Guide des programmes de résidence permanente au Canada

Chapitre 14 : Le Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord (PPICRN)

Date de publication : 07-09-2020

Auteur

Marie

Le Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord (PPICRN)

En 2019, le Canada a lancé un Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord, le PPICRN (Rural and Northern Immigration Pilot Program (RNIP) en anglais. Il est initialement prévu pour durer 5 ans. Le but de ce programme est de faire venir (et rester) des travailleurs qualifiés étrangers dans des communautés « rurales » de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta et de la Colombie britannique.

C’est quoi les « communautés rurales et du Nord » ?

Attention à ne pas vous faire avoir par le nom et imaginer que vous allez devoir vous installer dans un minuscule village avec une dizaines d’habitants ou encore dans le Nord Canadien.
En réalité, ces communautés sont de taille très variables. Quand certaines sont composées de quelques milliers d’habitants, d’autres sont des villes de plusieurs dizaines de milliers d’habitants et certaines dépassent même largement les 100 000 habitants. Vous avez ainsi le choix entre petites, moyennes et grandes communautés de plusieurs dizaines de milliers d’habitants !


Au moment de la mise à jour de ce dossier (octobre 2020), seules les communautés en bleu sur la carte ci-dessus participent au programme.

Sur quoi le Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord met-il l’accent ?

Ce programme d’immigration s’appuie sur l’offre d’emploi d’un employeur admissible au sein d’une de ces communauté. Les candidats sont alors invités à soumettre une demande de recommandation auprès de la communauté (qui disposent de leurs propres conditions d’éligibilité et leurs propres processus de recommandation). Si la communauté accepte votre demande, vous pourrez présenter votre demande de résidence permanente.

Quels sont les critères d’éligibilité ? 

Même si chaque communauté peut avoir ses propres critères pour répondre positivement à une demande de recommandation, des critères d’admissibilité minimales au niveau fédéral existent :

  • Vous devez avoir travaillé au moins 1 an au cours des 3 dernières années (au Canada ou ailleurs). Si vous êtes un jeune diplômé ayant étudié dans l’une des communautés, vous pourriez être exempté de cette exigence de travail.
  • Vous devez disposer d’une offre d’emploi à plein temps au sein de la communauté.
  • Vous devez avoir un niveau de langue en anglais ou en français suffisant. Pour les postes de niveau A et 0, vous devez démontrer un niveau de compétence en anglais ou en français de niveau NCLC 6 ou supérieur. Pour les postes de catégorie B, vous devez démontrer un niveau de compétence en anglais ou en français de niveau NCLC 5 ou supérieur. Pour les postes de catégorie C ou D, vous devez démontrer un niveau de compétence en anglais ou en français de niveau NCLC 4 ou supérieur.
    Vous devrez passer un test de langue auprès d’un organisme agréé par le gouvernement canadien pour prouver votre niveau.
  • Vous devez obligatoirement disposer d’un diplôme canadien OU d’un rapport d’évaluation de vos diplômes d’études (EDE) fait par un organisme agréé par le gouvernement canadien pour des études secondaires ou post-secondaires.
  • Vous devez disposer de ressources suffisantes pour vous établir au Canada
  • Vous devez avoir l’intention de vivre dans la communauté où vous postulez.

Nous allons vous proposer ici un exemple (concis) de certains programmes de sélection offerts par les communautés dans le cadre du Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord.

Sudbury (Population : 165 000 habitants) : le programme de Sudbury s’adresse aux personnes qui disposent d’une offre d’emploi dans le secteur minier et du tourisme (une liste de professions précise existe) de la part d’un employeur approuvé par la communauté. Ceux qui disposent d’une offre d’emploi dans un autre secteurs doivent vivre actuellement à Sudbury pour être éligible au programme de Sudbury. En savoir plus.

Timmins (Population : 43 000 habitants) : le programme de Timmins s’adresse aux personnes qui disposent d’offres d’emploi dans des métiers spécifiques dans les secteurs des soins de santé, du travail social, de métiers (ex : soudeur), gestion d’entreprise et des technologies de l’information de la part d’un employeur approuvé par la communauté. Par ailleurs, un système de points est mis en place pour sélectionner les candidats disposant du plus grand nombre de points. D’autres professions pourraient être acceptées au cas par cas. En savoir plus.

Sault Ste. Marie (Population : 73 000 habitants) : le programme de Sault Ste. Marie s’adresse aux candidats qui travaillent actuellement à Sault Ste. Marie ou qui disposent d’une offre d’emploi à plein temps (certains secteurs sont prioritaire) pour venir y travailler. Un système basé sur un barème de point sélectionne les candidats.
En savoir plus.

Thunder Bay (Population 120 000 habitants) : le programme de Thunder Bay s’adresse aux personnes qui détiennent une offre d’emploi dans un secteur prioritaire (une liste de professions spécifiques est établie) de la part d’un employeur éligible. Un système avec un barème de points est là aussi mis en place.
En savoir plus.

Claresholm (Population 3 780 habitants) : le programme de Claresholm prévoit la sélection d’une vingtaine de personne et de leur famille pour 2020. Il faut disposer d’une offre d’emploi permanente d’un employeur approuvé pour occuper un emploi à Claresholm et dans les 20 kilomètres aux alentours. Il ne semble pas y avoir de restrictions concernant le type d’industries éligibles.
Pour en savoir plus.

Lien officiel :

Chapitre 14 sur 17

Évaluation de l'article

5/5 (6)

247 Commentaires

Wulfran
0 1
Bonjour,

Un grand merci pour cet article et sa complétude très éclairante.
J'aurais néanmoins une question sur laquelle vous pouvez peut-être m'éclairer :
Ma compagne et moi-même avons présenté une déclaration d'intérêt commune pour immigrer au Québec dans laquelle je suis le demandeur principal. Cependant, nous nous demandons s'il ne serait pas plus intéressant de faire 2 déclarations individuelles (car elle évolue dans un autre secteur professionnel que le mien et possiblement plus attratif pour le Québec) pour lesquelles nous préciserons nos liens de conjoints. Nous voulons donc savoir si le fait de faire 2 déclarations individuelles présentait un intérêt réel ? Dernier point d'interrogation : Est-ce que le fait de faire 2 déclarations individuelles liées nous permet quand même de garder les points supplémentaires acquis grâce au profil du conjoint ?

Merci beaucoup pour votre retour
Karen
0 3
Message de Marie
D'accord,

Je vois qu'il y a ton copain dans l'histoire, on va essayer de remettre les trucs dans l'ordre. Là, voici tes options dans le cas où tu souhaites engager des démarches, indépendamment de ton conjoint :

Donc si tu regardes le dossier, tu verras qu'il y a en gros 2 gros programmes d'immigration économique pour le Québec :
- Le Programme de l'Expérience Québécoise (basée sur l'expérience acquise au Québec) : si tu as acquis 1 année d'expérience, tu aurais peut-être pu y être éligible, mais pour cette catégorie, malheureusement, il faut effectivement être en poste à plein temps au Québec au moment où de ta demande auprès du gouvernement provincial.
- Le Programme Régulier des Travailleurs Qualifiés basé sur un système de dépôt de déclarations d'intérêts dans un bassin de candidats : pour celui-ci, tu n'as pas besoin d'être au Québec pour être éligible, mais il s'agit d'un programme extrêmement sélectif qui ne sélectionne en gros que les candidats dont le Québec a besoin. Le fait d'avoir une offre d'emploi permanente au Québec aurait sûrement un peu d'impact, mais sans offre d'emploi validée par le Québec, c'est un peu mission impossible pour ce programme actuellement.

Ensuite, si ton conjoint est lui-même éligible à un programme de résidence permanente et envisage de t'inclure dans ta demande, le problème n'est pas tant que tu ne sois pas au Québec, mais c'est le fait que tu sois séparée de ton conjoint.
Le Canada reconnaît en gros 2 statuts :
- Les conjoints de fait : des gens qui vivent de manière maritale sous le même toît depuis au moins 1 an.
- Les couples mariés : des gens qui sont mariés, avec un certificat de mariage reconnu par l'État tout ça tout ça.

Bref, pour qu'il puisse te joindre à sa demande de RP, il faut que vous soyez soit l'un, soit l'autre. Là, si vous n'êtes pas mariés et que tu n'es pas avec lui au Canada depuis juillet, vous n'êtes pas conjoints de fait il me semble, donc il ne peut pas t'ajouter à sa demande.
Une solution de rapidité (mais qui vous engage) pourrait être de vous marier. De cette façon, le fait que tu sois au Canada ou non, n'aurait pas vraiment d'influence.

Merci Marie !
J'y vois un peu plus claire du coup sur les programmes et tout, encore merci !
Je pense que je vais tenter le deuxième programme même si il est très sélectif et que j'ai sûrement très très peu de chance,je vais tenter ma chance 🤞 car j'ai vraiment envie de retourner y vivre. Mais encore merci de ton aide 😁
Marie
9.9K 32.9K
Message de KarenH
Salut Marie !
Merci d'avoir répondu 😁 je souhaite faire une résidence permanente pour pouvoir travailler dans la province du Québec. Je souhaite bosser dans la boulangerie ayant eu mes diplômes pour ce métier. Après la province du Québec est celle qui m'attire le plus comme j'y était durant mon JP.
D'accord,

Je vois qu'il y a ton copain dans l'histoire, on va essayer de remettre les trucs dans l'ordre. Là, voici tes options dans le cas où tu souhaites engager des démarches, indépendamment de ton conjoint :

Donc si tu regardes le dossier, tu verras qu'il y a en gros 2 gros programmes d'immigration économique pour le Québec :
- Le Programme de l'Expérience Québécoise (basée sur l'expérience acquise au Québec) : si tu as acquis 1 année d'expérience, tu aurais peut-être pu y être éligible, mais pour cette catégorie, malheureusement, il faut effectivement être en poste à plein temps au Québec au moment où de ta demande auprès du gouvernement provincial.
- Le Programme Régulier des Travailleurs Qualifiés basé sur un système de dépôt de déclarations d'intérêts dans un bassin de candidats : pour celui-ci, tu n'as pas besoin d'être au Québec pour être éligible, mais il s'agit d'un programme extrêmement sélectif qui ne sélectionne en gros que les candidats dont le Québec a besoin. Le fait d'avoir une offre d'emploi permanente au Québec aurait sûrement un peu d'impact, mais sans offre d'emploi validée par le Québec, c'est un peu mission impossible pour ce programme actuellement.

Ensuite, si ton conjoint est lui-même éligible à un programme de résidence permanente et envisage de t'inclure dans ta demande, le problème n'est pas tant que tu ne sois pas au Québec, mais c'est le fait que tu sois séparée de ton conjoint.
Le Canada reconnaît en gros 2 statuts :
- Les conjoints de fait : des gens qui vivent de manière maritale sous le même toît depuis au moins 1 an.
- Les couples mariés : des gens qui sont mariés, avec un certificat de mariage reconnu par l'État tout ça tout ça.

Bref, pour qu'il puisse te joindre à sa demande de RP, il faut que vous soyez soit l'un, soit l'autre. Là, si vous n'êtes pas mariés et que tu n'es pas avec lui au Canada depuis juillet, vous n'êtes pas conjoints de fait il me semble, donc il ne peut pas t'ajouter à sa demande.
Une solution de rapidité (mais qui vous engage) pourrait être de vous marier. De cette façon, le fait que tu sois au Canada ou non, n'aurait pas vraiment d'influence.
Karen
0 3
Message de Marie
Salut Karen,
Cela dépend du programme d'immigration que tu envisages au Canada. Certaines exigent par exemple que tu sois en emploi dans le pays / la province au moment de ta demande. Du coup, dans ce cas, effectivement, ça n'est pas possible de le faire depuis l'étranger. Mais ça n'est pas le cas de tous les programmes. Il faudrait nous en dire plus sur le programme que tu envisages.

Salut Marie !
Merci d'avoir répondu 😁 je souhaite faire une résidence permanente pour pouvoir travailler dans la province du Québec. Je souhaite bosser dans la boulangerie ayant eu mes diplômes pour ce métier. Après la province du Québec est celle qui m'attire le plus comme j'y était durant mon JP.
Marie
9.9K 32.9K
Message de KarenH
Bonjour,
J'ai actuellement un permis jp qui soit ce terminer en janvier 2021 mais malheureusement suite a un problème j'ai du partir en juillet 2020. J'aimerais savoir si je pouvais lancer une candidature pour la résidence canadienne étant en France ou ça pose problème d'être en France car l'avocat qui s'occuper des papiers de mon copain ( qui lui est au Canada) me dit que c'est pas possible normalement si je suis pas au Canada pour les faire.
Merci d'avance 😁

Salut Karen,
Cela dépend du programme d'immigration que tu envisages au Canada. Certaines exigent par exemple que tu sois en emploi dans le pays / la province au moment de ta demande. Du coup, dans ce cas, effectivement, ça n'est pas possible de le faire depuis l'étranger. Mais ça n'est pas le cas de tous les programmes. Il faudrait nous en dire plus sur le programme que tu envisages.
Karen
0 3
Bonjour,
J'ai actuellement un permis jp qui soit ce terminer en janvier 2021 mais malheureusement suite a un problème j'ai du partir en juillet 2020. J'aimerais savoir si je pouvais lancer une candidature pour la résidence canadienne étant en France ou ça pose problème d'être en France car l'avocat qui s'occuper des papiers de mon copain ( qui lui est au Canada) me dit que c'est pas possible normalement si je suis pas au Canada pour les faire.
Merci d'avance 😁
Roman
2 4
Bonjour tous le monde, j'ai une petite question:
Je vis en ontario depuis avril 2019 (PVT), je suis employer a temps plein, je vais avoir 36 ans en Novembre, serveur (categorie C malheureusement) et je voulais faire ma demande de residence permanente.
Donc apres de longue recherche je me suis rendu compte que je ne pouvais pas faire de demande via entree express, ni par le provincial immigrant nominee.
Il me reste 8 mois avant l'echeance de mon visa mais je suis deja en train de me dire que je vais devoir revenir en Europe.
Si j'aurais etait en colombie britanique j'aurais pu faire une demande mais ici c'est impossible.

J'ai des amis en colombie britanique qui ont des offres d'emploi pour moi mais je ne sais pas si ca vaut vraiment le coup que je demenage alors que il faut 9 mois de boulot (en colombie britanique) pour faire la demande de residence permanente alors qu'il ne me reste que 8 mois de PVT.
Je sais qu'il ya des "permis de travail transitoire" pour prolonger mais ca me parait juste, est ce que quelq'un a une idee?
Merci
nadege38
10 15
Merci Marie pour cet article, qui me sera très utile par la suite je pense! Je suis en PVT actuellement au Canada.
ça fait du bien d'avoir ce site et cette communauté de PVTistes qui s'entraident! Merci beaucoup aux administrateurs.
Mathieu
1 3
Message de Marie
Salut Mathieu,
Si ton expérience acquise n'était pas à plein temps, elle ne peut pas être comptabilisée (seules les semaines dépassant les 30 heures peuvent l'être).
Le bénévolat lui ne sera pas compté.


Ensuite, dans ton cas, le truc qui pourrait être embêtant pour toi, c'est la formulation de la nouvelle réforme. Si les autorités jouent sur les mots, tu pourrais être soumis aux nouvelles règles pour le PEQ :
Voici ce qu'ils disent :


Source : http://www2.publicationsduquebec.gou...file=72956.pdf
Si tu es parti le 12 juillet, en principe, tu ne séjournais pas au Québec au moment de l'entrée en vigueur de la réforme.
Alors si ça ne se voit pas, je ne vois pas trop comment ils pourraient te dire "ah mais vous n'étiez pas au Québec le 21 juillet, donc en fait, l'ancienne réforme ne s'applique pas à vous...
Mais bon, voilà, il y a aussi ce petit doute par rapport à ta situation.

Merci beaucoup pour les informations Marie ☺️ !
Je pense malheureusement que je vais être soumis à la nouvelle réforme car j’ai eu droit à la Pcu et je me déclare chaque deux semaines auprès de l’assurance emploi (ils verront donc que j’ai quitté le territoire aux dates depart que j’ai donné lors de ma dernière déclaration). Enfin bon peut-être que j’aurai ma petite chance sinon je tenterai entree express en Nouvelle Ecosse !
Merci beaucoup en tout cas vous êtes au top l’equipe Pvtiste.net
Marie
9.9K 32.9K
Message de Mathieu06
Bonjour, je cherche des infos un peu partout concernant mon cas mais ça reste flou pour moi.

Ma situation est que j’ai un pvt que j’ai validé le 7 octobre 2019, j’ai travaillé dans une agence de location de voiture de novembre au 23 mars 2020 (début du covid j’ai été mis à pied par mon employeur). J’ai cumulé 525,5h car j’étais à temps partiel mais il m’arrivait de faire des semaines de plus de 30h. Par la suite j’ai fait du bénévolat dans en nouvelle ecosse et je suis rentré en France le 12 juillet 2020. Je compte repartir le 1 octobre à Montréal.
Mon objectif est de pouvoir appliquer pour le CSQ via le PEQ (avant réforme donc) mais les informations que je vois dit: «
occupé un tel emploi pendant au moins 12 mois au cours des 36 derniers mois ».
Mes questions sont: est-que mes heures cumulées seront comptabilisés si je travaille à nouveau en octobre pour un autre employeur ? Faut-il nécessairement que ça soit en continu, et pour le même employeur ?

Merci 😅
Salut Mathieu,
Si ton expérience acquise n'était pas à plein temps, elle ne peut pas être comptabilisée (seules les semaines dépassant les 30 heures peuvent l'être).
Le bénévolat lui ne sera pas compté.


Ensuite, dans ton cas, le truc qui pourrait être embêtant pour toi, c'est la formulation de la nouvelle réforme. Si les autorités jouent sur les mots, tu pourrais être soumis aux nouvelles règles pour le PEQ :
Voici ce qu'ils disent :
" 118.4. Une demande de sélection à titre permanent présentée dans le cadre du Programme de l’expérience québécoise en vertu de l’article 34 du présent règlement est
traitée et il en est décidé conformément aux dispositions de cet article tel qu’il se lisait le 21 juillet 2020 lorsqu’elle est présentée par un ressortissant étranger qui séjournait au Québec le 21 juillet 2020 alors qu’il était titulaire d’un permis de travail délivré en vertu du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés (DORS/2002- 227) ou autrement autorisé à travailler conformément à ce règlement."
Source : http://www2.publicationsduquebec.gou...file=72956.pdf
Si tu es parti le 12 juillet, en principe, tu ne séjournais pas au Québec au moment de l'entrée en vigueur de la réforme.
Alors si ça ne se voit pas, je ne vois pas trop comment ils pourraient te dire "ah mais vous n'étiez pas au Québec le 21 juillet, donc en fait, l'ancienne réforme ne s'applique pas à vous...
Mais bon, voilà, il y a aussi ce petit doute par rapport à ta situation.

Articles recommandés