Nos 15 conseils pour réussir votre PVT (WHV)

Article publié le 08-03-2018.

15-conseils-reussir-votre-pvt

Dans un précédent article, on vous a donné 16 bonnes raisons de partir en PVT (pour le cas où vous auriez besoin d'être convaincu ;)) mais toujours dans une démarche de vous aider dans votre projet, voici quinze conseils qui, nous l'espérons, vous seront utiles et vous rappelleront que si l'expérience PVT est, pour une très grande majorité, un voyage inoubliable, fait de moments magiques, il y a tout de même quelques écueils à éviter !

1. Partir avec de l’argent

Chaque ambassade vous recommande d'avoir un minimum d'économies sur votre compte (environ 2 500 €, mais parfois plus, comme en Australie (l'équivalent de 5 000 $AU) et au Japon (3 100 €)). Ces économies sont vraiment importantes. Les premières semaines, si on ne trouve pas d'emploi, l'argent part vite, ayez-en bien conscience.

2. Ne pas rêver d'un Eldorado

Entre les reportages télé, les amis qui ont eu des expériences très réussies et parfois tout simplement notre imagination qui idéalise une destination, il n'est pas rare que des PVTistes se prennent une claque après quelques semaines en PVT. Ne rêvez pas d'un pays sans chômage, d'un pays où on nous attend les bras ouverts : le chômage est partout, certains domaines recrutent, d'autres pas (cela dépend des pays) et d'autres facteurs peuvent vous amener à galérer un peu, voire beaucoup.

3. Consulter notre contenu

Pour la majorité des destinations PVT, nous vous proposons des dossiers sur la préparation au départ en PVT et sur la vie sur place. Pourtant, il nous arrive souvent, lors de salons, de rencontres PVTistes, sur le forum ou encore sur les réseaux sociaux, de voir (par exemple) :

  • Que vous vous demandez si vous avez le droit de partir en PVT uniquement avec un billet d'avion aller.
  • Que vous croyez que tous les PVT sont soumis à des tirages au sort (alors que cela ne concerne que le PVT Canada).
  • Que vous vous inquiétez beaucoup pour votre recherche de logement (pensant que cela nécessite systématiquement, comme en France, des garants, un salaire beaucoup plus élevé que le prix du loyer, etc.).

4. Prendre une assurance PVT pour tout son séjour et donner le nom de son assurance à ses proches

On ne le répétera jamais assez, il est primordial de partir avec une assurance qui vous couvre pendant toute la durée de votre PVT en cas de maladie (angine, grippe), d'hospitalisation et de rapatriement. Pour la majorité des destinations PVT, l'assurance est obligatoire (généralement demandée dans le dossier de demande de visa ou à l'arrivée dans le pays). Pour d'autres pays, elle n'est pas obligatoire (notamment en Australie) et les "oublis" peuvent être dramatiques : une hospitalisation ou un rapatriement peuvent coûter des dizaines de milliers d'euros, on n'en a pas toujours conscience...

5. Prendre conscience du handicap de ne pas parler la langue du pays...

... surtout dans les pays où le nombre de PVTistes est très élevé ! Partir en Corée du Sud, à Hong-Kong, à Taïwan ou au Japon, par exemple, sans parler la langue du pays, c'est un défi, mais un défi à portée de main (si tant est qu'on veuille le relever) car la concurrence est moins rude ! En 2016, on comptabilisait environ 300 PVTistes français en Corée, 500 à Hong-Kong et 1 000 au Japon et tous ne parlaient pas la langue de leur pays d'accueil.

Plus au sud, les PVTistes sont beaucoup plus nombreux. La Nouvelle-Zélande accueille chaque année environ 10 000 Français et l'Australie, plus de 21 000 Français en Working Holiday Visa.

6. Faire une étude du marché du travail local

Ce sixième conseil concerne tout particulièrement ceux qui souhaitent impérativement travailler dans un domaine précis. Si vous êtes prêt à occuper toutes sortes de poste, tout ne sera pas forcément facile (il y a de la concurrence même pour les petits boulots) mais les opportunités seront plus nombreuses.

Si en revanche, vous voulez travailler dans votre domaine, il est important d'étudier le marché du travail local pour éviter les déceptions.

7. Partir dans le délai imparti !

On se rend régulièrement compte qu'il vous arrive de vous mélanger les pinceaux entre les différentes destinations PVT et on le comprend tout à fait. Pour certaines informations, ce n'est pas très grave, mais pour d'autres, si !

Partez toujours du principe que le PVT est un programme unique mais que chaque accord prévoit des choses différentes (âge limite (de 29 à 35 ans selon les pays et votre nationalité), quota, demande de permis/visa sur Internet ou en personne, documents à joindre, etc.).

