Tous les permis et visas pour partir au Canada

Chapitre 2 : Quelques notions importantes : visa/permis, AVE, permis ouvert/fermé, EIMT...

Date de publication : 20-01-2021

Auteur

Julie

Quelques notions importantes

Pour partir au Canada, ai-je besoin d’un « visa » ?

Pour pouvoir aller temporairement au Canada, si vous n’êtes pas résident permanent ou citoyen du Canada, vous pouvez avoir besoin, selon votre nationalité, de l’un des éléments suivants :

  • Une Autorisation de Voyage Électronique – AVE (si vous êtes ressortissant d’un pays exempté de visa).
    OU
  • Un Visa de Résident Temporaire – VRT (si vous êtes ressortissant d’un pays pour lequel l’obtention d’un visa est obligatoire).

Les ressortissants français, belges et suisses (entre autres) n’ont pas besoin d’obtenir de visa pour se rendre au Canada.

En revanche, pour y travailler temporairement, ils ont besoin d’un « permis de travail » (et non d’un « visa de travail »). Et pour aller y étudier plus de 6 mois, ils ont besoin d’un « permis d’études » (et non d’un « visa d’études »).

Pour connaître la liste des pays bénéficiant d’une exemption de visa et ceux pour lesquels un visa est obligatoire, consultez le site des autorités canadiennes.

Pour partir au Canada, ai-je besoin d’une AVE ?

Les citoyens des pays exemptés de visa qui ne seraient pas résidents permanents canadiens doivent obligatoirement détenir une Autorisation de Voyage Électronique (AVE) pour se rendre au Canada par avion.

Les ressortissants français, belges et suisses (entre autres) doivent obtenir une AVE pour se rendre au Canada.

Une AVE vous est attribuée automatiquement si vous obtenez une lettre d’introduction/de correspondance pour aller travailler ou étudier au Canada (PVT, permis Stage, permis Jeunes Professionnels, VIE, permis d’études). L’AVE est directement liée à votre passeport et est valide 5 ans. Important : si votre passeport expire ou si vous le perdez et en faites faire un nouveau, vous ne disposez plus d’AVE, vous devez impérativement en demander une (au prix de 7 $, pas plus !) avant de partir au Canada. Dans le cas contraire, vous ne pourrez pas monter dans l’avion.

Permis de travail ouvert VS Permis de travail fermé

Le permis de travail ouvert

Un permis de travail dit « ouvert » signifie que vous n’êtes pas lié à un employeur bien précis. Vous pouvez changer d’employeur quand vous le souhaitez, sans avoir à effectuer de démarches supplémentaires. Un permis de travail ouvert vous permet de travailler dans tous les domaines (certaines professions sont cependant réglementées et nécessitent d’obtenir des autorisations de l’organisme régulateur) à l’exception des « activités de danse nue ou érotique, des services d’escorte ou des massages érotiques ».

Vous n’avez pas à trouver d’employeur au préalable pour obtenir un permis de travail ouvert.

Exemples de permis de travail ouvert : le Permis Vacances-Travail (PVT), le permis de travail ouvert pour les conjoints d’étudiants ou de travailleurs qualifiés et le permis de travail postdiplôme (pour ceux qui ont étudié et obtenu un diplôme au Canada).

Le permis de travail fermé

Un permis de travail dit « fermé », à l’inverse, signifie que vous êtes lié à un employeur spécifique. Détenir un permis de travail fermé vous autorise à travailler uniquement pour l’employeur qui figure sur votre permis de travail. Vous n’avez pas le droit de travailler pour un autre employeur.

Vous devez trouver un employeur au préalable pour pouvoir demander un permis de travail fermé.

Exemples de permis de travail fermés : permis de travail classique avec EIMT (voir ci-dessous), Jeunes ProfessionnelsStage coop International et Mobilité francophone.

Pour en savoir plus : Permis de travail ouvert et fermé au Canada : quelles différences ?

L’Étude d’Impact sur le Marché du Travail (EIMT) pour les permis de travail

L’Étude d’Impact sur le Marché du Travail (ou Labour Market Impact Assessment, en anglais) est une démarche que les employeurs canadiens doivent dans certains cas faire lorsqu’ils souhaitent embaucher un travailleur étranger, pour que celui-ci puisse venir travailler au Canada. Cette démarche, qui coûte 1 000 $CA à l’employeur (démarche non remboursée si elle n’aboutit pas), consiste pour l’employeur à démontrer qu’il ne parvient pas à trouver d’employé qualifié pour le poste qu’il cherche à pourvoir parmi les citoyens canadiens et les résidents permanents du Canada.

Cette démarche est faite auprès du ministère Emploi et Développement social Canada (EDSC). Si l’EIMT (LMIA, en anglais) est positive, l’employeur peut inviter le travailleur étranger à présenter une demande de permis de travail.

Au Canada, il existe deux grands groupes de permis de travail :

  • Les permis de travail nécessitant une EIMT : c’est le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET).
  • Les permis de travail ne nécessitant pas une EIMT : c’est le Programme de mobilité internationale (PMI).

Il existe plusieurs permis de travail qui ne nécessitent pas d’EIMT, c’est notamment le cas du PVT, du permis Jeunes Professionnels, du permis Stage, du VIE, ou encore de Mobilité francophone.

Pour en savoir plus : L’Étude d’Impact sur le Marché du Travail (EIMT) au Canada.

Le terme « offre d’emploi qualifiée »

Pour être éligible à certains permis de travail (comme Mobilité francophone), il peut être demandé aux candidats d’avoir une « offre d’emploi qualifiée ». Le terme « offre d’emploi » signifie au Canada « promesse d’embauche », et non simplement une offre d’emploi que vous auriez trouvée sur Internet, par exemple.

Le plus souvent, une offre d’emploi « qualifiée » est une offre pour un emploi de niveau A, B ou 0 de la Classification Nationale des Professions du Canada (CNP). La CNP est divisée en 5 niveaux :

  • Genre de compétence 0 : les professions du domaine de la gestion. Elle englobe les membres des corps législatifs et les cadres supérieurs et intermédiaires. Exemples : directeur financier, gestionnaire en agriculture…
  • Niveau A : les professions qui requièrent le plus souvent un niveau de compétence universitaire. Exemples : analyste financier, professionnel en ressources humaines, professionnel en marketing, communication, relations publiques, architecte, médecin…
  • Niveau B : les professions qui requièrent une formation collégiale, professionnelle ou un programme d’apprentissage. Exemples : adjoint administratif, technicien en graphisme, éducateur à la petite enfance, chef cuisinier, boucher, boulanger, coiffeur, plombier, soudeur…
  • Niveau C : les professions qui requièrent une formation de niveau secondaire ou une formation spécifique à la profession (ou les deux). Exemples : commis à la paye, réceptionniste de bureau, intervieweurs pour enquêtes, aide-infirmier, baby sitter, vendeur en commerce de détail, serveur d’aliments et de boisson, barman, maître d’hôtel, guide touristique…
  • Niveau D : les professions qui requièrent seulement une formation en cours d’emploi. Exemples : caissier, serveur au comptoir, préposé à l’entretien ménager et au nettoyage, manœuvre en construction, manœuvre à la récolte, cueilleur de fruits et de légumes…

Pour plus de précisions, consultez notre article Travail au Canada : à quoi correspondent les niveaux A, B, C, D et 0 ?

Il est important d’identifier votre profession et votre niveau de profession au Canada dans la mesure où certains permis de travail (ou certaines démarches de résidence permanente) exigent que vous ayez un emploi dit « qualifié ».

Chapitre 2 sur 13

Évaluation de l'article

5/5 (12)

316 Commentaires

larousse
3.3K 8.4K
Message de ValentineCanada
Bonjour! Pourriez-vous m'aider? Je suis actuellement en Stage de 6 mois avec un permis Stage coop, mon employeur souhaite m'embaucher en utilisant la mobilité francophone. J'ai lu que je ne bénéficiais pas d'une potentielle situation implicite. Je ne sais donc pas si je dois aller faire le tour du poteau pour obtenir une mobilité francophone alors même que je suis encore en stage ou juste après ? Combien de temps prennent les démarches, vais-je pouvoir travailler immédiatement si je fais le tour du poteau ? Peut-être devrais-je faire les demarches en ligne ?
Bonjour,

La procédure c'est de demander une prolongation de ton permis de travail en ligne via IRCC, dans le cadre de la Mobilité francophone. Tu pourras rester au pays et bénéficier des conditions de ton permis actuel jusqu'à ce que tu reçoives une réponse de IRCC.
ValentineCanada
0 1
Bonjour! Pourriez-vous m'aider? Je suis actuellement en Stage de 6 mois avec un permis Stage coop, mon employeur souhaite m'embaucher en utilisant la mobilité francophone. J'ai lu que je ne bénéficiais pas d'une potentielle situation implicite. Je ne sais donc pas si je dois aller faire le tour du poteau pour obtenir une mobilité francophone alors même que je suis encore en stage ou juste après ? Combien de temps prennent les démarches, vais-je pouvoir travailler immédiatement si je fais le tour du poteau ? Peut-être devrais-je faire les demarches en ligne ?
larousse
3.3K 8.4K
Message de Lauradugalic83
Est-il possible d’arriver sur le territoire canadien en décalé, car mon conjoint a des obligations professionnelles et pourrais arriver que fin septembre, alors que moi se serait pour le 1er Août…
Bonjour,

Bien sûr, aucune obligation d'arriver ensemble!
Laura
0 4
Bonjour je m’appelle Laura et j’ai été admise à l’école pour 3 ans à Montréal!
Mon conjoint me suis, pour lui faire un permis de travail ouvert en tant que conjoint accompagnateur.
Notre CAQ à été validé, nous avons envoyé nos deux demandes de permis nous attendons les réponses.
Néanmoins j’ai une question:
Est-il possible d’arriver sur le territoire canadien en décalé, car mon conjoint a des obligations professionnelles et pourrais arriver que fin septembre, alors que moi se serait pour le 1er Août…
Est-ce que cela poserait un problème lors du passage de l’agent de l’immigration?

Merci beaucoup!

Laura
larousse
3.3K 8.4K
Message de FredM88
Bonjour,
Actuellement salariée en France, mon entreprise dispose d'agences au Canada et je souhaite partir à Montréal. Mon objectif est de m'y installer définitivement. Je ne sais pas quelle est la meilleure option dans ce cas pour pouvoir partir mais ça serait certainement dans un premier temps en tant que travailleur détaché (donc 3 ans max renouvelable). Si je pars en tant que travailleur détaché, je comprends que je n'ai pas besoin d'un permis de travail. Confirmez-vous ?
Bonjour Fred,

Il faut absolument un permis de travail, tu n'es pas dispensé. Il faut aussi que l'entreprise canadienne pour laquelle tu comptes travailler fasse une demande d'EIMT, à moins que tu répondes aux critères de l'Accord économique Canada-Union Européenne, dans tel cas l'EIMT peut être dispensé:

Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE) – Personnes faisant l’objet d’un transfert temporaire intragroupe visées au R204a) (permis de travail requis/code de dispense de l’EIMT T44) et conjoints (permis

En gros, tu dois être un cadre supérieur, un spécialiste ou un stagiaire diplômé qui part en perfectionnement pour l'entreprise en question.

Mais dans tous les cas, tu auras besoin d'un permis de travail, sans l'ombre d'un doute.
Partir en tant que travailleur détaché facilite-t-il la possibilité d'obtenir une résidence permanente ? Si non, que me conseillez-vous de faire pour avoir la chance de pouvoir rester au Canada ?
Non, cela ne facilite pas la résidence permanente. Tu devras choisir un programme d'immigration et rencontrer les exigences pour être sélectionné. Je te conseille de lire le Guide de la RP pour en savoir plus:

Guide des programmes de résidence permanente au Canada
FredM88
0 3
Bonjour,
Actuellement salariée en France, mon entreprise dispose d'agences au Canada et je souhaite partir à Montréal. Mon objectif est de m'y installer définitivement. Je ne sais pas quelle est la meilleure option dans ce cas pour pouvoir partir mais ça serait certainement dans un premier temps en tant que travailleur détaché (donc 3 ans max renouvelable). Si je pars en tant que travailleur détaché, je comprends que je n'ai pas besoin d'un permis de travail. Confirmez-vous ?
Partir en tant que travailleur détaché facilite-t-il la possibilité d'obtenir une résidence permanente ? Si non, que me conseillez-vous de faire pour avoir la chance de pouvoir rester au Canada ?
D'avance merci pour votre réponse.
larousse
3.3K 8.4K
Message de VictorD21
Bonsoir, j'ai plusieurs questions au sujet du visa visiteur, je me renseigne au cas où je n'obtiendrais pas le PVT.

De quelle assurance aurais-je besoin pour le visa visiteur ?
Bonjour,

L'assurance n'est pas obligatoire quand on vient comme visiteur. Je pense que @GlobePVT offre aussi des assurances voyages "classiques".
Si je pars avec 2500€ et un billet d'avion aller simple, une preuve de wwoofing durant la totalité du voyage (6 mois) serait suffisant pour convaincre les douaniers de me laisser les 6 mois ? Si oui il faudrait une attestation sur l'honneur de chaque hôte pendant toute la durée ?
Attention, le woofing n'est permis que pendant 4 semaines sur chaque ferme non commerciale et il ne doit pas être la raison principale de ton séjour.

2500 euros me semble peu pour subvenir à tes besoins pendant 6 mois, même avec du woofing.
khadim
0 1
Bonsoir

Les PVT sont ils disponibles pour les senegalais?
Victor
0 1
Bonsoir, j'ai plusieurs questions au sujet du visa visiteur, je me renseigne au cas où je n'obtiendrais pas le PVT.

De quelle assurance aurais-je besoin pour le visa visiteur ?

Si je pars avec 2500€ et un billet d'avion aller simple, une preuve de wwoofing durant la totalité du voyage (6 mois) serait suffisant pour convaincre les douaniers de me laisser les 6 mois ? Si oui il faudrait une attestation sur l'honneur de chaque hôte pendant toute la durée ?

Si le billet aller simple n'est pas envisageable, quelle compagnie aérienne propose un billet aller-retour avec retour flexible (je voudrais continuer à voyager et changer de pays à la fin de mon visa) ?

Bonne soirée.
Victor
Pliz
6.2K 13.7K
Bonjour Sarah,

Message de Sarahsev
Dois-je faire ma demande ce mois-ci ou attendre encore un peu si je suis tiré au sort?
Si tu as été tirée au sort et accepté cette invitation, tu as 20 jours pour soumettre ta demande.
Une fois traitée; si elle est approuvée, quand tu recevras ta lettre de correspondance, tu auras effectivement douze mois pour partir au Canada.
Les délais importants sont rappelés dans le mini tutoriel dont Mat t'a donné le lien.
Je te conseille aussi, pour remplir correctement et sans stress ta demande, de lire tranquillement le tutoriel complet. Pour voir ce qui est demandé étape par étape.
Tutoriel EIC : Stage coop, Jeunes Pro, VIE et PVT Canada 2022

Articles recommandés