Dossier publié initialement en novembre 2012. Dernière mise à jour : janvier 2024.

Pour vivre ses premiers jours au Canada dans des conditions optimales, voici la liste des choses à bien avoir en tête au moment de partir !

Rejoignez notre groupe Facebook : en plus du site et du forum, on vous accueille désormais dans le groupe PVT Canada 2024-2025 : demande de PVT, préparation au départ et à l’arrivée.

Premiers pas au Canada : le passage à l’immigration canadienne !

En sortant de l’avion

À votre descente de l’avion, vous vous retrouverez dans le hall des arrivées. Des automates ont été installés dans la majorité des aéroports canadiens. Vous devrez y remplir une déclaration de douane, scanner votre passeport, prendre une photographie et répondre à quelques questions. Un agent est présent pour vous aider, si nécessaire. Vous serez ensuite redirigé vers le bureau de l’immigration, à quelques mètres de là, pour recevoir votre PVT !

Au bureau de l’immigration

Notez qu’il n’y a aucun souci si vous atterrissez dans une province anglophone alors que votre lettre d’introduction est en français. Dans chaque aéroport, des agents d’immigration parlant français sont à votre disposition et les agents anglophones sont habitués à gérer ce genre de document : ils comprendront immédiatement de quoi il retourne.

Les documents à avoir sur vous pour recevoir votre PVT

  • Un relevé de compte datant d’une semaine au maximum (2 500 $CA minimum – c’est vraiment un minimum, essayez de prévoir plus !). Si vous arrivez au Canada avec un aller simple, aucun souci, mais vous devez justifier d’économies supplémentaires, pour pouvoir vous payer un billet retour ultérieurement. Prévoyez grosso modo la somme que vous a coûté votre aller.
  • Votre preuve d’assurance PVT/EIC pour la durée totale de votre séjour.

Si vous n’êtes pas en mesure de présenter ces documents, vous risquez de ne pas pouvoir valider votre permis EIC.

Il arrive que des pvtistes se voient refuser l’entrée sur le territoire canadien ou obtiennent un PVT de quelques mois seulement soit parce qu’ils n’avaient pas d‘attestation d’assurance, soit parce qu’ils avaient une assurance de quelques mois seulement. À noter que si vous obtenez un PVT de 6 mois, par exemple, vous ne pourrez pas le faire prolonger par la suite. Plus d’infos sur l’assurance…

Il est également recommandé d’apporter une copie des documents fournis pendant votre demande de permis (CV, formulaire, photo et (le cas échéant) preuve de visite médicale et extrait de casier judiciaire).

Après quelques vérifications des différents documents que vous deviez apporter à l’arrivée, l’agent du bureau d’immigration vous remettra votre passeport et votre PVT.

Permis de travail Canada

Attention ! Vérifiez impérativement votre PVT !

Prenez soin de vérifier IMMÉDIATEMENT les informations qui se trouvent sur votre permis en regardant spécifiquement si vos noms et prénoms sont correctement orthographiés, la durée de votre permis de travail et les potentielles restrictions. En cas d’erreur, vous pourriez ainsi immédiatement les faire modifier et vous éviter ainsi de longues démarches contraignantes !

Si vous êtes en PVT, vérifiez également que vous n’avez aucune restriction au niveau des provinces ou des domaines dans lesquels vous êtes autorisé à travailler. Seuls les domaines de la santé et en rapport avec les enfants sont sujets à une visite médicale. En dehors de ces domaines, aucune restriction ne doit s’imposer.

Il est arrivé par le passé à plusieurs pvtistes de découvrir une mention leur interdisant de travailler dans le domaine de l’agriculture, comme en témoigne la discussion Pas autorisé à exercer un emploi relié à l’agriculture ? de notre forum. Si c’est votre cas (comme pour toute erreur que vous pourriez voir), signalez-le immédiatement à l’agent qui vous a délivré votre PVT.

Apparaissent, sur votre permis, les informations suivantes :

  • Vos nom et prénom(s).
  • Les dates de début et de fin de votre permis. Vérifiez qu’il n’y a aucune erreur !
  • La mention « This does not authorize re-entry » / « Ceci n’autorise pas la rentrée » sera également présente sur votre PVT. Elle signifie que votre PVT seul ne vous permettra pas d’entrer à nouveau au Canada. Vous devrez toujours le présenter avec votre passeport. Vous êtes bien évidemment autorisé à sortir du pays et à y revenir comme bon vous semble pendant la période de validité de votre permis.
  • Les mentions « work permit » et « must leave Canada by JJ MM AAAA ». En un coup d’œil, il est donc possible de savoir que vous vous trouvez au Canada de façon temporaire, dans le cadre d’un permis de travail ou d’études à durée limitée.
  • Une précision sur votre employeur si vous êtes en JP ou en stage et « employer : open » si vous êtes en PVT. Cela permettra aux employeurs de savoir si vous pouvez travailler pour n’importe qui ou si vous êtes lié à un employeur.

