Les transports en commun dans les villes japonaises

Chapitre 5 : La voiture et le taxi

Date de publication : 08-12-2018

Auteur

Mylène

La voiture et le taxi

Clairement, la voiture n’a aucune utilité dans les grandes villes au Japon. La location (ou l’achat), l’assurance et le stationnement sont très coûteux. Les transports en commun sont si développés que la majorité des citadins n’ont même pas le permis ou sont des “paper driver” (personnes ayant le permis mais ne s’en étant jamais servi).
Cependant si vous partez dans des contrées japonaises moins développées, alors elle sera d’un grand secours, voire même votre seul recours. Vous pouvez en louer une (assez cher mais pratique pour une courte durée, surtout à plusieurs) ou en acheter une d’occasion si vous comptez faire tout votre PVT à la campagne comme ce PVTiste : Acheter une voiture au Japon.

Le permis français (incluant le permis international délivré par la France) n’est pas reconnu au Japon. Il est néanmoins possible de le faire valider temporairement au JAF (Japanese Automobile Federation) si vous restez sur le territoire moins d’un an (les PVTistes rentrent dans ce cadre), pour 3 000 yen environ (comptez une demi-journée pour la procédure).

Au delà d’un an, si vous restez au Japon avec un autre visa, il vous faudra obtenir un permis japonais en faisant traduire votre permis français et en passant un petit examen (toujours avec le JAF), plus d’infos sur le forum : Permis international français. Si vous n’avez pas le permis français et que vous comptez rester au Japon, pourquoi ne pas passer le permis japonais ? On en parle sur le forum ici : Passer son permis au Japon (le mode d’emploi)

Pour en savoir plus sur l’autostop et le covoiturage, rendez-vous dans notre dossier : les transports au Japon.

Le taxi

Le taxi est cher au Japon, essayez de l’éviter, surtout si vous êtes seuls. Il faut compter entre 400 yens et 700 pour les deux premiers kilomètres selon les villes et ensuite le compteur monte très vite. De 22 h à 5 h, une surcharge de 20 % est appliquée.

Cependant les taxis peuvent toujours dépanner, surtout dans les villes moyennes (comme Kyoto, par exemple). Vous pouvez télécharger l’application Japan taxi pour appeler un taxi si vous n’en trouvez pas autour de vous dans la rue.

Un mot sur Uber :
Uber n’a pas percé au Japon, la flotte est très réduite et le service très peu connu. Le lobby des taxis étant puissant, il a réussi à limiter le développement de ce service. Il faudra vous contenter des taxis japonais.

Comment faire pour rentrer chez soi la nuit ?

Pour les fêtards, les options de transports en commun la nuit sont plus limitées au Japon qu’en France. Comme dit plus haut, les métros et trains s’arrêtent à partir de minuit pour certaines lignes (on peut tirer jusqu’à 1 h 30 maximum), il n’y a pas de bus de nuit et les taxis coûtent assez chers.

De ce fait, la majorité des Japonais vit au rythme des trains. La plupart des soirées finissent avant l’heure des derniers trains, et vous verrez des foules d’employés, d’étudiants ou de touristes courir dans les stations à minuit pour attraper leur dernier train, généralement bondé.

Si vous avez loupé le coche, quelles solutions s’offrent à vous ?

Le taxi si vous êtes plusieurs à rentrer dans la même direction ou que vous n’habitez pas très loin. Pour éviter une grosse frayeur au moment de régler, vérifiez le coût en amont sur l’application Japan Taxi. Si la course dépasse les 3 000 yen, sachez que pour ce même prix, d’autres options s’offrent à vous en attendant les premiers trains :

  • marcher jusqu’à chez vous (vérifiez la distance avant, vous pourriez mettre plus de 5 h à rentrer à Tokyo…). Le Japon étant un pays sûr, les grandes rues éclairées ne sont en principe pas dangereuses même pour une femme seule. Au moindre problème, rentrez dans un konbini (supérette ouverte 24h/24) ou dans un koban (mini poste de police).
  • dormir dans un hôtel capsule (entre 2 000 et 3 000 yen). Attention certains n’acceptent pas les femmes.
  • dormir dans un love hotel (les formules “rest” de quelques heures peuvent être intéressantes, autour de 3 000 yen)
  • dormir dans un cyber-café ou manga kissa (à partir de 1 500 yen)
  • squatter/ dormir dans un karaoké (entre 1 000 yen et plus selon l’heure, le jour et la formule que vous choisissez)
  • squatter un restaurant ouvert 24h/24 (McDo, les “family restaurants”, certains izakaya…)
  • squatter dans un super-sento, sento ou onsen (bains publics) ouvert 24h/24 (tel SpaWorld à Osaka)
  • squatter dans un game center ouvert 24h/24, notamment la chaîne Round One
Chapitre 5 sur 12

3 Commentaires

Quentin
2 7
Dommage que tu n’es pas fait un chapitre sur les bus pour voyager, sinon super topic 😀
Mylène
2.2K 3.6K
Salut Quentin, ce dossier est consacré aux transports dans les villes. Pour voyager à travers le pays, nous avons fait un autre dossier, où les bus longue-distance sont mentionnés 😉 : https://pvtistes.net/dossiers/les-transports-au-japon/
Quentin
2 7
Oui je l’ai déjà lu, c’est juste que j’aurai voulu le voir dans ce dossiers mais merci quand même ^^

Articles recommandés