Le guide des pvtistes en Corée du Sud

Chapitre 15 : Les différences culturelles majeures

Date de publication : 28-02-2018

Auteur

PVTiste

05. Les différences culturelles majeures

Vous vous en doutez, la culture coréenne et française/belge ont quelques différences majeures. Ainsi, certaines habitudes et coutumes coréennes risquent quelque peu de vous dérouter. Petit topo rapide !

Les gestes et le comportement

Les gestes et le comportement ont également leur importance et il vaut mieux avoir quelques connaissances de base pour ne pas vous sentir bête lorsque vous y ferez face.

  • Par exemple, on ne se mouche pas à table, ni dans les espaces publics. Par contre, renifler n’est pas mal vu.
  • Les femmes ne sont pas censées croiser les jambes et préféreront disposer leur sac ou une couverture sur leurs genoux lorsqu’elles sont en jupe courte.
  • Vous entendrez souvent des Coréens (majoritairement âgés) se racler la gorge et cracher en pleine rue. Ça peut être déroutant !
  • Lors d’un premier contact, il est de coutume d’échanger sa carte de visite. Les Coréens la présentent à deux mains et il est attendu que vous fassiez de même à votre tour.
  • On ne mange pas et on évite de boire dans les transports en commun. C’est mal vu, notamment à cause des odeurs qui pourraient importuner les autres voyageurs.

Le culte de la beauté

Le culte de la beauté s’exprime avant tout par la consommation de cosmétiques à outrance et la pratique banalisée de la chirurgie esthétique. Alors qu’en France, il est encore peu courant de se refaire les seins ou le nez, en Corée du Sud, vous tomberez très souvent sur des affiches vous vantant les bénéfices de la chirurgie. Dans cette société ultra-compétitive où la pression sociale est quotidienne, il n’est pas rare que les Coréens (en particulier les femmes) se laissent tenter par un nouveau nez, une mâchoire plus fine ou, l’opération la plus populaire, un « débridage » des yeux. Ce sont bien souvent les parents qui offrent ce genre d’opération à leurs enfants, afin de leur donner plus de chances de « réussite » (faciliter l’intégration sociale à l’université, la recherche d’un premier travail, trouver un mari de bon standing, etc.).

Anecdote intéressante : même les photos de CV doivent être retouchées chez un photographe professionnel afin de gommer le moindre défaut (affinement du visage, éclaircissement de la peau, agrandissement des yeux, etc.). Quitte à ce que l’employeur soit surpris lors du face-à-face...

La profusion de produits de beauté et de marques de maquillage cosmétiques accentuent encore et toujours plus ce culte de l’apparence. Les beauty shops pullulent dans les rues, et à l’intérieur, les vendeuses sont aux petits soins avec leurs clientes. Dur de ne pas succomber à la tendance K-beauty !

Minorités ethniques et racisme en Corée

Autrefois très homogène, la Corée du Sud compte aujourd’hui plus de 2 millions d’étrangers. Il s’agit en grande majorité d’étrangers d’origine asiatique, contre seulement quelques centaines de milliers de personnes pour les autres étrangers. Les ethnies caucasiennes et noires représentent donc une minorité et ne passent pas inaperçues en Corée, en particulier à l’écart des grandes villes. Néanmoins, les Coréens sont loin d’être hostiles à la présence d’étrangers dans leur pays, même si les anciennes générations ont parfois un peu plus de mal.

En général, ils sont plutôt curieux et tenteront le contact. C’est ta vraie couleur de cheveux ? », « Je peux les toucher ? », « Tu as un long nez, c’est joli ! » sont quelques-unes des remarques que l’on vous fera peut-être. Si vous avez les yeux clairs, il est même possible qu’on vous fixe de façon persistante. Les enfants auront parfois des remarques un peu déstabilisantes ou pourront être un peu mal à l’aise en votre présence, mais dites-vous bien que c’est simplement de l’ignorance et de la peur de l’inconnu. La plupart du temps, votre apparence « différente » sera même un atout dans le milieu professionnel ou pour faciliter les contacts. Plus d'infos dans les témoignages de Farah et Alain-François.

Il existe un quartier arabe à Séoul (Itaewon) et des mosquées dans la ville. Les musulmans trouveront facilement de la viande halal et des lieux de prière. Le port du voile est, par ailleurs, très bien toléré en Corée. Il n’est pas rare de voir des étudiantes en échange universitaire le porter.

Une chose pourra peut-être vous choquer néanmoins ; certains lieux sont interdits aux étrangers. Il s’agit en général de clubs ou de bars dont l’entrée est plus spécifiquement interdite aux soldats américains… et qui ont fini par en faire des généralités. N’insistez pas, le videur se sentira en général aussi mal à l’aise que vous.

L’homosexualité

La Corée du Sud est un pays encore très attaché à ses principes religieux et aux schémas familiaux classiques. C’est surtout le cas des anciennes générations très ancrées dans le confucianisme. Heureusement, les choses évoluent et les jeunes ont l’air d’avoir une curiosité grandissante et une certaine ouverture sur le monde. Ils revendiquent de plus en plus leur liberté et leurs différences.

L’homosexualité est donc plutôt bien acceptée par les jeunes générations, mais pour autant, filles comme garçons sont invités à rester discrets en public comme nous l’explique Alexis dans son témoignage.

À Séoul, il existe des quartiers « gay friendly », et une Gay Pride a lieu chaque année.
Pour plus de détails, consultez notre dossier sur l’homosexualité et les lieux gay-friendly à Séoul.

Chapitre 15 sur 35

Évaluation de l'article

5/5 (7)

3 Commentaires

Cynrhia
0 2
Bonjour je ne compte pas partir pour l’instant mais comme je suis curieuse j’ai été voir sur le site UrSeoul pour les résidences internationales et en voyant des informations sur le site j’ai plusieurs questions qui me sont venus en tête. La première c’est: est-ce que toute les chambres des résidences sont comme j’ai vu sur le site ? et la deuxième c’est pourquoi il y a deux prix indiquer ? Le premier prix c’est 30 1.030.000 won par mois/ par chambre et le deuxième c’est 4.120.000 won par personne donc je comprend pas du tout !
Laurie
0 2
Bonjour bonjour ! Je pars en janvier pour la Corée en pvt avec ma soeur et je viens de voir sur le site de l’ambassade de Corée qu’il faut une copie d’un justificatif de domicile sauf que vivant encore chez mes parents je n’ai aucun justificatif à mon nom. Est ce qu’une attestation d’hébergement avec copie de pièce d’identité d’un parent suffit ?
Regis
9 17
Salutations Pvtistes, Je reviens du bureau de l’immigration de Busan et c’est un peu le bordel là-bas, voici ma démarche pour cette Alien Card: D’abord le site Hikorea fonctionne sans Internet Explorer, je n’ai pas eu de plugin à télécharger et j’ai encore moins eu besoin de redémarrer mon pc. J’ai pu m’y connecter comme à n’importe quel autre site web et prendre mon RDV, j’ai fait une capture d’écran de la confirmation de la réservation sur mon téléphone plus tard, pas de soucis. Je suis arrivé au bureau 15-20min en avance, il y a pas mal de monde qui attendent et personnes pour me renseigner, pas de listes avec des noms non plus…il y a un agent de sécurité vers qui je me dirige et m’aide pour l’utilisation de la machine pour le timbre fiscal à 30.000won, puis il me dit d’aller au comptoir 6 « ID ». Mais je vois que pour les guichets 1 à 4 il y a écrit « reservation » et un numéro en dessous. Quand mon numéro apparaît je me dirige vers le comptoir 2 et c’est bien là que je dois aller pas au 6 (le 6 est pour venir chercher la carte). Documents imprimé et rempli j’ai tout donné. Ils prennent mes empreintes digitales, et me donnent une feuille pour les détails de mon voyage (j’ai écrit n’importe quoi en même pas 3 lignes), donc pour les détails vous pouvez le faire chez vous sur une belle feuille blanche ;)! J’ai du attendre 2 semaines avant que le premier créneau pour un rdv soit libre. Une fois tout les documents rendu, ils me donnent une feuille avec la date pour venir chercher ma carte : dans 2 semaines!

Articles recommandés