Chercher un travail, même dans son pays d’origine n’est pas toujours chose facile. Alors ça peut sembler être une épreuve insurmontable quand il s’agit de le faire à l’étranger, dans un pays qu’on ne connaît pas et dont on ne maîtrise pas toujours la langue.

Nous allons donc vous partager quelques conseils pour vous aider dans votre recherche d’emploi en PVT.

1. Définir votre objectif

Travailler pendant votre PVT signifie-t-il pour vous financer votre voyage ? Le moyen d’apprendre une langue ? L’apprentissage de nouvelles compétences ? Est-ce que vous souhaitez alterner les périodes de voyage et de travail ou seulement travailler sur une longue période ?

Connaître vos objectifs vous aidera à définir vers quels types de postes orienter vos démarches.

Si vous souhaitez apprendre une nouvelle langue et économiser de l’argent pour un road trip, vous pourrez travailler en ferme avec d’autres voyageurs ou en tant que caissier dans une épicerie, par exemple. Si vous souhaitez évoluer dans votre domaine de prédilection, vos recherches seront forcément plus restreintes.

2. S’améliorer dans une autre langue

Selon votre pays de destination, il se peut que vous ne maitrisiez pas la langue : l’anglais, l’espagnol, ou le japonais par exemple.

Ça ne vous empêchera pas de travailler, vous pourrez toujours trouver un job dans un centre d’appels où les clients sont francophones, faire de la plonge dans un restaurant ou bien trier les cerises dans une ferme.

Cependant, avoir quelques bases facilitera les échanges avec les employeurs et vous ouvrira la porte de nombreuses opportunités.

Pour vous améliorer avant et pendant le PVT, pensez à prendre des cours de langues, aux applications mobiles comme Babbel (vous bénéficiez d’ailleurs d’une réduction de 20 % en passant par pvtistes.net), mais aussi à participer à des rencontres entre personnes qui souhaitent échanger dans la langue qui vous intéresse.

3. Adapter son CV et sa lettre de motivation

Adapter son CV et sa lettre de motivation au marché du travail qu’on vise est essentiel.

Comme en France ou en Belgique, adaptez et personnalisez votre CV et votre lettre de motivation, quand celle-ci est pertinente, au poste recherché.

Par exemple, dans un poste dans le tourisme, une lettre de motivation aura du sens ; si vous souhaitez servir dans un bar, il sera souvent plus judicieux de se présenter directement dans l’établissement et de faire un essai.

Pour ce qui est du CV, mettez en avant les compétences liées au poste recherché en priorité, même si ce ne sont pas des compétences qui étaient centrales dans vos expériences passées. Par exemple, la communication, le sens de l’organisation ou le fait d’être rigoureux, qui sont des compétences qu’on peut retrouver dans différents domaines d’activité.

Pensez à vérifier les normes selon votre pays de PVT. Par exemple, au Canada, il est possible de faire 2 pages de CV, il ne faut pas hésiter à être plus descriptif qu’on peut le faire en France. En Corée du sud, vous pouvez faire encore davantage de pages, au Japon, vous devez suivre un modèle pré-établi et vous devrez, contrairement au Canada, ajouter une photo. Au Mexique, une lettre de motivation ne sera pas nécessaire.

N’hésitez pas non plus à contacter un professionnel des ressources humaines qui maîtrise le marché du travail qui vous intéresse pour vous aider à concevoir votre CV ou vous aider à préparer vos entretiens.

Vous retrouverez d’ailleurs dans la rubrique bons plans de pvtistes.net, les contacts d’Angelina et Danielle qui vous accompagneront dans la recherche d’emploi au Canada.

4.Multiplier les sources pour trouver un emploi

Pour chercher le job qui vous correspond, il y aura certainement des ressources différentes.

Si vous cherchez un emploi dans le service : restauration, bar, salon de coiffure, épicerie, vente… Il est sûrement plus pertinent de se déplacer dans le lieu en question ou de passer un appel.

Pour les autres emplois, vous pouvez consulter les sites spécifiques au pays mais aussi LinkedIn, la rubrique emplois de pvtistes.net ou encore les groupes facebook de pvtistes.

Pensez également aux agences d’intérim, aux salons de l’emploi mais aussi à faire du réseautage (en parler autour de vous lors de missions de bénévolat, aux rencontres de pvtistes, aux personnes rencontrées en auberge de jeunesse…).

5. Préparer ses entretiens

Renseignez-vous sur la culture de l’entreprise et du pays où vous postulez.

Entraînez-vous à répondre aux questions courantes des entretiens en anglais ou dans la langue du pays en question.

Révisez quelques mots de vocabulaire du secteur dans lequel vous postulez.

6. Se renseigner sur les autorisations de travail

Seuls, le visa ou le permis de travail ne suffisent pas toujours. Par exemple, au Canada, en plus de votre permis de travail, vous devrez vous munir de votre numéro d’assurance sociale (NAS). En Australie, vous devrez obtenir votre Tax File Number (TFN).

Être au fait de la réglementation avant votre départ vous permettra de gagner du temps sur place et de commencer à travailler rapidement, si c’est votre objectif bien sûr.

7. Se renseigner sur la culture du travail du pays dans lequel on se rend

Familiarisez-vous avec la culture du pays, les coutumes professionnelles et le droit du travail.

Au Canada par exemple, il est très courant de se tutoyer au travail, ne soyez pas surpris. Au Mexique, les heures de travail peuvent être très nombreuses mais la convivialité est essentielle ! En Corée du sud, la hiérarchie est très marquée. Selon votre destination, le poste et l’entreprise choisie, vos expériences de travail seront très différentes !

8. Être flexible

Qu’importe le ou les jobs que vous exercerez, soyez ouverts et flexibles. Le PVT sera certainement une des plus belles expériences de votre vie alors profitez-en !

N’hésitez pas à vous essayer à plusieurs métiers et à vous faire plaisir. Surtout, si un job ne vous correspond pas, ou ne vous plait pas, n’hésitez pas à en changer ! Ne restez pas dans une mauvaise dynamique qui risquerait de gâcher votre PVT.

9. Valoriser son expérience au retour

Que vos expériences de PVT aient un rapport avec votre carrière professionnelle ou non au retour, vous pourrez toujours les valoriser !

En effet, vous aurez forcément appris sur vous et évolué. On pourrait citer l’ouverture d’esprit : travailler à l’étranger vous expose à de nouvelles cultures, à de nouvelles perspectives et idées. Mais aussi l’indépendance : vous apprenez à être autonome, à prendre des décisions et à gérer des situations inconnues.

Vous aurez peut-être perfectionné une nouvelle langue, ce qui est un atout majeur sur le marché du travail.

Quoi qu’il arrive, les nouvelles connaissances et compétences acquises pendant votre PVT seront transférables à un futur poste dans votre pays d’origine ou lors d’un prochain PVT, que ce soit au travail ou dans la vie de tous les jours.

10. Voyager

Travailler oui, mais n’oubliez pas la partie voyage de votre PVT. Que vous optiez pour un PVT nomade ou sédentaire, partez à la découverte de votre pays de destination !

Vous l’aurez compris, le PVT peut être un vrai tremplin aussi bien professionnel que personnel !

Marie

En PVT au Canada de novembre 2021 à 2023, je répondrai à vos questions avec plaisir. Pour le premier trimestre 2024, direction l'Amérique latine !

I moved from France to Canada on a WHV from November 2021 to 2023, followed then by spending the first quarter of 2024 in Latin America! Happy to answer all your questions.

Ajouter à mes favoris

Il n'y a aucune évaluation pour le moment.

Connectez-vous pour pouvoir voter.

Aucun commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment mais n'hésitez pas à ajouter le vôtre 🙂