Si vous êtes en PVT :

  • Une mention peut préciser que vous n’êtes pas autorisé à suivre des cours dans le cadre d’un cursus scolaire de plus de 6 mois. Les cours (temporaires ou du soir) de langues ou de cuisine, par exemple, ne sont bien sûr, pas concernés par cette interdiction.
  • Une mention apparaîtra si vous n’avez pas passé de visite médicale avant de vous rendre au Canada : vous ne pourrez travailler ni dans le domaine médical, ni en contact avec des enfants. Pour savoir comment y remédier en passant une visite médicale une fois au Canada, consultez notre tutoriel consacré à la demande de PVT Canada.

Notez qu’en arrivant à Toronto ou à Vancouver pendant la journée, il est possible qu’une personne, à la sortie du bureau de l’immigration vous propose de faire votre numéro d’assuré social (social number insurance en anglais) directement. Il s’agit d’un processus expérimental mis en place par les autorités canadiennes dans le but de favoriser vos démarches à l’arrivée. Cette possibilité n’est pas toujours disponible, mais si on vous le propose, vous gagnerez peut-être du temps et obtiendrez directement votre NAS/SIN à votre arrivée au Canada !

Une fois votre permis obtenu, vous pouvez vous diriger vers les tapis roulants où votre bagage sera peut-être déjà arrivé. Ensuite, il vous suffit simplement de sortir de l’aéroport et de relever tous les défis qui vous attendent désormais !

Ne manquez pas nos 7 conseils pour activer son PVT Canada !

S’inscrire au consulat de France ou de Belgique

Il est recommandé de s’inscrire au consulat de France de votre ville pour faire partie du registre des Français établis hors de France. Cela vous permettra d’être aidé si vous perdez votre passeport, ou d’être tenu au courant des mesures en place en cas de catastrophe naturelle, par exemple. C’est également le seul moyen de pouvoir voter en personne en cas d’élections en France pendant votre PVT. Notez que vous pouvez donner procuration à quelqu’un en France si vous ne tenez pas spécialement à mettre vous-même le bulletin dans l’urne.

Pour plus d’informations, consultez notre dossier l’inscription consulaire à l’étranger (pour les Français) si vous êtes français et pour les Belges, la démarche d’inscription au consulat se fait dans l’un des consulats ouverts au public (les seuls pour lesquels des horaires d’ouverture sont précisés).

Demander un numéro d’assurance sociale / Social Insurance Number (NAS/SIN)

À quoi ça sert ?

C’est une démarche gratuite et indispensable si vous voulez pouvoir travailler au Canada. Son utilité première est d’identifier tous ceux qui résident (temporairement ou de façon permanente) au Canada. Ce numéro vous permet de toucher un salaire, mais aussi de bénéficier d’éventuels services gouvernementaux. Notez que ce NAS n’est lié a aucune assurance maladie. L’initiative Expérience Internationale Canada impose aux jeunes qui participent aux programmes de souscrire à une assurance maladie/hospitalisation/rapatriement pour être couverts pendant toute la durée de leur séjour.

Sachez également que si vous partez au Canada pour un séjour limité (PVT, JP, stage, permis de travail fermé), votre NAS commencera par le chiffre 9, ce qui signifie que vous n’êtes pas résident permanent au Canada. Si vous postulez à un poste permanent, ne prétendez pas avoir ce statut, vous seriez immédiatement démasqué. Dites plutôt que vous êtes en train de faire votre demande de résidence permanente ou que c’est une démarche que vous envisagez si une opportunité intéressante se présente !

Comment l’obtenir ?

Il est impossible de faire sa demande de NAS depuis la France car vous devez prouver, grâce au permis de travail qui vous sera délivré à l’aéroport, que vous avez le droit de travailler au Canada.

Rendez-vous sur le site des Service Canada pour trouver le bureau le plus près de chez vous proposant de vous délivrer un NAS. C’est là que vous pourrez faire votre demande de numéro d’assurance sociale (NAS)/Social Insurance Number (SIN), en personne.

Pour plus d’informations sur le NAS, consultez notre dossier consacré à l’obtention du NAS.

Précautions à prendre

Votre NAS vous sera systématiquement demandé par votre employeur ou votre banque si vous ouvrez un compte qui vous rapporte des intérêts, notamment. Les organismes qui exigent votre NAS sont généralement ceux qui seront amenés à vous verser de l’argent. Certains autres organismes vous le demandent, mais sachez que vous n’êtes pas obligé de le fournir. Il est conseillé de garder votre NAS le plus confidentiel possible.

Pour en savoir plus sur les précautions à prendre avec votre NAS/SIN, rendez vous sur le site Service Canada.

Ouvrir un compte en banque au Canada

Si vous pensez travailler et gagner de l’argent au Canada, il va vous falloir un compte bancaire. En effet, les employeurs canadiens ne paieront pas vos salaires sur un compte étranger, cela engendrerait des frais supplémentaires pour eux.

Ce ne sont pas les établissements bancaires qui manquent au Canada. Il est possible d’ouvrir un compte bancaire avant d’arriver au Canada (sur Internet) ou de le faire en personne, sur place.

Liens utiles :

Comment transférer son argent au Canada ?

La méthode la plus intéressante est de passer par un organisme spécialisé dans les transferts d’argent (et non par une banque), c’est plus rapide, les frais de transferts sont moins élevés et le taux de change est meilleur ! Via pvtistes.net, vous bénéficiez d’un premier transfert d’argent vers le Canada sans frais avec Wise. Vous recevrez votre argent sous 3 jours.

L’arrivée au Canada : prévoir les premières dépenses

Les autorités canadiennes exigent que les pvtistes aient au moins 2 500 $CA d’économies pour pouvoir subvenir à leurs besoins pendant les 3 premiers mois du PVT. Il faut noter que cette somme peut très vite s’épuiser si vous avez décidé d’atterrir dans une ville coûteuse et si vous ne trouvez pas d’emploi rapidement. Concrètement quelles sont les dépenses qui vous attendent à votre arrivée ?

Le coût du transport en arrivant

En arrivant, vous prendrez sans doute un taxi, une navette ou un bus de l’aéroport à l’endroit où vous passerez votre première nuit. Le prix dépend bien évidemment de la distance à parcourir, mais comptez entre 15 et 70 $ en fonction de votre point de chute !

À moins d’avoir trouvé un appartement depuis la France, il faudra payer quelques nuits dans une auberge de jeunesse ou tout autre logement temporaire (hôtel, appartement touristique). Comptez au moins 22 euros (soit environ 30 $) par personne et par nuit ! Pour une semaine, prévoyez donc au minimum 150 euros par personne.

Pensez également aux frais de transport sur le moyen terme, qui ne sont pas négligeables. À moins d’avoir un logement temporaire très central, vous aurez probablement besoin d’un pass illimité de transport en commun pour vous rendre à des visites d’appartement ou à des entretiens d’embauche (on vous le souhaite !). Vous pouvez comptez par exemple 156 $ pour un pass mensuel à Toronto.

Le coût des premières semaines de logement

Pour vous loger de façon temporaire en arrivant au Canada, à moins d’être logé par un proche ou d’opter pour le Couchsurfing, vous devez prévoir un budget pour vous loger :

  • Une auberge de jeunesse ou un hôtel (à partir de 20 euros pour une nuit en dortoir dans une auberge). Vous pouvez comparer les prix sur des sites tels que Hostelworld ou Booking.
  • Un logement en Airbnb. On peut là aussi se loger pour une vingtaine d’euros par nuit, en louant une chambre chez quelqu’un. Les prix grimpent pour un logement entier. À Toronto et à Vancouver, par exemple, les prix ont tendance à être plus élevés qu’à Montréal.

    Si vous n’avez jamais réservé sur Airbnb, n’hésitez pas à utiliser ce lien pour bénéficier d’une réduction allant jusqu’à 50 euros, sur votre première réservation. Cette réduction dépend du montant de votre première réservation. En savoir plus.

Les coûts liés au logement à plus long terme

Au moment de vous installer dans un appartement, il faudra sans doute payer un ou deux mois (voire plus !) de loyer d’avance. Cela dépend de votre budget mais comptez entre 450 et 1 500 $ par mois, en fonction de votre ville de destination mais également du standard, de la localisation et de la superficie de votre logement. Une colocation vous reviendra évidemment moins cher qu’un appartement, et dans les villes où le logement est rare, ça sera la solution la plus rapide (les annonces restent nombreuses). Pour plus d’informations, consultez notre dossier Le logement au Canada.

Pour ceux qui trouveront un appartement non-meublé, les magasins d’occasion et les sites de vente entre particuliers (Kijiji, Craigslist, Facebook Marketplace) proposent de bonnes aubaines (sinon, Ikea est là !). Dollarama est un magasin présent sur tout le territoire canadien, où vous trouverez des articles d’ameublement et de cuisine (entre autres) de qualité moyenne, à un prix très bas.

Les autres dépenses à prévoir les premiers mois

Pendant votre premier mois au Canada, au delà des frais liés à l’aménagement de votre appartement ou de votre chambre, vous aurez d’autres frais à envisager : un forfait téléphonique (au minimum à 25 $ pour un forfait correct, la téléphonie étant plus chère au Canada), un forfait Internet pour votre logement (au minimum 45 $ par mois), quelques sorties pour réseauter et vous créer un nouveau cercle d’amis, éventuellement quelques vêtements « oubliés », les frais bancaires de transfert d’argent, etc…

Plusieurs dossiers à consulter :

Voilà pourquoi il est nécessaire de partir avec des économies ! Notez qu’un virement depuis la France prend de 4 à 15 jours selon les banques. Si vous optez pour un virement d’argent via Wise (avec des taux de change plus intéressants que ceux des banques), il faut compter 1/2 jours. Si vous optez pour un transfert via Wise, vous bénéficiez, via pvtistes.net, d’un premier transfert sans frais à hauteur d’environ 3 500 euros.

Chercher un logement en arrivant au Canada

Une fois la première semaine passée, vous aurez envie soit de vous implanter sur le plus long terme dans la ville où vous avez atterri (et donc, chercher un logement plus permanent) ou alors la quitter pour aller tenter votre chance ailleurs ! Si vous êtes dans le premier cas, la recherche d’appartement ou de colocation commence !

Les deux gros sites de recherche d’appartement au Canada sont Kijiji et Craigslist. Certains pvtistes commencent à chercher leur logement avant de partir au Canada, mais pour éviter toute mauvaise surprise, il est conseillé de chercher un appartement uniquement une fois sur place, surtout s’il s’agit d’une colocation. Idéalement, ne vous engagez pas à donner de l’argent si vous n’avez pas visité l’appartement, et si vous n’êtes pas certain des garanties que l’on peut vous donner.
Pour plus d’informations, consultez nos dossiers Le logement au Canada et Évitez les arnaques en PVT.

Si les démarches administratives pour trouver un logement au Canada étaient plus simples qu’en France et en Belgique pendant des années, c’est moins le cas aujourd’hui dans les plus grandes villes canadiennes (Montréal, Toronto et Vancouver, notamment), où les annonces sont rares. Les propriétaires peuvent demander plus de garanties à leurs futurs locataires (références, enquête de crédit), ce qui est difficile à fournir en étant arrivé sur le territoire canadien depuis peu. Les colocations offrent une plus grande souplesse de ce côté-là.

Vous pouvez également consulter notre section Annonces. N’hésitez pas à rentrer dans le hall des immeubles, il y a souvent des annonces d’appartement à louer et si vous aimez tout particulièrement un quartier, vous pouvez simplement vous balader dans les rues pour apercevoir les panneaux « For rent / A louer ».

N’oubliez pas de souscrire une assurance habitation : elle n’est pas obligatoire au Canada, mais elle est indispensable !

Trouver un emploi au Canada

Sachez tout d’abord que le CV français/belge est très différent du CV ou« resume » canadien.

Voici quelques discussions de notre forum et articles qui devraient vous intéresser :

Aide aux pvtistes – des organismes peuvent aider les nouveaux arrivants à refaire leur CV ou à chercher un emploi.

À Montréal

À Québec

On vous recommande également Danielle Staraci qui vous propose une aide (payante, mais au vu des commentaires très positifs des pvtistes, ça vaut le coup !), qui a d’autre part répondu à nos questions sur 7 sujets importants :

À Toronto

À Vancouver

Chercher un premier emploi bénévole ou rémunéré

Au Canada, le bénévolat fait partie des mœurs, tout le monde en a fait au moins une fois et tout le monde trouve ça normal. Pour vous faire une première expérience professionnelle canadienne, envisagez donc cette possibilité si vous avez du mal à trouver du travail ou si l’expérience vous intéresse.

Pour trouver du travail, consultez des sites tels que Guichet Emplois (un site très complet du gouvernement sur la recherche d’emploi), Workopolis ou Monster, ainsi que notre section Emploi.

Vous pouvez également vous rendre directement sur les sites Internet des sociétés dans lesquelles vous aimeriez travailler et essayer d’entrer en contact avec le plus de gens possible. Pour les trouver, vous pouvez par exemple vous rendre sur le site d’Industrie Canada et chercher les entreprises par nom, par localisation ou par secteur d’activité par exemple. Le réseautage, c’est la clé de l’emploi au Canada. Contactez les connaissances de vos connaissances et parlez de votre recherche d’emploi à tous les gens que vous rencontrez, sans pour autant ne parler que de ça !

Vous pouvez aussi vous tourner vers les agences d’intérim (on parle souvent d’agences de placement) et enfin, donner votre CV directement dans les magasins et cafés qui vous plaisent. Dans ce cas, essayez de le donner directement au cadre de l’établissement et n’hésitez pas à revenir ou rappeler quelques jours plus tard pour montrer votre intérêt pour le job.

Ouvrir une ligne téléphonique et avoir Internet

Le Canada est moins développé que la France et la Belgique en matière de téléphonie mobile et d’Internet. Les prix sont plus élevés et beaucoup de service sont payants et en option : les forfaits de données téléphoniques et Internet ne sont parfois pas illimités, les appels sortants payants, la messagerie vocale et les SMS aussi, etc… Ne vous attendez pas du tout au même rapport qualité – prix que d’habitude !

Nous vous avons préparé deux dossiers vous permettant d’y voir plus clair :

La procédure d’échange de permis et l’achat de voiture au Canada

Ce n’est pas une démarche systématique pour tous les pvtistes, mais en fonction de la ville dans laquelle vous allez vous installer, de l’emploi que vous allez trouver ou des aspirations de voyage que vous allez avoir, l’achat de voiture peut s’avérer indispensable.
Renseignez-vous préalablement sur les procédures d’échange de permis, en fonction des provinces : L’échange de permis de conduire au Canada. L’échange de permis est souvent obligatoire à partir d’un certain nombre de mois passés dans une province. Les démarches varient en fonction des provinces et de la provenance du permis de conduire initial.

Nous vous proposons plusieurs articles concernant l’achat de voiture au Canada, afin d’y voir plus clair :

Améliorer son anglais au Canada : prendre des cours d’anglais (réductions)

À votre arrivée, vous pouvez envisager de prendre des cours d’anglais pour vous immerger un peu plus encore dans un environnement anglophone. Les étudiants viennent généralement d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Sud, l’occasion idéale de pratiquer l’anglais au maximum avec eux et de faire des premières rencontres.

Il existe beaucoup d’écoles, à vous de voir ce qui vous correspond le mieux (en terme de qualité et de tarifs). Notez que, via pvtistes.net, vous bénéficiez de :

  • Jusqu’à 10 % de réduction sur les cours de langues ATPAL (Montréal uniquement). Plus d’infos…
  • Vous bénéficiez également de 20 % de réduction sur vos cours d’anglais en ligne sur Babbel. Plus d’infos…

Commencer à profiter du « V » de votre PVT ?

Attention : si vous souhaitez commencer votre PVT par un voyage touristique, assurez-vous d’avoir les fonds nécessaires pour vous permettre de voyager sans entrée d’argent pendant vos semaines de voyage, mais aussi pour les semaines entre votre voyage et votre entrée en poste. Mieux vaut prévenir que guérir et éviter de rentrer prématurément car vous avez mal budgéter votre séjour !

Après avoir effectué toutes les démarches administratives nécessaires en arrivant au Canada (demande du NAS/SIN, ouverture d’un compte en banque, etc), si votre objectif est de partir directement sur la route et de profiter du « V » du PVT (du côté vacances, mais surtout voyage !), vous pourriez envisager de faire du volontariat : Faire du volontariat (HelpX, WWOOF, Workaway) pendant son PVT

Le volontariat chez un hôte peut être particulièrement intéressant si votre niveau d’anglais n’est pas encore assez bon pour vous permettre de postuler à un emploi rémunéré dans le monde du travail « classique ». Cela vous permettra aussi d’avoir une première expérience canadienne, et pourquoi pas une lettre de recommandation de la part de votre hôte, en fonction du travail que vous serez amené à faire pour lui.

