villes as-tu vécu au cours de ton PVT ?
Julie : J'ai vécu environ 2 mois à Tours au sud-ouest de Paris et 6 mois à Montpellier dans le sud de la France. J'ai voyagé le reste du temps ! J'ai aimé les 2 mois passés à Tours, c'est une charmante petite ville, relativement jeune et qui bouge assez dans le centre-ville. La place Plumereau et ses alentours est l'endroit où être, il y a là une panoplie de commerces, boutiques, restaurants, bars, etc. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Et pour avoir habité directement sur la place Plumereau, je peux vous confirmer qu'on y fait la fête jusqu'aux petites heures du matin :) Pour ma part, j'ai beaucoup aimé Tours mais après, tout dépend des situations. Ça reste une petite ville et si je n'avais pas eu un contact au départ, je crois que mon expérience aurait pu être totalement différente. Pour mon logement, j'ai eu la chance d'être hébergée par quelqu'un les 2 mois où j'y étais donc je ne sais pas s'il y a des difficultés à ce niveau. Ensuite il y a eu Montpellier et là, j'ai adoré cette ville. Déjà avec le climat, difficile de ne pas aimer ! À Tours, il y avait des moments pluvieux presque chaque jour alors qu'à Montpellier, on a droit à un ciel bleu et ensoleillé la grande majorité du temps. Les plages de la Méditerranée sont à proximité et accessibles en transport en commun. Pour une Québécoise, commencer à aller à la plage en avril tient du miracle ! Montpellier est aussi une ville jeune et l'ambiance y est festive. Il y a beaucoup d'étudiants et les gens viennent de partout, ce qui est vraiment super dans le contexte d'un PVT. Il y a une panoplie de quartiers à voir et j'avais cette impression de toujours découvrir une nouvelle rue, une nouvelle place, un nouveau resto, même après plusieurs mois à explorer la ville. Il y a aussi beaucoup à voir en périphérie de Montpellier. Mes recherches avant le PVT m'avaient fait pencher pour cette ville et je ne regrette pas d'y avoir passé la majeure partie de mon temps en France.
Côté logement, ça n'a pas été trop compliqué de trouver. J'ai par contre attendu d'avoir signé un contrat de travail avant de chercher un logement. J'ai cherché dans les petites annonces et après ma première visite, j'ai signé un bail à court terme chez l'habitant, chez une dame qui avait aménagé deux petits studios chez elle. Le prix était raisonnable et c'était à deux pas de mon premier emploi à Montpellier, c'était vraiment parfait pour moi. Un seul petit hic : la caution ! Nous n'avons pas de caution à payer lors de la signature d'un bail au Québec alors ça a été une surprise, surtout avec mon budget de voyageuse ! Plage Petit Travers Montpellier
pvtistes : Côté professionnel, comment ça s'est passé pour toi ?
Julie : Niveau travail, ça a été assez facile au début grâce au contact que j'avais à Tours. J’ai fait un CDD d'un mois dans une boulangerie comme crêpière et j'ai tout simplement adoré. Mon patron est l’un des meilleurs que j'ai eus et mes collègues ont accueilli la Québécoise que je suis à bras ouverts ! Cette boulangerie fait partie des meilleurs souvenirs de mon PVT. La suite s'est par contre avérée un peu plus ardue. Je suis arrivée en avril à Montpellier. Sans contact dans cette ville, j’ai dû envoyer/donner plusieurs CV sur Internet et en main propre avant d'avoir un retour. J'ai fini par décrocher un travail en cuisine dans une crêperie et cette fois-ci, je suis moins bien tombée que la première fois ! J'y ai travaillé un mois et j'ai laissé tombé car cet emploi était en train de gâcher mon expérience PVT. J'ai ensuite travaillé (une cinquantaine de CV plus tard !) dans un hôtel et puis dans un restaurant type fast-food. On m'avait prévenue que le marché de l'emploi était difficile en France, mais j'étais loin de me douter que ce serait à ce point. Ce qui a aussi été assez frustrant, c'est que la majorité de mes employeurs ne me payaient pas toutes mes heures de travail. Ça m’a beaucoup surprise car je n'avais jamais vécu ça au Québec. Sinon, côté visa de travail, les employeurs qui ont bien voulu m'embaucher ne connaissaient pas le PVT, mais ça n'a pas été un problème pour eux car je crois qu’ils avaient l’habitude d’engager des étrangers. Par contre, avoir un numéro de sécurité sociale aide beaucoup, il est donc préférable d'en faire la demande dès que possible en arrivant en France, surtout que les délais sont assez longs pour le recevoir.

Grenoble

pvtistes : Parle-nous justement de tes démarches pour obtenir un numéro de sécurité sociale

Julie : Pour le numéro de sécurité sociale, je m'étais référée aux étapes du dossier Formalités pour l'embauche en France sur le site Pvtistes.net (qui a été mis à jour depuis). Arrivée à la CPAM [Caisse Primaire d'Assurance Maladie] de Tours, on m'a dit que ma demande de numéro de sécurité sociale devait être faite en lien avec mon lieu de résidence, je n'avais donc pas besoin de travailler un certain nombre d'heures en France avant de pouvoir faire ma demande [NDLR : vous pouvez faire une demande de numéro de sécurité sociale dès votre première heure d'emploi]. On m'a donné un formulaire à remplir puis on m'a demandé mon certificat de naissance légalisé, un RIB, un justificatif de domicile, une copie de mon passeport et une copie de mon visa. On m'a dit que je recevrais mon numéro par la Poste dans un délai de 4 à 5 semaines. Il a en réalité mis 5 mois à arriver. Et après tout ce temps, j'habitais déjà à Montpellier où l'on m'avait dit de faire une autre demande comme j'avais déménagé entre temps. En octobre, quand j'ai quitté Montpellier, je n'avais toujours pas eu de retour sur cette deuxième demande. Mais j'ai finalement quand même pu utiliser le numéro que j'avais reçu à Tours pour mes deux derniers emplois à Montpellier. NDLR : pour certaines démarches administratives (notamment l'obtention du numéro de sécurité sociale), certaines démarches peuvent être effectuées depuis son pays d'origine. Voici plus d'informations : PVT France : apostille / légalisation et traduction des documents officiels.
pvtistes : As-tu profité du "V" (pour Vacances) du PVT ?

Julie : J'ai bien sûr profité pleinement du V de mon PVT car c'était mon but premier. J'ai beaucoup visité en France : Paris, Amboise, Bordeaux, Marseille, Grenoble, Lyon, Cassis, Nîmes, Beaucaire, St-Guilhem-le-Désert, Rouen, Étretat, Veules-les-Roses, etc.
Puis j'ai aussi voyagé en Europe : Londres, Amsterdam, Rotterdam, Bruxelles, Berlin, Prague, Athènes, Santorin, Budapest, Lisbonne, Barcelone, Séville et Rome. Parmi tous ces magnifiques endroits, j’ai particulièrement été marquée par le sud de la France, ses magnifiques plages méditerranéennes et son climat parfait ! J’ai aussi eu le coup de foudre pour Lisbonne, j’ai été surprise par le charme de Prague et je suis restée bouche bée devant les paysages de Santorin.

Bay of Ammoudi-Santorin

Santorin

pvtistes : Quelles ont été tes plus grosses difficultés en France ?
Julie : Mes seules vraies difficultés ont été au niveau de l’emploi. Je dois quand même aussi mentionner que les démarches administratives en France sont particulièrement longues et compliquées si je compare au Québec. Ça ne m’a pas causé de gros soucis mais il faut quand même s’armer de patience et s’attendre à parler à beaucoup de gens avant d’obtenir des informations uniformes et claires, surtout en passant d’une ville à l’autre.
pvtistes : Quel est ton meilleur souvenir lors de ton séjour ?
Julie : Un meilleur souvenir ? Quel choix difficile ! Les voyages, les paysages, la boulangerie Hardouin à Tours, le climat, la nourriture, le vin à bon prix, le sentiment de faire chaque jour quelque chose de nouveau et d’apprendre à vivre différemment, mais surtout, tous les gens que j’ai rencontrés. Je crois que les Québécois arrivent en France avec une réputation qui plaît beaucoup à la majorité des Français. Sans compter qu’ils adorent notre accent (quand ils le comprennent haha) ! Les gens m’ont ouvert leurs bras et leur porte comme si j’étais de la famille et ça m’a énormément touchée. J’ai rencontré des personnes que je n’oublierai jamais et qui feront assurément partie de ma vie pendant longtemps. Veules-les-Roses
pvtistes : Avant d'arriver en France, qu'est-ce que tu aurais aimé savoir ?
Julie : J’étais très bien préparée à mon arrivée en France car j’avais fait énormément de recherches durant les mois précédant mon départ. Mais je crois que s’il y avait une chose à laquelle j’aurais aimé mieux me préparer, c’est la difficulté liée à l’emploi. J’aurais probablement décalé mon départ de quelques temps pour amasser plus d’argent et j’aurais peut-être aussi commencé la recherche d’emploi depuis le Québec.
pvtistes : Est-ce que des choses du Québec t'ont manqué quand tu étais en France ? Et inversement, est-ce que des choses de France te manquent depuis ton retour au Québec ?
Julie : Pendant que j’étais en France, mis à part amis et famille, il n’y a pas beaucoup de choses qui m’ont réellement manqué. Mes journées étaient tellement bien remplies de nouvelles expériences, de rencontres et de voyages que je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. Je crois que plus de choses auraient fini par me manquer si j’étais restée en France à long terme.
Depuis mon retour au Québec par contre, plusieurs choses me manquent de la France ! Le climat me manque énormément, particulièrement celui du sud de la France. Le charme des villes françaises, la gastronomie, les terrasses ouvertes à l’année et le côté épicurien des Français me manquent aussi beaucoup. Et bien sûr les voyages, l’accessibilité de ceux-ci avec les pays si près les uns des autres et les compagnies aériennes low cost sont des choses que je n’ai malheureusement pas le plaisir d'avoir ici !
pvtistes : Qu'est-ce que le PVT en France t'a apporté ?
Julie : Le PVT France m’a apporté un ensemble de moments inoubliables, de belles rencontres, de points de vue différents et de remises en question qui m’ont fait grandir. Il m’a donné l’opportunité de sortir de ma zone de confort et de ma routine, d’apprendre à vivre autrement. Ce voyage m’a donné soif de découvertes et de dépaysement. Cette expérience a changé qui je suis et m’a donné envie de vivre d’une façon différente.

Lisbonne

pvtistes : Quels conseils donnerais-tu aux PVTistes qui seraient tentés par un PVT en France ?
Julie : Je leur dirais d’être bien préparés aux difficultés liées à l’emploi. Sinon, d’être bien préparés avant leur départ mais aussi avant leur retour. C’est facile de se dire qu’on retourne chez soi et que tout sera pareil, mais ce n’est pas toujours le cas. Chaque aventure PVT est différente bien sûr, mais de mon côté, le retour a été plutôt difficile sur plusieurs points et ça ne peut pas nuire d’y être préparé. Le choc du retour est parfois bien réel et peut être aussi difficile qu’une peine d’amour ou un deuil. Je le ressens encore parfois après 6 mois de retour en terre québécoise !

Real Alcazar of Seville

pvtistes : Quels sont tes projets aujourd'hui ?
Julie : Depuis mon retour, j’ai trouvé un emploi que j’adore à Québec et le plan pour le moment est d’amasser des sous pour mes futurs projets de voyages. J’ai évidemment plusieurs idées de voyages en tête mais aussi des idées de projets à plus long terme dans d’autres pays. Le PVT aura certainement été une grande source d’inspiration pour l’avenir !

Budapest

Consulter les autres interviews de PVTistes en France...

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (1)

5 Commentaires

Khalil
0 1
Joli temoignage
saliou
0 1
vraiment j’adore ton témoignage :) , c’est super !
Pauline
29 92
Super témoignage ^^ je suis tourangelle et j’ai aussi étudié à Montpellier ! Je suis toujours ravie de voir que les étrangers apprécient ma vie de coeur Tours ! Et aussi les charcuteries Hardouin ♡ Bonne continuation à toi
tiphaine
1.9K 6.4K
Je suis d’accord avec toi, la place plum c’est une belle place festive :) Merci pour ton témoignage.
Julie
4.9K 14K
Merci Julie pour ce témoignage tout en nuance. Je retiens le positif : je suis ravie que tu aies fait de si belles rencontres pendant ton PVT et je trouve ça super qu’une PVTiste nous parle de villes un peu hors des sentiers battus 😉

Articles recommandés