Trouver du travail en PVT Japon

Article publié le 01-02-2019.

Le monde du travail

La situation aujourd’hui

Le Japon vieillit, et de par son problème de dénatalité, il est depuis plusieurs années en situation de quasi plein-emploi. Il n’y a pas assez d’actifs dans le pays pour remplir tous les postes et l’on doit à présent chercher de la main d’oeuvre ailleurs : le gouvernement exhorte les femmes au foyer à retourner dans le monde du travail, on continue de développer les robots pour remplacer les humains, les retraités sont autorisés à travailler de nouveau, et finalement, on fait appel aux étrangers.

De plus, à l’aube des JO de 2020, le tourisme a explosé au Japon, créant ainsi une forte demande en personnel étranger pour faire le lien entre les touristes et les Japonais (qui sont toujours aussi mauvais en langues étrangères...). Petit bémol, la majorité des touristes vient d’Asie, on recherche donc pour l’instant plus de Chinois ou de Coréens que de Français pour les servir.

En bref, le marché du travail au Japon se porte bien, ce qui est positif pour les PVTistes, car l’on peut trouver du travail un peu partout, assez facilement à présent. Il faut tout de même noter que les postes en général offerts aux étrangers sont vacants car jugés trop peu rémunérateurs ou trop fatigants (en hôtellerie-restauration ou dans les petits commerces notamment).

Les PVTistes et le monde du travail au Japon

Les conditions en tant que PVTiste :

  • Vous pouvez travailler dans tous les domaines sauf dans le monde de la nuit (bar, boîte, hôte-sse, danseur-danseuse, etc...).
  • Vous n’avez pas de limite d’heures par semaine (28 h/ semaine, c’est seulement pour  le visa étudiant).
  • Vous pouvez travailler pendant un an seulement.
  • Vous allez être taxé à 20 % pour l’impôt sur le revenu.

Les conditions générales du monde du travail au Japon :

  • 40 heures par semaine (journée de 9 h avec 1 h de pause),
  • 16 jours fériés par an,
  • 10 jours de congés payés au minimum,
  • différents statuts : “seishain” (= CDI), “keiyaku shain” (= CDD), arubaito (temps partiel, souvent précaire),
  • âge minimum légal : 15 ans (sous conditions),
  • départ à la retraite : 60 ans.

Tout ça c’est en théorie, nous allons voir que dans les faits, les choses se passent un peu différemment...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Voici ce que donne un week-end cottage entre PVTistes pendant l’été indien au Canada : Lire l'article

Évaluations des membres

5/5 (2)

Articles recommandés

Cedric

Partir au pair à l’étranger

Lamarie

Partir au Canada avec son animal de compagnie

meleo33

Le logement pendant son PVT Japon

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Identifiez-vous pour répondre