Jessica à Whistler : un PVT Canada enneigé !

Article publié le 05-06-2015.

Jessica alias Frappulover

Jessica alias Frappulover

  • Localisation Grenoble, France
  • Profession Coordinatrice Supply Chain

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville de provenance

Grenoble, France.

Ville de destination

Whistler, Colombie-Britannique, Canada.

Durée de ton PVT

10 mois d’octobre 2013 à septembre 2014.

Baroudeuse ou pas ?

Avant le PVT, plutôt non. Mais cela a changé !

Que faisais-tu en France ?

J’avais terminé mes études en alternance et j’occupais un poste d’assistante administrative avant de partir.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Pour vivre une aventure hors du commun dans un pays complètement inconnu mais qui m’intéressait de par ses deux langues qui étaient aussi les miennes.

Pourquoi as-tu choisi Whistler ?

Mon copain voulait faire une saison en station de ski et moi je voulais partir à l’étranger : Whistler nous semblait donc être le bon compromis entre nos deux envies. Nous souhaitions vraiment partir dans la partie anglophone pour nous différencier des autres PVTistes et aussi pour avoir une expérience professionnelle dans une autre langue.

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

J’étais partie vivre en Angleterre pendant 8 mois, mais en rentrant tous les 2 mois en France. Je n’étais jamais partie de chez moi aussi longtemps !

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines ?

Un sentiment de découverte et de « liberté ». Tout était nouveau et je m’émerveillais devant beaucoup de choses. Il fallait aussi trouver de nouveau repères dans un endroit qui m’était totalement inconnu.

Peu de PVTistes s'installent à Whistler, peux-tu nous parler de la ville ?

Whistler est un village qui n’est pas si grand que ça : on parcourt le centre d’un bout à l’autre en 15 à 20 minutes à pied. On peut dire que cela ressemble un peu à Disneyland au niveau de l’architecture (on a pas mal entendu ça sur la station). Whistler se trouve à environ 2 heures de voiture de Vancouver et est accessible par la magnifique Sea to Sky Highway qui offre des panoramas sublimes entre océan et montagnes. On y dénombre seulement 10 000 habitants, mais elle reçoit presque 2 millions de touristes chaque année ! L’ambiance est assez jeune et tout le monde est vraiment proche de la nature et passionné par les différents sports qu’on peut pratiquer dans la station : ski, snowboard, bobsleigh, patin à glace, hockey, motoneige (pour la partie hiver) mais Whistler est aussi connue pour son très bon domaine de VTT de descente.

Il y a également de nombreuses pistes cyclables et lacs autour qui permettent à des moments dans l’année de faire du ski, du VTT et du stand up paddle en une seule journée ! Le domaine skiable de Whistler est composé des montagnes Whistler et Blackcomb qui ont donné le nom complet à la station : Whistler Blackcomb. Les deux montagnes sont d’ailleurs reliées entre elles par le très impressionnant Peak 2 Peak : un téléphérique sans poteau entre les 3 km qui séparent les montagnes et qui culmine à 436 m du sol. Une expérience inoubliable, surtout quand on a le vertige !

On retrouve aussi des boutiques huppées et des hôtels de luxe car Whistler est une station connue pour ses prix très élevés, qui attire donc une population aisée.
Les personnes qui aiment la nature ainsi que tous les sports d’extérieur trouveront forcément leur bonheur à Whistler !

Quel était ton niveau d'anglais en arrivant ? Et maintenant ?

Je ne suis sûrement pas le meilleur exemple pour cette question car je suis bilingue anglais de naissance. Je n’ai donc pas eu véritablement de progression, même si je suis repartie du Canada avec un accent différent de celui avec lequel j’étais arrivée. Mon copain avait un bon niveau en anglais et a pu vraiment progresser car il était forcé de parler anglais à tout moment, étant donné que nous étions les seuls Français dans la station. Je pense que cela est vraiment intéressant de partir dans un milieu totalement anglophone pour progresser au maximum. Après, tout dépend du niveau de chacun et de sa volonté à progresser.

Est-ce que ta situation professionnelle t’a paru satisfaisante, à Whistler ?

Je suis arrivée à Whistler et j’ai trouvé un travail en tant que vendeuse (« retail sales clerk ») dans un des magasins de merchandising de la station. Au bout d’un mois, je suis passée « key holder », même job mais avec les clés du magasin, puis un mois plus tard, je suis passée « lead hand », l’équivalent de responsable adjointe. Le fait de pouvoir progresser rapidement dans le travail, même si mon employeur savait que je ne restais que quelques mois, était vraiment satisfaisant. L’ambiance était vraiment sympa et je m’entendais bien avec mes collègues et ma manager. Au niveau du cadre, il était idéal : au pied des pistes et au cœur du village ! Pour la paie, cela dépend de comment on voit les choses : en regardant juste l’aspect salaire, j’étais payée au taux minimum horaire, avec une petite augmentation avec mes « nouveaux postes » (je suis passée de 10,25 $ à 11,37 $ au maximum, si je me souviens bien). Mais à côté de cela, j’avais beaucoup d’avantages : forfait saison tous frais payés par la station, logement à prix avantageux à 5 min de mon travail, beaucoup de réductions dans les magasins et les restaurants et enfin, beaucoup de concours internes permettant de gagner des bons de réduction intéressants.

Pour trouver un job à Whistler, il faut arriver au bon moment : après la saison d’été, mais avant la saison d’hiver. Il y a des « job fairs » qui permettent de rencontrer plusieurs employeurs et on trouve aussi des annonces dans les journaux locaux. Mais cela reste quand même assez difficile de trouver un emploi, surtout si on ne parle pas anglais. Notre français a été vu comme un atout car il y avait pas mal de touristes québécois, et quelques Français, mais sinon, on ne s’en est jamais servi.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés ?

Whistler est une ville très chère et l’argent peut vite partir si on sort tous les soirs par exemple. Nous étions surtout là pour profiter d’une nouvelle expérience de travail et aussi du ski. Nous avons donc fait attention à notre argent, et nous savions aussi que nous allions voyager pendant plusieurs mois derrière sans avoir de rentrées d’argent. Je dirais que cela est LE point sur lequel il faut être attentif à Whistler.

Quel est ton meilleur souvenir ?

Le jour où j’ai vu un ours noir pour la première fois à 10 mètres de moi, et tout ça à moins de 5 min de chez moi. Quel souvenir, juste magique !!

Parle-nous de tes 4 mois de voyage !

Je suis partie de Whistler après 6 mois magiques passés là-bas pour voyager pendant 4 mois à travers le Canada et les USA. Dans l’ordre : Vancouver, l’île de Vancouver, Seattle, les parcs de l’ouest américain...



... la côte ouest des USA de San Francisco à San Diego, puis cap sur la côte est des USA pour Boston, un mois à New York, Philadelphie, Washington, et retour au Canada pour un mois à faire le tour du Québec avant de terminer par Toronto. Au niveau des moyens de transports : train, avion entre les grandes villes et sinon voiture. J’ai adoré cela !! Quel sentiment unique de se réveiller dans une ville différente presque chaque jour. Nous avions un budget d’environ 3 000 € chacun. C'était vraiment super, mais mine de rien l’argent part très vite quand rien ne rentre de l’autre côté. C’est d’ailleurs cela qui nous a fait rentrer en France un peu plus tôt que prévu.

Nous avons opté pour des solutions de logement moins coûteuses que l’hôtel : camping dans les parcs de l’ouest américain pendant 12 jours, hôtel à Las Vegas mais réservé longtemps à l’avance avec une bonne promo, et sinon via Airbnb : chambres chez les habitants, appartements pour nous, colocation à New York dans un loft et enfin gîtes au Québec.

Pour les transports, pareil : locations de voiture longtemps à l’avance pour avoir un assez bon tarif, train et bus quand c'était possible car c'est moins cher que l’avion, et pour l’avion, on a eu de la chance, les prix sont intéressants pour les liaisons à l’intérieur des USA.

La nourriture est sûrement ce qui a représenté le plus gros poste, car nous mangions presque tous nos 3 repas journaliers à l’extérieur. On optait au maximum pour des solutions moins chères (biscuits pour le petit déj, pas trop de resto mais plutôt des courses au supermarché quand c’était possible…). On était très vigilants sur ce point-là.

Et enfin pour les visites, on a essayé de trouver des bons plans : par exemple, à New York on a fait 14 visites d’attractions pour moins de 20 $ alors que cela aurait dû coûter entre 150 $ et 200 $ en temps normal. On profitait des jours gratuits dans les musées et on a opté pour les entrées sur donation : c’est l’avantage quand on a le temps sur place :)

Est-ce que certaines choses françaises t’ont manqué ?

Le fromage !! Etant une grande fan de fromage, c’était dur. Mais bon, vu le prix que cela coûte au Canada on s’en passe assez vite et on profite d’autres choses !

