Généralement, quand on dit qu’on part un an au Canada, la réaction immédiate de son interlocuteur est « Ah tu pars à Montréal, cool ! » ou parfois « Toronto / Vancouver ça a l’air super chouette ». Ces villes sont superbes, les opportunités y sont nombreuses, si vous partez là-bas, votre expérience sera fantastique, ça ne fait pas l’ombre d’un doute.

Cependant… le Canada a d’autres choses à offrir. Pourquoi ne pas profiter de l’opportunité d’un PVT pour aller découvrir un Canada un peu plus méconnu, un peu plus hors des sentiers battus. L’expérience ne sera pas meilleure ni moins enrichissante que dans l’une des trois villes sus-citées, elle sera tout simplement très différente.

Les témoignages sont moins nombreux

C’est vrai, que ce soit sur le forum, le site, ou dans la communauté des pvtistes, les témoignages concernant les autres villes sont moins nombreux. Difficile, dès lors, de se faire une idée précise sur le marché du travail, le prix du logement, le dynamisme, l’accueil des jeunes immigrants…
Cependant, en faisant quelques recherches, on peut trouver des sites d’organismes d’aide aux nouveaux arrivants, sur des blogs de voyageurs et sur bien d’autres ressources utiles qui vous permettront de dresser un portrait de l’endroit où vous envisagez d’aller. L’accès à l’information est peut-être moins immédiate, mais une fois que vous aurez trouvé les bonnes ressources, tout commencera à s’éclaircir.

Quelles ressources ?

Dans cet article, vous trouverez déjà quelques liens de dossiers, d’interviews, d’articles ou de sujets du forum qui pourront commencer à vous aiguiller.
De manière générale, chaque province anglophone est dotée d’une ou de plusieurs associations de communautés francophones. Cela peut être une bonne étape de départ, surtout si votre anglais est hésitant pour le moment.

Saint John, Nouveau-Brunswick

Nous pouvons par exemple citer l’Assemblée communautaire fransaskoise, l’Association franco-yukonnaise (AFY) ou encore la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB). Vous pourrez en retrouver la liste exhaustive sur ce site. La Fédération des communautés francophones et acadiennes est également une excellente référence, et propose notamment des offres d’emplois en français.

Vous pouvez également préparer votre projet en faisant des recherches plus concrètes, par exemple en vous connectant sur un site de petites annonces d’emploi et en lisant la liste d’emplois qui pourraient vous intéresser dans la ville X ou la ville Y. Idem pour le coût de la vie, il vous suffit de vous connecter à Craigslist ou à Kijiji pour pouvoir évaluer grosso modo le prix d’un logement !

Regina, Saskatchewan

Comment être sûr de trouver un emploi dans une destination hors des sentiers battus ?

On n’est jamais sûr de trouver un emploi malheureusement, que ce soit à Montréal, à Edmonton, à St. John’s ou à Toronto. Cependant, en fonction des saisons, les offres d’emploi peuvent être très nombreuses dans les stations touristiques : Banff pendant l’hiver, Charlottetown (Île-du-Prince-Edouard) pendant la saison estivale, ou encore la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique pendant la saison de la cueillette… Cela n’implique pas forcément de chercher un travail dans la restauration ou l’hôtellerie, vous pourriez aussi guider les touristes, être prof de ski ou maître-nageur (si vous en avez les capacités… ça va de soi !), etc.
Evidemment, si vous êtes dans un domaine ultra-spécifique qui n’a un marché de l’emploi qu’à Toronto ou Vancouver, inutile de tenter l’aventure. Cependant, il y a aussi besoin d’informaticiens, de boulangers, de coach sportifs dans bien d’autres villes.

Yellowknife, Territoires-du-Nord-Ouest

Si trouver un emploi dans votre domaine n’est pas la priorité de votre PVT, voici une bonne raison pour tenter l’aventure dans une plus petite ville ou dans une province moins fréquentée !

Ne pas aller à Montréal, Toronto ou Vancouver, c’est aussi trouver moins de concurrence de pvtistes (Français, Belges ou de toutes nationalités confondues). Certes, il y aura peut-être moins d’offres d’emplois (encore qu’à Terre-Neuve-et-Labrador, parait-il que l’offre excède la demande…), mais pourquoi ne pas tenter le coup ?

Français / Anglais ?

Pour parler français au quotidien, le Québec est effectivement la province la plus adaptée, car c’est la seule province officiellement francophone. Mais au Québec, il n’y a pas que Montréal. Québec Ville est loin d’être un village ! Plusieurs petites villes peuvent également vous apporter une expérience différente et originale, et pas seulement en tant que touriste ! Le PVT dans les plus petites villes du Québec est un dossier qui vous aidera à débuter. Cet article sur l’état des lieux sur la francophonie dans les pays anglophones peut également vous donner quelques indices.

Le Nouveau-Brunswick est la seule province officiellement bilingue. Votre français pourra alors être un atout (si vous possédez au moins quelques rudiments d’anglais, bien sûr).
D’autres provinces à majorité anglophones peuvent vous proposer une vie en français, peut-être pas autant qu’au Québec, mais encore une fois, parler français dans ces provinces peut s’avérer être un véritable atout.

Charlottetown, Île-du-Prince-Edouard 

Les provinces maritimes ne comprennent pas que le Nouveau-Brunswick : l’Île-du-Prince-Edouard et la Nouvelle-Ecosse peuvent rendre votre expérience atypique. Halifax est loin d’être une petite bourgade puisqu’elle a presque autant d’habitants que Strasbourg !

Halifax, Nouvelle-Ecosse, Paul McKinnon / Shutterstock.com

Terre-Neuve-et-Labrador ne fait pas partie des provinces maritimes mais n’est pas à oublier : son économie est particulièrement dynamique, et que dire du cadre de vie…

Winnipeg, Manitoba

Le Manitoba et la Saskatchewan, dans les prairies, sont également des provinces peu choisies par les pvtistes. Pourtant, Winnipeg est une ville dynamique, tout comme Saskatoon.

L’Alberta est un peu plus prisée par les pvtistes, notamment grâce à ses stations de ski dans les Rocheuses (Banff, Jasper ou Canmore pour ne nommer qu’elles). Calgary commence également à être une destination un peu plus courante : la ville est dynamique et offre de nombreuses opportunités au  niveau de l’emploi. Il ne faut pas non plus oublier Edmonton, la capitale de la province, un peu plus excentrée, mais non moins dynamique.

Whitehorse, Yukon

Le Yukon, surtout Whitehorse, n’est pas inconnu des pvtistes de passage, mais ceux qui décident de s’y installer pendant quelques mois sont encore minoritaires.
En restant dans le Grand Nord, les Territoires du Nord-Ouest et Nunavut ne sont pas vraiment sur les routes habituelles des pvtistes !

La preuve étant ce nouveau programme lancé par le gouvernement canadien qui vise à attirer de jeunes professionnels francophones dans les provinces anglophones du Canada. La Mobilité francophone vous permet d’obtenir un permis de travail sans EIMT si vous trouvez un emploi dans n’importe quelle province du Canada sauf le Québec, si votre emploi fait partie d’une liste spécifique de métiers, et si vous êtes francophone !

Ces différentes provinces offrent également des possibilités intéressantes pour s’installer durablement, notamment à travers leur programme de résidence permanente.

Comment choisir sa destination ?

Sur le forum, un débat avait été lancé : Pourquoi choisir (ou ne pas choisir) Montréal comme destination de PVT ? On pesait les pour et les contre, et nous avions échangé nos avis sur les attraits de Montréal. Il est difficile de choisir sa destination, mais avant tout, choisissez-la ! Ne vous rendez pas à Montréal ou ailleurs par fatalité ou parce que c’est là où tout le monde va.

Calgary, Alberta

L’Alberta

Victoria, Colombie-Britannique

La Colombie-Britannique

St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador

L’Ile-du-Prince-Edouard, la Nouvelle-Ecosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador

Le Manitoba

Kingston, Ontario

L’Ontario(autre que Toronto)

Sherbrooke, Québec

Le Québec (autres que Montréal et Québec Ville)

La Saskatchewan

Les Territoires-du-Nord-Ouest le Nunavut

Le Yukon

L’objectif de cet article n’est pas forcément de vous dissuader d’aller à Montréal, Toronto ou Vancouver. Ces trois villes ont bien des atouts. Nous avons écrit cet article avant tout dans le but de soulever des questions, de vous faire réfléchir à la grandeur du Canada et au nombre d’opportunités que vous pourriez avoir en dehors de ces villes !

Quel que soit votre choix de ville : bon PVT et bon vent, où que vous partiez ! Revenez nous parler au plus vite de votre expérience en dehors des sentiers battus. 😉

isa

Amoureuse des Etats-Unis, de l'Utah et du voyage en train, j'ai passé 7 mois à Montréal en 2010, et j'en ai profité pour découvrir la Nouvelle-Angleterre en long, en large et en travers !
Mon coup de cœur avec Montréal date de 2008, et d'un mois estival là-bas... Depuis, je ne fais qu'y retourner !

J'ai réalisé deux tours des Etats-Unis (& Canada) en 2012 puis en 2014. Plusieurs mois sur les routes, c'est formateur... De retour à Montréal en 2019-2020 pour un PVT, avant de raccrocher !
Sur PVTistes.net, j'aime partager mon expérience sur le forum, dans des dossiers thématiques ou même en personne ! Vous me croiserez sûrement à Lyon, ma ville de cœur.

Ajouter à mes favoris
5
1 avis

Connectez-vous pour pouvoir voter.

(22) Commentaires

Hash I |

Salut à tous, je compte voyager prochainement avec air transat et je voulais savoir qui a deja voyager avec cet compagnie, vos impressions. Et je voulais savoir si en baggage cabine j’ai le droit d’apporter ma valise cabine et mon ordinateur portable ou est ce que je doit compter l’ordinateur en supplement??

Mathieu I |

Quel est le rapport avec l’article ? 😉
Je t’invite à consulter ce bon plan : https://pvtistes.net/bonsplans/air-transat-17-kg-de-bagages-offerts/

Christelle I |

excellent article merci bcp!!

Aurélien I |

Extra l’article, ça donne a réfléchir !! 🙂

larousse I |

Excellent article. Ça me fait réaliser que j’ai beau être Canadienne, j’ai en fait très peu visité mon propre pays!

isa I |

C’est un coup classique ! Et avec deux semaines de vacances annuelles, c’est pas forcément évident de voyager…
Un de mes objectifs des prochaines années est aussi de redécouvrir mon propre pays 😉

isa I |

J’ai adoré vivre à Montréal, mais si j’avais su qu’il y avait autant de possibilités ailleurs, je n’y serai pas allée. En fait, c’est surtout une méconnaissance du pays et le fait que j’étais uniquement focalisée sur Montréal et rien d’autre qui a fait que je ne me suis pas posée la question. Aujourd’hui, même si je ne retire que du positif de mon expérience montréalaise, et pas non plus un regret immense, je me dis que j’aurais du au moins réfléchir plus sérieusement à ma destination… C’est l’objet de cet article 🙂

Marine I |

Merci pour cet article! Encore sur liste d’attente (120 personnes devant moi, donc j’y crois:-), j’ai toujours des difficultés à faire comprendre à mes amis que non je ne souhaite pas m’installer 1 an à Montréal, que oui j’ai envie du Canada « profond » et de parler anglais plutôt que français, et que oui je trouve que les villes un peu plus retirées sont bien plus jolies et typiques que ces 3 grosses villes bien américaines (toutes 3 déjà visitées pour ma part). Bref… Un grand merci et je continue d’y croire et de rêver avec cet article bien illustré et bien « vendeur »!

isa I |

Pour moi, toutes les villes du Canada sont « américaines », et pour cause, on est quand même sur le bon continent 😀 Je ne sais pas si on peut avoir une expérience plus authentique à Montréal, ou à Yellowknife (par exemple), mais une expérience différente, ça c’est certain 🙂
Bon courage pour l’attente !

Mathieu I |

Superbe article Isabelle, merci ! Allez les futurs pvtistes, on choisi une destination en dehors de Montréal, Toronto ou Vancouver 🙂

Laurent I |

L’article qui te fais juste rêver… les week end vont être chargés 🙂

Magali I |

Wahou !
Ca donne vraiment pas envie de rester à Montréal tout ca 🙂
Merci Isa pour cette superbe compilation de tous ces endroits fabuleux du Canada. Je crois que j’aurais aimé essayer la vie à Yellowknife ou quelque part perdu dans le grand nord…