Trouver un logement en Australie

Chapitre 5 : Vivre dans son véhicule en Australie

Date de publication : 18-03-2021

Auteur

Julie

Vivre dans son véhicule en Australie

Vivre dans un véhicule (que ce soit un van, un 4×4 ou une voiture) ou dans une tente peut s’avérer une solution économique et très pratique pour explorer un territoire aussi grand que l’Australie.

Néanmoins, vous ne pouvez pas stationner partout : certaines villes et certains comtés interdisent toute forme de camping en dehors des zones autorisées et vous vous exposez à des amendes salées si vous êtes pris en train de camper. Si vous tombez sur un ranger ou un responsable plutôt clément, il vous demandera de partir. Autrement, vous pourriez récolter une belle amende de plusieurs centaines de dollars (plusieurs milliers de dollars dans certains coins !).

Van vs 4×4 vs break…

Le van

Le van vous permet de dormir dedans en permanence. Selon sa taille et son aménagement, vous avez la possibilité d’y installer une petite cuisine, entre l’espace conducteur et l’espace lit (ce qui vous permet de cuisiner directement dans votre van) ou à l’arrière du van (ce qui vous permet de cuisiner depuis l’extérieur). L’inconvénient principal d’un van est que l’accès à certaines routes vous sera interdit, parce que vous ne disposez pas d’un véhicule à 4 roues motrices (sauf si vous avez la chance d’avoir un van 4×4 !).

Le 4×4 

Selon le modèle de 4×4 que vous avez, vous pourriez envisager d’y dormir, un peu comme dans un van. Autrement, beaucoup de  pvtistes avec un 4×4 préfèrent l’option de la tente de toit. Toutes vos affaires se trouvent dans l’habitacle de votre voiture, et le soir, vous dépliez votre tente de toit et vous dormez au dessus de votre 4×4. L’inconvénient de cette solution est le manque de discrétion : dormir dans une tente de toit se voit. Par ailleurs, en cas de tempête, dormir dans une tente de toit n’est pas forcément évident. Enfin, si vous devez vous lever la nuit, vous aurez à crapahuter pour pouvoir sortir de votre tente en hauteur.

Le break 

Le break est une bonne option, en particulier pour les personnes seules. Le break vous permet de dormir à l’intérieur de votre véhicule, tout en ne nécessitant pas forcément le même budget qu’un van. Toutefois, le break pourrait être un petit peu pour 2 personnes (mais cela reste envisageable). Le break peut souvent être 4×4.

Si vous êtes en couple, une autre option consiste à cumuler un break avec une tente (une tente de toit ou une tente « classique », mais de qualité). Vous disposerez de l’espace nécessaire pour vos affaires à l’arrière, et vous pourrez utiliser une tente confortable pour la vie de tous les jours.

Optez alors pour une tente de qualité, suffisamment ventilée, waterproof et spacieuse (comme vous n’aurez pas à porter votre tente, vous n’avez pas à vous soucier de son poids). Vous devez trouver une tente qui vous protègera de la chaleur, et vous gardera au chaud pendant les nuits avec des températures douces (très courant en Australie, notamment dans le désert).

Un autre type de voiture ? 

Un certain nombre de pvtistes optent aussi pour des véhicules de type monospace. Cette option se rapproche du van mais les prix sont souvent un peu moins élevés.

Si vous optez pour un véhicule plus petit, vous n’allez pas forcément dormir dans votre voiture, mais vous pourrez faire du camping.

Pour en savoir plus sur l’achat d’un véhicule en Australie, n’hésitez pas à consulter notre dossier Acheter une voiture ou un van en Australie.

Les différents types de camping / lieux pour dormir

Il existe différents endroits où il est possible de dormir en Australie.

Les « free camps »

Ce sont ceux recherchés en priorité par les pvtistes puisque, comme leur nom l’indique, ce sont des campings gratuits ! On peut les trouver dans la nature, ou dans certaines petites localités. Certains de ces free camps nécessitent que votre véhicule soit self-contained (vous disposez de réserves d’eau propre, de bidons pour vos eaux sales et vous pouvez faire vos besoins dans votre véhicule). Pour voir à quoi ressemble cette démarche, voici le témoignage de pvtistes en Nouvelle-Zélande.

Certaines localités proposent des campings gratuits pour encourager les touristes à passer par chez elles, et faire vivre les commerces du village. N’hésitez pas, si vous y campez, à faire vos petites courses sur place ou à acheter un café en repartant. Pour continuer à proposer des campings gratuits, ces municipalités doivent y voir un véritable intérêt. Le confort des free camps est généralement plutôt sommaire. Même s’ils sont souvent équipés de toilettes, et parfois même de barbecues à gaz, ça n’est pas toujours le cas. Notez par ailleurs qu’il est très rare de trouver des free camps sur la côte. Il faut souvent entrer dans les terres pour avoir plus de chances d’en trouver.

Parmi les free camps, on peut citer les campings des forêts d’État (State Forests) qui sont généralement gratuits et assez isolés dans pas mal de forêts à travers l’Australie. Renseignez-vous, il n’y a pas toujours de toilettes.

Les rest areas (aires de repos)

Les rest areas sont aussi des free camps, mais nous avons préféré leur attribuer une catégorie spécifique. Il s’agit d’aires de repos spécifiques où passer la nuit est parfois autorisé. Il n’est pas toujours possible de dormir sur des rest areas, renseignez-vous avant de vous y installer (sur Wikicamps ou Camps, par exemple). Bien sûr, il ne s’agit pas de s’y installer pour plusieurs jours (une limitation de 12, 24 ou 48 heures s’applique souvent), mais simplement de s’y arrêter pour une nuit, avant de reprendre le volant.

On trouve ces aires de repos le long de nombreuses routes australiennes. On y trouve parfois des « driver revivers« , des lieux où il est possible d’obtenir un café, un thé ou des petits biscuits gratuitement. Ils ne sont toutefois pas ouverts en permanence, mais plutôt pendant les jours fériés ou les vacances. Le but est d’encourager les conducteurs à faire une pause et réduire les risques d’accident.

Les campings municipaux / communautaires sur donation ou à prix très réduit

Il existe également des campings très simples, ouverts par les municipalités, pour, là aussi, encourager les touristes à s’arrêter pour quelques heures au moins dans la ville. On trouve le plus souvent des toilettes à proximité, et parfois même des douches. Certains de ces campings fonctionnent sur donation : il y a des guichets automatiques, ou vous devez déposer une petite somme dans une enveloppe.

Les campings sur les parkings des hôtels

Dans certaines petites villes ou dans des endroits un peu isolés, certains hôtels ou cafés offrent la possibilité aux vans et caravanes de passer la nuit sur le parking de leur établissement. Le deal est souvent d’aller prendre une bière ou un repas (souvent peu coûteux) chez eux contre le camping gratuit. Dans certains cas, il est possible de prendre une douche (parfois payante, parfois gratuite) ou de bénéficier d’électricité (idem). Parfois, les toilettes ne sont ouvertes qu’en journée, et certains établissements n’acceptent que les véhicules self-contained.

Les personnes en tentes ne sont souvent pas les bienvenues.

Les showgrounds /ovals

L’expression showground est difficilement traduisible en français. Le showground peut accueillir différents événements : parfois, il s’agit du stade municipal, d’un espace dédié aux foires, d’un hippodrome. L’oval, lui, est l’équivalent du terrain de foot en France. Il s’agit du terrain pour pratiquer le cricket et le football australien (l’AFL ou le footy). En bref, le showground et l’oval sont des terrains assez grands et plats. Dans certaines municipalités, les showgrounds et les ovals peuvent accueillir les campeurs contre une petite somme d’argent. Vous y trouverez tout le temps des toilettes et très souvent des douches. Il est même possible de bénéficier d’un site avec de l’électricité. Certains showgrounds, notamment dans les zones touristiques, ont parfois un nombre limité de places et il est recommandé d’arriver tôt ou de réserver (quand c’est possible).

Les campings des parcs nationaux

Les États australiens gèrent eux-mêmes les campings dans leurs parcs nationaux. Pour cette raison, il n’existe pas de pass pour les campings de tous les États, et les règles, prix et méthodes de paiement varient d’un État à un autre. Selon les situations, on peut y trouver des toilettes (souvent des toilettes sèches) et parfois même des douches (le plus souvent solaires). Notez que les tarifs ci-dessous ne tiennent pas compte des éventuels campings gratuits qui peuvent être proposés dans certains parcs.

Le plus souvent, les prix varient en fonction du lieu et surtout des équipements disponibles sur le campsite.

  • New South Wales : les campings dans les parcs nationaux coûtent entre 0 $ (oui oui, gratuit) et 16 $ par personne. Les campsites peuvent souvent être payés sur place, réservés en ligne ou par téléphone. Il existe également des bureaux National Parks and Wildlife Service où vous pouvez effectuer des réservations. En haute saison, dans les campings les plus populaires, on vous recommande de réserver bien en avance.
  • Queensland : le Queensland a mis en place un système de réservation en ligne pour l’ensemble de ses campings. Après avoir créé un compte, vous êtes en mesure de réserver votre camping en quelques minutes seulement sur leur site Internet (à faire avant d’arriver sur le camping). Il est aussi possible d’obtenir un permis de camping dans des bureaux du Queensland ou à des kiosques en libre service, il est aussi possible de faire une réservation par téléphone. Tous les campings des parcs nationaux du Queensland ont le même prix : 6,55 $ par nuit et par personne.
  • Northern Territory : les campings des national parks, classés en 3 catégories, peuvent être payés directement à l’arrivée. Les campings de catégorie C peuvent être réservés en avance (en ligne, par téléphone ou dans des bureaux du Northern Territory). Les prix varient de 3,30 à 6,60 $ par personne et par nuit pour les campsites de catégories A et B, et sont variables pour les campings de catégorie C.
  • Western Australia : les campings les plus populaires peuvent être réservés en ligne. Pour d’autres campings, il est parfois nécessaire de payer directement en ligne, de laisser votre argent dans une honesty box, ou même d’attendre le passage quotidien du ranger qui vient récupérer les paiements des différents sites. Comptez 8 $ par personne pour un camping très basique (équipé éventuellement de toilettes) et 11 $ par personne pour un camping un peu mieux équipé (toilettes, éventuellement une douche, un abri pour le pique-nique…). Dans certains parcs (King Leopold Ranges, Purnululu, Windjana Gorge, Dirk Hartog Island), il faut parfois payer plus, de 13 à 20 $ par personne et par nuit.
  • South Australia : les parcs nationaux en South Australia doivent être réservés et payés avant votre arrivée. Vous pouvez le faire en ligne via leur système de réservation en ligne, ou bien vous adresser à un agent qui pourra le faire pour vous. Comptez le plus souvent entre 9 et 20 $ par personne et par nuit selon les parcs et les équipements dans les campings. Les prix peuvent être plus élevés dans certains campings avec des équipements spécifiques (comme des sites avec de l’électricité), dépassant ainsi les 25-30 $.
  • Tasmanie : la Tasmanie ne dispose pas encore, pour le moment, d’un large service de réservation en ligne. Les frais de camping (quand il y en a), sont à payer le plus souvent sur place, dans un bureau ou via un système d’enregistrement (des petites enveloppes mises à disposition pour effectuer le paiement). Pour certains campings, il faut parfois passer par le visitor centre. Les prix sont variables, mais il faut souvent compter autour de 13 $ pour 2 personnes (des frais supplémentaires s’appliquent alors pour les personnes suivantes).
  • Victoria : quand le camping dans un parc national est payant, il faut obligatoirement le réserver et le payer en amont, soit en ligne, soit par téléphone. Dans le Victoria, les prix ne sont souvent pas par personne, mais par site. Les prix varient selon les périodes (saison haute – saison basse – mi-saison) : comptez entre 22 et 30 $ environ pour certains sites, et, quand le prix est indiqué par personne, il faut compter autour de 9-11 $ la nuit.

En plus du prix du camping, l’entrée dans les parcs nationaux est souvent payante (si elle n’est pas incluse dans le prix du camping).

Attention aux périodes d’affluence : à certains moments de l’année, il peut être très compliqué de trouver une place de camping dans un parc national et il est fortement recommandé de réserver ses nuits en avance. Les pires périodes sont celles des grandes vacances de Noël (entre mi-décembre et mi-février, et surtout entre le 20 décembre et le 2 janvier), de Pâques et tous les week-ends entre le printemps et l’été. Il faut alors soit réserver bien en avance, soit arriver très tôt, si une réservation en ligne, par téléphone ou via un visitor centre n’est pas possible.

Les campings privés / les caravan parks

Des campings indépendants aux grandes chaînes, il existe une multitude de campings privés en Australie. Si certains campings sont exclusivement dédiés aux touristes, d’autres accueillent également des travailleurs saisonniers (présents sur le camping pendant plusieurs mois) et des permanents. Les sites offrent le plus souvent des sites powered (avec l’accès à une prise de courant et un robinet) ou des sites unpowered (sans électricité). Les campings sont aussi équipés de sanitaires avec des accès libres, à clé, à code ou à carte. Certains campings sont aussi équipés d’une camp-kitchen, un endroit clos ou à l’extérieur où il est possible de faire une petite vaisselle, cuisiner et où on trouve un frigo.

Les campings les plus chers se trouvent le plus souvent sur la côte, dans les grandes villes (aucun camping ne se trouve en centre-ville, il faut forcément s’en éloigner un peu) ou dans les endroits particulièrement touristiques. Pour un site avec du power, comptez en moyenne 30-40 $. Pour les sites sans électricité, vous trouverez rarement un camping à moins de 20 $ (c’est plutôt dans les 30 $ en général).

Les prix indiqués sont le plus souvent pour un site, ou au moins pour 2 personnes (des frais supplémentaires s’appliquent parfois quand vous êtes 3, 4 ou plus).

Camping et travail saisonnier

Camper tout en faisant du travail saisonnier est tout à fait possible. Si vous trouvez un bon free camp à côté d’un boulot, vous pouvez faire de grosses économies puisque vous n’avez aucun loyer à payer. L’inconvénient, c’est que les free camps disposent très rarement de douches (en particulier de douches chaudes), rendant l’expérience moins confortable (la bonne douche chaude est un vrai plus pour se sentir mieux après une grosse journée de boulot sous le soleil australien, ou même dans le froid). Par ailleurs, un free camp a souvent une durée maximale pendant laquelle vous pouvez rester (36 heures par période de 30 jours, par exemple). Opter pour un camping payant est une option un peu plus confortable.

La plupart des campings payants proposent des offres à la semaine (une centaine de dollars environ). Ça peut être un bon type de logement pour faire du travail saisonnier en Australie : ils sont plus confortables qu’un free camp (accès à des douches chaudes, présence d’une camp kitchen…).

Il existe quelques réseaux assez importants de holiday parks, qui proposent des cartes (payantes, le plus souvent) qui vous permettent de bénéficier de réductions à chaque fois que vous restez dans l’un des campings du réseau. On peut ainsi citer Big4 (50 $ – 10% de réduction), Kui Parks (28 $AU – 10% de réduction) et Top Parks/Discovery Parks (40 % – 10% de réduction).

Où se poser quelques jours quand on s’arrête en ville ?

Certaines grandes villes australiennes disposent d’une offre de campings privés à proximité. Vous n’êtes pas dans le centre-ville, mais vous pouvez généralement le rejoindre en transport en commun (bus, train…), ce qui vous permet de poser votre voiture sans avoir à payer de parking avant d’aller vous balader en ville.

Vous pouvez aussi opter pour l’option Airbnb, en vous assurant que votre hôte dispose d’une place de parking à proximité pour garer votre véhicule. En cherchant un logement en banlieue et en avance, vous pouvez tout à fait trouver des tarifs raisonnables.

Certaines auberges de jeunesse (de plus en plus rares, malheureusement) vous permettent de vous garer sur leur parking, et de bénéficier de leurs équipements (notamment une douche) pour quelques dizaines de dollars.

Quelles applications mobiles pour trouver des campsites ?

Nous avons testé pour vous deux des principales applications mobiles offrant un service pour trouver des campsites en Australie :

  • Wikicamps : un outil collaboratif listant les campings en Australie.
  • Camps Australia : la version mobile du livre Camps 9. L’appli est beaucoup moins chère que la version papier (la version papier présente l’avantage de disposer d’une carte routière qui indique notamment les points d’intérêts du pays).

Les deux applications, pour les avoir testées, présentent chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

Wikicamps : environ 8 $AU (dispo sur IOS, Android et Windows)

Les + : c’est l’application la plus populaire d’Australie, les informations y sont très souvent à jour, les retours des voyageurs nous permettent de connaître les prix récemment pratiqués et d’avoir des avis sur les différents campings. C’est une application idéale pour avoir des infos à jour. Par ailleurs, Wikicamps ne se contente pas de vous indiquer les campsites. Vous pouvez aussi y trouver des infos sur les douches ou les laveries disponibles ici et là, sur les points d’intérêt à visiter ou encore sur les lieux où vous pouvez vous garer.

Les – : leur système de filtres, efficace au demeurant, ne permet pas de trier les campsites par prix. On peut appliquer un filtre pour trouver les campings gratuits ou payants, mais cela s’arrête là. Par ailleurs, les autres points d’intérêts et parkings disponibles ne sont pas forcément facilement lisibles et trouvables sur l’app. Il faut parfois consulter tous les points sur la carte pour trouver ce que l’on cherche.

Camps Australia Wide : 9,99 $AU (dispo sur IOS et Android)

Les + : la possibilité de trier les campsites pour distinguer ceux qui sont gratuits, ceux qui ont un prix raisonnable et ceux réservés aux budgets plus élevés. Contrairement à Wikicamps, vous n’avez pas à cliquer sur chaque campsite du coin pour connaître son prix.

Les – : le nombre de retours est insuffisant lorsqu’on le compare à Wikicamps. Les prix ne sont pas forcément à jour (parfois plus chers, parfois moins chers). Par ailleurs, que l’app se focalise sur les campings, c’est pas mal, mais on regrette qu’il manque les douches et éventuellement certains points d’intérêts qui sont en revanche visibles sur la version papier.

À noter : ces deux applis n’ont d’intérêt que si vous disposez d’Internet. En effet, les retours d’expérience (commentaires et derniers prix) ne sont disponibles que lorsque vous êtes connecté à Internet… Même si les cartes en ligne vous indiquent les emplacements des campings, vous n’aurez pas vraiment d’autres infos en étant hors ligne (avis sur le camping, derniers prix pratiqués…).

Verdict : Wikicamps est à notre avis l’app la plus complète. Même si son système de filtres n’est pas des plus efficaces, elle donne toutes les infos nécessaires pour vivre dans son véhicule et les avis des autres utilisateurs permettent le plus souvent d’avoir des infos plutôt à jour.

Les feux de camps

Les Australiens sont fans de feux de camps et il est commun, en dehors des saisons sèches, de faire des feux dans certains campings. Si c’est votre cas, vous devrez rapporter votre bois et respecter scrupuleusement les consignes de sécurité. Dans certains coins, les feux sont bannis en permanence, quand dans d’autres, les feux sont bannis à certaines périodes spécifiques. Par ailleurs, il n’est parfois autorisé de faire que des petits feux dans des braseros, pour limiter les risques de propagation (les braseros se trouvent parfois directement sur le campsite).

Attention à bien apporter votre bois avec vous. Il est tout à fait illégal de ramasser ou de couper du bois dans des parcs nationaux. Même tombé au sol, le bois est une source de biodiversité et accueille notamment des oiseaux, des animaux et des insectes.

Où se laver ? Où trouver de l’électricité ? Internet ?

Les douches

Pour vous doucher, vous trouverez dans certains villages des douches à disposition dans les toilettes publiques (c’est plutôt rare, mais ça arrive). Sur les côtes, il y a très souvent des douches à proximité des plages.

Il peut juste s’agir d’une douche à l’extérieur ou de douche situées dans les toilettes ou avec une « changing room ». Pour les douches à proximité des plages, vous aurez le plus souvent accès à des douches froides.

Vous pouvez également trouver régulièrement des douches dans les stations-service ou les road-houses. Pour quelques dollars, on vous laissera le plus souvent prendre une petite douche de quelques minutes. Vous pouvez aussi tenter votre chance dans des auberges de jeunesse ou dans les piscines municipales.
L’application Wikicamps peut vous indiquer ce genre d’informations !

Dans les campings privés, vous trouverez quasiment tout le temps des douches communes avec de l’eau chaude.
Sinon, il vous reste la bonne vieille méthode du gant de toilette (bien mieux pour l’environnement que les lingettes jetables), en vous payant un vrai camping une à deux fois par semaine pour prendre une vraie bonne douche (si vous n’en avez pas trouvé ailleurs).

Électricité

Dans votre véhicule

Vous disposez en gros de trois options :

  • Dans les campings : si vous allez dans un camping, les sites avec de l’électricité (powered campsites) sont souvent plus chers que ceux qui n’en ont pas (unpowered). Si vous voyagez dans un van qui ne dispose pas d’un système électrique, ou si vous êtes en tente, vous pouvez toujours acheter une rallonge (utilisable en extérieur) pour bénéficier du courant et recharger vos appareils électriques (pensez à la multiprise). Dans un certain nombre de campings, notamment ceux équipés d’une petite cuisine intérieure ou extérieure (camp kitchen), il est aussi possible de trouver une prise pour y brancher votre téléphone quelques heures, le temps de vous cuisiner un bon petit plat, par exemple.
  • Une seconde batterie auxiliaire : vous pouvez également installer un système électrique dans votre van en installant une seconde batterie. Il s’agit d’une batterie auxiliaire qui se recharge en roulant, mais qui ne vous empêche pas pour autant de démarrer votre véhicule lorsqu’elle est entièrement déchargée et qui ne décharge évidemment pas la batterie principale du véhicule. Cela vous donnera quelques heures d’électricité en soirée.
  • Vous avez aussi la possibilité de brancher – uniquement quand vous roulez (sous peine de vous retrouver avec une batterie à plat) – un port USB ou un convertisseur directement à l’allume-cigare de votre véhicule. Sur le port USB, vous pourrez brancher 1 ou 2 appareils (selon le type de port USB). Sur un convertisseur (converter en anglais), il est généralement possible de brancher une prise, telle qu’un ordinateur ou un chargeur de batterie d’appareil-photo, par exemple.

Au quotidien

Pour l’électricité, il faut partir en quête de prises électriques. Certains cafés ou fast foods sont de bons spots pour brancher vos téléphones et différentes batteries, mais il n’y en a pas tout le temps. Les bibliothèques restent souvent la meilleure option. Pensez à avoir avec vous une multiprise pour pouvoir charger plusieurs appareils en même temps.

Internet

Pour Internet, les bibliothèques sont utiles pour avoir du WiFi, mais certaines proposent une connexion très limitée pour les utilisateurs non inscrits.

Vous pouvez aussi aller dans les galeries marchandes qui proposent le plus souvent du WiFi gratuit. Il en est de même pour McDonalds. En devenant membre (gratuitement) de MyMaccas, vous disposerez d’un WiFi illimité à chacune de vos visites dans un McDonald (limite de connexion de 30 minutes pour les personnes non inscrites). Certains cafés et restaurants offrent aussi le WiFi gratuit.

Vous pourrez également trouver du WiFi dans les magasins/chaines suivant(e)s : Bunnings, Hungry Jacks (limité), OfficeWorks (magasins de matériel de bureau), Starbucks (inexistants en dehors des régions de Melbourne, Sydney et Brisbane…).

Enfin, vous pouvez utiliser la data de votre téléphone, sur un ordinateur, en activant le partage de connexion, aussi souvent appelé hotspot.

Pour les clients de l’opérateur téléphonique Telstra, sachez que vous pouvez disposer du WiFi gratuit et illimité de Telstra Air. Vous avez ainsi accès à environ un million de bornes dans toute l’Australie. Vous pouvez installer l’application Telstra Air sur votre téléphone pour trouver les bornes les plus proches de vous. Elles sont le plus souvent dans les villes et petites villes, installées dans des cabines téléphoniques. Ceci étant dit, toutes les cabines téléphoniques ne proposent pas de borne Telstra Air. Cherchez celles de couleur rose avec le logo du WiFi dessus.

Attention toutefois lorsque vous utilisez un réseau WiFi public. Vos données sont moins protégées qu’avec un réseau privé.

Chapitre 5 sur 6

Évaluation de l'article

5/5 (4)

13 Commentaires

Morgane
0 1
Bonjour, je m’appelle Morgane j’ai 20 ans et je compte partir avec mon copain en Australie d’ici début d’année prochaine début mars maximum !
Nous y allons dans le but de change de vie nous en avons mare de travaille ici sur la Côte d’Azur alors je viens vers vous chers amis pour tout renseignement, aide , conseil, démarche à suivre ect
Je trouve sa toujours mieux de savoir par quoi les gens son passé puis d’échange avec eux plutôt que se renseigne sur internet il y a beaucoup trop de chose je ne sais plus ou regarde ! Merci de nous venir en aide pour qu’on puisse partir au plus vite..
DilanContay
0 2
Bonjour,

Nous sommes 4 et nous avons comme projet de partir 8-9 mois en Australie (Sydney, Melbourne etc…). Nous voudrions louer une maison et donc faire de la collocation tout en trouvant un travail. Y-à t’il des sites nous permettant de trouver ces logements à des prix corrects ?


Merci beaucoup !
Julie
5.1K 13.9K
Ah c’est amusant, pourquoi Hawthorn ? Pour la recherche de logement, je recommande toujours d’attendre d’être sur place, peut-être qu’aucune offre ne se trouve sur Internet mais sur place, il y en aura c’est certain !
Camille
0 2
Bonjour, depuis maintenant longtemps, je souhaiterai habiter en Australie. Bien évidement, quelques renseignements s’imposent!! Hawthorn est ma ville favorite, c’est là-bas que j’aimerai résider A L’ANNEE!!

Quand je cherche un logement dans cette ville ou ce secteur, je ne trouve que des chambres d’hôtels etc. Donc si quelqu’un connait un site ou un moyen autre, toutes les aides sont les bienvenues! Merci
Sandrine
0 4
Le plus sûr je ne sais pas, mais il y a beaucoup d’annonces sur Gumtree et le site ne nécessite aucune inscription au préalable.

Si tu es à Melbourne, il y a des petites annonces postées contre le mur de la librairie Readings sur Lygon Street et aussi sur le tableau accolé au café de Ceres à Brunswick…de là tu peux appeler directement les gens, ce que je recommande plutôt que de fonctionner par échange d’emails, car au moins tu peux « sentir » tout de suite à qui tu as affaire.


Bon courage !
Julie
5.1K 13.9K
Sur tous les sites il y a de super affaires et des arnaques, consulte tous ceux qui sont cités à la 2e page de ce dossier et n’hésite pas à consulter notre dossier sur les arnaques : Eviter les "arnaques" en PVT - pvtistes.net
Cédric
2 22
Bonsoir!

Savez vous quel site est le plus sure et fournis en annonce de coloc ??
Mathieu
981 2.4K
Effectivement des fois il est plus interessant de prendre une chambre double pour 5-6 $ de plus par nuit que payer 2lit en dortoir!

Sachant aussi que ce n’est pas super bien vu les couple dans un meme lit dans une auberge de jeunesse lol et de plus ce n’est pas confortable vu qu’il s’agit de bankbed!


Mais effectivement ne sachant pas sur quelle genre de chambrée vous allez tomber, il serait plus sympa si vous avez les moyens , de vous prendre une chambre double pour le depart! histoire d’avoir un peu d’intimité
arnaud
0 6
Salut Mathieu.

Je me suis peut-être un peu avancé…mais je vois par exemple le « Lamrock Lodge » ou encore le « Noah’s Bondi Beach » à Sydney, où la chambre double est à moins de 50 euros…quand le lit dans un dortoir dans une autre auberge est à une bonne vingtaine d’euros!!!


Mais tu m’a en plus fait réagir !!!!! C’EST LE LIT SIMPLE QUI EST A CE TARIF ???


Donc, si nous sommes 2, et que nous voulons un peu de calme les 1ers jours, la chambre double est sûrement la meilleure solution…Qu’en pense-tu???


Et merci pour ta réponse rapide…
Mathieu
981 2.4K
Oui cela peut être possible mais pourrais tu nous donner des exemple stp Des fois sur certaines auberges tu va trouvé du 36 $ par personnes, et en meme temps des chambres doubles a 78 $

Articles recommandés