On a testé traverser un bout du Canada en stop

Article publié le 13-10-2014.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Le projet

J'avais pour objectif, pendant mon PVT, de voyager principalement en faisant du HelpX pour dépenser le moins d'argent possible.

Mon HelpX à Chicoutimi s'est déroulé dans une auberge de jeunesse. Je m'occupais de faire le ménage et de remettre les tables et chaises en place. En échange de ce travail, j'avais une place dans un dortoir, gratuitement. Pendant un mois, je me suis donc posé dans cette région du Saguenay, ce qui m'a donné le temps de me demander ce que je pouvais bien faire pour vivre une aventure unique et qui me marquerait à vie, pendant mon PVT Canada.

Trois jours avant la fin de mon HelpX, j'ai décidé sur un coup de tête d'aller dans l'Ouest en stop. Je voulais vivre une aventure hors du commun et faire du stop sur un si long trajet me paraissait être une bonne idée.

Après avoir trouvé un HelpX à Grande Prairie au nord-ouest d'Edmonton, je me suis donné 10 jours pour y arriver.

J'ai donc commencé à regarder les itinéraires, les villes à éviter et je me suis renseigné sur la façon de sortir de Montréal. Je n'ai pas trouvé grand chose si ce n'est qu'en Ontario, il ne fallait pas s'arrêter à Wawa entre Sault-Sainte-Marie et Thunder Bay. L'endroit est en effet connu pour être facile à rejoindre mais difficile à quitter.

Une fois mes recherches terminées, voici l'itinéraire que j'envisageais :

  • Montreal
  • Ottawa
  • North bay
  • Sault-Sainte-Marie
  • Thunder bay
  • Winnipeg
  • Regina
  • Saskatoon
  • Edmonton
  • Grande prairie

Avant de partir, j'avais préparé toutes mes pancartes pour éviter de les faire en chemin (sur des cartons, avec une ville sur le recto et une autre ville sur le verso, pour ne pas en avoir trop). Niveau place, j'ai réussi à les glisser dans un de mes sacs.

Journal de bord

Jour 1

Pour cette première journée, je réussis à aller de Montréal à Sudbury. Pour ça, il me faut trois rides : le premier de Vaudreuil à Saint-Lazare, soit 10 minutes. Ensuite, au bout de 45 minutes d'attente, j'ai un second ride entre Saint-Lazare et Pembroke avec un arrêt dans la maison de mon lift, Andrew, où je peux profiter d'une douche et d'une bière. Il me paie même un café au Tim Hortons. Andrew a vraiment été une superbe rencontre.

Le troisième ride, c'est avec un Québécois : Frederick, qui part pour Calgary car il ne se sent pas bien au Québec. Je le trouve très bizarre. Il déteste les Québécois et pour lui, l'Ouest c'est l'eldorado. Il me dit que ses potes le prennent pour un bouc émissaire... Bref, cette nuit-là, je dors à la belle étoile dans un truck stop (une aire d'autoroute pour camions). J'ai d'abord cherché un bon spot pour planter ma tente mais le terrain était trop dur et il n'y avait pas de gros cailloux pour m'en servir comme marteau. J'ai donc sorti mon duvet et je me suis installé à même le sol.

Cette première nuit à la belle étoile n'a pas été pas de tout repos : outre l'humidité, il y avait, dans le truck stop où nous étions, un camion réfrigéré qui démarrait toutes les 30 minutes. Je n'ai pas beaucoup dormi mais je me suis un peu reposé, c'est déjà ça.

Le lendemain, je reprends la route avec Frederick en direction de Thunder bay.

Jour 2

Réveillé à 5 h 30, j'attends un peu car la station service n'ouvre qu'à 6 heures (l'employé m'offrira un café), et j'apprends que Frederic me fait finalement faux bon : il ne va pas rejoindre Calgary de suite et souhaite rester deux-trois jours à Sudbury. Après avoir été déposé sur une mauvaise route, je finis par trouver une station service et une personne d'accord pour me ramener vers la route de Sault-Sainte-Marie. Super ! Premier ride de la journée. Un autre ride avec un taxi (!) me permet d'avancer de 10 kilomètres.

Et là, le calvaire commence : après 2 heures à essayer de faire du stop, je rejoins un truck stop dans l'espoir d'avoir un lift avec des camionneurs. Pas de bol, ils vont tous à Toronto. Je retourne sur la bretelle d'autoroute et j'attends encore deux heures sans que personne ne s'arrête. Lassé, je reviens alors sur la Transcanadienne sur laquelle je marche 4 ou 5 kilomètres. Je me pose à un endroit qui me parait pas trop mal et au bout de 1 h 30, j'entends le bruit d'une voiture qui s'arrête 75 mètres plus loin. Je cours pour la rattraper.

Ce charmant couple accepte de me prendre dans sa voiture et s'arrête une demi-heure plus tard dans un truck stop. J'y rencontre par hasard un jeune qui se rend à Thunder Bay et me propose de m'emmener. Ni une ni deux, j'embarque donc avec lui, son frère et un de leurs amis avec qui il part travailler là-bas.

Sur la route, les Grands Lacs font leur apparition. Le coucher de soleil est indescriptible, c'est tellement beau ! Nous arrivons à Thunder Bay vers 2 h du matin. Je reprendrai la route demain. Je suis fatigué mais les journées sont agréables et je fais de belles rencontres. C'est une aventure incroyable que je suis en train de vivre. Je profite à fond et ça fait du bien.

Pour le moment, je trouve que j'ai vraiment de la chance car je trouve de bons rides. J'espère que ça va continuer comme ça. Je ne pensais pas arriver à Thunday Bay si vite. Demain, j'espère rejoindre Winnipeg et j'en aurai fini avec l'Ontario.

Ce soir, encore une fois, je dors à la belle étoile sur la bretelle d'entrée d'autoroute où mes compagnons de voyage m'ont déposé. Il est tard, le lieu n'est pas idéal, alors je préfère rester discret et ne pas sortir la tente. Les étoiles sont superbes.

Jour 3 

Début de journée difficile : les voitures ne passent pas trop là où je suis. Heureusement, deux ouvriers me ramènent vers la route de Winnipeg. Une heure après, un camion s'arrête : il part vers Calgary.

Yves, le chauffeur, doit livrer ce camion à Calgary. Il est super gentil. Le soir, on mange au resto. Il m'offre une partie de mon diner (un buffet chinois à volonté, miam). Il me propose même le divan-lit qui se trouve dans sa chambre d'hôtel. Je peux vous assurer que c'est le grand confort après deux nuits passées à la belle étoile. J'ai même l'occasion de prendre une bonne douche. Parfait !

Jour 4

Après une superbe nuit, nous avons même le droit à un petit-déjeuner complet (gaufres, oeufs, saucisses, muffins, jus d'orange...). Je n'avais pas pris un petit dej comme celui-ci depuis longtemps ! Calgary ne faisait pas partie de mon itinéraire, mais un itinéraire, ça peut évoluer. Nous avons alors repris la route pour la journée. Ca a été long et pénible mais pas le choix. Le soir venu, Yves découvre un second lit dans sa chambre d'hôtel ! Cool, je dors dans un vrai lit !

Après un peu plus de 3 jours, j'arrive à Calgary. Je pense qu'on ne peut pas faire plus cool qu'un voyage en stop et que ça permet vraiment de voir l'étendue du pays avec les pins et les Grands Lacs en Ontario, les champs à perte de vue dans le Manitoba et dans la Saskatchewan, par exemple. C'est vraiment à voir !

Pour aller à Grande Prairie, je compte prendre un bus depuis Calgary. Ensuite, je me rendrai à Jasper ou Kelowna en stop. Et oui je vais continuer, le stop porte ses fruits.

Mon trajet en quelques chiffres

J'ai vraiment vécu une expérience superbe et unique et j'ai quand même traversé les 3/4 du pays vraiment facilement.

  • 3 jours, 9 heures et 40 minutes, c'est le temps qu'il m'a fallu pour aller de Montréal à Calgary. Le plus long et le plus dur a vraiment été la traversée de l'Ontario.
  • 935, c'est le nombre de kilomètres parcourus par jour, en moyenne.
  • 10, c'est le nombre de kilomètres passées dans un taxi qui m'a proposé un lift gratuitement !
  • 9, c'est le nombre de rides nécessaires pour y arriver, avec 5 minutes pour le plus court et 2 jours pour le plus long.

Mes conseils pratiques

  • Soyez patient : je ne l'étais pas avant ce voyage, c'est une des raisons qui m'ont poussé à tenter cette expérience.
  • Soyez présentable : même si votre t-shirt sent la transpiration, mettez un coup de déodorant et  un coup de peigne sur vos cheveux.
  • Partez toujours avec un peu d'argent sur vous.
  • Préparez des sandwichs ou de quoi manger et boire pour deux jours.
  • Il faut absolument sortir de Montréal pour le stop. Pour aller à Ottawa, j'ai choisi de me rendre à Vaudreuil car il y a l'autoroute qui s'y rend. Pour aller a l'entrée d'autoroute de Vaudreuil, prenez le métro Lucien L'Allier, un train de banlieue à 7 $ et comptez ensuite 30 minutes de marche pour rejoindre la bretelle. Il y a sûrement d'autres endroits mieux que celui-ci mais pour moi, c'était le meilleur spot.
  • Ne refusez jamais un ride même de 10 minutes sauf si la personne vous paraît un peu louche et/ou si elle est sous l'emprise de drogue et/ou si elle n'a pas fait de pause depuis longtemps. Vous êtes toujours en mesure de refuser. Après tout, c'est de votre sécurité dont il est question.
  • Sur la route, demandez à ce que l'on vous arrête dans les truck stops : vous pouvez y trouver facilement des chauffeurs qui font de très longues distances. Ca leur fait de la compagnie et vous êtes sûr que des personnes vous voient. Sur l'autoroute, quand tout le monde roule à 100 km/h, il est difficile de trouver des endroits pour qu'un automobiliste s'arrête en toute sécurité. N'hésitez pas à demander directement aux chauffeurs de poids lourds ou même aux conducteurs des voitures de vous emmener.
    Note du staff de PVTistes.net : Il est formellement interdit de faire du stop directement sur l'autoroute (pour des raisons évidentes de sécurité). Privilégiez donc les truck stops et à la rigueur, les entrées d'autoroute. 
  • Dans les villes, le mieux reste de se placer 20 mètres après un feu, les conducteurs ont ainsi le temps de vous voir et de réfléchir pendant qu'ils attendent au feu.
  • Panneau or not panneau ? J'ai utilisé des panneaux mais j'ai également fait le signe du pouce. Car ça peut intriguer et les personnes s'arrêtent plus facilement que si vous avez un panneau indiquant une destination lointaine (ils peuvent se dire qu'il y aura bien une personne qui vous emmènera plus loin qu'eux).
  • Même si l'attente est longue, restez souriant et restez debout avec votre sac à vos pieds. Au final, nous ne sommes jamais vraiment seul à part quand l'attente est longue.
  • Profitez :)

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Les réflexes pour choisir son logement au Canada

[Interview]

Axel Baroux, directeur Ubifrance Canada

[Récit de voyageur]

Récit – Travailler en auberge de jeunesse en Nouvelle-Zélande

[News]

Destination Canada 2019

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Katell
9.5K 6K
#934883

Merci Gigi pour ce récit ! Bonne continuation !

{{likesData.comment_934883.likesCount}}
Hyacinthe
346 251
#934885

Beau trajet... Je garde également d'excellents souvenirs de ma traversée. Je suis parti de Huntsville (Ont.) jusqu'à Victoria (C.-B.) en passant par Winnipeg, Field (C.-B.), Jasper (Alb.), Kaslo (C.-B.), Salmon Arm (C.-B.), Vancouver et Tofino (C.-B.)... Un voyage qui aura été étalé sur plusieurs mois... Une expérience unique. J'avais déjà fait du pouce en France, ainsi que sur la côte Est du Canada, mais les distances n'ont rien à voir. Pour rejoindre Winnipeg depuis l'Ontario, on sait que ça prendra plusieurs jours, il faut s'organiser

{{likesData.comment_934885.likesCount}}
Hélène
14.1K 7.6K
#934930

Quel périple! Et quel temps record pour le faire, vraiment bravo!
Effectivement, un trajet ça se modifie, au gré des rencontres et des possibilités de ride.
Faut rester ouvert à l'aventure et là, c'en était une belle!!

{{likesData.comment_934930.likesCount}}
Quentin
614 40
#934954

Trop fort Gigi ! Ca donne des idées, et une dose de courage pour les suivants qui n'oseraient pas trop le stop

{{likesData.comment_934954.likesCount}}
Perrine
197 73
#935068

Wahou je suis impressionnée compte tenu de la distance ! Bravo

{{likesData.comment_935068.likesCount}}
#935100

Super expérience ! je vois de plus en plus de témoignages sur le stop, moi qui serait vraisemblablement en van, je tenterais bien l'expérience ds le sens inverse et prendre des auto-stoppeurs :-) J'aime l'idée de les aider et faire partie de leur expérience alors qu'ils font également partie de la mienne :-)

{{likesData.comment_935100.likesCount}}
ghyslain
3.3K 212
#935353

Message de Jacinto
Beau trajet... Je garde également d'excellents souvenirs de ma traversée. Je suis parti de Huntsville (Ont.) jusqu'à Victoria (C.-B.) en passant par Winnipeg, Field (C.-B.), Jasper (Alb.), Kaslo (C.-B.), Salmon Arm (C.-B.), Vancouver et Tofino (C.-B.)... Un voyage qui aura été étalé sur plusieurs mois... Une expérience unique. J'avais déjà fait du pouce en France, ainsi que sur la côte Est du Canada, mais les distances n'ont rien à voir. Pour rejoindre Winnipeg depuis l'Ontario, on sait que ça prendra plusieurs jours, il faut s'organiser

Apres grande prairie j'ai continuer mon trajet jusqu'a victoria sur vancouver Islande en passant par clearwater, whistler, ensuite je suis aller à vancouver, Kelowna, banff, lake louise, jasper, edmonton et fini à calgary, bref j'ai fait une bonne partie de tout l'ouest canadien sur le pouce et ce fut une superbe expérience.

{{likesData.comment_935353.likesCount}}
Mathieu
100 26
#935626

Très sympa ce trajet... tu as oublié la neige dans tes chiffres

{{likesData.comment_935626.likesCount}}
Marie
32.8K 9.5K
#935697

Message de Matiot
Très sympa ce trajet... tu as oublié la neige dans tes chiffres

Il me semble qu'il y était en plein été

{{likesData.comment_935697.likesCount}}
ghyslain
3.3K 212
#935758

Message de Marie
Il me semble qu'il y était en plein été

le 8 septembre oui j'ai fait lake louise jasper sous la neige. Mais la c'est le trajet montreal calgary ^^

{{likesData.comment_935758.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre