Camille est partie avec ses 2 chiens et son chat au Canada !

Date de publication : 01-12-2021

Localisation

Canada

pvtistes : Bonjour, peux-tu te présenter et présenter tes boules de poils ?
Camille : Hello ! Je m’appelle Camille, j’ai 23 ans et j’ai déménagé au Canada avec mon conjoint, Maxime, 25 ans, début juillet 2021 ! On a emmené avec nous nos 2 chiens : Roucky, un berger australien de 11 ans, Onyx, jack russel de 3 ans, et notre chat, Nessy, une européenne de 4 ans.
pvtistes : Que fais-tu ici au Canada ?
Camille : Nous sommes venus ici grâce à une opportunité professionnelle qu’a eue Maxime. Aujourd’hui, on vit et travaille tous les deux au Québec.
pvtistes : Cela a-t-il été évident pour toi d’emmener tes animaux en PVT ?
Camille : Évident, non. Dès qu’on a su qu’on allait partir, nous nous sommes beaucoup renseignés sur les modalités pour emmener nos animaux, que ce soit les voyages en soute, les passeports ou encore les vaccins. Quand on fait les bonnes recherches et qu’on s’y prend suffisamment à l’avance, tout est plus simple ! Le site du Canada et celui de la compagnie aérienne (Air Canada pour nous) avaient toutes les informations dont nous avions besoin.
pvtistes : Quelles démarches as-tu dû faire en amont du voyage et une fois arrivée sur place ?
Camille : Nos animaux avaient tous les 3 déjà un passeport européen. Nous leur avons refait tous leurs vaccins quelques semaines avant le départ.
J’ai dû contacter, un peu en urgence je l’avoue, le refuge dans lequel j’avais adopté Roucky en 2012 car sa puce était encore à leur nom (erreur administrative) mais tout est très vite rentré dans l’ordre. Sa puce était à mon nom pour le départ.
Quelques jours avant de partir, nous avons fait les certificats de bonne santé chez notre vétérinaire demandés par la compagnie aérienne (Air Canada). Le certificat est gratuit. Il faut cependant bien sûr payer la consultation chez le vétérinaire.
Une fois sur place, nous avons simplement déclaré nos animaux à la ville de Montréal, créé et payé leurs médailles pour obtenir le permis nécessaire à la détention d’animaux de compagnie. Le permis coûte 28 dollars pour un chien et 12 dollars pour un chat. Les médailles sont valables à vie mais les permis sont à renouveler tous les ans.

pvtistes : Comment s’est déroulé le trajet en avion ?
Camille : Nous avions acheté les cages et sacs de transport au moins 3 mois avant le départ. Les cages des chiens ont remplacé leurs paniers afin qu’ils dorment dedans. Cela leur a permis de bien s’y habituer et de s’y sentir à l’aise et en sécurité.
Notre vol était à 14 h 45 à l’aéroport Paris CDG. Nous avons commencé l’enregistrement à 11 h et les agents nous ont demandé de laisser les chiens pour 12 h.
Nous leur avons donné des gouttes d’huile essentielle de fleur de Bach adaptée aux animaux (sans alcool) la veille et le jour du départ. Cela les a bien apaisés et leur a permis de mieux appréhender le stress de l’aéroport et du voyage.
Le voyage s’est bien déroulé pour notre chat qui était avec nous en cabine. Elle a très peu miaulé et a passé la plupart du temps allongée tranquillement. Elle a beaucoup dormi. Nous avons atterri à 16 h (heure de Montréal) / 22 h (heure de Paris). À l’arrivée à l’aéroport, nous avons attendu peut-être 1 h – 1 h 30 à l’immigration. C’était très difficile car nous avions vraiment hâte de retrouver nos chiens et de pouvoir les laisser sortir. Nous les avons rejoints dans un petit recoin près des tapis pour les bagages. Le gros était content, le petit faisait un peu la tronche ! On a fait le contrôle de leurs papiers et payé les frais, environ 30 $ de mémoire.
À l’arrivée à l’hôtel, pour le début de la quatorzaine (mesures Covid-19 de l’époque), ils avaient tous très faim (ils étaient à jeun depuis la veille au soir). Ils ont bien mangé et bu et ont fait leurs besoins normalement. Les chiens étaient très fatigués.
Nous avions mis des alaises au fond de leur caisse, sous leur coussin, mais il n’y pas eu de pipi.
pvtistes : Comment se sont déroulés les 14 jours à l’hôtel ?
Camille : Nous étions dans un des hôtels de la liste IRCC, près de l’aéroport. Il y avait un très grand parking avec beaucoup d’herbe. Nous devions appeler la réception pour demander à sortir les chiens et un vigile nous accompagnait. Nous les sortions 3 ou 4 fois par jour pendant 20 minutes.
Nous avions fait livrer des croquettes à la réception la veille de notre arrivée et l’hôtel vendait des litières jetables pour le chat.
pvtistes : Tu n’as pas eu de difficultés à trouver un logement par la suite avec des animaux ?
Camille : Nous savions qu’il est très difficile de trouver un logement avec des animaux au Québec. L’objectif de base était de loger dans un Airbnb pendant les premières semaines et de chercher sur place. Mais une annonce est passée sur le groupe Facebook « Les Boules de Poils en PVT » pour un superbe appartement, très bien placé et pour un prix raisonnable (dans la fourchette haute mais raisonnable !). Nous avons tenté notre chance. La propriétaire acceptait les chats et tolérait un chien. Nous avons échangé avec elle et nous avons su la rassurer. On lui a présenté nos chiens par visio (évidemment ils sont sages comme des images), fourni le contrat de travail de Maxime et une lettre de notre ancien propriétaire attestant que nous avions toujours payé nos loyers en temps et en heure et que nos animaux n’avaient jamais fait l’objet de nuisances ou de dégâts. Elle a finalement accepté ! On a donc pu emménager dès notre 3e jour sur le sol canadien (après la quatorzaine à l’hôtel).
pvtistes : Se sont-ils bien habitués à leur nouvelle vie canadienne ?
Camille : Ils se sont tous les 3 très bien habitués et assez rapidement. On a même l’impression qu’ils se sentent mieux ici. Roucky, le plus vieux, qui a tendance à être stressé est plus détendu.
pvtistes : Tu ne rencontres pas de difficultés pour te déplacer, lors de tes visites, etc. ?
Camille : Non, pas de souci à ce niveau. On ne peut pas prendre nos chiens dans le métro, à part le petit si on le met dans un sac mais les chiens ne sont que très peu tolérés dans les bâtiments donc on se promène avec eux autour de chez nous et on visite sans eux.
pvtistes : Comment les prépares-tu à l’hiver canadien ?
Camille : Ce sera leur premier hiver canadien, tout comme nous ! Le chat ne sort pas donc pas de souci de ce côté.
Concernant les chiens, le berger australien n’est pas frileux, il a un beau manteau de poils bien épais. On lui a juste acheté deux imperméables (un léger et un plus épais) pour les jours de pluie/neige. On aimerait éviter les stalactites dans les poils !
Le jack russel, quant à lui, est assez frileux. Il a donc plusieurs pulls et manteaux chauds et on envisage même de le transporter dans un sac jusqu’aux parcs/points de pipi pour ne pas qu’il ait trop froid.
On a du baume pour leurs coussinets et truffes et on essaiera les chaussures, à voir s’ils les supportent ou non.

