Grégoire, le « V » du PVT avant tout

Article publié le 07-01-2013.

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Ville actuelle :

Paris

Villes habitées au Canada :

Montréal et Vancouver
Je suis resté au Canada/USA pendant 1 an et demi et plus exactement 4 mois à Montréal (de septembre à janvier), donc pendant l'hiver, ce qui a été une véritable expérience fantastique. Puis une traversée en mini-van à travers le Canada et les USA pendant 12 jours sur les routes enneigées du Québec, de l'Ontario, du Dakota, du Montana, de l'Alberta et de la BC. Chaque nuit nous dormions en couchsurfing ("chez l'habitant").
Puis 5 mois à Vancouver en coloc puis 4 mois et demi de roadtrip de l'Alaska, les parcs US, la Californie, puis une ultime traversée retour par le sud des USA : Texas, la Louisiane (incroyable), puis Tennessee, Virginie. Tout ça avec ma copine.

Baroudeur ou pas ?

Oui, j'essaye au maximum et c'est particulièrement facile là-bas. Il est facile de partir et d'être seul pour les randos même dans les grands parcs nationaux comme à Yellowstone par exemple. Beaucoup de personnes restent à proximité de leur voiture.

En revanche, actuellement non et cela me manque tous les jours, surtout dans le RER le matin. Ce voyage m'a vraiment changé et c'est devenu vraiment une drogue. J'ai du mal à rester en place, jusqu'au prochain voyage : Never stop exploring !

Que faisais-tu en France ?

Je travaille dans le développement durable et plus particulièrement dans les transports, chose que je faisais déjà avant de partir. J'ai eu la chance de trouver un travail rapidement. (3 mois). J'avoue que c'était une grosse interrogation avant de partir mais bon, on s'est lancé et on s'est dit "on verra en rentrant". Si ça peut en rassurer certains, lors de mes entretiens, les recruteurs perçoivent ça plutôt comme quelque chose de bien, bien sûr, à nous de le valoriser (voyage = défi à relever, etc...)...

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Avec ma copine, nous voulions vivre à l'étranger et nous n'étions pas partis en ERASMUS. Nos contrats se terminaient en même temps et nous sommes donc partis. C'était soit l'Australie, soit le Canada. Nous revenions d'un weekend à Stockholm et nous avions adoré le froid et Boom, un mois après nous avions nos billets.

Pourquoi Montréal puis Vancouver ?

D'abord, Montréal pour la transition "facile" car nous parlions mal anglais et cette ville semblait sympa. Mais nous voulions absolument vivre en milieu anglophone et Vancouver semblait être une ville incroyable. Il est possible de vivre dans la partie anglophone de Montréal bien sûr mais bon, les québécois francophones c'est aussi une ambiance particulière très agréable et festive. Le côté culturel, fête et simplicité sont vraiment très agréables. La nature est proche aussi. Moins impressionnante qu'à Vancouver mais très accessible et on peut faire plein d'activités...

Je pense tout les jours à Vancouver qui est pour moi la ville la plus incroyable que j'ai jamais vue : mer, montagne, forêt, ours, ville futuriste, déplacement en vélo...

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

C'était la première fois que je partais aussi longtemps. Avant, j'étais parti 1 mois en Inde.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines au Canada ?

Mes deux premières semaines à Montréal ont été très facilitées car une de mes meilleures amies vivait là bas et nous a hébergé. Nous avons finalement habité avec elle !
Par contre à Vancouver, nous avons dû trouver un appart. C'est très facile via les petites annonces là-bas, Kijiji au Québec et Craig's list à Vancouver. Pas mal d'annonces moyennes mais nous avons trouvé "l'auberge espagnole" parfaite; des personnes de pleins de pays différents, super ouverts, à faire plein de choses...

Les deux premières semaines ont donc été très bonnes, découvrant toutes les rues, les couleurs et ayant hâte que l'hiver arrive. Il faut dire que l'automne n'est pas la meilleure période. Il fait froid mais pas assez pour qu'il neige... Il faut donc attendre… mais quand l'hiver arrive, c'est le paradis ! Tout change !

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, au Canada ?

Nous n'avons pas travaillé du tout. Nous avions économisé mais nous avions tout de même l'envie de travailler, au départ... mais au final, il y a tellement de chose à explorer au Canada, que nous avons reporté l'idée de travailler à l'année suivante ! C'était encore pire à Vancouver, véritable ville pour la randonnée ! La nature est très très présente (le soir, les maisons sont cernées par les ratons-laveurs, coyotes parfois, et putois...)

Quelles ont été tes plus grosses difficultés au Canada ?

Au Canada, l'emménagement se fait souvent le 15 ou le 1er. Après 10 jours en auberge, nous avions enfin trouvé une coloc dans un quartier cool. Mais un jour avant l'emménagement, le proprio a décidé de mettre la maison en vente et donc les locataires étaient priés de partir sous 15 jours... nous devions trouver un appart en un jour.... gros coup de stress mais on peut dire que c'est pas grand chose par rapport à ce qu'on aurait pu avoir...

Quel est ton meilleur souvenir ?

Difficile de dire après tout ce qu'on a vu et vécu... Je pense que les plages du Pacifique de la péninsule Olympic, Washington State (comme La Push) accessibles après 30 minutes de marche dans des forêts primaires.... La randonnée du West Coast trail sur l'Ile de Vancouver fut une aventure inoubliable.
Randonner au Denali National Park en Alaska, voir des caribous, grizzlis en randonnant et autour de la tente ainsi que le Mont McKinley fut quelques chose d'inoubliable. Le meilleur souvenir : cette nature sauvage, vide et infinie.

Est-ce que certaines choses françaises t'ont manqué ?

Il serait facile de dire la nourriture, même si ça fait plaisir de manger du fromage et de boire de l'alcool à un prix raisonnable en rentrant. C'est davantage les petites rues et la petitesse de certains centres-villes qui m'a manqué dans toutes ces villes à l'américaine ou finalement, tu ne te balades jamais en te laissant aller... par ci, par là....

Qu'est ce qui t'a manqué quand tu es rentré en France ?

La nature ! Les randonnées, l'aventure, la possibilité de faire pleins de sports (j'habite à Paris en plus donc bon, ça n'aide pas...)

Qu’est ce que cette expérience t'a apporté, du point de vue personnel ou professionnel ?

Personnel : une expérience inoubliable qui fait tout relativiser. Quand on est debout dans le RER on se demande vraiment ce qu'on fout là quand on voit la vie qu'on pourrait mener ailleurs, dans un endroit vide, où la nature est partout, où la vie est simple....
Professionnel : un recul sur l'utilité de mon travail, la futilité de travailler quand on voit tout ce qu'il y a à voir....

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

D'économiser un peu avant de partir pour faire un max de truc ou du moins voyager une fois là-bas, l'argent part vraiment vite, on me l'avait dit mais je ne l'avais jamais vraiment ressenti à ce point...

Je conseillerais de ne pas louper Vancouver, l'ile de Vancouver, la péninsule Olympic dans le Washington State, le Yukon et l'Alaska. J'ai préféré l'ouest pour son côté grandiose et infini. L'est ressemble trop à l'Europe à mon goût et dépayse moins... mais le Canoë-camping possible dans la multitude des parcs du Québec est quelque chose qu'on ne retrouve pas partout (sauf au Yukon) du coup, à ne pas louper aussi car très très cool de camper dans des emplacements où tu ne peux accéder qu'en canoë...

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

Tout savoir sur le PVT à Edmonton

[Interview]

Caroline, installée à Winnipeg

[Récit de voyageur]

10 choses à savoir sur le PVT à Moscou

[News]

Concours « Les 20 ans du PVT », un cadeau à gagner chaque mois !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.

Aaaah, ça me donne tellement l’envie de reprendre la route… mais j’ai des « obligations » maintenant, il va me falloir attendre un an et demi avant… bon feedback en tout cas !! 😉

{{likesData.comment_10114.likesCount}}

L’Ouest Canadien est superbe ! Après une expédition comme celle-là, le retour dans le RER est juste… écoeurant et terriblement affligeant ! Merci pour ce retour d’expérience de la Colombie-Britannique ! Il donne une petite bouffée d’air !

{{likesData.comment_11558.likesCount}}
Katell
9.5K 6K

Merci pour ce retour et tes conseils. Suis sûre que cela va donner des envies aux futurs arrivants !

{{likesData.comment_11779.likesCount}}

oh ca oui, ca donne envie, et apporte de l eau a mon moulin…
bon dieu , j ai hate de passer a l`Ouest , merci en tout cas

{{likesData.comment_11794.likesCount}}

Olalaaa j’ai hate de faire comme toi !!! J’étais au Québec il y a 3 ans et le Canada me manque tellement… départ PVT prévu dans un an (si tout se passe bien) et je rêve de découvrir Vancouver et l’Alaska! En tous cas merci pour cette bouffée d’air frais, ça fait du bien!

{{likesData.comment_13160.likesCount}}

Mon gars, ce que tu a écris, c’ est mon rêve en plein ! Merci pour ce beau témoignage, qui nous rempli de motivation…et d’ envie. MERCI. Jamel

{{likesData.comment_15162.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre