Travailler en Australie : attention aux arnaques !

Date de publication : 01-06-2022

Auteur

Morgane

Durant votre PVT en Australie, vous serez amenés à chercher du travail : en ferme, en restauration, en hôtellerie, etc. Mais attention aux arnaques ! Dans cet article, on vous en dit plus sur ces annonces frauduleuses, on vous partage des témoignages de pvtistes et on vous donne des conseils pour éviter ces arnaques et pour agir face à ce type de mésaventures. 

Lorsqu’on arrive à l’autre bout du monde avec l’envie de voyager et de travailler pour vivre à fond son PVT, on fonce parfois tête baissée vers les premières offres d’emplois qui s’offrent à nous, jusqu’à la désillusion… Voici quelques conseils pour éviter les arnaques à l’emploi. 

Travailler en Australie

Actuellement (juin 2022), il faut savoir qu’en Australie, il est plutôt simple de trouver du travail. Que vous soyez en PVT nomade ou sédentaire, les offres d’emploi ne manquent pas ! Avec la réouverture des frontières et le retour des backpackers (voyageurs en sac à dos) sur le territoire, l’économie du pays se relance petit à petit. Un point très positif si vous envisagez de partir bientôt (ou si vous êtes déjà sur place) !

Toutefois, l’affluence des backpackers en Australie entraîne une multiplication des arnaques à l’emploi. Sans entrer dans une paranoïa, il convient de rester prudent. 

Que vous optiez pour un emploi qualifié, un petit boulot, du fruit picking ou encore pour du travail non rémunéré (bénévolat, WWOOFing, HelpX, Workaway…), ce dossier va vous fournir des informations précieuses pour trouver du travail en Australie.

Les arnaques qui ciblent les backpackers 

Il faut dire que les backpackers sont considérés comme des “proies” faciles et ça depuis de nombreuses années. 

En effet, lorsqu’on est en PVT : 

  • on souhaite financer son voyage ;
  • on veut trouver du travail rapidement ;
  • on ne compte pas les heures ;
  • on est volontaire ; 
  • on est disponible ; 
  • on est flexible. 

Et certains employeurs peu scrupuleux le savent (et en profitent) !
Avoir l’envie de travailler c’est bien, mais pas sous n’importe quelles conditions. Les arnaques existent, ici ou ailleurs, soyez vigilant. 

Les arnaques ont toujours existé… On en parlait déjà en 2013 avec le récit de deux pvtistes irlandais en Working Holiday Visa en Australie.  

Comment déceler ces fausses annonces ? 

La règle à respecter est simple : “tout vient à point à qui sait attendre”. Pour moi, cette phrase n’a jamais été aussi vraie que depuis que je suis en Australie ! 

Parfois, vous allez attendre des jours, postuler à des dizaines d’offres, sans résultat. Il suffit d’un appel, d’une rencontre, d’un échange pour que tout s’arrange. Ne vous jetez pas sur les offres sous-payées, avec un logement insalubre et des conditions de travail désastreuses simplement pour pouvoir avoir un emploi. Quelque chose de mieux vous attend toujours ailleurs ! Patience. 

Le PVT, c’est des incertitudes quotidiennes, c’est vivre sans savoir ce qu’on fera et à quel endroit on se trouvera dans les trois jours qui arrivent. Donc il est inutile de trop planifier. 

Être un backpacker c’est une philosophie de vie  : tu sais que tu es un backpacker quand… 

Toutefois, il est important de se préparer au voyage. Alors voici nos conseils pour éviter et déceler les arnaques à l’emploi durant votre PVT en Australie. 

1/ Analyser l’offre d’emploi 

On vous propose un job avec une multitude d’avantages, un salaire bien plus haut que la moyenne, un logement gratuit, l’accès à de nombreuses commodités (salle de sport, piscine…), etc. L’alarme “attention arnaque” commence à retentir. Vous êtes probablement en présence d’une fausse annonce. 

En effet, le PVT ce n’est pas le monde des bisounours. Ce type de propositions “aguicheuses” sont souvent loin d’être aussi belles dans la réalité. Avant de vous déplacer, prenez le temps d’avoir davantage de renseignements, posez vos questions et demandez des photos. 

Si au contraire, vous tombez sur une offre d’emploi très peu détaillée, avec aucune information sur les tâches à accomplir, le salaire, les horaires, etc., une fois de plus, demandez davantage de renseignements ! Ne commencez pas un travail sans avoir pleinement connaissance de vos missions, de votre rémunération et de vos conditions d’emplois (horaires, tenue de travail…). 

2/ Avoir un contact téléphonique 

Il est toujours plus rassurant d’avoir un contact direct ou téléphonique avec la personne qui veut vous employer. 

3/ Vérifier les avis sur internet 

Internet est votre ami ! Profitez-en pour trouver la page Google de l’entreprise ou encore leurs réseaux sociaux. C’est un bon exercice pour en apprendre davantage sur l’entreprise qui propose l’offre d’emploi ! 

4/ Demander l’avis d’anciens backpackers 

Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à prendre les avis et retours d’expériences des backpackers. Prenez la température sur le job à pourvoir et sur le cadre de travail offert par l’entreprise concernée. Rejoignez notre groupe Facebook des francophones en Australie pour en discuter avec d’autres pvtistes.

Que faut-il faire face aux arnaques ?

Dans un premier temps, il faut fuir ! Ne perdez pas votre temps avec des annonces frauduleuses. Il y a beaucoup d’emplois à pourvoir ces derniers temps en Australie, alors profitez-en ! 

Ensuite, n’hésitez pas à partager l’information avec les autres pvtistes actuellement en Australie.

Pour discuter avec les autres pvtistes et échanger vos conseils et bons plans, rejoignez-nous dans le groupe Facebook des pvtistes / Francophones en Australie !

Témoignages de pvtistes 

Je me suis inscrit sur un site officiel australien pour un job en ferme près de Byron Bay. Le travail consistait à ramasser des macadamia. J’ai eu plusieurs échanges téléphoniques avec le responsable de la ferme, il m’a donné mes horaires de boulot, l’équipement à prévoir et m’a même proposé de m’offrir un endroit à proximité de la ferme pour vivre et faire stationner mon van. Arrivé sur place, l’endroit était complètement insalubre. C’était en réalité des toilettes et douches publiques. Pour faire simple, je devais vivre au milieu du bétail. Entre la boue et la bouse (c’est drôle maintenant que je le dis). Il me précise que pour l’instant c’est gratuit mais que ça risque de changer (pas du tout ce qui était convenu). Il a terminé en ajoutant que l’endroit n’était pas très “safe” et qu’il fallait garder un œil ouvert la nuit (pas super pratique). J’ai mis les clés dans le contact et je suis parti. – Angelo

J’ai postulé à un job en ferme vers Brisbane. Jusque là tout allait bien. Par contre pour le logement, il fallait débourser près de 190 $AU par semaine pour un lit dans un dortoir et des parties communes insalubres. Pas top. Mais j’ai vite compris la combine. Tu payes ta semaine de loyer mais tu n’es pas sûr de faire le nombre d’heures attribué en ferme. On te fait croire que le logement est “compris” dans l’offre d’emploi, mais en réalité tu le payes grâce aux quelques heures que tu fais en ferme. C’était pas du tout intéressant. – Morgane

J’ai trouvé un travail sur Facebook avec mon amie. Nous étions intéressées par du travail en ferme payé à l’heure et non au rendement. Dans cette ferme c’était le cas donc c’était parfait. Nous étions les seuls backpackers et tous les autres étaient originaires des îles (Vanuatu, Salomon …). Pour notre premier jour de travail, nous avons fait du picking mais au rendement. On ne s’est pas trop inquiétées sur le coup puisque cela pouvait arriver 1/2 fois par semaine. SAUF que nous avons continué d’être au rendement les jours suivants en sachant qu’il n’y avait pas beaucoup de fruits et tous les matins on nous disait « aujourd’hui picking mais demain ça sera autre chose ». 

Peu de temps après notre arrivée, la nouvelle loi concernant le salaire minimum au rendement devait passer. Nous avons donc voulu rester puisque passée cette date les fermes devaient nous payer au taux horaire minimum. Entre deux, nous avons reçu notre premier salaire au rendement qui était entre 160/220 $AU accommodation déduite , ce qui clairement n’était pas à la hauteur du travail fourni. Pour être sûrs qu’ils allaient appliquer la loi, nous avons donc interrogé la RH qui nous a confirmé que ce serait le cas à partir du lundi suivant et non du jeudi comme prévu dans la loi. Elle nous avait également précisé que nous avions deux semaines pour être rentables et arriver avec le rendement au taux horaire minimum (25 barquettes de l’heure). Nous avons fait  notre maximum pour essayer d’aller plus vite.

Plus tard, lorsque nous avons reçu notre paie et avons découvert que le rendement était toujours appliqué puisque nous n’avons touché que 400$ pour plus de 40h de travail.

Ils nous ont aussi dit qu’ils ne pouvaient pas continuer à travailler avec nous et qu’un complément de salaire serait effectué d’ici 2/3 jours. Ce complément de salaire était très loin de ce qu’on aurait dû avoir… Nous avions également 3 jours pour quitter l’appartement fourni par la ferme. 

Beaucoup de fermes profitent des backpackers. Il faut faire très attention aux promesses des employeurs si aucun changement n’est réalisé. – Estelle

Les conditions de travail en Australie évoluent 

Travailler en ferme n’est pas obligatoire pour réaliser son PVT sauf si vous souhaitez renouveler votre visa pour une deuxième ou troisième année.

Dernièrement, de nouveaux changements ont été appliqués concernant les conditions de travail en Australie, notamment pour les emplois en ferme. 

Pour attirer un maximum de pvtistes en Australie, le pays a décidé qu’au cours de l’année 2022, la limite des 6 mois pour le même employeur était tout simplement supprimée. Elle devrait être de nouveau appliquée dès 2023. Pour en savoir plus… 

Aussi, à terme, le travail en ferme devrait vivre d’autres changements. En effet, l’Australie envisage de supprimer la paie au rendement dans ce secteur d’activité. Si vous ne le savez pas encore, en ferme il existe deux types de rémunération. La rémunération horaire (pour chaque heure travaillée, vous gagnez un salaire) ou la rémunération au rendement (selon votre productivité). Dans le cas n°2, vous ne connaissez pas votre salaire à l’avance puisque vous n’êtes pas payés à l’heure. 

Pour l’instant, cette décision ne concerne pas encore les personnes en situation de PVT, mais qui sait ? Ce sera peut-être amené à changer d’ici quelque temps.

Dernière nouveauté, la mise en place d’un salaire minimum à 25,41 $AU pour les travailleurs en ferme. 

Ces changements des conditions de travail vont aussi permettre, dans une moindre mesure, de limiter les abus et arnaques à l’emploi !

En bref 

Les arnaques à l’emploi en Australie existent. En faisant preuve de vigilance et de bon sens, vous ne devriez pas être confrontés à ce type de situations. Heureusement, ces offres mensongères n’ont pas de lourds impacts, elles font simplement perdre du temps. En témoignent les différentes expériences des pvtistes en Australie. 

Finalement, en suivant quelques astuces, votre PVT devrait se dérouler sans encombre ! 

Le PVT Australie vous intéresse ? Vous souhaitez en savoir plus sur la thématique de l’emploi dans le pays ? Nous vous invitons à lire ces différents articles pour vous préparer au mieux à votre départ : 

 

Évaluation de l'article

5/5 (1)

Aucun commentaire

Articles recommandés