Noël au Japon, comment ça se passe ?

Date de publication : 27-01-2019

Auteur

Mylène

Le Japon étant un pays peu religieux en général, et encore moins de tradition chrétienne, on peut être étonné la première fois d’apprendre que Noël est fêté en grande pompe ici. Tout comme avec Halloween, le Japon a adopté cette fête occidentale en l’adaptant à sa culture et ses besoins, et... en gardant surtout son côté commercial !

Des illuminations par milliers

Au Japon, qui dit Noël dit illuminations ! Et dans ce domaine, en l’espace de seulement quelques années, le pays est devenu sacrément fort. L’origine des illuminations n’a pourtant rien à voir avec Noël et n’est pas non plus très joyeuse. Tout à commencé dans la ville de Kobe (près d’Osaka) qui a subit un terrible tremblement de terre en 1995 qui a fait plus de 6 000 morts. Les illuminations ont commencé dans cette ville, au mois de décembre, sous le nom de “luminari” en hommage aux victimes. Ces illuminations avaient pour but également de relancer le tourisme dans la région sinistrée, afin de faire repartir l’économie locale.
De ce point de vue, l’opération a très bien marché puisque les Japonais se pressent par milliers chaque année depuis pour voir ces illuminations réputées être parmi les plus belles du pays.

illuminations-noel-kobe

Suivant l’exemple de Kobe, associées à la période de Noël qui faisait de plus en plus d’adeptes chez les commerçants, les illuminations sont devenues un vrai phénomène au Japon et les villes rivalisent d’inventivité pour attirer les touristes en cette période hivernale.
Parmi les plus villes proposant les belles illuminations, il y a :

  • Tokyo, avec en tête le Garden Palace d’Ebisu, le Caretta Shiodome, le Tokyo Dome et Marunouchi, sans oublier les deux Disney à Chiba.
  • Sendai et son “Pageant of starlights”
  • Nagoya et le “Nabana no sato winter illumination”
  • Osaka et le “Festival of lights”

Les illuminations commencent dans la plupart des villes vers le 10 décembre et se terminent soit le 25 décembre, soit en janvier ou en février. Vérifiez les dates avant d’y aller et évitez les week-ends ou jours fériés car ces événements attirent énormément de monde sur une période limitée.

Une fête de couple (ou entre amis)

Autant les illuminations ne vont pas vous dépayser, autant la façon de fêter Noël, si.
Noël est une fête de couple au Japon, encore plus importante que la Saint Valentin ou le White Day. Les restaurants sont pris d’assaut pour des dîners romantiques et les hôtels aussi (y compris les “love hotels”).
Si vous voyagez le 24 décembre, il risque donc d’être très compliqué de trouver un hôtel car ils sont réservés des mois à l’avance, mieux vaut vous rabattre sur des options pour célibataires (capsule hotel, auberge de jeunesse, Airbnb...).

Si vous êtes célibataire, pas de panique, c’est le cas de beaucoup de gens au Japon, même si tout le monde a l’air d’être en couple à l’approche de Noël... Nombreuses sont les Japonaises qui se font un dîner entre copines ou qui vont voir les illuminations ensemble. Les groupes de garçons sont eux un peu plus rares en cette soirée, il est vrai...

Mais comment est-on passé d’une fête familiale à une fête de couple ? Tout simplement parce que les Japonais se réunissent déjà en famille pour le Nouvel An, Noël tel qu’il est fêté en Occident serait donc en trop. Mais comme ce pays ultra consumériste cherche toujours des occasions pour pousser les gens à l’achat, et qu’il est aussi très friand de fêtes occidentales, il a tout simplement pris Noël en le transformant un peu pour l’intégrer dans la culture japonaise !

Du poulet frit et un “kurisumasu keki”

Si vous êtes déboussolé par le fait que Noël soit une fête de couple, attendez-vous à un choc lorsque vous apprendrez le repas star de la soirée : du poulet KFC et des “Christmas cake” qui ne sont autre que des fraisiers couverts de crème blanche.

kfc-noel-japon

KFC a eu en effet la géniale idée vers la fin des années 70 de faire croire aux Japonais que le poulet frit était le repas traditionnel aux États-Unis pour le 24 décembre. Dinde aux marrons ou poulet frit, après tout... c’est presque pareil ! À force de publicités et d'offres promotionnelles, KFC a imposé les barquettes à partager en couple ou entre amis le soir de Noël.

Le gâteau traditionnel, lui, correspond aux demandes des GI américains, en poste dans le pays et en manque de sucre. Les Japonais en ont déduit que les étrangers ayant la dent sucrée, ils finissaient probablement toujours Noël avec un gâteau.
Cependant, le design de ce gâteau est 100 % japonais puisque la couleur blanche de la crème, le rouge des fraises et la forme ronde rappellent le drapeau national. Voici comment on en est arrivé là, au lieu d’avoir une bûche au chocolat (bien que la bûche devienne de plus en plus à la mode, et sous son nom français, s’il vous plaît !).

Et les cadeaux, alors ?

Ça ne vous aura probablement pas échappé, mais malgré ces adaptations, le côté cadeaux (et commercial donc) a été conservé. On échange des cadeaux entre amoureux (généralement assez chers, d’ailleurs) et les parents achètent des cadeaux aux enfants. Mais cela ne va pas plus loin, pas de cadeaux à la famille ou aux amis en général. Il n’y a donc pas de frénésie dans les magasins comme nous avons en France, bien que cette période reste un bon moment de l’année pour les commerçants.
Pour les décorations pour la maison ou des cadeaux originaux, les Japonais tout comme les Français aiment eux aussi flâner dans les marchés de Noël. Il y en a dans toutes les grandes villes (Tokyo, Osaka et Sapporo en tête).

Attention, bien que largement fêté, Noël n’est pas un jour férié au Japon. N’oubliez pas d’aller pointer au travail le 25 ! Vous aurez quelques jours de congés pour le Nouvel An, comme on vous l’explique dans notre article dédié : Le Nouvel An au Japon.

Évaluation de l'article

5/5 (2)

Aucun commentaire

Articles recommandés