Delphine & Guillaume : le WWOOFing au Canada

Delphine alias Tiphine45

Delphine alias Tiphine45

  • Localisation Hastings, ON, Canada
  • Destination -
  • Profession Chargée de Post-Production Audiovisuel
  • Dernier diplôme obtenu Licence

Le WWOOFing et le HelpX permettent de vivre des expériences extraordinaires pendant un PVT, souvent hors des sentiers battus et sans dépenser trop d'argent. Delphine et Guillaume partagent leur expérience avec nous.

Bonjour Delphine et Guillaume ! Pouvez-vous vous présenter ?
Delphine : Bonjour, je m’appelle Delphine, j’ai 30 ans et je suis Française. J’ai travaillé presque 10 ans dans l’audiovisuel : d’abord comme assistante-monteuse dans des sociétés de post-production, puis comme chargée de post-production sur des émissions télé. Assez citadine mais avec tout de même un beau parcours de scoutisme à mon actif.

Guillaume : Salut les PVTistes, je suis un Français de 31 ans ayant presque toujours habité en région parisienne. J’ai travaillé dans le milieu du golf, en tant que vendeur, clubmaker, responsable d’un proshop et responsable d’une équipe de vendeurs.
Sportif, je pratique le golf et le roller hockey (entre autres) à un niveau plutôt sympa.
WWOOFing Delphine Guillaume Canada

Pourquoi avoir choisi de partir au Canada ?
Delphine : Avec Guillaume et 3 autres amis, nous avons fait un road-trip au Québec en septembre 2013 : Montréal, Québec City et la Gaspésie. Nous y avons entendu parler du PVT en rencontrant des PVTistes dans les auberges de jeunesse. Après plusieurs tentatives pour avoir mon PVT, j’ai été tirée au sort en janvier 2017. Le Canada est un pays anglophone et francophone, ce qui me faisait moins peur par rapport à la barrière de la langue, et en plus il n’est pas « trop » loin de la France.

Guillaume : Effectivement dès le retour de ce voyage nous avons décidé de tenter de décrocher ce fameux PVT. Au bout de la troisième tentative, on l’a eu ! A nous cet énorme pays avec des gens sympathiques, un vrai hiver, les paysages et les animaux sauvages… Une aventure de deux ans, le rêve ! Vu notre âge, nous n’avions plus beaucoup de choix de pays, mais c’est le pays que nous voulions absolument découvrir.

Parliez-vous anglais avant d’arriver au Canada ? Et maintenant ?
Delphine : En arrivant en juin 2017, mon anglais était vraiment difficile. Je faisais un blocage. Heureusement qu’on a commencé par le Québec ! On est arrivé par progression dans le côté anglophone du Canada. On revient de 4 mois en Ontario où personne ne parle français. Mon anglais est en net progression.

Guillaume : Comme pas mal de français, je l’écris bien mais le pratiquais peu… Au passage ça fait bizarre de croiser pleins d’allemands de 19 ans qui sont complètement bilingues ! On a beau dire, on n’a pas eu les mêmes cours d’anglais…
En 11 mois, on est seulement resté 4 mois en province francophone. Pour le reste, on a foncé. C’était dur au début, mais à force de pratiquer tous les jours… Pas le choix on progresse !

Vous avez choisi de faire du WWOOFing et du HelpX pendant votre PVT. Pourquoi ?
Delphine : Un ami m’a parlé du wwoofing. Le volontariat est une façon de voyager pour pas cher. Comme l’objectif de notre PVT est de faire les 13 provinces et territoires du Canada, ce système est idéal pour nous : travailler en échange du gîte et du couvert, sur des courtes durées.

Guillaume : C’est vrai qu’en plus du côté financier avantageux, on espérait rencontrer du monde et apprendre plein de choses. Il ne faut pas oublier la simplicité de réserver un endroit ou partir si ça ne convient pas. Aucune paperasse administrative… Aider des gens qui en ont besoin, l’impression de vraiment faire partir de la famille, ou pas… Chaque place est différente, il faut savoir s’adapter !
WWOOFing Delphine Guillaume Canada

WWOOFing Delphine Guillaume Canada

WWOOFing Delphine Guillaume Canada

Pouvez-vous nous expliquer la différence entre le WWOOFing et le HelpX ?
Delphine : Le wwoofing est du volontariat uniquement dans des fermes biologiques (ou en transition). Le HelpX est du volontariat plus général (auberge de jeunesse, fermes, pensions pour chiens...). Le nombre d’heures de travail est de 25h-30h en échange donc du logement et des repas.

On parle du WWOOFing et du HelpX dans le Guide des PVTistes au Canada !

Comment trouvez-vous les lieux qui vous accueillent et comment les choisissez-vous ?
Delphine : Nous trouvons donc les lieux qui nous accueillent via les sites internet des deux organisations. On doit payer une inscription pour chacune.
https://wwoof.ca (site uniquement pour le Canada)
https://www.helpx.net (site mondial)
On les choisit en fonction de la localisation (on a une voiture donc on peut s’éloigner au maximum des villes et être isolés), du nombre d’heures de volontariat demandées et des tâches. On privilégie les petites structures.

Guillaume : On pose le plus de questions possible aux hôtes. Aura-t-on une chambre pour nous ? Quelles seront nos tâches ? Comment se passent les jours offs ?
WWOOFing Delphine Guillaume Canada

Quels sont, selon vous, les avantages et les inconvénients de ce type de voyage ?
Delphine : Un voyage en road-trip en allant de lieux en lieux a l’avantage d’être anti-routine et très dépaysant. Le volontariat est pour cela idéal car on y rencontre directement les Canadiens et on vit avec eux. L’inconvénient principal est en lien avec le fait de vivre avec des personnes que l’on ne connaît pas. Il faut donc être flexible et s’adapter facilement et rapidement.

Guillaume : Plus de routine comme l’a dit Delphine, et l’impression de vivre un peu hors système, la liberté quoi, le tout en vivant avec des personnes « authentiques » !
Après il ne faut pas oublier qu’on n’est jamais chez nous ! Chaque maison a ses règles. Echange, respect et adaptabilité sont les maîtres mots de notre voyage !

N’est-ce pas parfois compliqué de vivre, travailler et voyager ensemble ?
Delphine : C’était ma crainte en partant car nous sommes très indépendants. Lorsqu’on fait du volontariat, on essaye d’avoir des missions différentes pour justement éviter de passer toute notre journée ensemble. On a été également ravi de pouvoir faire Terre-Neuve avec un autre couple de Français.

Guillaume : En effet, je rajouterais qu’à chaque ferme nous avons rencontré d’autres volontaires, de pleins de pays différents. Donc si on ne veut pas se voir pendant quelques heures, on peut ! 😉
WWOOFing Delphine Guillaume Canada

Et en dehors du WWOOFing, comment voyagez-vous ?
Delphine : En juin 2017, nous sommes donc arrivés à Montréal dans un AirB&B : paperasse, compte en banque, téléphone canadien et achat d’une voiture étaient nos objectifs. Guillaume nous a trouvé un super van Hyundai Entourage de 2008.

Guillaume : Avec l’achat de cette voiture, nous avons donc pu nous lancer dans l’aventure wwoofing et être indépendant en terme de trajet. Et en plus, entre deux wwoofing durant l’été, nous avons pu faire du camping mais aussi du camping sauvage ! On dormait de temps en temps dans notre voiture : les valises à l’avant, on met les fauteuils dans le sol, et hop, on peut s’allonger. Bien entendu, nous avions fabriqué un petit meuble et laissé les deux fauteuils du milieu à notre premier wwoofing. En effet, on préférait garder l’accès facile à la banquette arrière car c’est toujours agréable de pouvoir véhiculer les autres wwoofers pour aller boire un verre.

On vous donne nos conseils pour un road trip réussi dans ce dossier !

Quels conseils donneriez-vous à un PVTiste qui hésite à se lancer dans ce type de voyage ?
Delphine : Ne surtout pas avoir peur d’aller vers les autres. L’achat d’une voiture est un plus (plus d’indépendance) mais nous avons rencontré beaucoup de volontaires qui voyageaient en bus ou en train.

Guillaume : N’écoute pas les gens qui te parlent de carrière, retraite et difficulté du voyage… Fonce et va découvrir plein de choses ! C’est bien plus simple que tout le monde le pense ! Evidemment c’est plus facile pour nous qui voyageons à deux, mais même si tu pars seul tu vas en rencontrer du monde, pas d’inquiétude !
Pas besoin d’un énorme budget avec le volontariat, et avec le PVT tu trouveras toujours un travail si besoin… Je pense que pour deux ans et la taille du pays, l’achat d’une voiture est obligatoire !

Quels sont vos meilleurs souvenirs depuis le début de votre PVT ?
Delphine : Un de mes meilleurs souvenirs est les nombreuses soirées de jeux de cartes passées entre volontaires et avec les fermiers. En effet, le wwoofing permet de faire de fabuleuses rencontres internationales. Les Canadiens sont des gens très accueillants.

Guillaume : J’ai travaillé un mois et demi en tant que bucheron cet hiver pour les sapins de Noël. C’était un peu comme un rêve de gosse de travailler par -30° parfois, à porter des sapins toute la journée en entendant les doux jurons québécois !
On a vu des paysages fabuleux, des baleines, des aigles, un ours…
Ce serait long de citer tous les gens qu’on a rencontrés et avec qui on essaye de garder contact. Avec certain (fermiers ou volontaires), on a vraiment créé des liens très forts !

Et les pires ?
Delphine : Grosse déception du côté des deux HelpX que nous avons fait, en particulier dans une ferme d’animaux très mal gérée. On devait y rester 1 mois ½, on y resté 4 jours.

Guillaume : Oui, on a embarqué tout le monde dans la voiture et on a déposé deux jeunes Allemandes dans une ferme que nous connaissions. Nous avons pris nos responsabilités et avons contacté la SPA locale… C’était une décision difficile à prendre mais je suis fier de l’avoir fait !

Quels endroits du Canada avez-vous explorés depuis votre arrivée ?
Delphine : Nous avons pu explorer le Québec (Montréal, Québec City, les Cantons de l’Est, Charlevoix, le Saguenay), le Nouveau-Brunswick (Acadie), la Nouvelle-Ecosse (Halifax, Cape-Breton), Terre-Neuve (St John’s, Parc du Gros Morne, Anse aux Meadows), l’Ile-du-Prince-Edouard (Charlottetown, Miscouche), et l’Ontario (Toronto, les chutes du Niagara, Rice Lake, Baie Georgienne et Bruce Peninsula Park).

Guillaume : On essaye de le faire le plus possible ! Si vous êtes curieux de connaître toutes nos aventures c’est ici : http://peripleducastor.canalblog.com/.

Et pour finir, quels sont vos projets ?
Delphine : En mai, 1 mois de break en France pour profiter de ma famille et de mes amis. Puis en juin, direction l’Alberta en road-trip avec un ami. Et fin juin, fruit picking dans Okanagan Valley (Colombie-Britanique).

Guillaume : On vit un peu au jour le jour. L’idée est de rester jusqu’à la fin de l’hiver à l’Ouest, et de prendre une autre route pour finir le voyage au Québec. Evidemment, ça peut changer en fonction des rencontres et opportunités…

Merci Delphine et Guillaume d’avoir pris le temps de partager votre expérience et vos conseils avec nous !
Pour suivre leurs aventures, rendez-vous sur leur blog.

Et n’oubliez pas de télécharger le guide gratuit des PVTistes au Canada pour un PVT réussi !

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Besoin d'aide pour la préparation de votre projet ? Nous avons rédigé des articles pour vous !

Évaluation de l'article

Afin de nous aider à améliorer les différents articles de PVTistes.net, votre avis est important pour notre équipe.

Articles recommandés

isa

Alexandre, PVTiste dans l'informatique à Toronto

isa

Caroline, installée à Winnipeg

isa

Odile, une PVTiste à Singapour !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

J’ai reconnu la ferme terre partagée a Rogersville ! Une pure expérience au cœur d’une tribu acadienne !

Yeeees ! C’était une belle expérience de vivre avec les gens de la ridge ^^

Votre aventure donne envie!
Pourriez-vous indiquer quel est le cout pour l’assurance de la voiture que vous avez acheté? Je pense acheter le même type de van une fois sur place.

Salut,

Dsl pour la réponse tardive, on depend du wifi…

On paye 65$ par mois chez Desjardins pour l’assurance 2 bords (tout risque).

Voilà voila, en un bord c’est bcp moins cher mais vu que c’est notre seule possession sur ce continent… On ne prend pas de risque ^^

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App