Léo, une expérience en Australie écourtée

Date de publication : 07-11-2012

Auteur

isa

Léonard

Profession

carabin ^^

pvtistes : Ville de provenance
Léonard : Paris !

pvtistes : Ville de destination
Léonard : Melbourne !

pvtistes : Durée du PVT ?
Léonard : A la base 4 mois, finalement 2 semaines…

pvtistes : Baroudeur ou pas ?
Léonard : Pas du tout ! Ce voyage, c’était le premier en dehors de l’Europe ! J’étais parti à Prague l’été précédent avec une dizaine d’amis, mon premier voyage en dehors de France ! Et sur Paris, j’ai jamais vraiment bougé… (mises à part les vacances en famille dans le sud).

pvtistes : Que faisais-tu en France ?
Léonard : Je suis étudiant en médecine, je redouble ma deuxième année donc n’ayant quasiment rien à faire au second semestre, je me suis dit qu’entre janvier et mai, je pourrais essayer de partir !

pvtistes : Pourquoi cette envie de t’envoler pour l’Australie ?
Léonard : Pour fuir ! En fait, j’ai eu un parcours assez chaotique, ma 1re a été un désastre, ensuite je me suis remotivé pour avoir le bac et intégrer l’école du service de santé des armées, puis j’ai échoué. Donc j’ai fait maths sup’, puis j’ai intégré mais ça ne me plaisait pas, donc j’ai fait médecine dans le civil. Là, j’ai raté ma première première année, et finalement je l’ai eu l’année suivante. Donc arrivé en deuxième année, ça a fait un grand vide, pour la première fois depuis cinq ans je ne passais pas de concours, aucun objectif pour l’année sinon avoir 10 à chaque épreuve. Là je me suis complètement relâché et ennuyé… Un soir, en septembre, on se revoit avec mes amis pour reparler de Prague. Là, l’un d’entre eux me dit qu’il va partir à Boston parce qu’il redouble lui aussi. Je commence à regarder sur mon téléphone comment travailler aux USA mais visiblement c’est impossible, donc je cherche sur internet comment travailler à l’étranger, et là je tombe sur le forum PVTistes.net… Le soir en rentrant, je regarde de plus près ce forum sur mon ordinateur, et le lendemain je tombe sur les pages de mon navigateur que j’avais laissé ouvertes. Au début ça me parait infaisable, et finalement, en vous lisant, vous m’avez convaincu de tenter l’aventure… Pour être honnête avec vous j’ai hésité entre le Canada et l’Australie, les autres destinations ne me tentaient pas, mais le côté paysage sauvage et « autre bout du monde » de l’Australie me tentait plus !

pvtistes : Pourquoi Melbourne ?
Léonard : A la base, c’est pour des raisons économiques, atterrir à Melbourne c’est ce qu’il y avait de moins cher à l’époque où j’ai pris mon billet. En même temps, c’est pas beaucoup plus cher d’atterrir ailleurs, mais j’avais pour projet de faire toute la côte est, donc c’était Melbourne ou Darwin, vu qu’on m’a conseillé de partir du sud pour aller au nord à cette période (janvier-mai), j’ai choisi Melbourne.
Aussi, au moment ou j’ai pris mon billet, il y a un magasine (Géo voyage je crois) qui faisait un dossier spécial Australie et parlait de Melbourne comme « la ville la plus agréable au monde » donc le choix a vite été fait, même si finalement c’était pas le meilleur… 

pvtistes : Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?
Léonard : Oui ! Définitivement, Prague ça avait duré 8 jours, vivre seul je l’avais fait pendant un mois et demi l’été précédent lorsque j’avais révisé mes rattrapages seul en juillet-août, mais j’étais chez moi, donc ça n’a aucun rapport…

pvtistes : Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines à Melbourne ?
Léonard : Aïe… la solitude !!! Et oui, sur le forum, vous pouvez voir partout « en Australie ? Je suis jamais resté(e) seul bien longtemps ! » Alors, j’ai choisi Melbourne en janvier, donc : j’ai choisi la période de vacances scolaires et l’open d’Australie !
Autant dire que les petits jobs étaient inexistants car les étudiants locaux étaient déjà sur le coup, et les prix étaient gonflés ! Après, j’ai pris une auberge à St Kilda, il n’y a pas à dire l’auberge était super, mais l’ambiance était plus festive qu’autre chose, et moi j’avais prévu de trouver un boulot rapidement donc j’étais pas trop dans l’esprit… En deux semaines, j’ai pas eu le même voisin plus de trois nuits donc ça a pas vraiment aidé, de toutes les personnes que j’ai rencontrées, très peu étaient là pour trouver un job, d’où mon sentiment de solitude… 

