Aurélie, installée à Chicoutimi

Article publié le 06-07-2012.

Aurélie alias Ceinwen

Aurélie alias Ceinwen

  • Localisation Roberval, QC, Canada
  • Profession Adjointe aux developpements
  • Dernier diplôme obtenu DUT

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Besançon

Ville de destination

Chicoutimi

Sur place pendant combien de temps?

Depuis le 4 mai 2009. J'ai pas bougé !

Baroudeuse ou pas ?

Oui je me suis fixée ici, mais j'ai visité pas mal d'endroits du lac et même d'un peu plus loin.

Que faisais-tu en France ?

Je m'occupais de protocole de test de médicaments au CHU de Besançon, dans le service chirurgie cardiaque.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Ça a toujours été un de mes rêves.

Pourquoi Chicoutimi ?

J'ai rencontré des gens sur un forum de roleplay. Une m'a mise au défi de venir en vacances, c'était en février 2008. 2 jours après j'avais mon billet pour Montréal pour partir en mai 2008. J'ai passé un peu de temps dans la ville, puis je suis montée sur Chicoutimi une semaine. J'ai beaucoup aimé mes vacances. On a bougé, visité 2-3 trucs dans la région. J'ai aimé cette ville, du fait qu'elle est ville et campagne : pas besoin de faire 1h de route pour te retrouver au bord d'un lac pour se baigner ou de la forêt pour se promener. Pis le lac Saint Jean pas loin ! Quoi de mieux !

C'est une ville, mais à 10 min tu es à la campagne. C'est aussi une ville dynamique, plusieurs festivals tout au long de l'été. La ville a de nombreux parcs, donc même sans en sortir, on peut trouver beaucoup de verdure. Le parc le plus grand est le parc Rivière du Moulin et il n'est pas fermé, il continue et se perd dans le parc des Laurentides. Attention à ne pas y croiser un ours au printemps, ce qui arrive à tous les ans ! J'ai été surprise la première fois que j'ai entendu ça. Un ours ? Dans un parc de ville ?

Y'a bien que dans le coin qu'on voit ça. Je parle de Chicoutimi, mais ici c'est le regroupement Chicoutimi, Saguenay, la Baie : les trois villes ne sont qu'une, sous le nom de ville Saguenay. Et puis, la vue sur le fjord depuis le vieux port vaut le détour. Comment rester insenible devant ce paysage ? Même si c'est en ville. L'hiver c'est glacé, l'été on peut y suivre les marées puisque le Saguenay monte et descend régulièrement. J'aime aussi le voir l'hiver ou au printemps, alors que les morceaux de glace s'en vont tranquillement...

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

En mai 2008, c'était la première fois que je prenais l'avion pour partir à l'étranger. Donc oui, partir autant à l'étranger, c'était ma premiere fois. Par contre, partir loin de ma famille, ça oui. A 20 ans, je suis partie à Carcassonne pendant 2 ans pour faire mes études, alors que je suis originaire du sud de l'Aisne. Puis j'ai été aussi à Besançon. Donc tout quitter pour recommencer ça c'est sans aucun soucis.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines au Québec ?

Émerveillement, perdue aussi. Mais j'étais heureuse de l'avoir fait et d'y être enfin.

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, au Québec ?

Elle me convient mais je cherche mieux. J'ai quand même un DUT en France et là je bosse dans une épicerie - même si j'aime ça être au contact des clients et discuter avec eux. J'ai même mes habitués.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés au Québec ?

Le premier Noël et le premier jour de l'an. Ca a été une période très dure pour mon moral. Je me sentais seule, loin de tout, loin de la famille. Noël dans la famille d'une autre c'est pas pareil. J'ai pas eu de cadeaux, c'est dur aussi. Ca a failli briser mon amitié avec mes colocs.

Quel est ton meilleur souvenir ?

Tout récent mais de partis pris. La naissance de ma fille dernièrement je crois. Mais sinon j'en ai pas de préferé pour moi. Je suis toujours les yeux grands ouverts et j'ai l'impression de découvrir le monde avec des yeux nouveaux, même encore maintenant. Mais peut-être que ça serait le chalet de ma coloc, le 24 juin 09, pour ma première Saint Jean. Il faisait beau, chaud, on s'est baignés toute la journée... Un bon feu et un bon barbecue dans un endroit paradisiaque... Que demander de plus ?

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Oui ! La nourriture... je rêve de comté, morbier, saucisse de morteau mont d'or... Du fromage qui coûte pas les yeux de la tête... Je rentre en février et croyez moi, je vais me gâter. Je vais prendre 10kg en 15 jours de temps, je crois !

Qu'est ce qui te manquerait si tu rentrais en France ?

Le paysage et mon chum je pense. Il veut pas quitter sa région. Déjà il a fait un effort : on est à Chicoutimi et pas au lac. Parce qu'il est du lac, donc il se trouve déjà bien loin...

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Personnel : J'ai du ouvrir mon esprit à une autre culture, d'autres façons de vivre. J'ai rencontré mon prince charmant!  Je l'ai rencontré en 2009, on a commencé à sortir ensemble en avril 2010. A la fin de mon PVT, j'avais fait la demande d'un JP qui a été refusée, puis j'étais dans les papiers pour le permis de travail. Pas facile comme période. Mais il s'est obstiné, parce que moi je ne voulais pas d'une relation en ne sachant pas si je pouvais rester au Québec ou pas. Heureusement qu'il a été là pendant cette période d'attente et de stress.

C'est sûr que se mettre en couple n'est pas chose facile, mais je ne pense pas que j'aurais eu moins de difficultés avec un Français. Pour moi, pas d'énormes différences. J'avais lu dans un des posts qu'un couple québécois prenaient son temps pour évoluer - leur couple, leur histoire... ben pas nous ! Il a voulu l'annoncer de suite, et en septembre je suis tombée enceinte, bébé voulu mais pas aussi rapidement, dirons nous. Mais bon c'est ainsi.

Et aujourd'hui, on a le plus beau joyau de la terre : notre fille Alice, née le 22 juillet. J'ai vécu une grossesse au Québec, j'ai du mettre beaucoup de coté. Le suivi est complètement différent de la France. Me suis retrouvée souvent avec beaucoup de questions sans réponses, parce qu'en France on aurait fait d'une manière et ici ca a été fait d'une autre. Un exemple tout simple : je n'ai eu qu'une seule écho à 20 semaines. En France, tu en as 3-4 en tout sur le temps de ta grossesse. Ici, ils sont beaucoup plus suivi naturel. Si tout va bien, pas de symptômes bizarres, pourquoi faire plus de démarches médicales alors que ca semble correct !

Je suis prise encore maintenant dans les 2 principes et les 2 pensées des 2 pays pour comment faire avec notre fille. C'est dur de faire un choix, parce que d'un coté ou de l'autre, je vais mal faire pour un des 2 partis. Alors j'essaye de faire au mieux en prenant le meilleur des 2 mondes.

Professionnel : rien de particulier puisque je n'ai jamais pu trouver une job dans mon domaine.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Oubliez Montréal ou Québec ! Il n'y a pas que ces 2 villes au Québec ! Vous pourrez faire autant de découverte que dans ces 2 villes là. Dans des villes plus à tailles humaines comme on dit !

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Toutes les démarches pour aller aux USA

[Interview]

Serguei, parti s’installer et ouvrir son restaurant à Toronto

[Récit de voyageur]

On a testé une traversée du Canada en van

[News]

Une année de césure pour son PVT : comment faire ?

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Ça donne envie ^_^ félicitation pour ton beau parcours de vie. Je voulais partir pour la ville de Québec, mais après avoir lu ton interview, je me dis qu’une plus petite ville serait peut être plus intéressant et avec plus de facilité pour entrée en contact avec les québécois. À réfléchir…
Merci pour ton témoignage

{{likesData.comment_1371.likesCount}}

J’arriverai certainement tard, mais je sais qu’il y’a une ville de l’autre côté du Fleuve prés de Québec qui s’appelle Lévis

{{likesData.comment_62896.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre