On a testé être fruit picker en Australie

Article publié le 27-02-2013.

Parmi les jobs que tu as effectués en Australie, tu vas nous parler duquel ?

De mon (enfin mes !) jobs en fruit picking.

Tu travaillais déjà dans ce domaine en France ?

Non, je n'ai jamais eu l'occasion de faire les vendanges ou d'autres boulots en rapport avec la nature.

Comment t'y es-tu pris pour chercher du travail ?

J'ai cherché sur place. Je n'ai pas spécialement eu le temps de chercher depuis la France (je suis partie en Australie 3 mois après être rentrée de mon PVT au Canada et j'ai travaillé pour partir avec un peu d'argent).

Maintenant que je connais le fonctionnement du fruit picking, je me dis que chercher depuis la France aurait été une perte de temps.

Ce n'est pas du tout un domaine où on peut chercher à l'avance. Il faut plus ou moins être au bon endroit au bon moment ou du moins se rendre au bon endroit quand une occasion se présente.

Mes 2 premiers boulots en fruit picking, je les ai trouvés en appelant le Harvest Office (1800 062 332) à l'ouverture du bureau. Le dernier, je l'ai trouvé par un copain qui bossait sur place et qui m'a proposé de le rejoindre.

Comment qualifierais-tu ta recherche ? 

Pour le 1er boulot, j'ai appelé plusieurs jours de suite et on a fini par me proposer quelque chose. J'étais à Melbourne. J'ai rejoint, en train, une copine à Swan Hill et avec son van, on a rejoint une ferme au milieu de nulle part.

Pour le 2e boulot, disons que j'ai eu de la chance, on m'a tout de suite proposé quelque chose. J'avais pris un avion pour Cairns car le premier boulot (à 50 km de Mildura) ne se passait pas très bien.

J'ai dormi à l'aéroport avec des Anglais, eux aussi sans toit pour la nuit et le matin, j'ai appelé le Harvest Office qui m'a dit "oui, j'ai quelque chose pas très loin de Townsville, dans une Working Hostel, ces auberges de jeunesse qui accueillent souvent plusieurs dizaines de backpackers et les envoient chaque jour dans les fermes des alentours qui ont besoin de main d'œuvre.

Je suis allée réserver un billet de car et quelques heures plus tard, je suis arrivée dans une petite ville que j'ai eu du mal à quitter ensuite 😉

A-t-on exigé que tu aies des compétences ou des diplômes particuliers ?

Au téléphone, on ne m'a rien demandé du tout. Et sur place, non plus. Le fruit picking, c'est plus une histoire de fatigue que de réelle force physique, sauf pour certaines tâches, souvent réservées aux garçons : la canne à sucre, les bananes et la plantation d'arbres (assez grands pour être lourds).

Comment ça s'est passé ?

Le fruit picking a été un souvenir super pour moi, malgré des débuts plutôt ratés.

1re expérience : c'était du ramassage de raisin dans le Victoria. On est arrivées dans une ferme au milieu de nulle part et les gens ont directement été assez froids, voire bizarres. Il a pas mal plu donc on n'a pas tout de suite pu bosser. Et, quand on a pu s'y mettre, je n'ai pas été vraiment efficace donc l'argent gagné a été vraiment symbolique.

Si ça vous intéresse, j'en parle plus longuement dans mon post Une expérience en fruit picking plutôt ratée sur le forum.

2e expérience : bien meilleure comme expérience ! C'était dans le Queensland. Je suis arrivée dans une Working Hostel où il y avait une vingtaine de personnes. Dès le lendemain, je commençais une série de boulots assez variés comme du désherbage, de la plantation de graines, du ramassage de melons, de l'emballage de melons aussi ou encore du ramassage de citrouilles et de poivrons.

Ce que j'ai fait le plus, c'est le ramassage et l'emballage (picking et packing) de melons. La première tâche peut être fatigante d'autant qu'on fait ça en plein soleil pendant pas mal d'heures de suite. On est 5 ou 6 personnes alignées, on ramasse des melons et on les dépose sur un tapis roulant juste devant nous qui avance au rythme du tracteur auquel il est rattaché.

L'emballage est beaucoup moins physique, on est debout toute la journée mais on ne se penche pas et on ne porte pas des melons à longueur de journée donc ça fait du bien. D'ailleurs, c'est plutôt pas mal d'alterner entre les 2 tâches parce que l'emballage, au début, ca ressemble un peu à Tetris, il faut faire entrer X melons dans une boîte, pas plus, pas moins. Mais dès qu'on a le coup de main par contre, on a sérieusement l'impression que son cerveau cesse toute activité... Mais bon, à l'abri du soleil dans le hangar, sans se fatiguer plus que ça, on ne peut pas décemment se plaindre ! Et puis bon, on peut bien se marrer parfois...

