Marie : un coup de cœur pour le Canada

Date de publication : 19-12-2019

Auteur

Annelise

Marie

Localisation

St John's, NL, Canada

Dernier diplôme obtenu

Licence

Marie a remporté les pvtistes Blog Awards 2020 pour le Canada. Nous l’accompagnerons tout au long de son aventure en partageant régulièrement les articles de son blog !

pvtistes : Bonjour Marie ! Peux-tu te présenter ?
Marie : Bonjour, j’ai 24 ans et je viens de France, d’un petit village dans le Doubs, en Franche-Comté au bord de la frontière Suisse. J’ai étudié en communication, en graphisme et en développement web. Après mes études, j’ai travaillé quelques mois dans une agence de communication en
Suisse qui a fait faillite. Par la suite, il fut compliqué de trouver un emploi en France ou en
Suisse. C’est une des raisons qui m’a poussée à partir ailleurs.
pvtistes : Tu as décidé de partir en PVT au Canada. Pourquoi ce pays ?
Marie : Ça a toujours été un pays qui me faisait rêver avec ces grands espaces et ces paysages magnifiques. Je suis une fille qui aime voyager, la nature, les paysages nordiques et qui a envie de progresser en anglais. Le Canada me paraissait l’endroit parfait. Et puis, il y avait plusieurs opportunités qui se présentaient à moi de trouver un emploi ou un stage professionnel sans avoir beaucoup d’expérience, alors je n’ai pas hésité longtemps.
pvtistes : Te souviens-tu de tes premiers jours sur place ?
Marie : Je me souviens parfaitement de mes premiers jours, il neigeait et j’étais partagée entre ce sentiment d’excitation et de rêve. J’avais tout simplement du mal à y croire. Je me remémorais la petite fille qui rêvait de partir vivre à l’étranger mais qui a eu un parcours semé d’embuche et qui pensait de ne jamais vivre ses rêves… J’étais enfin au Canada en train de réaliser un de mes rêves.
La gentillesse des locaux m’a frappée dès les premières heures, les personnes qui vous disent bonjour dans les rayons de l’épicerie, votre patronne qui vous accompagne pour faire les courses ou ouvrir un compte à la banque, les chauffeurs de bus qui vous disent bonjour et au revoir…
En ce qui concerne l'administratif, ce fut assez simple. J’ai très bien vécu mes premiers jours sur place et les jours, les semaines et les mois qui suivent également.
Je savais déjà au bout d’une semaine que je souhaitais rester la totalité de mon PVT et après quelques semaines, je me voyais déjà m’y installer pour plus que deux ans.
marie PVT Canada pvtistes blog awards
pvtistes : Quel était ton niveau d’anglais quand tu es partie ? Et maintenant ?
Marie : Euh… Mon anglais, je pense qu’il était bien basique quand je suis arrivée et actuellement, je suis en plein apprentissage, vu que je vis et travaille qu’avec des anglophones. Je comprends beaucoup mieux qu’au début mais j’ai encore besoin de gagner en confiance pour le parler de manière fluide, ainsi qu’apprendre de nouveaux mots de vocabulaire.
Il n’est pas impératif d’être bilingue en anglais pour venir s’installer au Canada, même à l’Ouest du pays. Tout ce qui concerne l’administratif, vous avez la possibilité d’avoir un conseiller qui parle français, même dans certaines banques. Dans la vie de tous les jours, les Canadiens sont très patients et gentils, ils feront tout pour faciliter la communication. Mes conseils pour s’améliorer : travailler ou sortir avec des anglophones et, surtout, se forcer à parler. Les premiers temps, vous allez sûrement faire des phrases bancales et devoir les répéter deux ou trois fois pour qu’on vous comprenne, mais c’est le meilleur moyen d’apprendre et de progresser. Je vous conseille également de regarder des films en anglais avec les sous-titres en anglais ou même sans, et lire des livres. Et puis les premiers temps, vous devrez trouver des petits jobs qui ne seront peut-être pas dans votre domaine mais où vous pourrez progresser en anglais.
pvtistes : Qu’aimes-tu le plus dans la vie au Canada ? Et le moins ?
Marie : Ce que j’aime le plus dans la vie au Canada, ce sont les locaux, leur mentalité, les paysages de dingue, la diversité culturelle et la diversité de la nature.
Dans chaque pays, il y a des points négatifs et celui que j’apprécie le moins est le prix de la nourriture si on souhaite manger des légumes et des fruits.
marie PVT Canada pvtistes blog awards
pvtistes : As-tu voyagé pendant ton PVT ?
Marie : Pour moi le PVT, c’est aussi bien travailler que profiter du V pour Voyager. J’ai commencé par voyager dans la province où j’ai débuté mon PVT, c’est-à-dire en Alberta. Il y a de nombreux endroits à voir, même hors des Rocheuses Canadiennes ! Puis je suis partie explorer la province voisine, la Colombie-Britannique, à travers un road trip de Calgary jusqu’à l’île de Vancouver. marie PVT Canada pvtistes blog awards J’ai également profité de la proximité avec les pays du continent pour m’y rendre. Les vols sont bien moins chers que depuis l’Europe. Avant d’affronter mon premier hiver canadien, je me suis rendue au Mexique pour 3 semaines, en sac à dos et seule.
Pour l’instant, mes endroits préférés sont les Rocheuses Canadiennes avec le parc national de
Jasper, le parc national des Lacs-Waterton, la ville Revelstoke et le parc national des glaciers, la vallée de l’Okanagan et le parc national Pacific Rim avec Ucluelet et Tofino, et la province du
Yukon.
marie PVT Canada pvtistes blog awards
pvtistes : Et as-tu travaillé ?
Marie : J’ai commencé mon PVT avec un stage professionnel en communication et développement touristique de 5 mois à Calgary, que j’avais trouvé avant de venir. J’ai ainsi pu continuer à toucher légalement mes indemnités de chômage de la France.
Pour la suite de mon aventure, afin de progresser en anglais, j’ai décidé de trouver un workaway au Yukon où je suis logée et rémunérée.
Un conseil, soyez prêts à sortir de votre zone de confort et à accepter un emploi hors de votre domaine pour débuter et progresser en anglais. Et surtout montrez votre motivation à apprendre !
Découvrez notre dossier pour vous aider à trouver du travail au Canada.
pvtistes : Quels conseils donnerais-tu à un futur pvtiste au Canada ?
Marie : Venir avec l’esprit ouvert ! Surtout si vous êtes Français, laissez vos jugements en France. Dans chaque pays, il y a des avantages et des inconvénients, aucun pays n’est parfait. Tu sais ce que tu as quitté mais tu ne sais jamais ce que tu vas trouver.
Une fois que vous êtes arrivé, laissez-vous le temps de vous habituer… Et si vous n’aimez pas la ville ou la province où vous êtes, le Canada est grand, alors n’hésitez pas à changer d’horizons.
Et pourquoi ne pas commencer son PVT à l’ouest et non au Québec ? ?
marie PVT Canada pvtistes blog awards
pvtistes : Et pour finir, quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Marie : Je suis actuellement en workaway au Yukon, à 2 h de Whitehorse, pour 3 mois. Je n’ai pas encore de plan pour les prochains mois, car, pour ma part, partir en PVT c’est aussi laisser la place à l’imprévu, aux opportunités et à la spontanéité. Je peux très bien décider de rester plus longtemps où je suis, ou repartir en Alberta… ou partir découvrir les régions de l’Est !

Retrouvez Marie sur son blog et sur Instagram.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (8)

2 Commentaires

Sara
1 2
Hello Marie, Merci bcp pour ton article, il est vraiment sympa et surtout rassurant enfin pour ma part ! car j’envisage de faire un PVT au canada aussi prochainement et mon niveau en anglais est vraiment ? En tout cas merci pour tes conseils, ça donne vraiment envie d’y être :) Bonne continuation et profite bien de ton aventure au canada 😉
nadege38
5 6
Coucou Marie ! Je te remercie pour ton article, il est vraiment très chouette et tu me fais dors et déjà voyager par tes mots. « Parce qu’ici, on a déjà un pied là bas » comme on peut le lire sur le site des pvtistes, c’est bien vrai. Je pars en mai, et mon objectif est de traverser le Canada d’Est en Ouest, voir le Yukon, les rocheuses, les grands espaces et pourquoi pas poser un pied en Alaska pour finir… Oui la nature m’appelle! Merci à toi pour ce partage. Ça me rassure de me dire que c’est sympa de partir dans l’idée de « laisser place à l’imprévu », c’est un lâcher prise! Bonne continuation d’aventures au Canada 😉

Articles recommandés