Qu’est ce qui te manque maintenant que tu es rentrée en France ?

Tellement de choses… la gentillesse des gens, la tolérance, la civilité des gens dans les villes, les paysages magnifiques et surtout ce sentiment de liberté et d’insouciance.

Qu’est ce que cette expérience t’a apporté, du point de vue personnel et professionnel ?

Je ressors de cette expérience grandie : je suis rentrée en France avec un autre regard sur les choses du quotidien. Personnellement, je me sens plus forte : j’ai pu vivre presque un an dans un pays étranger sans problème, j’ai su m’adapter et en tirer le maximum. J’étais aussi très centrée sur les villes avant et ce PVT m’a permis de découvrir une nouvelle passion pour les grands espaces et la nature, ainsi qu’un côté plus baroudeur qu’avant. Moi qui n’avais jamais fait de camping avant, c’est chose faite et je rêve de retenter l’expérience ! Professionnellement, cela m’a permis de découvrir une autre vision du travail qui me satisfait d’avantage. Je conseille vraiment à tout le monde de partir si possible, cela vous permettra de gagner des années de vie et cela n’a pas de prix.

Où es-tu aujourd'hui ?

Je dois dire que je n’ai pas à me plaindre de ma situation aujourd’hui : j’ai trouvé un CDI 2 mois et demi après mon retour en France et je viens d’emménager dans un appartement que nous avons pu acheter avec mon copain. Tout roule donc ! Mon expérience canadienne a été un plus pour mon ouverture d’esprit. Nous aimerions vraiment repartir à l’étranger pour au moins 6 mois, mais pas avant 2 ans, le temps de mettre de l’argent de côté et de planifier cela comme il se doit !

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Mes conseils seraient principalement de partir avec suffisamment d’argent, d’essayer de se différencier des autres pour vivre une expérience unique et d’être ouvert d’esprit sur les différences que l’on peut trouver là-bas, que ça soit au niveau de la langue, la culture ou les habitudes. Et surtout, de profiter à fond de cette expérience d’une vie !

Vous pouvez retrouver le parcours de Jessica et de son copain sur leur blog : Whistler & More.

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Etre ingénieur au Canada

[Interview]

Adeline, de Toulon à Montréal

[Récit de voyageur]

Récit de PVTiste : travailler comme maçon en Nouvelle-Zélande

[News]

PVT Canada 2019 : où en sommes-nous ? (quota, rondes d’invitations…)

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Merci pour ce récit ! Ton expérience en vente dans la station de ski c’était comment ? Ils prennent même si t’es pas bilingue ? Si t’as pas fait de la vente auparavant (et que tu brodes ton CV) ? :)

{{likesData.comment_61556.likesCount}}

Merci pour ton commentaire ! Mon expérience dans la vente était très enrichissante : j’avais déjà travaillé dans ce domaine en France et c’était agréable de voir comment cela se passait au Canada.
Il faut quand même avoir un bon niveau en anglais car tu dois promouvoir les différents produits qui sont parfois assez techniques.
Pour l’expérience, je te conseille d’être honnête si tu n’en n’as pas : ils ne sont pas trop fermés là dessus et comptent surtout sur la motivation. Et ils risquent de s’en rendre compte assez rapidement si tu as menti sur tes expériences.
N’hésites pas si tu as d’autres questions !

{{likesData.comment_61557.likesCount}}

Merci pour ta répondre Jessica ! Je pars au Canada au printemps prochain normalement, et surtout pas côté francophone ! Je vis à Londres actuellement mais j’aspire à faire autre chose que travailler dans un bureau toute la journée une fois au Canada, et les sales ça reste à priori malgré tout un moyen de trouver du boulot facilement au Canada, en plus de permettre de parler à plein de gens ! Bravo pour ton trip qui m’inspire beaucoup, j’espère pouvoir en faire autant avec ma copine !

{{likesData.comment_61568.likesCount}}

Je t’en prie, c’est toujours un plaisir pour moi de pouvoir aider les gens !
Tu dois donc t’en sortir avec l’anglais alors si tu es déjà à Londres? C’est très bien de partir dans le côté anglophone, cela perfectionnera encore plus ton niveau :)
Tentes les sales en effet, ça aide bien !
Et je croise les doigts pour votre trip alors 😀

{{likesData.comment_61569.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

Merci pour ce chouette récit, qui sort un peu des villes canadiennes habituelles.
C’est assez surprenant de lire « whistler » quand tu vois une photo de désert US en gros plan, mais ça fait son effet et du coup, on est tenté de tout lire! :p

{{likesData.comment_61562.likesCount}}

Effectivement ^^ ! Je n’ai pas été en charge de la mise en page et la photo ne correspond pas à Whistler 😉 mais la suite si ! 😀
Merci pour ton commentaire :)

{{likesData.comment_61563.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K

C’est la moindre des choses! Tu as pris le temps de répondre, je peux bien prendre le temps de te remercier pr cette escapade à Whistler!

{{likesData.comment_61564.likesCount}}

C’est gentil :)

{{likesData.comment_61567.likesCount}}

Salut Jessica, Je t ‘écris car je suis face à un dilemme. Je me suis reconnue dans ton récit car je viens aussi de Grenoble, je suis folle de snowboard et j ai déjà fait une saison en France. Je bossais en office du tourisme.
Je suis à Montréal en ce moment pour un stage, qui se termine fin novembre. J ai été à la Job Fair pour passer un entretien pour Whistler. Ils n’avait plus qu’un poste à me proposer en raison de mes disponibilités, et c’est EXACTEMENT le même que ce que tu as fait (sales clerk dans un magasin de loc’). C etait dans mon projet de faire une saison, et Whistler c est la + ouf donc j etais très motivée, jusqu’à ce qu’on me propose ce poste qui ne m attire pas du tout. Je pèse les pour et contre, surtout en regard du coût de la vie et des conditions de logement un peu précaires. Je dois donner ma réponse mardi à la proposition de job.
Peux tu me parler un peu du taf en lui-même, si tu devais t occuper de la location du matos, faire essayer des chaussures de ski toute la journée, porter des skis, etc.. Car je suis vraiment face à un dilemme à cause de ce job!!!
Merci d’avance…

Camille, une Pvtiste un peu fébrile!

{{likesData.comment_62770.likesCount}}

Salut Camille ! Tout d’abord, merci pour ton long commentiare. Je suis ravie de trouver une autre personne de Grenoble en PVT :)
Sais-tu déjà dans quel magasin le job qu’ils te proposent sera? Je te pose la question, car selon les magasins, tu dois faire (ou non) de la loc. J’étais sales clerk et je n’ai absolument pas fait de loc. J’étais en boutique toute la saison à vendre du matériel pour les skieurs/snowboardeurs (casques, masques, gants) et aussi des souvenirs de la station (tshirt avec logo Whistler, vestes, etc). Mais à aucun moment je n’ai loué des skis ou snowboards.
Honnêtement, si tu veux passer une saison à Whistler et que tu peux avoir un job avec la station, fonces !! Tu auras le droit à un logement normalement, à un prix « réduit » par rapport aux logements dans la saison, puis tu auras pleins d’avantages (pass saison offert, etc). Franchement, ça vaut vraiment le coup, car les prix sont super élevés, pour tout !
N’hésites pas à m’envoyer un message privé si tu veux qu’on en discute plus longuement, ça serait avec plaisir !
Bonne journée :)
Jessica

{{likesData.comment_62776.likesCount}}

Oui, Merci pour ta réponse
Je sais pas comment envoyer un MP ^^
C est au MAC 4 seasons un truc comme ça, un magasin intégré dans un enorme hotel. sur le poste offert c est bien écrit « retail sales à l clerk »; Je vais envoyer un mail pour demander si c est bien que de la vente ou aussi la loc… à l entretien physique le gars m a testée pour voir si je « supporterais de faire essayer des chaussures et renifler des chaussettes humides toutes la journée  » tu vois le genre… Je sais pas si ca veut dire que je ferai automatiquement de la loc.
Tu avais été hebergée par Whistler toi? Moi on m a proposé des chambres partagées…

{{likesData.comment_62777.likesCount}}

Ahh, il faut que tu ailles sur mon profil pour le faire 😉
Ok le 4 seasons est dans la partie du « Upper Village » donc un peu excentré du village en lui-même. Ca me semble bizarre que retail sales clerk englobe aussi la loc, je te conseille de te le faire confirmer. Mais effectivement, si le gars t’a posé ce genre de questions, ça semble être tourné sur la loc.
On est partis ensemble avec mon copain et on a réussi à avoir un appartement pour nous deux. Après, selon les résidences, il y a des chambres partagées aussi, tout dépend de ce qui est disponible.

{{likesData.comment_62778.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre