Vos 10 tops et flops au Canada

Date de publication : 16-12-2022

Auteur

Marie

Vous avez répertorié depuis de nombreuses années les aspects que vous adorez au Canada (10 trucs qu’on adore au Canada) et ceux que vous aimez moins (10 trucs qui nous gonflent au Canada). Voici les principaux points qui sont ressortis !

Vos tops au Canada

1. L’atmosphère ambiante

“La solidarité, l’entraide et la gentillesse des personnes (qu’on les connaisse ou non).”

“La place des femmes et des minorités LGBTQ+. On a beaucoup à apprendre en Europe, je le savais mais vivre au quotidien une situation beaucoup plus égalitaire, c’est quand même vraiment génial.”

“Le fait de pouvoir sortir dans la rue habillée d’un sac à patate : tout le monde s’en fout.”

“La confiance que les gens ont envers leur prochain (ça me fait encore halluciner).”

“L’ambiance générale : très reposante, relax, tu tutoies tout le monde, personne n’a l’air de trop galérer, tout va bien, l’humeur de tout le monde est égale… C’est pas ici que tu vas te faire un ulcère ! Et ça fait du bien.”

2. La nature omniprésente

“Les paysages, les aurores boréales.”

“La nature omniprésente, même en ville.”

“L’espace qu’on a, la nature, les lacs..”

“Le fait que le pays soit grand, très grand, gigantesque même, une impression d’espaces infinis.”

3. Les saisons marquées

“Les journées d’hiver froides, sèches et ensoleillées.”

“Les couleur de l’automne…Des feuilles roses, jaunes, vertes… Impressionnant !”

“Les sports et activités d’été (pêche sur lac, balade dans les bois, VTT, barbecue, camping, soirée entre potes…)”

“L’hiver rude qui permet d’apprécier le soleil précieux de l’été.”

“4 vraies saisons.”

“Le printemps, quand « on dirait que les gens sortent de la terre » et que tout le monde est heureux de retrouver les terrasses.”

“Les sports et activités d’hiver (hockey sur lac gelé, pêche sur lac gelé, skidoo, quad…).”

“Les saisons à couper le souffle offrant des paysages de rêve !”

4. Les animaux sauvages

“Se retrouver nez à nez avec des animaux qu’en France tu n’aurais vu qu’en cage ou en vidéo (hey c’est une marmotte ça !!!) et ça c’est juste en milieu urbain, tu vas en région tu te retrouves nez à nez avec des animaux que tu croyais disparus (non mais attends c’est une baleine qu’on vient de voir de la côte là ? Mais on va voir quoi si on prend un bateau ?).”

“Les animaux partout quand tu te balades.”

“La nature, voir des cerfs et des wapitis tous les jours ! Ok, je vis dans un parc naturel, mais bon faut le dire !”

Tops flops canada

5. Le rapport vie professionnelle / vie personnelle

“Le rythme de vie avec les horaires de boulot qui laissent beaucoup de place à la vie familiale, sociale et aux activités.”

“ Le non-jugement pour un emploi uniquement sur le diplôme mais par l’expérience professionnelle et la motivation de la personne.”

“Les tips et oui beaucoup l’ont noté dans le post « ce qu’on déteste » mais moi je suis serveuse !!”

“Les ambiances de travail sont tellement plus relax. Tutoiement à tous les étages, système hiérarchique beaucoup moins pesant et productivité beaucoup plus relative qu’en France.”

“Les paies aux deux semaines.”

6. La mixité culturelle

“La mosaïque culturelle.”

“Le fait d’avoir des amis qui ont plusieurs langues maternelles et de pouvoir leur parler en français et qu’ils me répondent en anglais et qu’on se comprenne aussi qu’on puisse entendre parler plusieurs langues et que les gens soient vraiment bilingues.”

“Le côté cosmopolite de la ville.”

“Rencontrer des gens du monde entier, des Australiens, des Allemands, des Italiens… Les gens vont plus vers les autres ici.”

“Hier manger chinois, aujourd’hui afghan, demain japonais, après-demain éthiopien…”

7. Le sentiment de sécurité

“La sérénité ambiante.”

“Un sentiment absolu de sécurité dans la rue.”

“Les rues sont propres et calmes, les gens sont propres et calmes. Parfois c’est too much mais bon ça fait du bien”.

“Le fait que les femmes canadiennes ont l’air complètement libres et que personne ne leur cherche de noises si elles ont le malheur de se balader en short trop court.”

8. La simplicité administrative

“La facilité pour trouver un appartement (facilité dans le sens où il n’y a pas 40 000 papiers).”

“Les facilités administratives (ouvrir un compte en banque, une ligne de téléphone, trouver un logement).”

“Les facilités administratives. Ok, trouver un appart, c’est tout aussi galère qu’à Paris et t’as le même principe d’être 40 à visiter le même truc mais quand tu as l’appart, on ne te demande rien ! Ni caution, ni garant, ni références…”

9. Les horaires des commerces

“Le Tim Hortons ouvert toute la nuit ainsi que les dépanneurs.”

“Le marché est ouvert tous les jours et toute la journée.”

“Les centres d’achat ouverts jusqu’à 21 h le soir.”

“Les magasins ouverts le dimanche.”

“Pouvoir manger à n’importe quelle heure de la journée.”

10. Les spécialités culinaires

“La poutine voyons !!!”

« La diversité des chaînes de café, parce que mon café et mon double cookie à 3 $ du matin, je vais avoir du mal à m’en passer.”

“Les bagels, le sirop d’érable, les pancakes, la tire d’érable…”

“Les brunchs succulents partout en ville, les bleuets, le bacon, la soupe de pois, le sirop d’érable, les crêpes dorées. »

“Le beurre de peanut, les reese’s, les oh henry! et tout ce qui est à base de beurre de peanut.”

Tops flops canada

Quand on aime, on ne compte pas !

“La taille des boîtes de céréales.”

“Les cartes de débit : tu achètes un truc et c’est prélevé instantanément sur ton compte.”

“Les séries US que l’on peut voir en même temps que les US.”

“La discipline des gens qui attendent pour prendre le bus en file indienne.”

“Le Hockey, le Super Bowl, les ailes et mon chandail des Canadiens.”

“Les USA sont pas loin.”

“Les rues en damiers, c’est très pratique pour retrouver son chemin.”

Vos flops au Canada

1. Salut ça va ?

“Le « salut ça va ? » tellement faux-cul des caissiers. Ils attendent que je leur déballe ma vie ?”

“Les caissières qui te parlent comme si on avait élevé les cochons ensemble.”

“Moi ce qui m’énerve le plus ce sont les gens qui te demandent comment ça va. Je trouve ça inutile et faux cul. Évidement tu ne vas pas répondre ça va pas.”

2. Le politiquement correct

“Il ne faut froisser personne et le militantisme doit rester une « activité agréable » (sic). Bienvenue en Amérique où chacun est bien dans son petit chez soi à gérer sa petite vie et où chacun peut te lâcher au dernier moment, parfois sans te prévenir.”

“Les relations superficielles que l’on peut trouver parfois.”

“Le manque d’esprit collectif et de conscience sociale, que ce soit au boulot ou à l’extérieur. Quand je compare avec mes collègues la notion de « syndicat » ici et en Europe, c’est assez cocasse. Pas d’associations, pas de groupes qui organisent quoi que ce soit, ne parlons même pas de protestation sociale (pourtant, il y aurait de quoi)…”

“La bien-pensance généralisée. Ça a un côté très reposant et agréable au début, je l’avoue, mais au bout d’un moment, j’ai juste eu envie de lancer une grève générale et de faire des feux de palettes en pleine rue !”

“Le côté bisounours des Canadiens à vouloir toujours suivre la loi / les règles au pied de la lettre.”

3. La nourriture locale

“La bouffe est dégueulasse et pas saine du tout !!!”

“Le fait d’avoir à fréquenter 10 000 boutiques pour acheter de la nourriture potable (la crème fraîche à un endroit, les saucissons dans un autre endroit, les lardons ailleurs, la pâte à tarte au diable vauvert, le magret de canard tellement cher). Sans voiture, on ne s’en sortirait pas du tout pour manger des bons trucs.”

“Panique à bord la semaine dernière à l’épicerie. Mais y’a rien comme chez nous !!! Où sont mes lardons, mes pâtes feuilletées, le fromage et ma crème fraîche épaisse…”

“La qualité de la bouffe (sans parler des produits importés très chers, la bouffe locale est très moyenne).”

“Y a très peu de charcuterie et elle coûte trop cher (idem pour le fromage) et le pain n’est pas bon.”

4. Le mode de vie américain

“L’argent roi.”

“Leurs bagnoles… Si c’est gros et que ça fait un max de bruit… Ils sont tous contents !!”

“Le système financier basé sur le crédit, la consommation et les profils financiers. Tout simplement hallucinant.”

“L’impression qu’on a, c’est que la vie quotidienne ici, c’est : tu bosses, tu fais le plus de cash possible, tu rentres chez toi (dans ton gros pick-up, pour retrouver ta grosse maison) et la fin de semaine tu vas en famille au chalet dans ton 4 roues.”

“La surconsommation d’électricité (lumières allumées partout et en permanence).”

“L’accès à la nature sans passer par la case « gros moteur ». Le pays des grands espaces ? Accessibles seulement si tu as un 4X4 ou un 4 roues.”

5. Le système de santé

“Obligé d’attendre 8 heures aux urgences dès que t’as besoin de voir un médecin.”

“Angine ce matin. Médecin, 1 minute 30 top chrono, 100 $. 45 $ de médicaments.”

“Les urgences ! Il y a le temps de mourir 10 fois avant même d’être passée au triage.”

“L’accès et le coût de la santé (20 appels pour trouver une consultation à 275 $ dans le privé, 55 $ pour des médocs qui coûtent 2 € en France (0 avec sécurité sociale et mutuelle). Heureusement que j’ai une bonne assurance avec mon job.”

Tops flops canada

6. La conduite canadienne

“Leur façon de conduire, ils sont presque aussi idiots qu’en France. Les feux rouges ils ne connaissent pas, ils klaxonnent pour un rien”

“Les routes sont dans un état lamentable”

“Le fait que les Québécois doublent sur la route à droite. Ceci même si c’est illégal, ils le font quand même. Grrr.”

7. L’hiver interminable

“L’hiver interminable, c’est sympa jusqu’en mars mais quand en mai il neige encore ça commence à bien faire.”

“Ce fameux verglas sur le trottoir qui t’a fait faire une chute bien mauvaise.”

“La saleté des rues à la sortie de l’hiver, heureusement ça n’est que temporaire.”

“L’hiver qui dure… mais qui dure !!!”

“En hiver, la chaleur épouvantable dans le métro m’a valu 2 malaises l’an dernier (yiha !). Bin oui c’est difficile d’enlever ses 2 manteaux et ses 4 pulls dans un wagon bondé tel un lundi matin de septembre sur la ligne 13 (les Parigots comprendront).”

8. Les forfaits téléphoniques

“Leur « connexion haut débit » qui est en fait le quart d’une connexion bas débit de la campagne française bien profonde… À la rigueur là j’exagère, mais quand tu vois le prix… 120 $ pour téléphone, internet haut débit et les chaînes de télé… Quand nous pour l’équivalent de 45 $, en centre ville tu as tout ça, plus le téléphone gratuit sur les fixes à l’étranger, plus une connexion qui te fait télécharger un film en 6 minutes, le temps de chauffer le pop corn… Ah ça me manque…”

“Internet, téléphonie mobile hors de prix, on paye même les sms qu’on reçoit.”

“Leurs offres internet, téléphoniques et TV de m**** à des prix prohibitifs.”

“L’internet et les cellulaire supers en retard par rapport à l’Europe.”

“Pourquoi paye t-on le téléphone lorsqu’on appelle ??? J’ai demandé à une vendeuse chez un célèbre opérateur mais elle n’a pas su me répondre.”

« Payer quand tu appelles, quand tu es appelé, quand tu envoies un texto, quand tu reçois un texto, quand tu consultes ta boîte vocale, quand tu consultes ta réserve d’argent…”

9. Les prix élevés (taxes + tips)

“Tous les prix HT et les foutus TIPS à rajouter dès qu’on te sert quelque chose.”

“Le fromage qui coûte plus cher qu’un bon foie gras truffé.”

“Les foutus taxes !!! Je n’y arrive pas… Je pense jamais à les rajouter quand j’achète des choses”

“Les taxes, tips, etc. Je me suis fait avoir pendant 5 jours avant de comprendre le système des tips, et c’est chiant de devoir tout le temps calculer…”

10. Les animaux

“Les moustiques, mouches noires et autres bêbêtes (enfin j’ai pas encore testé mais sûre que je vais pas aimer !).”

“La mouffette !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!”

“Les ours qui foncent sur ta voiture… Ça fait des dégâts…”

“Les écureuils qui te détruisent tes poubelles et qui se jettent sous ton vélo.”

“Les bed bugs et toutes autres petites bébêtes qui nécessitent de faire intervenir un spécialiste en désinfection de tout l’appart !”

Tops flops canada

Quand il n’y en a plus, il y en a encore !

“Ne pas pouvoir fumer sa clope tranquille sur une terrasse.”

“Y a pas de volets.”

“Les stations de ski où tu arrives en bas de la piste 30 secondes après être descendu du télésiège.”

“La difficulté de rentrer dans un groupe d’amis canadiens”

“L’odeur de weed partout (beaucoup plus depuis la légalisation).”

“Les habitations en « basement ».”

“Le grand fossé bien visible entre riches et pauvres.”

“L’épaisseur de type carton-pâte des murs des appartements.”

“Les entrevues que tu passes où tu crois que la DRH c’est ta meilleure pote et ne te rappelle jamais.”

“Les bus qui sont toujours à la bourre.”

“Il te faut une tuture dès que tu veux te balader où tu veux, quand tu veux et comme tu veux.”

Et vous ? Quels sont vos tops et vos flops au Canada ?

Évaluation de l'article

5/5 (2)

1 Commentaire

Myriam
2 1

Autant il y a pas mal d’observations pertinentes, autant je me gausse du « où est ma crème fraîche ? ma pâte feuilleté ? mon magret pas cher ? » euh bah… en France ? :’D
Le sentiment que ce n’est pas vraiment pris en compte de garder en tête qu’on part dans un autre continent et surtout qu’on est *IMMIGRÉS* donc pas avec immédiatement la sécurité sociale locale ou les autres avantages qu’ont ceux qui sont là depuis bien plus longtemps. Ca peut faire partie des flops – et à raison, mais vraiment on dirait que c’est dit comme si c’est inadmissible alors que, encore une fois, c’est nous les immigrés en fait, et forcément à plusieurs milliers de kilomètres ils mangeront/magasineront pas comme nous et c’est normal…

Articles recommandés