pvtistes : Est-ce que ta situation professionnelle t’a paru satisfaisante, en Australie ?
Léonard : Ah non ! En fait je suis parti en pensant qu’en une semaine j’aurai trouvé un petit boulot, pourtant ceux qui y étaient déjà m’avaient prévenu mais bon… je voulais pas vraiment le voir.
Donc en gros, je suis parti avec peu d’argent (de quoi tenir 2-3 semaines, pas plus) à la mauvaise période (open d’Australie, grandes vacances locales, ville chère) et c’était la première fois que je cherchais du boulot dans ma vie ! Autant dire que c’était pas facile à gérer ! Ajouté à cela le fait que ça soit mon premier voyage, même si j’en garde un très bon souvenir, ça n’a vraiment pas été facile, et de jour en jour, je m’éloignais des supers feedbacks que j’avais pu lire sur le forum ! 

pvtistes : Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Australie ? 
Léonard : La langue, c’est pas ce qu’on imagine ! Avant de partir c’était LE truc qui me stressait le plus, l’anglais ça n’a jamais été mon point fort, surtout que l’anglais est ma LV2 à la base ! Donc au collège et au lycée, j’ai quasiment rien appris, je suis toujours tombé sur des prof que je supportais pas… Après, la math sup m’a permis d’apprendre beaucoup de vocabulaire et de le parler grâce aux colles (exercice où on se retrouve à 3 avec un prof qui nous fait écouter 3 fois un dialogue puis nous demande de le résumer à l’oral). A côté de ça pour « préparer » ce voyage, j’ai regardé énormément de films et de séries en VOST, et pour tout vous dire, j’ai écouté toute la discographie des soeurs Minogue pour me familiariser à l’accent « ossie »…  Bon, finalement, une fois qu’on est dans le bain on n’a pas vraiment le choix, c’est plus une question de survie qu’autre chose ! Alors c’est sûr qu’au début je demandais toujours à mon interlocuteur de répéter une fois ou deux, mais à la fin on s’y fait, et j’ai remarqué que c’est beaucoup plus simple de comprendre ce que nous dit quelqu’un quand la personne est en face de nous et qu’elle nous parle « à nous », en gros j’ai beaucoup plus de mal à comprendre un film qu’une personne qui me parle en face. Par contre, le téléphone je fais un blocage, à chaque fois j’angoisse et je mets énormément de temps à comprendre… Donc pour ceux qui stressent à cause de l’accent : ne vous en faites pas ! En deux jours vous l’aurez dans l’oreille et ça passera tranquillement 😉  

pvtistes : Quel est ton meilleur souvenir ?
Léonard : C’était une soirée à l’auberge, le mercredi soir c’est barbecue au X-Base de St Kilda, la veille j’avais rencontré une hollandaise, on avait un peu parlé mais sans plus, et finalement on s’est revu ce soir là, ça a été la personne avec laquelle j’ai eu le plus d’affinités au cours de ce voyage, on a diné ensemble puis on est allé se balader sur la plage, au moment où je lui ai demandé d’où elle venait elle m’a répondu « I’m dutchy », et finalement deux heures plus tard quand on parlait j’ai réalisé en l’écoutant que non, dutchy ça n’est pas allemand ! Raconté comme ça (hors contexte) je passe plus pour un imbécile qu’autre chose, mais je me souviens de l’énorme fou rire qu’on avait eu tous les deux sur le moment…

 

pvtistes : Est-ce que certaines choses t’ont manqué ?
Léonard : La nourriture !!! Je reviens tout juste de deux semaines (seul !) à Miami, et depuis mon retour je peux pas m’empêcher de cuisiner ! Certes, à l’auberge (en oz) il y avait une super cuisine, mais bon, ne serait-ce que pour assaisonner une salade, il faut acheter plusieurs ingrédients et quand on a l’objectif de beaucoup bouger, acheter 1L d’huile + 1L de vinaigre + sel poivre moutarde etc, ça encombre rapidement le sac et ça devient incompatible avec nos projets !

pvtistes : Qu’est ce qui te manquera quand tu es rentré en France ?
Léonard : La liberté… Je pouvais faire ce que je voulais quand je le voulais, c’était génial, une sensation de liberté incroyable que j’ai retrouvé lors de mon dernier voyage, c’est vraiment jouissif… Le retour chez papa-maman n’a pas été facile, mais j’étais bien content qu’ils soient là ces derniers mois quand je travaillais chez McDo pour me financer mes vacances…

pvtistes : Qu’est ce que cette expérience t’apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?
Léonard : Oula… Typiquement le genre de question que je ne supporte pas parce que je peux y répondre en 3 lignes ou en 3 pages ! Je vais essayer de trouver le juste milieu 😉 En fin de compte, je suis parti pour retrouver confiance en moi, j’avais pas mal travaillé cet été, et louper mes partiels, finalement ça m’avait bien cassé… Et oui c’est con de se prendre la tête pour ça mais bon, de nature je suis assez susceptible, et là à ce moment précis j’avais perdu toute confiance en moi… Du coup partir et finalement devoir revenir ça n’a pas forcément aidé… Je tiens d’ailleurs à remercier toutes les personnes du forum qui m’ont énormément soutenu pendant mon voyage en m’envoyant des mp ou répondant à mon topics, en particulier Mathious33, Lilou, jennifer, go_away, mat et bien d’autres ! J’ai eu pas mal de moments difficiles là-bas et vraiment vos messages me permettaient de sortir la tête de l’eau… Avec le recul, je me rends compte que je n’étais pas prêt pour ce voyage, déjà financièrement (800€ pour se loger se nourrir et sortir c’est peu) et puis mine de rien, j’avais jamais cherché du travail en France… Peut-être que j’aurais du partir 2 semaines en Angleterre histoire de voir ce que ça fait que de se retrouver seul dans un pays étranger et chercher du boulot, puis après seulement tenter la grande aventure ! Donc pendant plusieurs mois, ce voyage je l’ai beaucoup vécu comme un échec, ce qui est marrant c’est la réaction des gens quand je leur raconte, il y en a beaucoup qui me félicitent en m’expliquant qu’eux-même n’auraient jamais été capable de partir seul à 15 000 km ! Et finalement, avec le temps, je réalise que même si c’est raté, même si finalement j’ai pas visité la Tasmanie, les îles Fidji, la grande barrière de Corail ou Darwin, bah j’ai quand-même réussi à survivre sans famille ni amis, et c’est pas si mal ! Donc ça reste un échec mais je pense que ça m’a pas mal fait grandir… D’un point de vue professionnel, je suis plutôt content, en revenant à Paris j’ai trouvé un boulot chez McDo en 3 jours, j’ai travaillé de soir/nuit pendant 3 mois et je me suis payé, grâce à ça, des supers vacances, je me suis aussi remis au sport, dans deux jours je fais le triathlon de Paris, dans 3 jours, je pars faire le tour de la Corse en vélo, ensuite je m’envole sur Budapest avec les même amis que Prague, mais cette fois ci promis, je ne rapporte pas d’absinthe ! Il me reste encore une dizaine d’année d’étude mine de rien !

pvtistes : Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?
Léonard : Lisez le forum !!!!!!!!! TOUT est dedans… Si vous avez un coup de mou, vous trouverez des témoignages pour vous remontez le moral, si vous avez un doute, les membres vous conseilleront… Lisez le !!! Et ne prenez pas à la légère ce qu’on vous demande pour entrer sur le territoire… qui sait ? Peut-être que si j’avais eu les 5 000$, j’aurai trouvé un petit boulot au bout de 3 semaines, ou alors je serai parti sur Perth ou dans le Queensland et j’aurai trouvé quelque chose ! En tout cas, dès que vous mettez le pied là bas, faites sauter les pseudos barrières culturelles françaises, je vous rappelle qu’il n’y a qu’en France qu’on vouvoie un inconnu ! Dans les pays anglophone ça n’existe pas, tout simplement parce que là-bas on s’encombre pas de ce genre de barrières sociales ! Que ce soit en Australie ou aux USA, les gens viendront naturellement vers vous, pas la peine d’avoir peur ! Je me souviens d’une soirée quiz à l’auberge, où une famille australienne m’expliquait que chaque semaine ils venaient à cette soirée pour rencontrer des étrangers ! Et la femme m’a expliqué que pour leur voyage de noces, ils allaient faire le tour de l’Australie en dormant chaque nuit dans une auberge parce que c’est là qu’on rencontre le plus de monde ! Si j’ai un conseil donc : faites sauter les barrières ! Ca ne sert à rien de partir si c’est pour se donner à moitié et rester dans son coin, autant tenter le tout pour le tout ! Même si c’est plus facile à dire qu’à faire… 

Consulter d’autres interviews de PVTistes…
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)…

