Comprendre la culture et les mœurs coréennes

Article publié le 20-01-2018.

Les relations hommes/femmes

La société coréenne est très patriarcale : la femme idéale (que l’on voit par exemple dans les publicités) est féminine, toujours tirée à quatre épingles, pourvue de bonnes manières et toujours maternelle. Et lorsqu’une femme est employée, on s’attend souvent à ce qu’elle arrête sa carrière une fois mariée. L’homme, quant à lui, a la responsabilité de trouver un bon travail pour faire vivre sa future famille et se trouver une épouse. Il est plus difficile pour un homme avec un métier instable ou peu rémunérateur de se marier.

Des princesses à protéger

Les filles ne quittent généralement pas le domicile parental jusqu’à ce qu’elles se marient. Il est d'ailleurs assez rare pour une femme de vivre seule. La femme est considérée comme une personne à protéger. Elle est accompagnée le soir (bien que le pays soit très sûr) par des collègues ou amis masculins. Elle ne peut parfois pas sortir avec un homme étranger sans chaperon (Regardez l'épisode « J’irais dormir chez vous en Corée du Sud »). C’est la seule catégorie d’employés qui peut esquiver les longues soirées alcoolisées avec les collègues de bureau !

Il est généralement mal vu pour une femme de fumer, la raison traditionnellement donnée est que le corps d’une femme étant amené à porter des enfants, il doit être sain. Cette tendance est en train de s’inverser et vous verrez nombre de jeunes Coréennes fumer dans la rue. Cependant, si vous êtes en présence d’un aîné ou de votre supérieur hiérarchique, évitez de fumer devant lui, à moins qu’il vous y autorise.

Des bêtes de travail

Il est attendu que ce soit l’homme qui subsiste aux besoins du couple, la femme restant traditionnellement à la maison pour s’occuper des enfants et des parents. Il est donc plus important pour les hommes de faire de bonnes études car ce sont eux qui vont travailler sur le long terme. La pression à l’école est d'ailleurs souvent plus forte pour les garçons que pour les filles. Plus tard, les hommes vont bien souvent se tuer au travail en faisant des heures supplémentaires et en allant en soirées avec leurs collègues. Éreintés par le travail, vous verrez nombre d’entre eux dormir dans le métro, le matin ou le soir.

Le mariage

À l’opposé de nos mœurs occidentales, les mariages de raison sont encore assez courants en Corée. La famille a un pouvoir de décision fort dans le choix du partenaire. Si l’heureux élu ne plaît pas aux parents, les Coréens arrêteront souvent la relation et choisiront un partenaire qui correspondra mieux aux attentes de leur famille. Les Coréens savent que ce genre de mariage n’est pas très populaire en Occident, ils peuvent donc être gênés à l'idée de vous en parler. Là encore, faites preuve d’ouverture d’esprit dans vos conversations avec eux.

Le mythe du chevalier servant et le mythe de la femme libérée

Bien qu’ils soient souvent très galants et gentlemen lorsqu’ils flirtent, les hommes coréens ont moins bonne réputation une fois mariés : ils sont rarement à la maison à cause du travail et ont une petite tendance a l’adultère, comme l'explique cette étude et rentrent souvent ivres à cause des soirées entre collègues. Avec ce tableau peu reluisant, vous comprendrez donc pourquoi les étrangers ont tellement la cote auprès des Coréennes qui voient en eux de vrais chevaliers disponibles et romantiques.

Mais malgré tout, peu de couples mixtes durent sur le long terme, la pression de la famille et de la société ne jouant pas en leur faveur. Les Coréennes choisiront plutôt un Coréen pour construire leur avenir. Les femmes occidentales ont moins de succès auprès des Coréens que leurs congénères masculins auprès des Coréennes en ce qui concerne les relations sérieuses (bon nombre de Coréens curieux voudront juste prendre du bon temps avec vous, sans pour autant vouloir s’engager !). De plus, même si un homme coréen peut tout à fait avoir envie d’entreprendre une relation sérieuse avec une étrangère, rien n’assure qu’il sera prêt à lui mettre la bague au doigt. Choisir une petite amie ou une femme sont deux choses bien distinctes dans la tête des Coréens, donc ne vous méprenez pas ! Les hommes, souvent plus traditionnels que les femmes, ne sont pas très à l’aise avec le mythe de la “femme libérée” qui ne veut pas rester à la maison.

Les reines de la Corée : le gang des Ajumma

Lorsqu’elle se marie, la femme coréenne va traditionnellement quitter son travail et aller habiter dans la maison de sa belle famille, surtout si elle marie le premier fils (qui est l’héritier des traditions familiales). Reprenant le flambeau, elle va reprendre en même temps la responsabilité des tâches ménagères et devra s’occuper sur le long terme de ses beaux-parents quand ils deviendront vieux, tout en élevant, bien sûr, ses enfants. La jeune Coréenne rentre alors dans la relation d’amour-haine avec sa belle-mère. C’est ainsi que nous en arrivons aux Ajumma.

La vie des Coréennes peut sembler triste à première vue, mais sachez que la roue tourne ! Lorsque la femme coréenne a atteint une quarantaine d’années, que les enfants ont quitté la maison et que dans le meilleur des cas elle a trouvé une belle-fille qui va la relayer dans toutes les tâches quotidiennes de la maison, la Coréenne devient la femme la plus influente du pays ! Nul n’ose s’attaquer aux ajumma (= femmes d’un certain âge), surtout lorsqu’elles sont entre copines !

Ce sont elles qui tiennent les cordons de la bourse à la maison, elles ont un fort pouvoir d’achat et si leurs beaux-parents sont décédés, elles sont à la tête de la hiérarchie familiale.

Elles vous passeront allègrement devant dans les files d’attentes, soit parce qu’elles ont l’âge d’être votre mère, soit parce que vous êtes un homme et que vous devez être galant et respectueux avec une femme de leur âge. Elles vous regarderont avec insistance dans le métro pour que vous leur laissiez votre place assise, elle vous pousseront dans le sauna ou vous défendront d’utiliser le coin douche qu’elles se sont appropriées. Bref, pas d’incartades avec les mères de la Corée !

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Corée du Sud : Séoul version Hallyu

[Interview]

Batiste, PVTiste à Séoul

[Récit de voyageur]

On a testé l’Australie en transport en commun

[News]

Tu sais que tu es un backpacker quand…

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Pas commode les Ajummas :(

{{likesData.comment_18902.likesCount}}
Julie
14.2K 4.8K

Merci Mylène pour ce dossier super intéressant 😉

{{likesData.comment_37168.likesCount}}

Merci!!
Très bel article, complet qui me conforte sur ce que je connais sur la Corée.
J’ai aimé la phrase : « Si vous avez quelque chose à rétorquer, faites le quand vous êtes ivres ». ^^
Si on n’aime pas l’ivresse, il sera difficile de partager ses idées en public.
En Corée, il veut parler en petit comité ou en privé j’imagine.

{{likesData.comment_53149.likesCount}}

Je vous remercie pour ce résumé clair et très instructifs.
Je souhaiterais en savoir plus afin d’approfondir mes connaissances sur ce pays dont je suis originaire. Comment puis-je faire et qui contacter ?
Je vous remercie infiniment.

{{likesData.comment_63343.likesCount}}

Pour l’histoire des tatouages on peut prendre en exemple une interview vidéo du chanteur coréen Jay Park, durant toute l’interview des pixels recouvrent son bras pour dissimuler ses nombreux tatouages

{{likesData.comment_70373.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre