Article publié le 01-02-2019.

La barrière de la langue : travailler sans parler japonais ?

Le japonais, un très gros plus

Sujet d’angoisse pour la plupart d’entre vous, la barrière de la langue va t-elle être un frein à votre recherche d’emploi au Japon ? Nous n’allons pas vous mentir, la réponse est oui.

Cependant, même s’il va être plus difficile de trouver un petit boulot sans parler japonais, ce n’est pas non plus impossible, surtout avec un marché de l’emploi qui n’a jamais été aussi favorable qu’aujourd’hui. Serveur, baby-sitter, prof de langue, informatique, recrutement, une grande partie des métiers choisis en priorité par les étrangers ne requiert pas ou peu de connaissances du Japonais. Certains vivent ici depuis plusieurs années et ne parlent toujours pas la langue d’ailleurs. Selon vos compétences et votre chance, vous pouvez même gagner des salaires assez confortables dans ces domaines. On en parle sur le forum : Travailler au Japon sans parler japonais.

L’anglais nécessaire pour compenser

Toutefois attention, pour compenser le manque de japonais, il faudra parler anglais un minimum. Si vous ne parlez que le français, les choses deviennent alors vraiment compliquées et vous ne pourrez compter que sur les métiers n’ayant pas de rapport avec la clientèle (plongeur en cuisine, usine à bento, agent d’entretien, etc...). Rien de honteux à cela, mais les taux horaires y sont les plus bas.

Les autres langues asiatiques

Si vous maîtrisez une langue telle que le chinois, le coréen, le vietnamien ou le thaïlandais, c’est un gros plus ! En effet, avec l’explosion du tourisme asiatique, les magasins et les hôtels recrutent beaucoup de personnel pouvant communiquer dans la langue maternelle de ces clients-là.
Dans ce cas, vous pourrez vous passer de l’anglais, mais il faudra apprendre tout de même assez rapidement un minimum de japonais pour communiquer avec vos collègues et patrons.

Apprendre le japonais, le jeu en vaut la chandelle

Au final, nous vous recommandons vivement d’investir un peu de temps et d’argent pour apprendre les bases du japonais avant de partir (voire de prendre quelques cours sur place).
Vous pouvez, dans un premier temps, vous concentrer uniquement sur l’oral si la partie écrite vous fait peur. Le plus important pour les petits boulots, c’est de pouvoir parler avec la clientèle et les collègues, pas de lire les kanji, et ça tombe bien car le japonais oral au niveau débutant est relativement simple à apprendre pour nous les francophones.
Toutes les infos sur les livres, les méthodes pour apprendre le japonais en France ou au Japon dans notre dossier : Apprendre le japonais.

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Évaluations des membres

5/5 (2)

Articles recommandés

[Dossier]

Tourisme en Asie et dans le Pacifique pendant son PVT

[Interview]

Nicolas, Serial PVTiste, au Canada, au Japon et en Corée

[Récit de voyageur]

Récit : obtenir la résidence permanente (RP) en Colombie-Britannique (Canada)

[News]

Concours « Les 20 ans du PVT », un cadeau à gagner chaque mois !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Identifiez-vous pour répondre