Pauline à Prince Rupert, en Colombie-Britannique

Date de publication : 05-05-2014

Auteur

isa

Pauline

Profession

Recreation Director

pvtistes :

Ville de provenance

Pauline : Avignon (Bagnols sur Cèze en réalité, mais c'est plutôt inconnu).

pvtistes :

Ville de destination

Pauline : Ville exacte, j'en avais pas, mais la première étape a été Montréal.

pvtistes :

Baroudeur ou pas ?

Pauline : Plutôt oui, j'ai des fourmis dans les jambes très rapidement !

pvtistes :

Que faisais-tu en France ?

Pauline : Ben pas grand chose à part saouler mon entourage avec mes projets canadiens. J'étais en France en transit. Avant le Canada, je travaillais en Italie pour une agence de voyage en ligne.

pvtistes :

Pourquoi cette envie de t’envoler pour le Canada ?

Pauline : Fourmis dans les jambes, l'Italie c'est chouette, mais j'avais besoin de GRAND air. Je me suis décidée après un cours séjour en 2011, au Québec.

pvtistes :

Quel a été ton parcours avant d'arriver à Prince Rupert ?

Pauline : Prince Rupert n'était pas vraiment planifié, c'est arrivé par hasard... J'ai commencé mon PVT à Montréal (bise à sœurette qui vit là depuis 3 ans), notamment pour faire les formalités en français parce que bon, commencer facile c'est quand même plus sympa. Après Montréal j'ai fait du Couchsurfing à Toronto pendant une petite semaine avant de reprendre le bus pour Sudbury. Là j'étais en HelpExchange pendant un mois, dans une ferme géniale, j'ai adoré. Après Sudbury, j'ai pris l'avion depuis Toronto pour Calgary où j'ai fait 5 jours de Couchsurfing. J'avais trouvé un job à Fairmont Hot Springs avant de quitter la France (salon Destination Canada 2012 !) et j'ai donc passé 4 mois dans le sud-est de la Colombie-Britannique. Fantastique expérience. J'ai acheté ma voiture là-bas et à la fin de l'été, je suis partie pour les Territoires du Nord Ouest. J'ai fait du HelpExchange à Blachford Lake Lodge, pendant un mois avant de reprendre la route pour le Yukon et enfin, Prince Rupert.

pvtistes :

Ton expérience dans les Territoires-du-Nord-Ouest a l'air de t'avoir marquée...

Pauline : J'ai décidé d'aller explorer les TNO à la fin de mon été dans le sud de la Colombie-Britannique. Je voulais une destination "inattendue" et une expérience unique. Je voulais aller quelque part où je ne pourrai probablement jamais retourner, le genre d'expérience qui se présente une fois et qu'il faut saisir au vol. Je voulais aussi aller le plus au nord possible. J'ai donc choisi Blachford Lake Lodge par sa position sur la carte du réseau HelpX.
La loge se situe à 100 km au sud-est de Yellowknife et n'est joignable qu'en hydravion. Lorsque la loge a accueilli ma candidature, j'étais survoltée !
J'ai pris la route à la fin du mois de septembre, j'ai voyagé avec Livv, une anglaise qui allait à Blachford elle aussi. Nous avons passé 3 jours et 2 nuits dans la voiture. L'expérience était lancée. Sur la route : bisons, coyotes, cerfs, ours, oiseaux de toutes sortes... Deux nuits à Yellowknife, où j'ai laissé Titine (ma Chevrolet Cavalier 1998) avant qu'on s'envole vers la grande aventure : 6 semaines dans les bois, au milieu du grand rien. Pendant le vol, nous avons survolé un paysage infini de bois et de lacs.
Arrivée à la loge, "atterrissage" sur le lac, accueil par tous les autres volontaires. Cette loge est une "wildnerness loge", destination chérie de touristes très riches chasseurs d'aurores boréales et de repos.
Première nuit : alerte à l'ours et superbe show d'aurores boréales. Le séjour s'annonce fantastique !
Là-bas, les jobs consistaient à préparer la loge pour l'hiver : couper du bois, faire des réserves de fagots, du ménage, ramoner les cheminées de toutes les cabines, isoler les tentes de l'équipe, débroussailler les sentiers, cuisiner pour tout le monde, mais aussi nettoyer la fosse sceptique ! Si je devais faire la liste de toutes mes "premières", il y aurait : premier vol en hydravion, première expérience de bûcheronne, première fois que je vivais en complète autarcie (internet était là heureusement), premier anniversaire au Canada, première rencontre avec un Wolverine (pas le Xmen), première sortie en canot sur le lac, première pêche... Et je pourrais continuer la liste. Blachford Lake Lodge a été la plus folle expérience de mon PVT.
A la première semaine de novembre, la température est descendue si vite que le lac a gelé dans la nuit. Le lendemain on a pu marcher et courir sur la glace. Il n'y avait plus que l'équipe à la loge, donc session sauna et bain dans le lac, à travers la glace. Bon okay, j'avoue, j'ai juste été assez courageuse pour rester dehors en maillot de bain mais j'ai pas mis un orteil dans l'eau ! Le staff est logé dans des tentes solides munies d'un poêle à bois. La majeure difficulté du séjour a été de dormir une nuit entière sans être réveillée par le froid. Se réveiller au milieu de la nuit parce que tu grelottes, réaliser qu'il faut te sortir de ton double sac de couchage et aller raviver le feu, hésiter et espérer que l'une des autres filles se réveillera aussi et ira à ta place, lâcher l'affaire et te peler les fesses devant le feu qui ne veut pas repartir, faire repartir le feu et retourner te coucher, te réveiller à nouveau 20 minutes plus tard parce que tu meurs de chaud. Cette aventure était fantastique. J'y ai créé des amitiés réelles et solides. Après Blachford, j'ai continué de voyager en compagnie de Samantha avec qui je partageais ma tente à la loge. Nous sommes allées au Yukon et enfin à Prince Rupert où nous avons passé l'hiver.

