Emilie, destination Auckland

Article publié le 22-04-2013.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

A la base je suis de Dijon, mais entre temps j'ai beaucoup bougé, dont une partie avec mon conjoint Jb, et avant de partir en Nouvelle Zélande, on était à Montpellier.

Ville de destination

Auckland ! Du moins pour l’atterrissage, ensuite toute la Nouvelle-Zélande, Nord comme Sud.

Sur place pendant combien de temps

On reste pour 1 an, avec quelques petits écarts à droite et à gauche (Fidji pour 10 jours, Hong-Kong pour 1 semaine quand on rentrera en France, et on aimerait bien faire une ou deux semaines en Australie, quitte à être à l'autre bout de monde, autant en profiter ! On aimerait bien en voir plus mais le budget le permet pas pour l'instant... Mais je pense que le retour va être dur, déjà au bout de trois mois on adore la NZ, alors au bout de 12... Qui sait, on reviendra peut être pour plus longtemps !

Baroudeur ou pas ?

Plutôt ! Depuis que je suis petite on parcourait déjà toute la France avec mes parents pendant les vacances scolaires. Au programme : camping, rando, vélo, visites de châteaux, etc. Alors je suis plutôt habituée à tout ça, et surtout j'adore ! Après, pendant mes études, j'ai beaucoup bougé et changé de ville dès que je pouvais (Châlon sur Saône, Nevers, Montpellier, Le Puy-en-Velay, Grenoble). J'aime beaucoup le changement, découvrir de nouveaux endroits, de nouvelles personnes, de nouvelles habitudes... On pourrait croire que je suis instable mais non j'aime découvrir et m'adapter à de nouvelles choses, même si j'apprécie quand même mon petit confort !! Un jour, promis, je me poserai 😉

Que faisais-tu en France ?

J'étais, enfin je suis toujours, graphiste/webdesigner. J'ai fini mes études un an avant de venir en NZ, et durant cette année j'ai travaillé pour Orchestra, en tant que webdesigner. C'était pas le job de mes rêves, mais il y avait une bonne ambiance, et surtout ça me permettait de mettre de côté pour le voyage. Je pense que j'aurais pu trouver quelque chose de plus intéressant, mais on savait qu'on voulait partir, alors je préférais trouver un job que j'aurais pu quitter sans regrets.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour la Nouvelle-Zélande ?

Heu... pourquoi pas ? :-) Non sérieusement, je me suis toujours dit qu'un jour je partirai loin, dans un super pays, apprendre l'anglais, et faire mes propres expériences loin de tout, l'aventure quoi ! Avec Jb on en a jamais trop parlé, et je ne savais même pas que lui aussi de son côté y réfléchissait. Un jour on a rencontré un couple de notre âge environ qui partait en Australie. En même temps, les parents de Jb qui avait une boulangerie (où Jb faisait son CAP) nous annoncent qu'ils veulent la vendre à la fin de l'année. Et là c'est le déclic. On avait pas d'attaches, on ne savait pas ce qu'on aurait fait dans un an, résultat, nos esprits divaguent un peu et on se dit "Et pourquoi pas nous ?". La Nouvelle-Zélande nous vient instinctivement (et non pas parce qu'en ce moment tout le monde y part ! Il y a que des Français ici... zut pour notre anglais) mais plus pour ces superbes paysages qu'on voit en photo, sa culture maori, pour parler anglais, et aussi parce qu'on en entendait pas trop parler contrairement à l'Australie et qu'on voulait en savoir plus :-) Et puis là, question autre bout du monde, c'était gagné !

Pourquoi Auckland ?

Et bien parce que c'est là que l'avion devait nous amener !

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

Oui pour les deux. Je n'ai jamais trop voyagé à l'étranger, mis à part les pays à proximité, quelques jours en Espagne, Italie, Suisse, Allemagne ou Angleterre.
Et je suis jamais partie aussi longtemps. Mais justement je pense que d'avoir bougé beaucoup auparavant était un peu un "entrainement" avant le grand saut ! Et je ne le regrette en rien, je sens que je m’épanouis, que j'apprends énormément, et surtout je me régale devant tous ces paysages grandioses.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en NZ ?

"Qu'est ce que je fais là ??" Les deux premières semaines on été un peu bouleversantes. D'un côté j'étais perdue avec l'anglais (comme tout bon Français qui se respecte, mes 11 ans d'anglais à l'école ne m'ont servis à rien... Je ne parlais quasi pas un mot d'anglais !), on a dépensé pas mal d'argent en hébergement car on ne trouvait pas de van "potable" et surtout on ne bougeait pas d'Auckland pour justement trouver ce fameux van. Mis à part quelques jours à Coromandel pour se faire un peu plaisir (sous la pluie d'ailleurs) les débuts ont été un peu laborieux. Mais à côté de ça nous avons été dans le bain dès le début ! On avait sympathisé avec une kiwi sur un site d'échanges linguistiques avant de venir, et c'est elle qui est venue nous chercher à l'aéroport et qui nous a hébergé quelques jours pour nous aider à faire les premiers papiers, nous faire visiter, etc. On a tout simplement été ultra chanceux ! Sarah est juste adorable ! Elle nous a énormément aidé, nous a beaucoup appris, et maintenant nous sommes très proches. Si bien que nous avons fait Noël avec sa famille, et que nous sommes invités à son mariage :-)

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en NZ ?

Heu pour l'instant je suis à la recherche d'un job dans les fruits ou les vignes, et vu comme on galère à trouver, oui je ne suis pas satisfaite ha ha !
Mais en hiver nous prévoyons de nous arrêter 2 mois pour travailler dans nos branches respectives. Je pense que je ne devrais pas avoir trop de mal à trouver quelque chose (enfin j'espère) et surtout j'ai hâte de voir leur méthodes de travail. Tout est tellement différent ici ! Mais à ce que j'entends dire, les salaires ici ne sont pas terribles comparé à l'Australie, sauf si tu as un job dans les métiers de bouches (ils en raffolent !! Jb a postulé dans quelques boulangeries françaises juste pour voir, et toutes voulaient l'embaucher). Mais bon, si je trouve un poste dans une agence de com' peut être que je gagnerais bien moi aussi :-) Ça me ferait une super expérience, améliorerait mon anglais dans le milieu professionnel, et surtout renflouerait un peu notre compte avant de rentrer en France.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en NZ ?

Pour l'instant l'anglais. Jb comprend beaucoup mieux l'anglais que moi, mais en revanche je le parle mieux, alors on se complète...
Sinon c'est de trouver un boulot, j'ai l'impression qu'on est jamais au bon endroit au bon moment. Et aussi de trouver un van, parce que les vans c'est vraiment toute une histoire. Parce qu'ils savent qu'il y a de plus en plus de jeunes qui viennent en NZ et qui cherchent un van, les vendeurs en profitent vraiment. Les kiwis comme les autres voyageurs ! Ils essayent de te vendre des vans avec je ne sais combien de bornes et pleins de problèmes à des prix exorbitants ! (Mais en même temps il y a beaucoup de jeunes qui sont prêt à acheter n'importe quoi juste parce qu'ils ont besoin d'un truc qui roule, alors forcément ça marche...) Sans oublier que tu ne peux faire confiance à personne, encore moins aux Français... On s'est plusieurs fois fait entuber par des Français qui te disent "oui oui pas de problème" et qui à côté vendent le van à quelqu'un d'autre, ou te posent des lapins. Bref c'était vraiment galère pour nous...

Quel est ton meilleur souvenir ?

Pour l'instant... je ne sais pas trop, il y en a tellement ! Mais mon dernier coup de coeur, c'était pas plus tard qu'hier soir. On s'est posés sur un site du DOC en bord de mer. On a assisté à un paysage sublime, avec le fameux long nuage blanc qui borde la mer. Le ciel était juste magique, allant du jaune au bleu au rose... Et ensuite la lune s'est levée, de couleur rose/orangée, c'était vraiment chouette ! On a dormi le rideau ouvert, tranquilou au chaud dans notre van avec la vue sur la lune qui éblouie la mer. Juste ça... Il me faut pas grand chose, j'aurais pu rester des heures à admirer la mer. Si calme, si bleu, avec les montagnes au fond, et le fameux long nuage... C'était si paisible, si beau, et surtout très romantique ! Mais j'en ai plein d'autres, comme avoir pêché mon premier requin en mer avec la famille de Sarah, ou avoir vu mon premier pingouin en mer (et non dans un zoo !) ou encore avoir surfé pour la première fois à Raglan, et ça gratuitement en échange d'un logo pour un mec qui ouvrait son école de surf ! La Nouvelle-Zélande c'est juste top pour ça, on fait que de superbes rencontres qui débouchent toujours sur de superbes expériences !

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

LE FROMAGE !!!!! ET LE SAUCISSON !!!! La bonne bouffe en général en fait... Ici c'est vraiment pas ça, ou alors ultra-cher et hors de prix pour notre petit budget de backpackers... Mais bizarrement avec tous les fast-food bien gras qu'il y a ici, on trouve le moyen de perdre du poids ! On s'habitue à une autre alimentation, du porridge le matin parce que c'est pas cher, et que ça te cale pour jusque dans l'après-midi. Pour le midi on mange trois fois rien (le porridge nous a bien rempli), une petite salade souvent. Et le soir ben... pâte ou riz, au choix ! Non mais de temps en temps on se fait des petites folies quand même 😉 on s'est même fait envoyer du pâté, miam ! Sinon ma famille aussi... ben oui quand même un petit peu, les rares moments sur Skype sont des fois un peu durs... et aussi le fait qu'en Nouvelle-Zélande il n'y a pas tout le côté architectures historiques que nous avons nous en France : les petits villages en pierre de Provence, les châteaux, les viaducs, etc.

Qu'est ce qui te manquera quand tu rentreras en France ?

Les paysages et les gens. Leur simplicité de vivre, leur gentillesse et leur sympathie. Ici la vie à l'air d'être plus simple. Et surtout plus sûre. Il n'y a pas tous ces problèmes de chômages, d'insécurité, de politique, de grève, bref ici on nous en parle jamais ! On peut se promener tard le soir et seul, sans craindre de se faire agresser. On peut aller partout (ou presque) sans craindre de se faire braquer. Tous les gens sont heureux de vivre et profitent des vraies choses de la vie, d'être dehors, avec sa famille, de sortir, se promener... Tous les gens ici sont ouverts, et se bousculent presque pour t'aider, ou te faire partager leur passion ! Tu peux être sûr que si un soir tu te retrouves sous la pluie et que tu as un besoin d'un toit, il te faudra pas longtemps pour que quelqu'un t'ouvre sa porte. On est vraiment tombés amoureux de cette façon d'être et cette façon de vivre. On se sent tellement bien...
Et les paysages ben... c'est juste superbe, comment veux tu que ça ne me manque pas ? :-) Avec tous les phénomènes géothermiques, les superbes plages, les chaînes de montagnes qu'il y a, bref il faut vraiment faire ça une fois dans sa vie.

Qu’est ce que cette expérience t'apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Cela ne fait que 3 mois, mais pour l'instant je me sens vraiment changée. Je vois les choses différemment, et surtout je me sens mieux, plus naturelle. J'apprends beaucoup, et je vais plus facilement vers les gens. J'améliore mon anglais, qui n'est pas parfait loin de là, mais qui pour l'instant est suffisant. Par contre maintenant je ne sais plus du tout ce que je veux faire plus tard. J'ai l'impression que je n'arrive pas à voir au delà de notre voyage. J'ai même pas l'impression que je vais rentrer un jour (pourtant on a notre billet, on est obligés...). Je ne sais plus si je veux continuer d'être graphiste, où faire quelque chose plus en contact avec les gens, si je veux rester en France, ou en NZ (je choisirais bien la NZ mais mes parents me manqueraient vraiment trop...) du coup j'essaye de ne pas y penser, mais un jour il faudra prendre une décision :-(

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Oula il y en a beaucoup... Mais juste un :

Essayer de ne pas rester qu'avec des Français pour la facilité de parler français, ou de rester qu'entres jeunes parce qu'est c'est plus fun. Au contraire, il faut vraiment s'immerger, et c'est là que vous ferez les meilleures connaissances et meilleures expériences. Il suffit d'un rien pour qu'un kiwi vous proposent de venir pêcher avec lui, de manger à la maison, ou de vous montrer comment faire du rhum ! C'est vraiment des gens supers qui sont prêt à tout partager juste parce que le feeling passe bien ! On a fait pleins de super rencontres, et je pense que ce n'est que le début... Il faut juste être ouvert, sympa, et connaitre quelques bribes d'anglais 😉

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Préparez sereinement votre PVT et vivez-le pleinement grâce à nos bons plans ! Ils vous permettront de bénéficier de réductions et d'avantages !

Articles recommandés

[Dossier]

Faire du WWOOFing pendant un PVT

[Interview]

Charlotte : un PVT plein de bons souvenirs en Nouvelle-Zélande

[Récit de voyageur]

Travailler dans le cinéma et les séries télé à Vancouver

[News]

Alerte SMS PVT Canada 2020 : soyez prévenus de l’ouverture !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Katell
9.5K 6K

Profitez bien des mois qu’il reste !

{{likesData.comment_19096.likesCount}}

ah bien la description ca me donne encore plus envi! j ai hate (vivement fin aout) !
Vu que tu es webdesigner, peux tu me dire si le web est en expansion comme partout et si il y a du boulot dans la branche (je suis developpeur) ?

{{likesData.comment_19119.likesCount}}
Johanna
2.9K 1.8K

Eh bien, j’avais loupé cette interview d’Émilie ! Mais bon, je les ai vécu en direct vos galères avec la recherche du van et tout ! 😉

{{likesData.comment_22964.likesCount}}

Et donc, la fin de votre voyage ? Comment c’est ? Je suis curieuse de savoir ce qu’il en est de ta recherche de boulot dans la branche du web, car pour ma part quand je serais là-bas je voudrais trouver un petit taff de lectrice dans une fac ou un lycée pour donner quelques leçon de français vu que j’ai un diplôme pour. Après, si c’est vraiment pas possible, je me rabattrais sur le picking car ça me tente bien (mes souvenirs des vendanges dans le bordelais me réchauffe le coeur :D). Trouver un emploi est vraiment mon premier souci, même si je compte bien partir avec une bonne réserve.

{{likesData.comment_48041.likesCount}}

Bonjour,

Magnifique cette interview ! Ah les Francais où que l’ont partent se sont toujours les pires !!!

J’aurais juste une question, quel est le site dont vous parlez d’echange linguistique ?

{{likesData.comment_48692.likesCount}}

Salut, désolé du retard

Maruama : Pour son expérience dans le web Emilie a eu du mal a trouver une boite sur Auckland mais quand elle a trouvée ça s’est bien passé. La langue a été assez dur au début et aussi se faire intégrer mais après c’est passé nickel.

Nicolas : le site web s’appelle My Language Exchange

voilà hésitez pas si vous avez des questions

{{likesData.comment_49265.likesCount}}

Waouh, votre témoignage m’a encore plus confortée dans l’idée que c’est en NZ qu’il faut que j’aille ! Merci, j’ai des étoiles plein les yeux :-)

{{likesData.comment_54173.likesCount}}

Bonjour Emilie,
Je souhaiterais rentrer en contact avec toi afin d’en savoir un peu plus sur le poste de graphiste que tu as occupé en NZ lors de ton PVT ? Est ce possible :)
Merci beaucouup !
[email protected]

{{likesData.comment_59387.likesCount}}

Bonjour,

Je viens de voir un article sur la NZ (https://pvtistes.net/dossiers/trouver-un-travail-en-nouvelle-zelande/4/) voici l’article, Trouver un job en NZ, puis-je envisager de travailler dans mon domaine ?. Et bien sur Émile est citée, j’aimerai savoir comment ça se passe dans le milieu de la com là-bas ? Je suis graphiste web designer depuis 2 ans maintenant, j’ai également fait un PVT en Australie ou je suis restée 8 mois mais aucune envie de faire du graphisme, ça été uniquement du kiff et du voyage. Mais depuis mon retour, la déprime est bien là, et l’envie de repartir ne me quitte plus. Donc je me renseigne à droite à gauche sur les opportunités qui s’ouvrent à nous les créatifs. Voilà si tu as un peu de temps pour me répondre ça serait super.

Merci beaucoup & bonne continuation.
Camille

{{likesData.comment_65924.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre