Mes premiers jours à Montréal

Date de publication : 09-12-2021

Auteur

Marie

Chaque pvtiste va vivre une expérience différente au moment de son arrivée au Canada. De mon côté, j’ai rejoint mon copain qui est arrivé en permis jeune pro 2 mois plus tôt. Il a grandement facilité mon arrivée puisqu’il est venu me chercher à l’aéroport et je n’ai eu qu’à déposer mes valises dans l’appartement qu’il avait récupéré quelques semaines plus tôt. J’imagine qu’arriver seul ajoute un peu d’aventure aux premiers jours mais je dois admettre que c’était très confortable pour moi de démarrer de cette manière.

Peu importe la fatigue dès les premiers jours, je voulais me lancer, commencer à visiter et me débarrasser des aspects administratifs. Le lendemain de mon arrivée je suis donc allée faire mon Numéro d’Assurance Sociale (NAS), j’y suis allée assez tôt, sans rendez-vous, puisque réveillée tôt avec le décalage horaire. J’ai très peu attendu et les démarches ont été très simples. J’ai présenté mon passeport et mon PVT, 10 minutes plus tard j’obtenais mon NAS.

J’avais ensuite pris rendez-vous pour obtenir mon pass sanitaire québécois. Je me suis finalement rendu compte que j’aurais pu également m’y rendre sans rendez-vous.
Encore une fois la démarche était très simple. À moi les resto, les bars et les sorties ! Vous retrouverez d’ailleurs toute la démarche à suivre sur la page suivante.

Dans la foulée, j’appelle la banque Desjardins pour avoir un rendez-vous le lundi qui suit dans une agence à deux pas de chez moi. Choisir Desjardins me semble être la bonne option pour moi puisque l’idée est de rester au Québec et qu’ici on les retrouve dans chaque coin de rue. D’ailleurs, si vous ne l’aviez pas encore vu, en souscrivant chez Desjardins, Globe PVT nous offre un mois d’assurance. C’est d’ailleurs plutôt rassurant sur la réputation et la reconnaissance de la banque de voir ce type de partenariat.

Ce qui m’a le plus frappée ce premier jour, c’est la gentillesse et l’accueil des Québécois. On pourrait presque croire qu’ils se moquent de nous. Ils ont le tutoiement très facile et sont très chaleureux. Chaque personne que je rencontre me souhaite la bienvenue avec un grand sourire. On sent qu’ils ont l’habitude des expatriés ! C’est plutôt prometteur pour se sentir chez soi.

J’ai grandi dans une petite ville en Bretagne et la ville la plus grande dans laquelle j’ai vécu est Rennes. Alors ici tout me paraît immense ! Je récupère vite une carte “Opus” pour pouvoir prendre le métro et ne pas être freinée par les distances.
Il fait froid, il y a de grands buildings, de grands magasins, de grandes avenues qui dénotent avec la chaleur dégagée par les Québécois.

Premiers jours a Montreal

Rien d’original, je vis dans le quartier du Plateau Mont-Royal. Ce n’est pas un mythe, ça grouille de Français ! C’est presque perturbant au début, on se demande si on a bien finalement pris l’avion. L’avantage est que le contact se fait très facilement. Chaque Français qu’on croise est forcément passé par les mêmes étapes administratives, logistiques ou émotionnelles. Et puis le quartier est super, on comprend vite pourquoi tout le monde s’y retrouve. On y croise des restaurants de toutes les nationalités, des bars en tout genre, les maisons y sont typiques et les parcs magnifiques.

Chaque quartier de Montréal possède une âme différente. Je pense que cette ville peut répondre aux attentes de chacun. Environ 2 millions de personnes vivent ici et pourtant tout semble calme. Que ce soit dans les rues, dans les parcs ou le métro, on ne ressent pas le stress et la sensation de foule qu’on peut ressentir parfois dans d’autres grandes villes. Peut-être est-ce l’arrivée de l’hiver et la nuit tombante à 16 h 30 qui dissuadent tout ce petit monde de sortir. J’ai hâte de voir les mois défiler pour en apprendre plus sur Montréal et les habitudes des locaux.

Premiers jours a Montreal

Cette ambiance plutôt calme ne veut cependant pas dire qu’il ne se passe rien ici, au contraire ! On y trouve une multitude d’endroits à visiter, des festivals et des centres culturels en tout genre. Une envie de manger ? On trouvera de tout à toute heure. Une envie de magasiner comme ils peuvent dire ici ? Les magasins sont ouverts du lundi au dimanche, des grandes surfaces sont accessibles jusqu’à même 22 h ! Après moins d’une semaine, 1 000 infos se bousculent dans ma tête, j’oublie certainement des détails mais une chose est sûre, pas moyen de s’ennuyer ici !

Je m’étonne assez de me sentir rapidement à l’aise et de ne pas être prise par un sentiment de panique. Je me suis posée pas mal de questions avant de partir. Pourquoi je pars ? Est-ce que cet esprit nord-américain va me convenir ? Est-ce que vivre dans une si grande ville va me plaire ? Vais-je supporter le froid ? Et je vous épargne le reste. Je crois que je m’étais faite 36 scénarios en tête dont la plupart où ça se passerait mal pour me préparer à toutes les situations. C’est ce qui m’a certainement aidé à ne pas me demander en arrivant “Mais qu’est-ce que je fous là ?!”.

Premiers jours a Montreal

Après quelques jours sur place, j’enfile mes baskets pour aller courir dans le parc La Fontaine et profiter des dernières couleurs de l’automne. Je commence à comprendre que je vais passer un bout de temps ici ! Je prends d’ailleurs le temps de tout découvrir pour tout savourer et faire durer le plaisir et les surprises dans le temps.

Évaluation de l'article

5/5 (1)

Aucun commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment mais n'hésitez pas à ajouter le vôtre 🙂

Articles recommandés