pvtistes :

Parle-nous de cette destination hors des sentiers battus !

Pauline : J'ai atterri à Rupert un peu par hasard. Je voulais rester dans le nord du Canada, toujours en HelpX mais dans une structure qui se rapprochait de Blachford, je n'ai donc cherché que des auberges de jeunesse et j'ai trouvé Pioneers Backpackers Inn !
Prince Rupert est une petite ville, la nature est luxuriante et constamment changeante : la mer, la forêt, les montagnes, tout y est. Je ne suis pas arrivée à la bonne période, les baleines ayant déserté le coin pour le sud et les ours faisant un gros dodo, mais je me suis régalée les yeux avec les aigles. Un aigle royal à tous les coins de rues, c'est un peu leurs écureuils à eux ! La seule et unique chose que l'on regrette à Prince Rupert, c'est qu'une fois sur l'île on se retrouve un peu coincé. Il y a de quoi faire et des tonnes d'autres îles sont accessibles très facilement, mais la première "grosse" ville, la première ville en réalité est à une heure et demi de route. Que vous arriviez avec ou sans voiture, vous ne vous ennuyez pas à Rupert. La pluie quasi-constante n'est pas gênante et j'ai eu un hiver plutôt doux (pas plus bas que - 10°C). Faire de la rando en t-shirt sous un grand soleil au mois de janvier, c'est pas donné à tout le monde au Canada. Mon deuxième regret, mais ce n'est pas la faute de Prince Rupert, c'est de ne pas l'avoir vue l'été. L'été c'est aussi bien, mais en mieux !

pvtistes :

Quel a été ton sentiment dominant au cours des 2 premières semaines au Canada ?

Pauline : La première semaine a été très focalisée sur les papiers, trouver un téléphone, commencer le blog... Heureusement que j'avais déjà visité Montréal auparavant. Je n'en aurais pas profité. La deuxième semaine a été le vrai début, le moment où je quitte tout ce que je connais et débarque à Toronto. J'avais tellement l'air paumée qu'une fille m'a tout de suite abordée dans le bus et m'a offert de l'aide !

pvtistes :

Est-ce que ta situation professionnelle t'a paru satisfaisante, au Canada ?

Pauline : Très satisfaisante, j'ai toujours trouvé du boulot très facilement. A Fairmont je voulais mettre plus de sous de côté en prévoyance du gros road trip dans les TNO, il m'a suffit d'en parler à une copine qui a appelé une autre copine et j'avais un deuxième boulot. A Prince Rupert, en parallèle du HelpX je voulais un boulot payé, il m'a même pas fallu 30 minutes pour trouver. Je suis sortie de l'auberge avec 5 CV sous le bras, j'ai descendu la rue et suis revenue une demi heure plus tard avec 3 CV restés sous le bras et un boulot.

pvtistes :

Parle-nous de ton PVT sur la route !

Pauline : Mon retour en France entre Italie et Canada était aussi l'occasion de passer enfin mon permis de conduire (quoi, si tard ? Oui je sais, je sais...). Je me projetais au Canada dans un van sur les routes infinies... C'est pas un van ma Titine, mais les routes infinies et la vie dans la voiture c'est bien ça ! J'ai eu la chance d'avoir une compère d'aventure ! J'ai rencontré Sam à Blachford, dans les TNO et on a voyagé ensemble jusqu'à il y a quelques jours. C'est moins drôle maintenant que c'est juste Titine et moi.

pvtistes :

Quelles ont été tes plus grosses difficultés au Canada ?

Pauline : Sortir ma voiture de la neige ?

pvtistes :

Quel est ton meilleur souvenir ?

Pauline : Pfffiou c'est vraiment pas facile, l'aventure à Blachford Lake Lodge peut-être ; cette sensation d'être privilégiée, de voir ce pour quoi les touristes paient des milliers de dollars.

pvtistes :

Est-ce que certaines choses françaises te manquent ?

Pauline : Le fromage, le vrai et la cuisine de Maman !

pvtistes :

Qu’est ce qui te manquera quand tu rentreras en France ?

Pauline : Je ne le sais pas encore ! Mon employeur à Fairmont me ré-embauche et je viens d'obtenir un permis de travail de 2 ans.

pvtistes :

Qu’est ce que cette expérience t’apporte, du point de vue personnel ou professionnel ?

Pauline : D'un point de vue personnel, je n'ai jamais eu autant de "premières" qu'au Canada : première voiture, premier road trip toute seule, première fois en hydravion, en hélico, premier HelpX, j'ai touché des outils dont je ne connaissais même pas l'existence et tous mes doigts sont là... D'un point de vue personnel, cette année a été un challenge constant. D'un point de vue professionnel, j'ai découvert des qualités et des compétences que je ne soupçonnais pas et maintenant je parle anglais sans avoir envie d'aller me cacher sous la table.

pvtistes :

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Pauline : Sortez des sentiers battus, soyez originaux, ne vous sentez pas limités parce que vous baragouinez l'anglais comme une vache espagnole. Vous trouverez bien plus grande satisfaction à voir, à faire quelque chose que personne n'a fait.

pvtistes :

Tes projets d'avenir ?

Pauline : A très court terme (la semaine prochaine), aller aux Etats-Unis pour un road trip solo et ensuite retourner à Fairmont Hot Springs où job et copains m'attendent. L'aventure canadienne continue !

Consulter d'autres interviews de PVTistes...
Consulter des récits de PVTistes (emplois, voyages, etc.)...

À lire : un recueil d’entretiens de pvtistes partageant avec vous leurs expériences et leurs ressentis. Plus d'infos...

Votre expérience nous intéresse ! Partagez-la avec les autres pvtistes en remplissant ce formulaire.

31 Commentaires

jerome
0 1
Effectivement ça donne envie tout ça ! J’espère bientôt pour moi 🙂 Je viendrai te piquer des infis à l’occasion ! Et merci pour ce récit
amandine
19 51
Comme je te l’ai dis en MP ton interview est certainement celle qui a déclenché mon irrésistible envie de vivre une aventure comme la tienne ! Grâce (ou à cause de toi) je ne tiens plus en place en France ! Merci 🙂
Pauline
439 375
ravie de t’avoir donné la bougeotte! c’est contagieux
Katell
5.9K 9.3K
Ton aventure je la connais un peu pour te suivre sur ton blog, mais je tiens à te remercier de partager un bout ici ! Bonne continuation Paupau ! 😉
Pauline
439 375
Céline
1.8K 3K
Woah, superbe témoignage, tu envoies vraiment du rêve là… *_* (dommage pour Wolverine ceci dit… :p) tout à fait le genre de récit qui fait se dire à nous pauvres petits lecteurs « et pourquoi pas moi? », sauter dans le grand bain comme ça, le plus dur c’est de se lancer dans le fond, le jeu en vaut souvent la chandelle… 🙂
Pauline
439 375
J’avoue que quand tout le monde s’est mis à hurler  » un wolverine un wolverine » au départ j’ai vraiment eu du mal à comprendre de quoi ils parlaient ahahahah pauvre petite française ignorante ahahahah C’est effrayant de se lancer, surtout tout(e) seul(e). Mais une fois que tu le fais tu te rends compte que c’était vraiment pas si compliqué et qu’il n’y a rien d’effrayant ou d’insurmontable.
Francois
3K 3.9K
Merci Pauline^^ Les aigles en hiver on ne voit que ca en BC, c’est superbe. Le rassemblement annuel des aigles a Squamish est le plus grand du monde, avec 800 a 1000 aigles debut janvier qui pechent en meme temps dans la riviere. Un grand moment de vie animale.
Pauline
439 375
wow, ça doit être impressionant. On a eu l’occasion d’observer des groupes d’aigles en chemin, à Prince Rupert et sur Vancouver Island ; on s’amusait à les compter dans les arbres, parfois jusqu’à 20 ou 30 mais rien de comparable, ça c’est sûr ! Tu as eu la chance de voir ça en vrai ?
Francois
3K 3.9K
De la chance oui et non, c’est sublime, mais c’est prévu. En Décembre et janvier a lieu la migration des saumons qui remontent dans la rivière ou ils sont nés pour pondre leurs oeufs. Ca attire les aigles ce qui explique pourquoi la rivière est remplie de rapaces car elle déborde littéralement de saumons. Entre Noel et l’epiphanie est le moment ou la migration atteind son maximum, et ou ils font le décompte annuel pour voir si la population reste stable ou augmente.
Sébastien
40 1.1K
Encore un super récit de vie pvtiste, merci Pauline !
Pauline
439 375
Merci de l’avoir lu 😀
Julie
4.9K 14K
C’est sur que ton récit ne peut pas laisser indifférent, tu as bien fait d’aller vivre tout ça au Canada 🙂
Pauline
439 375
Ah c’est sûr que vivre dans les bois à 1 heure de toute civilisation, en France, c’est moins facile ahahahah !!!!!
Caroline
10 41
Pauline, bonjour! Bravo pour ton embauche!! je suis très contente de lire ton témoignage car j’ai envoyé une demande à Blachford Lake qui est aussi donc enregistré sur WWOOF.ca: j’aimerais travailler sur Dechinta en août et toutes les autres activités du lieu en septembre: merci pour le tuyau « feu »;) ah oui….j’imagine que ça doit être super chaud, sans mauvais jeu de mots!, la nuit. L’hiver j’aimerais le passer au Yukon, donc à suivre! en tous cas si tu as des infos que tu juges utiles de me communiquer: fonce!! Merci! take care! Caroline
Pauline
439 375
Je ne sais pas dans quelle mesure tu vas pouvoir travailler avec Dechinta. Le groupe qui était là quand j’y étais était assez réservé. Pas qu’ils nous excluaient mais n’étant ni natif, ni étudiant, je me sentais parfois à côté. Ils ont toujours été très ouverts pour répondre à nos questions en revanche. En particulier quand on a découpé l’orignal qu’ils avaient chassé ! (Grand moment pour moi, première expérience de bouchère, et sur un orignal !) C’est un programme très intéressant, très enrichissant, génial et tu vas apprendre beaucoup ; mais ne t’attends pas à faire partie complètement du groupe. Tu seras là pour les aider, les assister. Ils tannaient une peau d’orignal quand on a visité leur camp et ils nous ont laissé essayé ! Les anciennes nous ont appris à faire du Banneck, c’est leur pain traditionnel. Bref génial !
Caroline
10 41
(sourire) oui je trouve ça formidable! et oui evidemment c’est bordeline comme relation, je pense qu’il faut du temps et de la confiance. Je suis contente pour toi que tu aies de bons souvenirs malgré tout! le management était il bon quand tu y étais? j’ai l’impression que c’est vraiment big (ce sont les seuls pour lesquels je n’ai pas encore de réponse à mon mail envoyé il y a à peine une semaine! mes 2 autres contacts WWOOF en Ontario et au Manitoba ont été hyper réactifs et c’est vrai que c’est plus agréable pour s’organiser! et se projeter aussi!) attente et relance prévue très bientôt au cas où 😉 bye et merci pour tes infos!
katia
179 3.3K
Tu vends du rêve, j’adoooooore ça donne vraiment envie … ^^
Damien
136 2.7K
On y va tous les deuxx allezzzzzzzzzzzzzzzz
Pauline
439 375
Tente ta chance ! tu le regretteras pas !
katia
179 3.3K
ouii Damiien on y va tous les deux 😉
Gerardo
1 26
hello, Merci pour ce récit. Peux tu nous communiquer le lien vers ton blog? Merci.
Johanna
1.8K 2.8K
Le lien vers son blog figure sur son profil : http://paupauincanada.unblog.fr 😉
Gerardo
1 26
Pauline
439 375
Si tu veux un résumé rapide tu peux aussi regarder cette vidéo : http://youtu.be/u-GsFVUNlqo

Articles recommandés