Visiter l’Île de Pâques pendant son PVT Chili

Chapitre 5 : Les questions de visa et de santé

Date de publication : 17-08-2018

Auteur

Floriane

Les questions de visa et de santé

Ai-je besoin d’un visa ?

Si vous détenez un PVT pour l’année en cours, vous n’avez pas besoin d’un visa particulier puisqu’il s’agit du Chili. ATTENTION toutefois : depuis le 1er Août 2018, les conditions d’accès ont été modifiées pour préserver l’île d’une surpopulation touristique. Désormais, vous ne pouvez séjourner sur Rapa Nui (redevenu nom officiel en cette même date) que 30 jours maximum et vous devrez présenter en même temps que votre passeport un billet aller/retour, une réservation d’hôtel ou l’invitation d’un insulaire. De plus, un formulaire sera à remplir (mais nous ne disposons pas encore d’informations sur son contenu). À l’arrivée sur le territoire, les contrôles risquent donc d’être renforcés.

Pour les amoureux des tampons du bout du monde dans leur passeport, il est possible de faire faire cela gratuitement à la poste (Correos Chile, rue Te Pito o Te Henua).

En cas de pépin : les soins de santé

L’île possède un hôpital situé juste au-dessus de l’église (la rue à droite, quand on est face à l’édifice), plutôt grand et assez moderne, avec un service d’urgences. C’est toujours bon à savoir en cas de petit bobo ou de plus grosse blessure.

Pour les médicaments et autres produits pharmaceutiques, l’île possède deux pharmacies : l’une tout en haut de la rue principale, très proche de l’aéroport et la seconde, la pharmacie Cruz Verde, qui se trouve sur le bas de la rue principale. Dans cette dernière, les prix sont exorbitants et l’accueil plus que moyen… N’y allez pas pour demander un conseil par exemple et surtout, soyez insistant : pensez à demander les génériques, sinon ils n’hésitent pas à vous donner le produit qui coûte trois à quatre fois plus cher que les autres, donnez bien le nom du produit que vous recherchez, la quantité exacte, etc. Et bien sûr, la meilleure solution est d’avoir tout ce dont vous avez besoin avec vous !

Il existe également un risque de transmission de la dengue sur place. Pensez donc à prendre un anti-moustique performant (la concentration DEET doit être supérieure ou égale à 50 %), portez des habits clairs et couvrants, etc. L’île en soit n’est pas spécialement humide ou marécageuse, mais certaines zones sont plus sensibles : les lacs des cratères de Rano Kau et Rano Raraku, avec leurs eaux stagnantes, peuvent attirer plus de moustiques.

Chapitre 5 sur 14

Évaluation de l'article

5/5 (2)

1 Commentaire

Hélène
7.6K 13.4K
Wahou super ! Merci pour ce beau dossier ! ça sera un de mes regrets au Chili, de ne pas avoir eu le temps d’aller voir les Moais (et vous deux par la même occasion). ça sera pour une autre fois !

Articles recommandés