Le guide des pvtistes en Corée du Sud

Chapitre 29 : Un coup de déprime ou des soucis financiers : que faire ?

Date de publication : 28-02-2018

Auteur

PVTiste

02. Un coup de déprime ou des soucis financiers : que faire ?

Partir un an dans un pays qu’on ne connaît pas, en laissant tout derrière soi, peut être une véritable bouffée d’air frais. Mais ça peut également vous réserver quelques moments difficiles si vous avez du mal à rencontrer des gens, si vous n’arrivez pas à vous sentir à votre place ou si vous peinez à trouver un emploi. Si c’est votre cas, sachez tout d’abord que vous n’êtes ni le premier ni le dernier PVTiste à qui ça arrive. Ces expériences fortes que sont les PVT nous apportent beaucoup, des bonnes choses comme des moins bonnes, mais c’est aussi ce qui les rend aussi riches. Cela dit, pas question de subir son PVT !

Les rencontres

Si vous avez du mal à faire des rencontres, listez les différents moyens que vous avez d’y remédier.

Les soirées entre expats sont une excellente façon de rencontrer des personnes qui vivent la même expérience, avec les mêmes difficultés et les mêmes bonheurs que vous. C’est l’occasion de se créer un réseau, aussi bien amical que professionnel. Les cours de langue (ou les soirées Meetup : the Seoul French Party, the Language Exchange Café) peuvent être une super occasion pour créer du lien.
Comme en France ou en Belgique, certaines activités favorisent les rencontres : les événements culturels, le sport et les sorties notamment. Vous pouvez vous inscrire dans un club de danse, de photographie, d’expatriés ou dans une association... Sortez et amusez-vous !

Les soucis d'argent

Lorsque ce sont vos économies qui sont en berne, trouver un travail doit être votre priorité, même si ce n’est pas dans votre domaine, même si ce n’est pas très bien rémunéré et même si le travail ne vous intéresse pas beaucoup.

Si besoin, cumulez les petits jobs ponctuels (figuration, modèle pour les écoles d’art, traduction, distribution de flyers, baby-sitting, pet-sitting, voice-recording...). Pensez aussi au télétravail. Et si vous ne trouvez toujours pas, pourquoi ne pas envisager le Work Exchange en guesthouse par exemple (travail contre un lit gratuit) ? Cela réglera au moins le soucis du loyer !

Ouvrez-vous !

Si malgré tout cela, l’expérience reste difficile, essayez de voir si ce n’est pas votre comportement qui vous nuit. Les employeurs comme les personnes que vous rencontrez auront tendance à préférer quelqu’un de souriant et de positif. Le choc culturel pourrait vous faire réagir négativement à certains comportements ou certaines attentes des Coréens.

Essayez de mettre ces ressentis de côté pour dégager une attitude ouverte et curieuse.
Vous êtes sans doute venu en Corée pour découvrir sa culture, sa population et ses paysages, ne l’oubliez pas ! Ne soyez pas non plus trop exigeant.

Soyez ouvert également dans vos relations, oubliez la pression que vous vous êtes peut-être mise en arrivant.

Rejeter les rencontres avec les autres étudiants ou PVTistes occidentaux ne vous aidera pas forcément à rencontrer plus de Coréens et vous risquez de passer à côté d’excellents moments. À vous de vous créer un réseau composé de personnes venues d’horizons différents, votre PVT n’en sera que plus riche !

Changez vos projets

Autre possibilité : c’est peut-être tout simplement la ville dans laquelle vous avez atterri qui ne vous convient pas. Si c’est le cas, il suffit d’en changer ! Même si ça implique encore un déménagement, encore une nouvelle recherche de travail et de logement, si le PVT est un projet qui vous tient à cœur, ça vaut le coup de le faire ! Il suffira juste de signaler votre déménagement à l’administration pour mettre à jour votre Alien Card.

Le retour prématuré

Votre expérience est décevante ? Pas à la hauteur de vos attentes ? Vous peinez vraiment à trouver du travail ? Vous n’avez pas fait beaucoup de rencontres et vous décidez de rentrer en France ou en Belgique ? Surtout, ne rentrez pas la tête basse, déçu d’avoir échoué.
L’échec c’est surtout de ne pas oser partir. Partir et revenir plus tôt que prévu, c’est certes une déception mais pas un échec. Vous aurez vécu des choses, découvert la Corée, ses points positifs et ses difficultés, et vous rentrerez chez vous, riche de cette expérience.

Plusieurs dizaines de PVTistes ont pris le temps de répondre à notre sondage Le PVT et vous ? C’était plus simple ou plus difficile que ce à quoi ils s’attendaient ? On vous laisse découvrir leurs témoignages.

Chapitre 29 sur 35

Évaluation de l'article

5/5 (7)

3 Commentaires

Cynrhia
0 2
Bonjour je ne compte pas partir pour l’instant mais comme je suis curieuse j’ai été voir sur le site UrSeoul pour les résidences internationales et en voyant des informations sur le site j’ai plusieurs questions qui me sont venus en tête. La première c’est: est-ce que toute les chambres des résidences sont comme j’ai vu sur le site ? et la deuxième c’est pourquoi il y a deux prix indiquer ? Le premier prix c’est 30 1.030.000 won par mois/ par chambre et le deuxième c’est 4.120.000 won par personne donc je comprend pas du tout !
Laurie
0 2
Bonjour bonjour ! Je pars en janvier pour la Corée en pvt avec ma soeur et je viens de voir sur le site de l’ambassade de Corée qu’il faut une copie d’un justificatif de domicile sauf que vivant encore chez mes parents je n’ai aucun justificatif à mon nom. Est ce qu’une attestation d’hébergement avec copie de pièce d’identité d’un parent suffit ?
Regis
9 17
Salutations Pvtistes, Je reviens du bureau de l’immigration de Busan et c’est un peu le bordel là-bas, voici ma démarche pour cette Alien Card: D’abord le site Hikorea fonctionne sans Internet Explorer, je n’ai pas eu de plugin à télécharger et j’ai encore moins eu besoin de redémarrer mon pc. J’ai pu m’y connecter comme à n’importe quel autre site web et prendre mon RDV, j’ai fait une capture d’écran de la confirmation de la réservation sur mon téléphone plus tard, pas de soucis. Je suis arrivé au bureau 15-20min en avance, il y a pas mal de monde qui attendent et personnes pour me renseigner, pas de listes avec des noms non plus…il y a un agent de sécurité vers qui je me dirige et m’aide pour l’utilisation de la machine pour le timbre fiscal à 30.000won, puis il me dit d’aller au comptoir 6 « ID ». Mais je vois que pour les guichets 1 à 4 il y a écrit « reservation » et un numéro en dessous. Quand mon numéro apparaît je me dirige vers le comptoir 2 et c’est bien là que je dois aller pas au 6 (le 6 est pour venir chercher la carte). Documents imprimé et rempli j’ai tout donné. Ils prennent mes empreintes digitales, et me donnent une feuille pour les détails de mon voyage (j’ai écrit n’importe quoi en même pas 3 lignes), donc pour les détails vous pouvez le faire chez vous sur une belle feuille blanche ;)! J’ai du attendre 2 semaines avant que le premier créneau pour un rdv soit libre. Une fois tout les documents rendu, ils me donnent une feuille avec la date pour venir chercher ma carte : dans 2 semaines!

Articles recommandés