3e expérience : c'était dans le Territoire du Nord. C'était dans une tree nursery. Je plantais des graines, en hangar (travail machinal mais où il faut être rapide) ou dans les "champs" avec un crayon pour faire un trou dans la terre avant d'y mettre la graine. J'ai mis champs entre guillemets parce qu'en fait, ce sont des espèces de longs fils métalliques installés parallèlement les uns aux autres et qui se trouvent à environ 1m20 du sol. Dessus, on place des milliers de plateaux sur lesquels se trouvent une quarantaine d'emplacements où vont pouvoir grandir des arbres (20 centimètres environ) avant d'être vendus.

Vu de loin, on dirait un champ, c'est tout vert dès que les arbres commencent à pousser mais en fait, rien ne se passe à même le sol.

Il faut aussi désherber sous ces plateaux d'arbres, en rampant sous les fils métalliques et en se faisant arroser, plusieurs fois par jour, par l'arrosage automatique. Il faut aussi, de temps en temps, tourner les plateaux pour que l'exposition au soleil soit homogène. Bref, il y a pas mal de tâches différentes, c'est beaucoup moins physiques que le fruit picking, même si quelques tâches peuvent être un peu plus fatigantes.

L'ambiance

Globalement, ce sont des expériences que j'ai adorées. J'ai beaucoup aimé travailler en extérieur et profiter du soleil au maximum. L'ambiance en Working Hostel était super, j'ai rencontré des personnes magiques venues de partout dans le monde. On a beaucoup parlé, cuisiné les uns pour les autres, regardé des films, joué au poker, bu des coups, fait des soirées (comme la Disco Party ci-dessous)... parfait pour mettre ses journées de travail derrière soi :)

Voilà les personnes rencontrées dans la Working Hostel...

1928959_524932875129_6394_n

... et celles rencontrées dans la Tree Nursery.

Si vous regardez bien, vous verrez qu'on était vraiment vraiment sales après une journée de boulot.

L'anglais

Pour l'anglais, c'est aussi une super expérience car on n'a pas besoin de bien parler anglais, les termes sont souvent les mêmes d'un jour à l'autre et pour peu qu'on s'entende bien avec quelqu'un qui parle anglais, on fait comme lui ou on lui demande de nous répéter la consigne si on n'a pas compris. Par contre, après quelques semaines à travailler et à vivre en anglais, on s'améliore !

Quelles précautions recommanderais-tu aux futurs PVTistes en Australie ?

Je n'ai pas eu de souci de type arnaques en fruit picking donc je vais plutôt parler du boulot en lui-même. J'ai vraiment fait très attention (pendant tout mon WHV) à mettre beaucoup de crème solaire. J'en mettais à chaque pause ou presque parce que le soleil tape fort. J'ai vu plein de gens en mettre un jour sur deux, mais vraiment l'Australie est connue pour ça, il faut faire attention.

Je portais aussi une casquette quand je travaillais en extérieur et je buvais énormément d'eau !

Si vous ramassez des fruits, attention, certaines personnes en ont abusé pendant les pauses et ont été assez malades. C'est connu, les fruits améliorent le transit 😉

On dit souvent qu'il faut porter des pantalons plutôt que des shorts, j'ai opté pour les deux, en fonction du travail que je faisais.

Pour le picking et le packing de melons, ça n'a pas vraiment été gênant, par contre, dans la tree nursery, je me suis plusieurs fois fait mal et attention, dans le Northern Territory, vers octobre/novembre, il fait extrêmement humide et malgré un soin sérieux de mes plaies, je suis rentrée en France avec des "bobos" que mon médecin a jugé inquiétants.

Parfois, en voyage, on ne prend pas trop soin de soi, on s'en fiche un peu mais si mes blessures ont pu être soignées en rentrant, un de mes copains a eu une aventure plus inquiétante. Il avait ramassé des mangues quelques semaines avant qu'on se rencontre et avait enflé sur tout le corps. Le liquide allergène contenu dans le manguier provoque, chez beaucoup de pickers, des réactions parfois impressionnantes.

Bref, un soir on a mangé une mangue. Il n'avait plus aucune trace de sa mésaventure avec les mangues depuis plusieurs semaines donc il ne pensait pas avoir de réaction allergique. Quelques jours après, son pied a commencé à enfler, il ne s'en est pas occupé et il a fini par avoir des cloques. Quand on est allés à Darwin, il est passé à la pharmacie parce que, quand même, il avait très mal et qu'il avait du mal à marcher. La pharmacienne s'est décomposée et lui a dit de prendre un taxi immédiatement pour aller à l'hôpital car il avait des risques de gangrène.

Donc en gros, prenez soin de vous !

Pendant ton PVT, as-tu évolué dans les échelons ?

Non, disons que dans le Queensland, comme j'y ai vécu 2 fois, je connaissais bien mon fermier et il me mettait souvent à l'emballage plutôt qu'au ramassage, donc c'est plus du favoritisme qu'une évolution.

Quel salaire touchais-tu ?

Je ne sais plus quel était le taux horaire, ca devait être 17 $ de l'heure, mais en gros, en travaillant 5 jours par semaine, je touchais environ 700 $, autant avec les melons qu'avec les arbres. Pour le raisin, c'était au rendement, 2 $ brut la cagette. C'est sans doute possible de bien gagner sa vie quand on a le coup de main mais je ne l'avais pas 😉

Quel(s) autre(s) job(s) as-tu faits pendant ton PVT ?

À Sydney, j'ai distribué des tracts, j'ai travaillé dans un solarium (le matin uniquement) et j'ai enseigné le français chez Berlitz (où j'avais travaillé à Toronto pendant mon PVT au Canada, du coup j'étais déjà formée. Je ne sais pas s'ils recrutent facilement si on n'est pas formé). Et, pas très longtemps, j'ai été barmaid dans le bar d'une petite ville.

As-tu pu rester plus longtemps en Australie grâce à ton travail ?

Je ne suis pas restée en Australie, mais c'est bon, j'ai fait plus de 3 mois de fruit picking donc si je veux, je peux obtenir un 2nd Working Holiday en Australie d'ici 2 ans (après, je serai trop vieille...).

Liens utiles :

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Finding accommodation in Australia

[Interview]

Aala, serial PVTiste !

[Récit de voyageur]

On a testé Chicago !

[News]

PVT Canada 2019 : 7 900 places supplémentaires pour les Français

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Mathieu
21.6K 11.5K

Super article, merci Julie 😉

{{likesData.comment_14518.likesCount}}

Oui merci, pour les conseils aux futurs PVTistes (inside ^^) et pour l’envie que tu nous donne. 😛

{{likesData.comment_14593.likesCount}}
Catherine
2.3K 834

Comme d’habitude, Julie la reine des bons plans et des infos utiles ! 😉 Et puis c’est sympa d’avoir à la fois des infos techniques, et puis des « à côté » : ambiance, expérience, bobos, …
Mais moi qui ADORE les mangues, ça me donne moins envie d’aller en cueillir, tout ça !

{{likesData.comment_14710.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K

Ah oui les mangues, ça fait des ravages, après on doit pas tous réagir pareil mais sur certaines personnes c’est l’horreur et si je dis pas de bêtises le pire c’est sur les Asiatiques qui viennent bosser en Australie car ils n’ont pas l’habitude de manger des mangues, du coup leur corps ne comprend plus rien :(

{{likesData.comment_15120.likesCount}}

Salut Julie,

merci pour ce superbe article! je me demandais dans quel working hostel tu étais resté au Queensland? je lis tellement de mauvaises choses sur certains vers Bundaberg (là où je comptais me rendre), je compte bosser de mai à novembre.
Merci!

{{likesData.comment_50263.likesCount}}

Salut Julie,
Je suis actuellement a Bundaberg et contrairement a toi je n’ai pas la chance d’avoir un job a l’heure.
Peux tu me contacter pour me donner des informations sur les fermes et les working hostel que tu avais fait?
Merci beaucoup par avance

{{likesData.comment_52784.likesCount}}

Super ton article Julie, j’adore !!!! Quel plaisir de te lire !!! Merci à toi !

{{likesData.comment_54425.likesCount}}
Julie
14.4K 4.7K

Je réponds tardivement excusez-moi, j’étais à Homehill (pas loin il y a aussi Ayr) et il me semble qu’à Bowen aussi y a un working hostel (ou du moins y a du fruit picking à faire, j’en suis sûre). Après il faut voir avec eux s’ils sont pleins ou pas. Le Queensland est l’Etat le plus prisé des backpackers du coup la concurrence est rude.

{{likesData.comment_55855.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre