Liliane, un PVT en solo à Séoul

Article publié le 01-09-2014.

Liliane alias aoba

Liliane alias aoba

  • Localisation Paris, France

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs états d’âme. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres PVTistes en remplissant ce formulaire.

Villes de provenance et de destination

Je viens de la banlieue parisienne, et suis actuellement à Séoul, en Corée du Sud.

Baroudeuse ou pas ?

Paaaas du tout.

Que faisais-tu en France ?

J’allais sur ma deuxième année sans boulot après mon diplôme.
Comme je n’avais aucun impératif qui me retenait en France, je me suis dit que c’était le moment ou jamais de le tenter ce PVT Corée du Sud (parce que si, miracle, je le trouvais enfin ce boulot, j’allais pas le lâcher de si tôt !). Plusieurs de mes amis l’avaient déjà fait dans divers pays et avaient adoré l’expérience.

Pourquoi cette envie de t’envoler pour la Corée du Sud ?

Etant d’origine chinoise, j’ai toujours été attirée par l’Asie. A chaque fois que je pouvais faire un gros voyage, c’est vers l’Asie que mon choix se portait.

J’ai choisi la Corée du Sud plus particulièrement, pour trois raisons. D’une, c’est un des trois pays d’Asie à offrir le PVT, si je ne me trompe pas. De deux, j’avais déjà eu l’occasion de venir ici il y a quelques années pour deux petites semaines pour des raisons familiales, donc c’était en mode gros touristes qui se dépêchent de voir le plus de trucs possibles en un temps limité, et visites à la famille de ma belle-sœur. Et de trois, j’ai une nièce maintenant, et j’avais envie de voir et découvrir cette culture dans laquelle elle grandira, bien qu’indirectement, à travers sa mère coréenne, puisque mon frère et sa famille ne vivent pas en Corée, mais en Chine.

Pourquoi Séoul ?

C’est la capitale, une grosse mégalopole avec plein de choses à offrir, et donc parfaite pour débuter.

Quel était ton niveau de langue en arrivant ? Comment as-tu progressé ?

Je ne connaissais rien du tout, à part les usuels « bonjour » « merci » et « où sont les toilettes » (très important kkk !)
J’avais quand même fait l’effort d’apprendre le hangeul avant de venir, et je me suis inscrite pour un semestre de cours à Sogang Univ.
Le plan au départ était de ne suivre qu’un semestre, mais je me suis rendu compte que c’était vraiment le basique de chez basique, et que suivre le niveau suivant serait plus que bénéfique, parce que je suis vraiment pas du genre à étudier par moi-même.

Si j’avais pu, j’aurais suivi le niveau 3 aussi, mais si j’étais venue pour étudier, un visa étudiant aurait fait l’affaire. Ça aurait été un peu gâché ce visa de PVT. Et puis, point plus important, l’école, ça coûte cher !
Maintenant, je suis des cours gratuits une fois par semaine à la Korea Foundation. Je ne trouve pas les cours terribles, mais ça aide à maintenir.
Et puis, j’habite en coloc avec des Coréens ou des gens avec qui ma seule langue est le coréen. Donc, au quotidien, je suis forcée d’interagir dans cette langue.

Est-ce que c’est la première fois que tu vivais à l’étranger ou que tu partais aussi longtemps ?

J’avais déjà vécu, le temps d’un mois, en sharehouse à Tokyo, et fait des voyages d’un ou deux mois par ci par la, mais c’est la première fois que je pars aussi longtemps, et toute seule, à l’étranger.

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines en Corée du Sud ?

Pas vraiment de choc de culture. Je m’étais bien renseignée, et j’étais déjà venue, donc je savais à peu près à quoi m’attendre.

En ce qui concerne le début de ce PVT, les deux premières semaines, je ne me suis pas vraiment rendu compte de ce qui se passait même quand j’ai commencé les démarches administratives.
Il y a eu le gros moment de doute et de stress à l’aéroport au moment du départ, en me demandant si j’arriverais vraiment à m’en sortir toute seule, dans un pays où je ne connais personne, où je n’ai pas d’amis, et où je ne connais pas la langue.
Sinon, par la suite, j’ai souvent pensé « contre toute attente, on dirait que je vais y arriver » !

Est-ce que ta situation professionnelle te parait satisfaisante, en Corée du Sud ?

Disons que si je pouvais, je préférerais un emploi plus stable avec un salaire fixe.
Je travaille dans un Makgeolli Jib en temps partiel, et si on a besoin de quelqu’un dans l’autre restaurant de ma boss, un buffet, principalement pour les tours opérateurs chinois, je travaille plutôt là-bas. Mais je ne suis informée que le jour même de mes horaires et du lieu. Et au Makgeolli Jib, s’il n’y a pas beaucoup de clients, on me fait terminer plus tôt.

Le truc qui me satisfait surtout, c’est d’avoir trouvé un emploi dans un environnement 100 % coréen. Ma boss et mes collègues ne parlent que coréen. Au Makgeolli Jib, ce ne sont que des clients coréens et les éventuels touristes japonais qui ont déambulé et trouvé ce resto je ne sais comment.
Au fait, si ça intéresse quelqu’un, ma boss adore les Françaises, et m’a dit de lui en présenter quand j’arrêterai le boulot 😉

Quelles ont été tes plus grosses difficultés en Corée du Sud ?

Trouver un boulot, vraiment.
Alors que je parle trois langues et que j’avais un coréen débutant. Mais bon, je l’accorde, je n’apparais pas du tout comme quelqu’un de ‘friendly’ et ‘outgoing’.
Ça a été un comble d’avoir trouvé ce boulot avec mon coréen bancal, alors que les boulots en anglais ne voulaient pas de moi.
Et puis, le tutorat de français, quand t’es jaune, même si tu dis que t’es née et que tu as grandi en France, ils préfèrent quand même un blanc…

Quel est ton meilleur souvenir ?

Un de mes meilleurs souvenirs, c’était fin mai. Avec ma coloc jap, on était parties à Banpo (Gangnam) admirer les fleurs de colza, et en profiter pour voir les fontaines arc-en-ciel du pont Banpo et manger la combinaison "gastronomique" ultime des Coréens : poulet frit et bière. C’était sans compter l’attente d’au moins 1 heure pour la livraison (un des trucs que j’adore en Corée, c'est qu'on peut se faire livrer n’importe où) parce que tous les autres avaient eu la même idée. On a été rejointes par un autre coloc jap, et on a décidé de marcher jusqu’à Itaewon pour manger, à une bonne trentaine de minutes de marche de là où on se trouvait.

Comme c’était le week-end, les trains finissaient plus tôt (-_-‘) et on s’est dit « tiens, si on marchait pour rentrer ? »
On habite à Yeongdeungpo, donc au sud-ouest de la Hangang. Il était minuit et quelques, et on a commencé à longer la Hangang. Et nous avons marché pendant trois bonnes heures, en se racontant des histoires de fantômes, à discuter, à mettre la musique de nos portables. Il faisait bon, les gens étaient toujours dehors dans les parcs à 2 h du matin à jouer, boire, discuter, etc. et je me souviens m’être dit qu’une telle ambiance nocturne n’était possible qu’ici.

Aussi, les Coréens ont cette expression de 불금 « burning friday » où, en bons Coréens qu’ils sont, donc, ils boivent et boivent. Et donc, la nuit, on les retrouve allongés, à dormir, par terre, en pleine rue, sur l’herbe, etc. Leurs poses peuvent être comiques parfois et j’adorerais pouvoir les photographier. Les policiers viennent aussi les voir pour leur demander si ça va, et restent souvent un moment avec eux.

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

La nourriture. Chocolat, viennoiseries et pâtisseries, beurre salé, charcuteries, raclette !
Le fait aussi qu’en France, il y a beaucoup plus de diversité de resto de nourritures étrangères (j’arrête pas d’en parler partout en ce moment haha, mais j’ai vraiment envie d’un pho et d’un poulet braisé avec ses bananes plantain…)

Le fait que dans les relations interpersonnelles, l’âge ou la hiérarchie n’aient pas un si grand poid qu’ici.

Qu’est ce qui te manquera si tu rentrais en France ?

La nourriture coréenne !
Même si en France, il y a des restos, ça ne dépasse pas le bibimbap, bulgogi et barbecue. Alors qu’en réalité, y’a tellement plein d’autres trucs super bons !

La sécurité. Pouvoir marcher dans une ruelle sombre en prenant son temps, avoir son sac à dos dans le dos dans le métro sans avoir peur de se le faire ouvrir, de poser son portable sur un siège pour le réserver le temps de passer commande...
J'aime le fait de pouvoir me balader en mini-short sans être agressée verbalement par un gars. Tout ce que je risque, ce sont des regards désapprobateurs (du genre « avec des grosses cuisses pareilles elle ose se mettre en short ?! ») mais ça je m’en fous, et d’ailleurs je suis même pas sûre que je les remarquerais, tellement je capte rien. Le rapport à l’apparence des Coréens, c’est quelque chose qui ne me manquera pas du tout !

Le wifi gratuit partout dans les rues. Super agréable. Même pas besoin d’acheter du data. Y’a toujours quasiment un hotspot quelque part.

Leur façon de faire passer des entretiens pour les jobs alimentaires. Ici, ils ont compris que les petits jobs c’était pour l’argent. Pas besoin de lettre de motivation et d’essayer de trouver des raisons de malade pour faire genre on est super intéressé. Ils demandent les disponibilités, si on a de l’expérience, l’âge et c’est tout. Ça pourrait se faire au téléphone, mais comme ici, l’apparence compte, ils veulent te voir, même si c’est juste pour 5 minutes.

Qu’est ce que cette expérience t’apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Du point de vue professionnel, aucune idée. Mon diplôme est tellement obscur que je ne sais pas du tout ce qui pourrait l’aider !
Du point de vue personnel, beaucoup. De la confiance en soi, et surtout, je suis fière d’avoir finalement entrepris cette expérience. Je ne me sentais vraiment pas capable d’entreprendre un PVT toute seule, mais au final, je l’ai fait, et ça se passe bien. Il me reste trois mois et quelques, et je testerai le WWOOFing et le backpack trip durant les deux derniers mois.
Et puis, j’ai envie de repartir, pour l’Australie ou la N-Z.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

De venir avec beaucoup plus d’économies que le minimum recommandé. Si, comme moi, ils ont du mal à trouver un boulot, ça peut aider à ne pas écourter trop rapidement l’expérience.

De lire le forum, qui même s’il n’est pas très actif, a toutes les informations nécessaires pour bien débuter le PVT.

Et surtout, de suivre de près les news de la KTO Korean Tourism Organization. Ils font un super boulot pour les touristes et étrangers au niveau de la découverte du pays et de la culture, avec pas mal de trucs proposés gratuitement, du moment qu’on a été assez rapide à s’inscrire.
Ainsi, j’ai pu prendre une initiation au Darye, la cérémonie du thé coréenne, au Gyeongbokgung, et entrer dans une partie du palais qui est normalement fermée, assisté à la reproduction de la cérémonie des rites ancestraux Jongmyo Daeje, avec des places de choix, assisté au R16, compétition mondiale de bboy en place VIP, et tout ça gratuitement.

Séoul a aussi un grand nombre de théâtres que l’on dit comparables à ceux de New York, et les Coréens aiment beaucoup aller voir des shows et comédies musicales. En hiver dernier, la KTO recrutait des étrangers pour aller voir certains shows. Les tickets sont gratuits (et toujours à de bonnes places !), et en échange, on doit juste écrire un rapport d’une quinzaine de lignes avec photos et le publier sur nos réseaux sociaux pour les promouvoir. Ils sont à l’écoute des côtés positifs et négatifs de ces rapports pour avoir la possibilité d’améliorer ces shows. J’ai eu l’opportunité de voir des shows qui étaient vraiment de bonnes surprises (mais aussi des navets !). C’est aussi l’opportunité de rencontrer d’autres étrangers en Corée, qui n’habitent pas forcément à Séoul, lorsque la KTO organise un événement pour les K-supporters.
Mais en tout cas, si j’avais eu les moyens, je ne serais pas allée voir les shows, à part un des plus connus, Cooking NANTA, et je suis reconnaissante de ce que la KTO fait pour les touristes étrangers.
Ils devraient poster une annonce de recrutement pour les K-performance supporters à nouveau cet hiver pour l’année 2015, donc si vous êtes intéressés, n’hésitez pas !

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

En tant que futur pvtiste, vous voulez être certain de ne rien oublier pour que votre PVT se déroule en toute quiétude. Pour vous aider, voici notre sélection d'accessoires et de gadgets pour les pvtistes !

Articles recommandés

[Dossier]

La contraception et l’IVG dans les pays du PVT

[Interview]

Chloé : un an d’études dans un lycée coréen

[Récit de voyageur]

Récit croisé de deux PVTistes jeunes filles au pair Corée du Sud

[News]

PVT Canada 2019 : où en sommes-nous ? (quota, rondes d’invitations…)

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
Pok
98 46

Hey super retour ici. Moi aussi je suis asiatique et français vivant en corée. Je trouve que l’expérience est tellement plus différente qu’un ou qu’une caucasien(ne) normal(e), c’est dommage que l’article ne met pas en avant plus ce témoignage.
En tout cas, bon séjour à toi et puis si on peut se rencontrer aussi au détour d’une soirée pour échanger nos expériences.
A toute et bon pvt !!

{{likesData.comment_54371.likesCount}}
Liliane
102 121

c’est vrai qu’en étant jaune, on « s’intègre » plus facilement, c’est plus facile de se faire passer pour un coréen.
y’a moins cet aspect « je te dévisage ou je t’évite » dont on entend souvent parler de la part des blancs.
pas plus tard que tout à l’heure, en rentrant du boulot, dans le métro, il y avait une place de libre à côté d’un blanc, la fille avait avancé d’un pas décidé vers cette place en entrant dans le wagon, mais lorsqu’elle a aperçu qui était à côté, elle s’est arrêtée net, s’est retournée. et est restée debout.
et quand la place à côté de la personne assise à côté du blanc s’est libérée, elle s’est jetée dessus…
y’a aussi pas de possibilité de faire des boulots de figurants, comme Morgane kkk, ou tout simplement du tutorat, comme je l’ai dit. ils ont cette idée reçue qu’un blanc enseignera mieux, que leur enfant apprendra mieux d’un blanc que d’un jaune, qui n’est pas un vrai français, même s’il est né, a grandi, vécu toute sa vie en france.
y’avait un article dans vice http://www.vice.com/read/south-koreas-not-so-subtle-racist-hiring-practices-0000313-v21n5

{{likesData.comment_54377.likesCount}}
Mylène
3.7K 2.2K

Super interview Liliane, comptes-tu prolonger l’expérience par un autre PVT ?

{{likesData.comment_54375.likesCount}}
Liliane
102 121

oui =)
si les moyens me le permettent, je partirai en Australie en 2016

{{likesData.comment_54378.likesCount}}

Super, merci pour ce retour et l’info sur la KTO! Tu es en Corée jusqu’à quand du coup?

{{likesData.comment_57460.likesCount}}
Liliane
102 121

je suis partie mi novembre TT

{{likesData.comment_57676.likesCount}}

Merci pour l’info de la KTO ! et puis bravo pour ton PVT, j’espere que le mien se passera mieux !
bon je partirai avec un avantage certain… je connais quelque personnes qui peuvent m’aider au debut.. a force d’y aller pour le vacances on s’y fait des amis 😉

{{likesData.comment_61085.likesCount}}

Coucou,

C’est sympa de ta part d’avoir pris le temps de faire un tel témoignage. Le plus pays le plus loin dans lequel j’ai vécu c’est … l’Angleterre -_- … Pres de 3 ans et demi.
Parmi le peu de commentaire ainsi que ton témoignage, ressort plusieurs fois l’apparence et la couleur de peau. Si le fait d’être Asiatique a eu un certain impact (positif comme négatif), de quel cote pencherais la balance pour une peau noire ? Bon les regards tout ça, ça ne me dérangerais pas du tout, la curiosité de ce qui diffère c’est normal. Mais par exemple au niveau du travail (je suis pâtissière)et des relations sociales ?

Tres bon PVT en Australie ! J’ai une amie Hong-Kongaise, rencontrée a Londres, qui s’y plait beaucoup, bien qu’ayant elle aussi quelques soucis de stabilité. (j’ai des soucis d’accents car je tape en qwerty)

{{likesData.comment_61086.likesCount}}
Liliane
102 121

je pense que dans une grande ville, tu ressentiras moins d’impacts en référence à ta couleur de peau. surtout avec la jeune génération qui est plus ouverte aux étrangers etc. faut pas oublier que ça ne fait qu’une vingtaine d’années que le pays s’est ouvert, et que les coréens peuvent également sortir du pays librement.

à mon boulot, la fille qui me remplaçait était une guadeloupéenne. elle était foncée de peau, et quand elle est arrivée pour l’entretien, ma boss m’a dit « qu’est ce qu’elle est foncée! », « dis lui de rester calme, et de jamais s’énerver, que si elle a un problème, de venir me voir, et de pas crier sur le client » elle l’a gardée mais je la soupçonne de vouloir donner un côté exotique à son resto. et c’était la raison aussi pour laquelle cette collègue a quitté le boulot 2 semaines plus tard, parce qu’elle était traitée comme une poupée qu’on est fier de montrer.

il me semble que l’année dernière avec ebola, un restaurant ou bar à Itaewon a interdit l’entrée aux personnes noires.

un article est sorti récemment sur le sentiment de discrimination des étrangers à seoul
http://www.koreaobserver.com/2015/05/26/nearly-all-foreigners-victim-of-discrimination-in-seoul/

sinon, ca concerne pas la corée, mais quand même, la perception des personnes à peau noire en chine, un petit sketch sur youtube
https://www.youtube.com/watch?v=CqtS3hSwq3o

{{likesData.comment_61355.likesCount}}

Bonjour,

J’avais effectivement entendu parlé de l’incident Ebola.
En tout les cas, merci beaucoup pour ta réponse =).
Une amie a moi était partie 6 mois a Beijing, et m’avais raconté, sa peau est très noire, elle a eu un peu de tout.

Bonne continuation a toi.

{{likesData.comment_61693.likesCount}}
Liliane
102 121

coucou
je viens de tomber sur un témoignage de 2 personnes noires en Corée
https://www.youtube.com/watch?v=IB1GrgkM1cE

{{likesData.comment_61812.likesCount}}

Coucou =D !

Je te remercie pour cette vidéo, pleine de beaucoup plus de bonne humeur que ce a quoi je m’attendais. Au final, le discours comme quoi la xénophobie coréenne est plus tenable que le racisme japonais ressort la aussi, cela me rend curieuse.

Je te souhaite un très bon PVT en Australie.

{{likesData.comment_61887.likesCount}}

Salut,
Merci pour ton témoignage ☺
Je voulais savoir si tu as eu des difficultés à trouver un logement ?
Sinon merci pour les infos !

{{likesData.comment_66043.likesCount}}

Identifiez-vous pour répondre