L’arrivée en Nouvelle-Zélande en Visa Vacances-Travail : quelques conseils

Date de publication : 09-06-2022

Auteur

Pamela

“Chers passagers, nous abordons notre descente vers Auckland. Nous vous invitons à regagner votre siège et à boucler votre ceinture de sécurité…”.

Alors que l’hôtesse de l’air fait son annonce, ton regard se perd vers l’horizon : ce ciel bleu, ces nuages, et en dessous de toi l’Océan Pacifique et son bleu vif, puis les collines et la flore vert foncé. Tu commences à apercevoir la ville et les buildings d’Auckland.

L’excitation naît au creux de ton ventre et de ton cœur. Tu n’es plus qu’à quelques minutes de commencer l’année de tes rêves.

Après l’atterrissage, en route vers l’auberge que tu as réservée (ou pas) quelques jours plus tôt. Dans le bus, tu admires les paysages qui défilent. Ça te fait bizarre d’être sur le côté gauche de la route. Tu donnes des nouvelles à ta famille et tes amis. Peut-être qu’ils te manquent déjà, ou peut-être as-tu envie de leur dire que tout est beau et génial. Une fois arrivé·e, tu poses ton sac à dos, et petit à petit, tu prends conscience de cette nouvelle réalité. Ça y est. Tu es en Nouvelle Zélande.


Les premiers jours d’une année de PVT peuvent laisser place à un énorme mélange d’émotions : excitation, doute, émerveillement, anxiété, fierté. On a déjà envie de tellement explorer mais on sait aussi qu’on a certaines choses à faire à l’arrivée. Alors comment gérer cette arrivée, cette excitation, cette anxiété ? Dans cet article, vous trouverez 5 conseils pour commencer votre PVT en toute sérénité.

1. Commencez par la paperasse

IRD, ANZ, BNZ, WOF…. Si toutes ces abréviations ne vous disent absolument rien aujourd’hui, vous les connaîtrez très vite en vivant en Nouvelle Zélande. On ne va pas se le cacher, l’administratif embête la plupart d’entre nous. Ajoutons à cela un pays étranger et l’anglais et nous obtenons le combo gagnant. Il est donc très tentant de vouloir laisser la paperasse dans un coin de sa tête et d’y penser lorsqu’on devra y penser. Mais pas de panique, les démarches administratives en Nouvelle Zélande sont beaucoup plus faciles qu’en France ou en Belgique. Je vous conseille donc d’ouvrir votre compte en banque et de demander votre numéro IRD dès votre arrivée, même si vous ne comptez pas travailler tout de suite. Une fois cette étape faite, vous ne devrez plus y penser pendant votre séjour.

2. Prenez votre temps

On peut très facilement se mettre la pression et vouloir tout faire tout de suite, trop vite lorsque l’on commence son PVT. Pourtant, parfois, se donner un peu plus de temps pour se créer des repères, finaliser la paperasse, permet d’entamer cette année sur des bases plus sereines. N’hésitez pas à prolonger votre séjour à l’auberge de quelques nuits si vous en ressentez le besoin. Les Néo-Zélandais sont aussi serviables et peuvent vous donner un coup de main si vous en avez besoin. N’hésitez pas non plus à demander conseils à d’autres backpackers qui sont passés ou passent par la même étape que vous. Ça peut être très rassurant de commencer ensemble.

3. Ne précipitez pas l’achat d’une voiture

Lorsque l’on parle de PVT en Nouvelle Zélande, beaucoup d’entre nous pensent à la van life. Et bien qu’il soit vrai qu’avoir une voiture nous offre une plus grande liberté dans un pays comme la Nouvelle Zélande, se précipiter dans l’achat d’une voiture ou d’un van n’est peut-être pas toujours la meilleure solution. S’acclimater à la culture, au marché automobile et se demander quel type de véhicules vous correspond le mieux vous aidera à faire un choix plus informé et qui vous conviendra davantage. En attendant, vous pouvez voyager avec les personnes que vous rencontrerez en auberge, des travel buddies, ou encore grâce à Intercity, le réseau de bus local.

4. Acceptez que les surprises, ça arrive

Peu importe votre niveau d’information et de préparation, l’arrivée dans un nouveau pays est bien souvent accompagnée d’un lot de surprises auxquels vous devrez vous adapter. Les choses peuvent ne pas se passer comme prévu. Il peut y avoir des difficultés dans l’administration ou le transfert d’argent. Il peut y avoir des incompréhensions et des décalages culturels aussi. Peut-être allez-vous décider de rester à votre premier stop pendant des mois alors que vous vous étiez imaginé·e plutôt nomade. Les possibilités sont infinies. Une chose est sûre cependant, les imprévus arrivent. Certains jours seront difficiles, fatigants, stressants. Mais les surprises nous donnent aussi les meilleures leçons et les meilleures histoires à raconter.

5. Suivez votre instinct

Il n’y a pas de règles à suivre pour vivre un bon PVT. Le bon PVT, c’est le vôtre. C’est celui qui vous fait vibrer, celui qui vous fait vivre des aventures, celui qui vous met au défi, qui vous en apprend sur vous-même. Que ces aventures soient légères ou éblouissantes, que ce défi soit grand ou petit, que cette leçon soit life changing ou une petite anecdote. Le bon PVT, c’est celui que vous vivrez, vous !


Alors pour ce dernier conseil, j’aimerais vous dire de suivre votre instinct. Suivez les choses qui vous font du bien. Éloignez-vous des situations qui vous posent problèmes. Voyagez quand vous en avez envie. Et restez à un endroit, s’il vous plaît.



Alors, vous êtes prêt à vivre cette incroyable aventure ?

Aucun commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment mais n'hésitez pas à ajouter le vôtre 🙂

Articles recommandés