Le PVT : qui a parlé d’Eldorado ?

Date de publication : 11-07-2013

Auteur

Julie

Depuis quelques semaines, plusieurs articles ont fait parler d'eux sur Internet. Leur sujet ? L'Australie et les difficultés rencontrées par les PVTistes qui s'y rendent.

Nous vous avons récemment fait part des échanges entre une jeune Française en Working Holiday en Australie et le consul de France en Australie dans notre article Les difficultés d’une PVTiste en Australie : dialogue avec le consul. Ces échanges ont eu lieu après la parution d'une lettre du consul à l'attention des jeunes Français : Le consul de France à Sydney alerte les jeunes en Working-Holiday Visa.

Dans les médias, après "l'Australie est un Eldorado", nous assistons à "la fin de l'Eldorado australien".

Nous aimerions donc remettre un peu toutes ces informations dans l'ordre et vous rappeler une information essentielle : aucun pays du PVT n'est un Eldorado !

En optant pour le PVT, vous partez à la découverte d'un pays en ayant l'autorisation d'y travailler.
Votre recherche de travail sera peut-être courte, longue, facile, difficile, personne ne peut le savoir à l'avance.

Certains trouveront un emploi en claquant des doigts car leur profil plait, car ils arriveront au bon endroit, au bon moment, car ils connaîtront une personne qui pourra les aider ou pour toute autre raison ! Il est en effet possible que tout se déroule comme vous l'aviez rêvé.

Mais il est également possible qu'il vous faille quelques semaines avant de trouver un emploi, que vous deviez changer de ville ou d'État/province. Il se peut que vous ne parliez pas assez bien anglais, espagnol, japonais ou autre ou encore que vous n'ayez pas assez d'expérience. Vous pouvez aussi arriver à un moment où peu d'emplois sont disponibles.

Le meilleur conseil de nous pouvons vous donner, c'est de ne pas trop rêver à une expérience sans difficulté. Partez sans trop penser à ce qui vous attend, vous vivrez votre expérience une fois sur place, au gré des événements, des opportunités et des rencontres et ce sera là la meilleure façon de vivre votre PVT !

Pour en revenir au cas spécifique de l'Australie, l'ambassade d'Irlande en Australie donne un certain nombre de conseils à ses ressortissants et nous allons les partager avec vous car ils nous paraissent pertinents. Nous ajouterons quelques explications, conseils et informations qui nous semblent également utiles.

  • Respectez les conditions du Working Holiday Visa ! Dans le cas contraire, vous risqueriez d'avoir une interdiction de territoire australien.
  • Respectez les lois et les coutumes du pays ! On parle souvent du comportement des Français, car nous sommes en France mais des jeunes d'autres pays posent également problème. Cette règle doit s'imposer à tous ! En effet, ces conseils ne sortent pas de nulle part : ils se basent sur des situations qui se sont avérées un peu trop récurrentes et contre lesquelles le consulat d'Irlande veut alerter ses jeunes.

Contrary to the perception of Australia as a laidback and relaxed country very strict approaches are taken by the Police and the Courts when it comes to law and order. The laws on ‘street offences’ such as public nuisance, drunk and disorderly behaviour, and on common assault are enforced to the letter. The instructions of Australian police officers should be followed immediately and without argument.
A significant number of Irish nationals, particularly in the 20 to 30 age bracket, come before the Australian courts each year. Sometimes there is an expectation on the part of defendants that flexibility or leniency might be shown to a foreign national not familiar with Australian law.  There is no basis for such expectations.
Those holding Working Holiday visas are most likely to require consular assistance; to be arrested; or to be seriously or fatally injured

Entrons donc dans le vif du sujet. Voici les conseils et les directives données aux backpackers en Australie :

  • Partez avec assez d'argent ! Le gouvernement australien vous recommande de partir avec l'équivalent de 5 000 $, ce n'est pas de trop et cela vous permettra de subvenir à vos besoins un certain temps si vous ne trouvez pas de travail tout de suite. Vous préparez ce voyage depuis des mois, voire plus, ne prenez pas le risque de devoir rentrer après quelques semaines, faute d'argent. Vous allez devoir vous loger (et pourquoi pas verser une caution), vous nourrir, vous déplacer (notamment pour travailler) et sortir.
  • Partez avec un billet d'avion aller-retour ! C'est une bonne façon de pouvoir, à tout moment, rentrer chez soi, si on manque d'argent ou en cas de problème. Ceci dit, les allers simples sont une bonne option pour ceux qui souhaitent voyager à plus long terme, faire un deuxième Working Holiday Visa en Australie ou pour ceux qui ne savent pas ce qu'ils feront ensuite. Si vous optez pour un aller simple, assurez-vous d'avoir toujours de l'argent pour vous payer un billet retour au cas où.
  • Assurez-vous ! Prendre une assurance voyage doit être une priorité. Vous serez à des milliers de kilomètres de chez vous, vous devez être en mesure de vous faire soigner, hospitaliser, voire rapatrier en cas d'accident très grave, sans y laisser toutes vos économies. On vous rappelle que l'assurance voyage Globe PVT vous coûtera 356 euros (avec la réduction faite aux membres de PVTistes) pour un an, soit moins d'un euro par jour. Ne faites pas cette économie, ça ne vaut pas le coup !
  • Préparez-vous ! Le pays est grand, renseignez-vous sur ses villes et ses États et sur le coût de la vie. Préparez votre CV et emportez des copies de vos diplômes.
  • Conduisez prudemment ! Ayez un permis de conduire en règle, c'est-à-dire un permis de conduire international présenté avec votre permis de conduire français ou belge (nous vous expliquons la démarche à suivre dans notre dossier Préparer son départ en Australie).Par conduire prudemment, on entend également de ne pas se référer qu'aux directions données par votre GPS (un PVTiste en a fait les frais), ne pas conduire sous les effets de l'alcool ou d'une drogue, ne pas monter en voiture avec un conducteur qui se trouverait dans cet état, ne pas conduire en étant très fatigué et bien respecter les limitations de vitesse.Faites des pauses, attachez votre ceinture et comportez-vous de façon responsable. Ces conseils peuvent paraître évidents mais parfois, lorsqu'on vit une expérience folle à l'autre bout du monde, on oublie les réflexes essentiels.Si vous prévoyez d'acheter un véhicule, consultez notre dossier Acheter une voiture ou un van en Australie.
  • Faites la fête mais faites attention ! L'alcool est l'une des causes majeures de décès, de blessures graves et d'arrestations parmi les jeunes en Australie. Les Français ne sont pas les seuls à avoir des comportements excessifs...
There is recurring negative coverage in the media about anti-social behaviour involving Irish people in Australia. Many of these reports refer to excessive consumption of alcohol. These incidents may involve only a tiny minority of backpackers, but unreasonable and inconsiderate behaviour by anyone identified as Irish affects the reputation of all Irish people living in and travelling to Australia. A bad general reputation for Irish backpackers is not desirable and can impact negatively across the board, in particular on those seeking accommodation and jobs.
  •  Prenez soin de vos proches ! Pour les mêmes raisons que celles qui précèdent, il est important de faire attention à vos amis et compagnons de voyage. Sachez également les temporiser si vous trouvez leur comportement déplacé.
  • Faites vos 88 jours de travail exigés si vous souhaitez rester une année de plus en Australie. Beaucoup de backpackers sont renvoyés dans leur pays ou font l'objet de poursuites judiciaires car ils ont menti au moment de demander leur second WHV. Ca ne vaut pas le coup. On vous rappelle que le WWOOFing et le HelpX est aussi une bonne façon de combler les jours de travail qui pourraient vous manquer. Pour plus d'informations, consultez notre dossier dédié au 2nd WHV en Australie.

Voici également d'autres conseils qui sortent un peu du thème de cet article mais qui sont tout de même primordiaux.

  • Gardez votre passeport en sécurité ! Pensez également à vous inscrire au consulat de France en Australie et à faire une copie et un scan de votre passeport. Vous garderez la première à un autre endroit que votre original (mais en lieu sûr également) et vous vous enverrez le second par e-mail pour pouvoir, à tout moment, en imprimer une copie.Notez également que vous pouvez faire une demande de Proof of age card une fois en Australie. Pour plus d'informations, consultez notre dossier Préparer son arrivée en Australie.
  • Prenez soin de vous ! Le numéro de téléphone 000 est un numéro d'urgence que vous devez toujours avoir en tête. Le 112 est également à retenir puisque c'est un autre numéro d'urgence, à composer depuis un téléphone portable uniquement.
  • Attention lorsque vous vous baignez ! Faites attention à ne pas nager au large des plages où sont présents des panneaux interdisant la baignade. Il peut y avoir des requins, des crocodiles de mer ou encore des méduses dans certaines zones. N'allez pas non plus nager seul ou sous l'effet de l'alcool ou d'une drogue.
  • Soyez vigilant dans l'Outback ! Prévenez des amis de votre départ, voire les autorités si vous pensez vraiment vous rendre dans des zones isolées, en précisant toujours la date à laquelle vous pensez quitter l'Outback. Sans nouvelle de votre part, vos amis et/ou les autorités pourront alerter les services de recherche.Pensez que les téléphones captent peu, voire pas du tout, dans l'Outback. La magie de l'Outback, c'est justement cet isolement, mais il peut vous jouer des tours en cas de pépin. Faites attention.
  • Restez informé ! Sur le site du bureau météo australien, vous trouverez des informations sur les risques d'inondations, de feux ou autre. Tenez-vous informé, c'est rapide et ça peut vous sauver la vie.
  • Amusez-vous bien ! Eh oui, n'oublions pas l'un des objectifs essentiels de votre voyage !

Profitez de l'expérience, vivez ce que vous avez à vivre, partez à la découverte de l'Australie mais faites toujours en sorte de vous comporter de façon responsable, par respect pour l'Australie et ses habitants mais aussi par respect pour les futurs PVTistes français qui se rendront en Australie et qui pourraient être pénalisés par des comportements abusifs de la part de leurs concitoyens.

Évaluation de l'article

5/5 (1)

14 Commentaires

Igen
0 1
En effet, le sujet revient beaucoup dans les médias et c’est tant mieux. La vision donnée sur les séjours PVT en Australie en France est souvent idéaliste et il est important de rappeler certaines réalités. Je trouve les articles modérés, que ce soit celui-ci, celui de la jeune pvtiste en Australie http://chroniquesdaustralie.com/2013/06/15/la-realite-du-travail-en-australie/ ou celui de liligo http://www.liligo.fr/blog-voyage/news/2013/07/10/pvt-la-fin-de-leldorado-australien-2-16005/
Thibaut
11 62
parfait, j’allais justement faire un article sur mon expérience et mes opinions, mais j’y retrouve tout ce que je voulais y apporter,plus que parfait !!!!!!
Nicolas
6 46
Ca me semble surtout du bon sens cette article…;)
anais
196 486
Très bonne article. Merci bien.
Laura
0 3
Malika
720 448
L’image de l’Eldorado n’est pas véhiculé que par les médias. Perso quand je change de pays/ville j’espère toujours que ma vie changera en mieux (même quand je me fais une nouvelle de coupe de cheveux j’espère que ma vie changera en mieux). En appelle ça l’espoir, les rêves, se faire des films. Après on se rend compte sur place que c’est pas comme dans les rêves (ou dans le miroir que cette coiffure c’est vraiment la déprim). Ou on accepte, on s’adapte ou la situation est vraiment plus tenable et il faut être assez intelligent pour partir. Pour certains le pvt tourne au vinaigre, pour d’autres c’est l’eldorado et pour je pense la grosse majorité, c’est ni l’un ni l’autre. C’est une expérience d’un an suffisamment enrichissante pour vouloir s’expatrier dans un autre pays (ou pas), mais pas assez pour tenter de rester plus longtemps dans le pays en question.
Paul
5 12
Ca y est, mon rêve est brisé (ou pas) 🙂 Reste plus qu’à trouver rapidement un job, j’y vais en janvier et je crois que c’est une bonne période pour ça…mais attention aux idées pré-conçues !
Julien
0 2
Bonjour ! Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cet article surtout concernant l’Australie, pays où je me trouve actuellement. Je ne sais pas si vous étiez en France ces derniers mois, mais on ne peut pas nier que ce pays a été excessivement présenté comme un Eldorado … Peut-être pas sur PVTistes.net, mais dans tous les autres médias (émissions TV notaamment), il était montré des gens partis à l’aventure là-bas et qui réussissaient facilement, que le travail se trouvait en claquant simplement des doigts et reflétait une réalité qui a peut-être existé, mais qui n’est plus. Je peux le dire car ma copine et moi sommes confrontés à cette situation à laquelle on s’attendait peu, surtout quand on parlait de notre projet à des proches et encore plus à ceux qui avaient tenté l’expérience quelques mois/années plus tôt et pour qui ça s’était bien passé. Force est de constater que les choses ont changé et que même en ayant des qualifications et un domaine d’activité censé être porteur, notamment en Australie (nous sommes tous deux géologues), la galère commence a nous peser et on se demande vraiment ce qu’on fait ici … Les différents témoignages lus ces derniers temps, je pense surtout à l’échange que vous avez relayé entre le Consul de Sydney et la jeune PVTiste, ne sont pas là pour nous remonter le moral. Alors, je voulais pousser un petit coup de gueule par rapport à cet article et dire que si, certains pays ont été présentés comme des Eldorado et que j’imagine que beaucoup de gens vivent de plein fouet la désillusion des espoirs qu’ils avaient mis dans ce projet … comme c’est le cas pour nous à l’heure actuelle. Au delà de ça, je voulais tout de même féliciter l’équipe du site pour tous ces dossiers que vous nous offrez et qui sont d’excellentes sources d’informations, parfaitement pertinentes et toujours à jour. Et puis, on garde la patate en se disant qu’on est quand même heureux de se balader avec 20/25’C en plein hiver …
larousse
2.4K 4.9K
J’ai l’impression qu’autrefois, ce type de séjour (WHV) attirait surtout une certaine catégorie de personnes, naturellement attirés par les nouvelles cultures, ayant déjà une forte curiosité naturelle et ayant déjà voyagé plus jeunes, etc. donc peut-être mieux outillés et avec les qualités pour faire face aux difficultés. Mais maintenant, cela attire aussi ceux qui veulent partir ailleurs pour des raisons moins intrinsèques. C’est parfois pour fuir un environnement moribond, ou sinon pour suivre la vague: c’est « in » de partir à l’étranger, c’est « cool » d’être backpacker et une expérience qui sera positive sur un CV! Comme les médias (chez vous en France) ont fait de nombreux reportages depuis un certain temps, ça ajoute à l’illusion que ça sera facile, du coup ce n’est pas tout le monde qui se prépare adéquatement (quand on s’imagine que ce sera facile, on a tendance à être moins préparés et à bien s’informer avant de partir). (Attention, je tiens à préciser que je ne dis pas que c’est votre cas personnellement, mon commentaire se veut très général!).
Julie
4.9K 14K
Merci Julien pour ton témoignage, c’est important d’en avoir ! Il y a quelques années les choses étaient plus simples en Australie mais le succès appelant le succès, la concurrence est rude aujourd’hui malheureusement 🙁 Si jamais vous galérez trop mais que vous voulez vivre des choses sympa (sans gagner d’argent mais ce n’est pas forcément un but en soi si on n’est pas complètement à sec), vous pouvez tenter de faire du WWOOFing ou du HelpX. Vous êtes où en ce moment ?
Lisa
14 83
Ouillle la faute… ont fait parlER d’eux
Mathieu
11.2K 21K
Mimi
22 129

Articles recommandés