Le Canada est un vaste pays, il faudra donc choisir votre moyen de transport pour voyager, décider de l’achat d’un véhicule ou non… Et si votre séjour est purement touristique, décider ce que vous souhaitez visiter !

Julie

Cofondatrice de pvtistes.net, j'ai fait 2 PVT, au Canada et en Australie. Deux expériences incroyables ! Je vous retrouve régulièrement sur nos comptes Insta et Tiktok @pvtistes avec plein d'infos utiles !
Cofounder of pvtistes.net. I went to Canada and Australia on Working Holiday aventures. It was amazing!

Ajouter à mes favoris
5
15 avis

Connectez-vous pour pouvoir voter.

(253)Commentaires

Annesofille92 I |
Salut Mat, Merci pour ta réponse !
Grrr oui j’imaginais bien que ça pouvait poser pb ! En fait, j’ai eu des changements pro et perso depuis que j’ai obtenu mon PVT et ne suis malheureusement plus sûre de pouvoir en profiter. Je pars deux semaines en vacances au Canada et voulais donc en profiter pour le valider just in case … Je voulais donc simplement une assurance pas trop cher qui me permette de le valider et j’en aurai prise une plus complète si jamais je suis amenée a y revenir pour plus longtemps Je ne sais pas si je suis très claire, hihi ?
Pliz I |
Bonjour,
Rien ne dit que tu ne mettras pas fin à ton contrat avant la reconduction. Il te faut absolument avoir souscrit aux 24 mois avant ton arrivée, vraiment, pour prétendre aux deux ans pour ton permis.
Mathieu I |
Salut AnneSo,
Oui ça risque de te poser problème car ils vont vérifier la durée et si tu n’as pas les 2 années requises, l’agent va raccourcir ton PVT ou pire te refuser l’entrée au Canada mais ça reste rare vu que tu as quand même une assurance…
Par contre, au sujet de ton assurance, assure-toi bien qu’elle est adaptée au PVT parce que ça me semble très étrange qu’elle ne puisse pas t’assurer pour 2 ans.
Si ton assurance n’a pas de bonnes couvertures, ça peut vite se retourner contre toi une fois que tu seras dans le pays de ton PVT car les frais de santé sont extrêmement onéreux. Pourquoi tu n’as pas pris une assurance adaptée pour le PVT comme Globe PVT ?
Annesofille92 I |
Hello, Trop chouette cet article comme d’hab !
Concernant l’assurance, j’ai bien compris qu’il en fallait une qui couvrait la durée du séjour. La mienne me propose un contrat d’un an avec reconduction tacite. Pensez-vous que cela puisse poser un pb à l’immigration pour que mon PVT canada soit valable 2 ans ?
Merci d’avance pour votre réponse !
Celsina I |
Bonjour,
J’ai lue sur un forum que lors de l’arrivé au canada nous devons avoir les copies des documents que nous avons fournis lors de la demande du PVT. L’ayant fait il y a quelques temps je ne me souvenais plus si j’avais envoyé une photo avec nos dimensions ou celles USA comme lors d’un Visa Américain. Merci pour ton lien j’ai eu la réponse à ma question
Pliz I |
Bonjour,
Tu commentes un dossier sur l’arrivée au Canada. de quelle photo parles-tu ? de celle qu’il faut joindre à la demande de permis EIC ? Si c’est ça, je te conseille de lire un autre dossier, plus adapté (les préparatifs pour l’arrivée au Canada arrivant en toute fin, une fois que tu as obtenu ta lettre de correspondance, si tu en obtiens une) : EIC Canada - Tutoriel JP, Stage, VIE et PVT Canada 2018
Celsina I |
Super article !! Beaucoup d’information et l’essentiel.
J’ai juste une petite question concernant la photo… est-ce une photo a » dimension spéciale » comme les usa par exemple ?
Merci pour vos réponses .
delphine I |
Merci.
Julie I |
Salut Delphine,
Le casier judiciaire ne peut t’être demandé que pendant la demande de permis, donc aucun souci pour l’arrivée au Canada, tu n’en as pas besoin
delphine I |
Bonjour j ai obtenu le pvt Canada en mars dernier je pars donc bientôt
Pour les documents à envoyer notamment es extraits de casier judiciaire dois je en demander de nouveau ?