pvtistes : Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite voyager avec ses animaux ?
Camille : Il ne faut pas stresser. Vraiment ! Nous sommes les seuls repères de nos boules de poils. Oui, ils ont leurs repères dans leur environnement, leurs habitudes, etc. mais tant qu’ils sont avec nous, ils s’adaptent. Il n’est donc pas nécessaire de trop s’inquiéter. Il faut bien se renseigner sur les modalités avant de partir, les habituer à la cage de transport quelques semaines/mois avant le départ, s’y prendre avec un peu d’avance pour les formalités (vaccins, passeports, etc.).
Nous avions mis leurs coussins sur lesquels ils avaient l’habitude de dormir dans leur cage et nous avons emmené toutes leurs affaires (jouets, gamelles, laisses, colliers/harnais) pour qu’ils retrouvent leur odeur et leurs « repères ».
Pour éviter que l’animal ne stresse trop, on peut lui donner des huiles essentielles de fleur de Bach ou des produits déstressants (Adaptil, par exemple). Il ne faut surtout pas hésiter à demander à votre vétérinaire qui saura vous guider. En revanche, surtout pas de sédatifs ou de calmants. Ils sont interdits par certaines compagnies aériennes car ils peuvent être dangereux pour l’animal. Ils peuvent même leur procurer l’effet inverse : stress intense dû à la perte de conscience/lucidité, chute de température et j’en passe !
Pour la nourriture, il est interdit d’en importer. On a donc fait une transition en France sur des croquettes vendues au Canada (Orijen en l’occurrence) quelques semaines avant le départ.

Merci Camille !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas a consulter notre dossier « Partir au Canada avec son animal de compagnie » !

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

Évaluation de l'article

5/5 (2)

5 Commentaires

Charlène
1 1

Salut Camille 😊 je rebondis sur ton post, je prévois de partir printemps prochain au Canada (j’ai obtenus mon PVT) et j’aimerais embarquer mon chat de 9 ans mais à vrai dire c’est la seule chose qui m’angoisse totalement. Je vois que comme la mienne, la tienne ne sort pas, question bête mais y-a-t-il des moustiquaires aux fenêtres ? Si jamais tu as des conseils je suis preneuse car elle a pas un caractère facile et je redoute pour trouver un logement en colocation une fois sur place.

Camille
2 2

Hello, chez nous il y a des moustiquaires aux fenêtres mais pas sur les portes des terrasses. Au début, on faisait attention à chaque fois qu’on ouvrait la porte. On l’a faisait sortir sur une des terrasses uniquement sous surveillance. Depuis quelques mois, on la laisse sortir librement sur la terrasse avec un collier gps, au cas où elle voudrait aller plus loin.
Tout s’est toujours très bien passé, elle ne s’est jamais échappée ou n’est jamais tombée.
Si tu ne veux pas du tout qu’elle sorte, il suffit juste de surveiller et de faire attention 🙂
Pour les colocations, je ne sais pas comment ça se passe, mais avec un chat, le choix de logement est un peu plus restreint mais toujours moins compliqué qu’avec un chien 😉

Elly
112 166

Merci pour ce témoignage !
Est-ce qu’on pourrait avoir une mise à jour, savoir comment s’est passé l’hiver pour les loulous ? 🙂

Camille
2 2

Hello ! L’hiver s’est très bien passé, les ballons et les manteaux sont très efficaces, finalement nous n’avons pas eu besoin de sac pour le petit chien. Les loulous ont adoré la neige !

Elly
112 166

Coucou, merci de ta réponse !
J’ai une croisée Spitz de 5kg et le froid/neige est la partie qui m’inquiétait le plus pour elle dans l’aventure. Ca me rassure du coup 🙂

Articles recommandés