8. Partir avec les documents nécessaires

Pour certains pays (notamment certaines destinations asiatiques et sud-américaines), des documents sont exigés au moment de la demande de visa, notamment une preuve d'économies et une assurance PVT.

9. Ne pas trop se baser sur l'expérience des autres PVTistes

"J'ai un ami qui a adoré son PVT, il a trouvé du boulot en claquant des doigts".

"Mon pote revient de voyage, c'était horrible, il a rien trouvé comme boulot et du coup il a dû rentrer après 1 mois".

Ça, ce sont les cas extrêmes du PVT. Il y en a certains pour qui tout est d'une simplicité enfantine. Et puis, il y en a certains pour qui, au contraire, rien ne va.

Il est vraiment préférable de ne pas trop se baser sur ce type d'expériences. Un PVT, la plupart du temps, c'est fait de moments magiques et de galères de temps à autre. Mais surtout, un PVT dépend de celui ou de celle qui le vit.

10. N’écouter que ceux qui vous encouragent

Sur notre forum, une discussion perdure dans le temps car elle reste toujours d'actualité : Quelles ont été les réactions de vos proches ?

Quand vous avez dit à votre famille ou à vos amis que vous vouliez partir en PVT, comment ont-ils réagi ?

11. Vous lancer une fois sur place !

Vous êtes timide ? Vous n’osez généralement pas parler aux gens que vous ne connaissez pas. Pour vous, partir en road trip avec 3 inconnus, ce n'est pas du tout envisageable ? Vous ne parlez pas bien la langue du pays ? Un conseil : faites-vous violence et lancez-vous !

12. Ne pas abandonner trop vite

Il arrive, de temps en temps, qu'on lise les témoignages de PVTistes rentrés après 2 semaines ou 2 mois, alors qu'ils prévoyaient de partir pour une année entière.

13. Envisager le volontariat si on ne trouve pas d’emploi

Pour certains, faire du volontariat en début de PVT, c'est un incontournable :

  • pour une immersion immédiate, avec des locaux ;
  • pour s'améliorer dans la langue du pays ;
  • pour ne pas dépenser d'argent ;
  • pour vivre de nouvelles expériences professionnelles.

14. Ne pas côtoyer que des francophones

Sur le site, on a déjà abordé le sujet (Rencontrer des Français pendant un voyage à l'étranger) et on insistait sur le fait de ne pas rejeter vos concitoyens (c'est surtout les Français qui veulent éviter les Français, on lit ça beaucoup moins souvent de la part des Belges) car ils peuvent aussi représenter des rencontres magiques, peuvent peut-être vous refiler un boulot, une coloc, etc.

15. Un PVT roots... mais dans la prudence !

Vivre une année entre parenthèse, loin de ce qu'on a vécu auparavant, c'est grisant, mais attention à rester prudent ! Respectez les autres et prenez soin de vous.

Bon PVT à tou(te)s !

Plus d'astuces, de témoignages et d'expériences

Besoin de lire des expériences ? Consulter les interviews des PVTistes ou nos récits de voyageurs pour vous enrichir et donc mieux vous préparer !

Évaluations des membres

5/5 (3)

Articles recommandés

isa

Pourquoi les escaliers sont-ils extérieurs, à Montréal ?

Ushuaianne

Anne, reporter PVTiste : le road trip canadien commence !

Lord_Coconut

Vidéo : des vacances en Nouvelle-Zélande après un PVT Australie !

Commentaires Facebook

Partagez cet article avec vos amis ou bien posez vos questions.

Commentaires

Partagez vos avis, vos interrogations ou vos remerciements.
#1108117

Super article, merci Julie

#1108362

Génial !! Tout à fait exact... N'écoutez toujours que ceux qui vous encouragent^^
Pour la barrière de la langue, au Japon savoir baragouiner quelques mots (sans pour autant être bilingue) permet de faciliter les contacts avec les locaux ! A ne pas négliger donc!

#1108375

Citation Message de LilixC Voir le message
Génial !! Tout à fait exact... N'écoutez toujours que ceux qui vous encouragent^^
Pour la barrière de la langue, au Japon savoir baragouiner quelques mots (sans pour autant être bilingue) permet de faciliter les contacts avec les locaux ! A ne pas négliger donc!

Oui tu as raison, d'autant que, si je ne dis pas de bêtise, il n'est pas trop compliqué d'apprendre quelques phrases de la vie courante en japonais, pour les débuts

#1166978

bonjour je suis en train de faire mon visa horking holidays pour l'Australie et dans une page on nous demande de sélectionné un bureau en cas de rendez vous si on a besoin de nous contacter
je ne trouver pas de bureau en France, que dois je mettre ?
Et si il y a des chances pour qu'on nous donne un rendez-vous dans agence coché?
merci d'avance pour vos réponse

Identifiez-vous pour répondre

Télécharger notre App