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

24 Commentaires

stephane
88 303
Très bon témoignage ça contraste un peu avec tout les retours positifs même si celui ci n’est pas entièrement négatif. Il faut se dire que partir a l’étranger n’a pas que des avantages et il faut surement bien réfléchir avant (pas trop quand même ^^), voir les pour et contre. Après l’expérience du retour prématuré de Léo était surtout due à ses finances,je pense que si on part avec les économies demandés on peu tenir 2 voir 3 mois sans trouver de boulot. D’ailleurs Léo tu n’avais pas testé le wwoofing ou HelpX ça aurait pu t’aider. Dans tout les cas bravo à toi d’avoir tenté l’aventure même si tu penses qu’au final c’est un petit échec je pense que ça t’aidera dans la vie. Personnellement je compte partir en octobre en Nouvelle Zelande mais j’ai encore beaucoup de crainte,je pense que je commencerais par du wwoofing ou HelpX en arrivant pour pas saboté mes économies^^
Alexandra
1 18
A la fois touchant, flippant et rassurant ! Cela rassure de voir que tout n’est pas parfait pour tout le monde, on a le droit de galérer, et que le site PVTistes.net ne le cache pas (si jamais on avais un doute de crédibilité 🙂 ). Par contre c’est vrai que c’est un peu flippant quand on s’apprête à partir…même si nous partons à deux je suis assez angoissée par les finances :s
Jordan
12 27
Il n’y a pas vraiment d’échec, en fait. Avoir réussi à se prendre en main, à tout organiser et à affronter sa frousse pour partir, c’est déjà un énorme point sur lequel on pourra positiver longtemps. Puis même si les choses tournent mal (parfois, ça arrive), on pourra se dire qu’au moins, on l’a fait et on a rien à regretter ! 😀
Yohann
5 13
Bonjour à toutes et à tous ! Pour ma part, je viens tout juste de m’inscrir sur ce forum. Et ce témoignage est le premier que je lis, je dois dire que je suis toujours aussi motivé et heureux de voir qu’il y a beaucoup de personnes auprès de qui demander conseil. Car il est vrai que j’ai quand même peur, cette fameuse peur de l ‘inconnue. J’ai pour projet de partir en janvier prochain pour L’australie accompagné de mon collocataire actuel. Alors lorsque que j’ai vu le récit de cette expérience, cela m’a donné le sourire et ma d’avantage boosté ! Je suis preneur de conseils et d’informations pour nous aider à mener à bien cette aventure !! Merci beaucoup !!
Johanna
1.8K 2.8K
Merci Léo d’avoir parlé d’une expérience que beaucoup qualifieraient de ratée mais, pour moi, il n’y a que des expériences, bonnes ou mauvaises, on en tire toujours quelque chose :). J’espère qu’elle servira à plein de PVTistes car on part toujours enthousiaste et on peut être déçu ! J’ai croisé pas mal de PVTistes à Auckland qui, après quelques jours avec un mal du pays continu dans cette grande (et moche et horrible selon moi) ville, voulaient rentrer. Je pense en avoir fait partie un temps. Et j’en ai vu certains repartir en Allemagne, France, etc. après 5 jours. Dommage… Mais quand on arrive seul et sans aucun plan, il faut se faire violence pour rester car on n’a rien auquel se raccrocher. Ça dépend des personnalités et des expériences, ça peut durer quelques heures ou des semaines… Pour ma part, il m’a suffit de quitter Auckland pour voir ce « homesickness » s’évaporer ! Heureusement, j’ai eu la bonne idée d’y rester le moins de temps possible. Bon, du coup, je hais Auckland maintenant mais c’est bien la seule chose en NZ 😀 !
Flo
0 2
Merci Léo, good job!
Marjorie
19 13
L’apprentissage par l’expérience! On ne repart jamais de zéro, car nous avons toujours appris des choses. Donc bravo pour avoir tenté l’expérience (certaines personnes n’osent pas le faire) et pour être revenu enrichi à ce point!
VIRGINY
0 1
Ton témoignage est vraiment génial. Je pense nuit et jour a partir et pourtant je suis freiner par des peurs 🙁 j’ai peur de la langue ainsi que de la solitude j’ai peur de me retrouver toute seul le soir devant mon assiette en attendant d’allée me coucher lol donc ton témoignage m’a rassurée quelque pars sur ces petits point…. reste plus qu’a me jeter a l’eau… Mais je vais surement suivre ton conseils et déjà viser Londres …
Geoffrey
55 186
Je rejoins le commentaire de Jordan, pas très rassurant 🙂 Je pars en effet le 15 mai pour Melbourne, et je pense atterir quelque part dans une auberge de St Kilda. Mais bon il faut positiver et y’a pas de raisons que ça tourne mal. Encore merci également pour ce témoignage c’est très intéressant.
Guillaume
73 119
Merci beaucoup pour ce témoignage très utile 😉 Les contes de fées, c’est bien. C’est vrai qu’une préparation en bonne et due forme, sur plusieurs mois, aide grandement au bon déroulement de l’expérience en elle-même. Mais c’est important aussi d’avoir un feedback honnête et les conseils qui l’accompagnent quand ça se passe moins bien. Les erreurs font progresser celui qui les commet mais pas seulement. Puis comme on dit, celui qui ne tente rien ne risque pas de se tromper. En tous les cas, bonne continuation Léo 😉

Articles recommandés