Le logement au Canada : les différentes options et quartiers, comment trouver ?

Chapitre 2 : Comment choisir son quartier ?

Date de publication : 18-01-2020

Auteur

isa

Comment choisir son quartier ?

Que ce soit lors d'une recherche sur place ou à distance, il est toujours difficile de savoir où emménager, surtout dans une ville que l'on ne connaît pas encore. Il n'y a pas beaucoup de solutions pour remédier à ce problème, à part parcourir les rues canadiennes avec Google Maps, histoire de saisir un peu l'ambiance d'un quartier, ou lire des témoignages de pvtistes. Mais une fois sur place, il n'y a rien de tel que de longues balades dans les quartiers en chair et en os, avec de bonnes chaussures aux pieds ! Un quartier qu'un pvtiste a adoré pourrait ne pas vous plaire : on ne recherche pas tous les mêmes choses ni les mêmes expériences.

Des idées de quartiers où s'installer à Montréal

Avant toutes choses, promenez-vous et visitez ! Montréal est une ville immense et ses quartiers sont extrêmement nombreux. En fonction de vos critères et de vos habitudes, vous pourriez aussi vous sentir bien dans un quartier qui n'est pas cité dans cette liste !

  • Le quartier le plus prisé des pvtistes (et des expatriés français, en général) est le quartier du Plateau Mont-Royal (arrêts de métro : Mont-Royal, Laurier et Rosemont). Très vivant, avec un grand nombre de commerces de qualité et proche du centre-ville, c'est un quartier charmant, mais qui n'est cependant pas accessible à toutes les bourses.
  • Plus au nord, les quartiers de La Petite Italie (jusqu'à Villeray) et de La Petite Patrie sont agréables et bien desservis par les transports en commun. La présence du marché Jean Talon, ouvert toute l'année, est un facteur très attractif, tout comme les nombreux petits restos de quartier. Ce sont des quartiers calmes et familiaux, qui restent cependant animés.
  • Le Mile End est le quartier jeune et branché de Montréal. Dans l'arrondissement du Plateau et le long du boulevard St Laurent, il y fait bon vivre, moyennant finances. Encore familial mais de plus en plus "hipster", le quartier accueille les bars les plus sympas ainsi que les meilleurs bagels en ville. Forte population anglophone et estudiantine.
  • Le Centre-Ville peut être une bonne option pour être au plus près de la vie nocturne et de l'animation !
  • Pour s'immerger dans le Montréal anglophone (l'ouest de la ville, à l'ouest du boulevard St Laurent, est traditionnellement plutôt anglophone), il faut s'orienter du côté du quartier du ghetto McGill ou encore du quartier de Côte-des-Neiges. Les quartiers de la Petite Bourgogne, d'Atwater et de Saint-Henri sont de plus en plus attractifs.
  • Hochelaga, autrefois quartier très populaire, comporte encore des rues moins sécuritaires. Cependant, le quartier a le vent en poupe et connait une grande métamorphose, tout en gardant ses racines populaires. Il en va de même pour Lachine et surtout Verdun qui connait un beau renouveau.
  • On vous citera parfois des quartiers moins agréables, comme Montréal Nord ou Snowdon, mais rassurez vous : Montréal reste une ville très sécuritaire et il est parfois bon de tordre le cou aux préjugés en vous fiant à votre propre impression.

Plus d'infos : Tout savoir sur le PVT à Montréal et notre discussion Les bons quartiers de Montréal.

Des idées de quartiers où s'installer à Toronto

Il existe une multitude de quartiers à Toronto, parfois très différents les uns des autres. Au-delà du quartier, l’un des critères qui devraient primer lors de votre recherche de logement est la proximité avec les transports en commun. Le réseau n’étant pas très développé à Toronto, vous constaterez rapidement qu’il est préférable de se trouver à moins de 5 minutes à pied d’une station de métro, de bus ou de streetcar (surtout en hiver !).

  • La City (CBD) est le cœur de la ville de Toronto, où se trouvent les gratte-ciels, les bâtiments administratifs et les sièges de nombreuses entreprises. Vous y trouverez également des centres commerciaux, des boutiques, bars et des restaurants en tout genre. La plupart des logements à louer dans ce quartier sont des “condos” et ont un loyer élevé.
  • Entertainment District se situe au Sud Ouest du CBD. C’est un quartier très animé le soir et le week-end, où se concentrent bars et boîtes de nuit. Parfait si vous êtes un fêtard, mais à éviter si vous préférez le calme.
  • Little Italy et Little Portugal sont deux quartiers très proches l’un de l’autre, situés à l’Ouest de la ville, à proximité du CBD. On y trouve de très nombreux restaurants, bars et boutiques “hipster”. Ces quartiers s’animent surtout le soir et le week-end.
  • Queen Street West est LE quartier branché de Toronto. Il est situé à l’ouest de la ville, à proximité immédiate du CBD. Vous y trouverez des boutiques, des bars, des restaurants, des grandes enseignes, des galeries d’art… L’animation y est presque constante.
  • The Annex se trouve au Nord du CBD. C’est un quartier en pleine mutation, où se côtoient belles maisons victoriennes, petites boutiques, restaurants et grandes enseignes. Sa proximité avec le centre de la ville et ses nombreuses activités en font un quartier prisé par beaucoup.
  • Chinatown et Kensington Market sont deux quartiers situés à l’Ouest du CBD. En permanente ébullition, ils raviront tous ceux qui apprécient les petits commerces et les marchés de proximité. Attention cependant, les rues principales sont connues pour être assez bruyantes, même la nuit.

Aucun quartier de Toronto n’est vraiment à éviter. Cependant, comme nous vous le disions plus haut, faites attention à ne pas choisir un logement trop excentré ou mal desservi par les transports en commun. Vous risqueriez alors de perdre des heures dans les transports chaque jour !
Plus d'infos : Le logement à Toronto.

Des idées de quartiers où s'installer à Vancouver

  • Le West End : quartier très prisé, mais qui nécessite d’avoir les moyens. La raison ? Vous êtes au milieu du downtown et proche de la mer. Des commerces de proximité, des restos, des bars, c’est un quartier très vivant. Les prix sont supérieurs à beaucoup d’autres quartiers de Vancouver. Le prix à payer pour être à la mer en centre-ville !
  • Commercial Drive : le quartier qui monte du côté d’East Van ! Une foule de hipsters, bobo et artistes y habitent. Les gens qui aiment la vie de quartier, la bouffe végé, les cours de yoga, mais aussi sortir boire un verre. Niveau nourriture, il y a beaucoup de choix grâce à la mixité culturelle. Impossible de mourir de faim ici ! Vous y trouverez également tous les services dont vous pourriez avoir besoin. La concurrence est rude, tout le monde veut dire “je vis sur Commercial” !
  • Gastown : Quartier branché, pour ceux qui cherchent un peu le côté downtown, mais en restant dans la partie qui a bien plus de style, au niveau architecture, et qui offre une vie nocturne très sympa (mais pas donnée). Vous y trouverez des immeubles de briques rouges, avec du parquet et des escaliers extérieurs qui donnent envie de faire des photos et qui font de Gastown un quartier très touristique. Il est assez prisé des gens qui travaillent dans le downtown et veulent rester près de leur bureau, tout en ayant une petite vie de quartier sympa.
  • Kistilano : ou Kits pour les intimes. Sans doute l’endroit le plus recherché des gens qui ne cherchent pas à vivre près du centre-ville. Kits, c’est la plage avec vue sur les montagnes et la skyline de Vancouver, c’est coloré, c’est familial. C’est la détente, la jeunesse ou les retraités, les couples, tout le monde aime Kitsilano. Ambiance un peu bobo aussi. C’est à Kits qu’on trouve le plus vieux resto végétarien de Vancouver. Le quartier est très bien desservi par les transports en commun et dispose de tout ce qu’il vous faudra niveau alimentation, shopping, services à la personne.
  • Mount Pleasant : de plus en plus prisé, ce quartier est moins cher que Kitsilano et bien d’autres quartiers de Vancouver. Desservi par des bus, le SkyTrain et la Canada Line, vous ne serez pas perdus à Mount Pleasant. Une partie du quartier est connu sous le nom de SoMa, en référence à South Main Street. Main Street étant la rue qui divise la ville en deux et qui vous offrira tout ce qu’il faut de bars, restos et autres. C’est aussi un quartier arboré, avec pas moins de 9 parcs pour voir la vie en vert.
  • South Granville : ou comment être près du centre-ville, mais pas trop quand même ! Vancouver s’est considérablement étendue et naturellement, ses résidents sont passés de l’autre côté du pont de Granville. Beaucoup de commerces y ont ouvert, les transports en commun sont très faciles à prendre. Une partie résidentielle de South Granville offre des maisons au volume permettant de faire une colocation à dix !
  • Kerrisdale : dans le prolongement de South Granville, à 30 minutes en bus du centre-ville, Kerrisdale est un quartier qui se développe bien et offre des loyers moins chers que ceux cités plus haut (mais ça reste cher, on est à Vancouver…). Des commerces, des services à la personne, des équipements sportifs, vous trouverez de tout à Kerrisdale. Des petits appartements ou d'énormes maisons où l’on vit à 13 (si, si, on a testé pour vous) et où les loyers sont plus abordables que dans une bonne partie de la ville.

Nous vous invitons à consulter notre dossier consacré à la ville de Vancouver. Il existe également une multitude d'autres quartiers à découvrir.

Chapitre 2 sur 12

Évaluation de l'article

5/5 (7)

61 Commentaires

Raphael
808 2.1K
Message de nmetzger
Bonjour,


Suite aux événements récents, j'ai dû quitter le Canada où j'effectuais un semestre au Cégep de Matane,
J'ai un bai de 6 mois, ce finissant le 30 juin, ma propriétaire m'a indiqué que j'étais dans l'obligation de m'acquitter du loyer jusqu'à la fin de celui-ci.
Est-ce vrai? Comment contourner cela?

Merci d'avance
Hello Nathan !

J'ai déplacé ton message ici.

Malheureusement pour toi, tu as signé un bail avec ta propriétaire et tu te dois de le respecter : ce qui arrive aujourd'hui, ce n'est pas de ta faute ni de la sienne

Ensuite, as-tu pensé à un transfert de bail ? Voici un lien qui devrait t'intéresser : Cession d'un bail ou sous-location | Régie du logement !

Essaie de te mettre d'accord avec elle et vois si tu arrives à trouver quelqu'un qui serait susceptible d'être intéressé pour la reprise de ton logement

Bon courage !
nathan
0 1
Bonjour,


Suite aux événements récents, j'ai dû quitter le Canada où j'effectuais un semestre au Cégep de Matane,
J'ai un bai de 6 mois, ce finissant le 30 juin, ma propriétaire m'a indiqué que j'étais dans l'obligation de m'acquitter du loyer jusqu'à la fin de celui-ci.
Est-ce vrai? Comment contourner cela?

Merci d'avance
Raphael
808 2.1K
Hello tout le monde !

Je partage avec vous cette infographie que l'on vient tout juste de mettre à jour

Elle vous donne une très bonne idée du prix du logement au Canada et ce à quoi vous devez vous attendre selon la ville où vous aurez décidé de vous installer !

Pour plus d'informations sur le logement, n'hésitez pas à consulter notre article en question : Le logement au Canada : prix, quartiers, comment trouver ?

Pièce jointe 34145
Muriel
10.2K 21.7K
Bonjour,
Message de estelleelc
un dépôt de garantie correspondant à 1 voire 3 mois de loyer. Nous avons lu que cela était illégal au Québec.
En effet, ça l'est. Mais comme le marché de l'immobilier locatif est très favorables aux bailleurs en ce moment (taux d'innoccupation très bas), de plus en plus de proprio se permettent de demander un dépôt de garantie. Je ne vous encourage pas à accepter mais vous n'aurez peut-être pas le choix. Par contre, trois mois, ça me paraîtr très très abusif.
Message de estelleelc
Aussi, je me demandais, que pouvons-nous faire face à cela? Comment convaincre les propriétaires? Nous avons quelques économies et pouvons leur montrer nos relevés bancaires. Est-ce que cela a fonctionné pour certains? Sinon, comment avez-vous fait au début pour trouver un logement sans historique de crédit? Comment avez-vous convaincu les propriétaires?
Ne pas avoir d'historique de crédit n'est normalement pas insurmontable : il y a tellement de nouveaux arrivants qu'ils ne peuvent pas non plus refuser tous les gens qui n'ont pas d'historique de crédit. En compensation, vous pouvez fournir : des historiques bancaires, une lettre de votre propriétaire en France indiquant que vous avez toujours payé rubis sur l'ongle, une preuve de vos économies, etc. Tout ce qui montre que vous avez les moyens de payer même si vous n'avez encore de travail, quoi.
Le dépôt de garantie (ou premier loyer + dernier loyer) sera aussi, hélas, un moyen de compenser cette absence d'historique de crédit.
Raphael
808 2.1K
Message de estelleelc
Bonjour à tous,

Mon copain et moi arrivons sur Montréal dans 2 jours. Nous avons commencé à prendre contact avec quelques propriétaires pour programmer des visites dès notre arrivée et trouver un logement rapidement.

Malheureusement, cela coince souvent avec certains qui exigent une enquête de crédit (que nous n'avons pas) ou un dépôt de garantie correspondant à 1 voire 3 mois de loyer. Nous avons lu que cela était illégal au Québec.

Aussi, je me demandais, que pouvons-nous faire face à cela? Comment convaincre les propriétaires? Nous avons quelques économies et pouvons leur montrer nos relevés bancaires. Est-ce que cela a fonctionné pour certains? Sinon, comment avez-vous fait au début pour trouver un logement sans historique de crédit? Comment avez-vous convaincu les propriétaires?

Merci d'avance pour votre aide et bonne soirée!

Estelle
Hello Estelle !

J'ai déplacé ton message ici.

J'étais un peu dans la même situation que toi car mon historique de crédit n'avait pas assez de recul afin qu'il puisse être pris en compte

Mon propriétaire m'a alors demandé à la place des garants : j'ai donné comme garant ma maman (qui habite en France) et ça n'a posé aucun problème à mon niveau. Je n'ai même pas eu à donner de fiches de paie ou quoi que ce soit !

On en parle également dans ce dossier-là : Le logement au Canada : prix, quartiers, comment trouver ?
Estelle
0 9
Bonjour à tous,

Mon copain et moi arrivons sur Montréal dans 2 jours. Nous avons commencé à prendre contact avec quelques propriétaires pour programmer des visites dès notre arrivée et trouver un logement rapidement.

Malheureusement, cela coince souvent avec certains qui exigent une enquête de crédit (que nous n'avons pas) ou un dépôt de garantie correspondant à 1 voire 3 mois de loyer. Nous avons lu que cela était illégal au Québec.

Aussi, je me demandais, que pouvons-nous faire face à cela? Comment convaincre les propriétaires? Nous avons quelques économies et pouvons leur montrer nos relevés bancaires. Est-ce que cela a fonctionné pour certains? Sinon, comment avez-vous fait au début pour trouver un logement sans historique de crédit? Comment avez-vous convaincu les propriétaires?

Merci d'avance pour votre aide et bonne soirée!

Estelle
Mégane
6 17
Message de murielj
Bonjour,

Mais si tu es en volontariat, c'est l'assurance de ton hôte qui est censée te couvrir c'est chez lui même s'il t'y accueille et c'est donc sa responsabilité, pas la tienne.
C'est noté. Je vous remercie pour toutes ces réponses.
Carô
5.2K 11.1K
Message de Pliz
Si tu es hébergée, pour la partie dommages dont tu serais la victime, il faut voir les garanties au niveau de l'assurance de l'hébergeur (s'il en a une).
Et si c'est dans le cadre du travail, c'est l'assurance de l'employeur.
Muriel
10.2K 21.7K
Bonjour,
Message de Ganemay
elpx /woofing/ Workaway, si je n'ai pas d'assurance habitation (car je ne loue aucun logement) et que mon assurance telle que Globe PVT ne prend pas en charge la responsabilité locative ni les dommages en cas d'incendie, dégâts des eaux etc. Comment dois-je faire ? et Vers quoi dois-je me tourner pour être couverte dans ces cas là ?
Mais si tu es en volontariat, c'est l'assurance de ton hôte qui est censée te couvrir c'est chez lui même s'il t'y accueille et c'est donc sa responsabilité, pas la tienne.
Mégane
6 17
Message de Pliz
Non. Incendie et dégâts des eaux sont typiquement des exclusions.
Cf. Pages 12-13 de la notice pour le Canada.
Assurance PVT / WHV - pvtistes.net
Pièce jointe 34063
C'est l'assurance habitation qui garantit certaines conséquences de certains sinistres causés depuis ton logement.
AH oui effectivement j'avais oublié cette exclusion. Mais alors, je m'excuse pour toutes ces questions, mais en tant que Helpx /woofing/ Workaway, si je n'ai pas d'assurance habitation (car je ne loue aucun logement) et que mon assurance telle que globe PVT ne prend pas en charge la responsabilité locative ni les dommages en cas d'incendie, dégâts des eaux etc. Comment dois-je faire ? et Vers quoi dois-je me tourner pour être couverte dans ces cas là ?

Articles recommandés