Peut-on travailler au Mexique pendant son PVT ?

Date de publication : 10-08-2022

Auteur

claire

Dans Programme Vacances-Travail, il y a le mot vacances, mais il y a aussi travail. Et oui, si on rêve tous de pouvoir voyager indéfiniment sans se préoccuper de l’argent, la réalité est malheureusement toute autre. Le travail est une contrainte pour certains, une opportunité pour d’autres, peut-être même la raison première de votre projet de PVT ?

Malheureusement, travailler au Mexique pendant un PVT peut être un peu compliqué. C’est ce que nous allons voir tout au long de cet article.

Peut-on travailler au Mexique pendant un PVT ?

Oui, comme pour tous les accords de PVT, il est possible de travailler pendant son séjour. Il faut pour cela avoir changé son visa contre la carte de résidence temporaire et demandé un permis de travail. À partir de ce moment-là, vous êtes en règle pour travailler.

En pratique, il se peut qu’on vous propose de travailler sans vous déclarer, vous épargnant donc de faire les démarches du permis de travail. C’est une pratique illégale mais très répandue pour les emplois peu qualifiés au Mexique ; ne vous étonnez pas si on vous la propose. Quand à accepter ou non ledit travail, c’est à vous de voir si vous prenez le risque.

Mais…

S’il est permis de travailler au Mexique pendant un PVT, il faut être conscient d’une chose : ce n’est pas ici que cela sera le plus rentable. En effet, le salaire de base est dérisoire et souvent insuffisant pour vivre. Les professions spécialisées ont des salaires plus élevés et donc plus confortables pour vivre, mais le rapport temps / rémunération reste faible (en savoir plus sur les salaires au Mexique).

La semaine de travail est beaucoup plus longue, environ 40 à 50 heures de travail par semaine à temps plein, plus le temps de déplacement pour aller et revenir du travail. Cela peut vite être très chronophage et éreintant, ne laissant pas beaucoup de disponibilité pour faire d’autres activités à côté.

Il faut également prendre en compte que le permis de travail a un certain coût (plus de la moitié du salaire de base), ce qui pour un emploi court pose vraiment la question de la rentabilité. De plus, il faut présenter une offre d’emploi de l’entreprise pour l’obtenir. La procédure est un peu différente des autres pays du PVT et il y a un délai entre le recrutement et le début du travail. Ce qui fait généralement l’atout du PVT – rechercher un emploi directement dans le pays avec la possibilité de travailler immédiatement – ne s’applique pas au Mexique. Cette démarche supplémentaire peut aussi être un désavantage car certaines entreprises, qui par méconnaissance de la procédure ou par facilité pour ne pas s’embêter avec les délais, peuvent écarter directement les profils de pvtistes.

Quel est l’intérêt de travailler au Mexique alors ?

En faisant un PVT au Mexique, je pense qu’il faut vraiment distinguer l’expérience travail de la rémunération. En effet, même si la somme gagnée n’est pas aussi intéressante que dans d’autres pays, travailler au Mexique apporte d’autres bénéfices.

Avant tout, c’est une expérience professionnelle de plus, que vous pourrez ajouter à votre CV et valoriser à la fin du PVT. Peu importe le domaine dans lequel vous travaillez, vous apprendrez de nouvelles compétences. C’est notamment l’opportunité d’approfondir sa maîtrise de l’espagnol et d’acquérir du vocabulaire spécifique que vous ne rencontrerez pas en voyageant. Vous pouvez également découvrir le monde du travail mexicain, son fonctionnement, la mentalité au travail, comparer les différences avec le monde professionnel français… Avec un job, vous pouvez explorer de l’intérieur tous ces points très intéressants. La culture d’un pays, ce n’est pas seulement son histoire ou ses traditions, c’est aussi le mode de vie actuel des habitants, et quoi de plus révélateur des mœurs d’un peuple que sa façon de travailler ?

Enfin, c’est l’occasion de rencontrer des personnes que vous ne rencontreriez peut-être pas autrement et de découvrir un environnement inhabituel voire incongru. Cela fera sans doute de beaux souvenirs et des anecdotes singulières à raconter d’ici quelques années ! 😉

Dans quels secteurs trouver du travail au Mexique ?

Il y a énormément d’emplois dans les domaines de l’hôtellerie, la restauration et la vente. On voit partout des petites annonces sur les vitrines des commerces. Il est aussi simple d’avoir un travail de ce type que de le quitter. En revanche, ces métiers sont généralement soumis au salaire minimum et il faut au moins avoir des bases d’espagnol pour pouvoir communiquer avec la clientèle. Si vous avez une rémunération au pourboire, savoir “charmer” le client est essentiel pour avoir des tips et donc un salaire correct.

Le plus intéressant est de travailler dans un domaine spécialisé, en fonction de ses compétences. En plus de perfectionner son savoir-faire préexistant, vous bénéficiez d’un meilleur salaire, voire très bon salaire selon votre expérience et le corps de métier. Dans certains domaines (commerce international par exemple), vous pouvez exercer en parlant uniquement anglais. Ces emplois sont cependant plus difficiles à obtenir si vous n’avez pas de connaissances ou de réseau professionnel établi sur place.

Selon les statistiques nationales, les professions les mieux rémunérées sont la médecine, la finance, les assurances, l’ingénierie, les technologies de l’information et de la communication et l’informatique.

En tant que pvtiste, les secteurs où il est le plus facile de valoriser notre maîtrise du français sont l’enseignement (cours de français), le tourisme (guide notamment) et dans des entreprises internationales qui peuvent avoir besoin de collaborer avec des acteurs français (projet en commun, service après-vente, démarchage…). À moins d’être un expert dans votre domaine, vous recevrez un salaire moyen (suffisant pour vivre et sortir mais pas énorme non plus).

Pour vous aider dans votre recherche d’emploi, consultez notre dossier Trouver un travail au Mexique.

Réfléchir à son budget et explorer d’autres pistes

Penser votre projet de PVT est donc essentiel. Vous ne pouvez évidemment pas planifier à l’avance toute votre année, ni anticiper vos envies et les opportunités qui s’offriront à vous sur place, mais il est important d’avoir une idée globale de ce que vous voulez faire pour pouvoir établir et préparer votre budget en amont. Rien de pire que de se retrouver à l’autre bout du monde avec un porte-monnaie à sec.

Pensez également aux autres formes de travail que vous pourriez réaliser et qui vous permettront également d’avoir des activités sur place et de rencontrer du monde. Le volontariat est le plus connu, mais vous pouvez également être au pair dans une famille, intégrer une communauté, faire du bénévolat si vous avez le budget suffisant… Toutes ces expériences sont également enrichissantes et apportent des bénéfices sans avoir certaines contraintes d’un travail plus standard (même si cela n’excluent pas toutes responsabilités, on doit pouvoir compter sur vous !). Si le volontariat vous intéresse, lisez le témoignage d’une pvtiste ayant réalisé deux volontariats au Mexique.

L’idée de cet article n’est pas de vous décourager mais plutôt de vous prévenir de la réalité du travail au Mexique, afin que vous ne soyez pas surpris ou déçu une fois sur place. Vous pourrez travailler pendant votre PVT, mais le voudrez-vous? C’est à vous décider si cela vaut le coup, en fonction de votre budget, de vos compétences, de vos envies et objectifs.

Nous sommes curieux d’avoir vos retours, partagez-nous votre expérience en commentaire pour aider les futurs pvtistes !

Évaluation de l'article

5/5 (3)

Aucun commentaire

Articles recommandés