Le guide des pvtistes en Corée du Sud

Chapitre 14 : La culture moderne « Hallyu »

Date de publication : 28-02-2018

Auteur

PVTiste

04. La culture moderne « Hallyu »

La culture dite moderne est due à l’essor fulgurant des nouvelles technologies en Corée et à une croissance économique spectaculaire. C’est dans les années 1990 qu’est née la vague culturelle Hallyu (한류), qui a notamment été amenée par la Kpop, la musique pop coréenne, qui est aujourd’hui connue partout dans le monde.

La Kpop / 케이팝 (du coréen « kayo / 가요 » qui est l'abréviation de « Korean pop ») naît dans les années 1990 mais commence véritablement à faire parler d’elle dans les années 2000, notamment avec les groupes d’<em>idols</em> BigBang pour les garçons, et Wonder Girls pour les filles. C’est un véritable concentré de musique et de tendances actuelles partagé entre plusieurs univers tels que le hip-hop, le rock, le r’n’b, la pop, ou encore l’electro (tout y passe !), le tout chanté en coréen et agrémenté de quelques paroles en anglais. Le mouvement Kpop est un véritable phénomène de société qui génère des millions d’euros chaque année et qui favorise, à n’en pas douter, le tourisme dans le pays. Le gouvernement, qui l’a très bien compris, utilise sans retenue (ni vergogne) ces célébrités stéréotypées d’un nouveau genre pour promouvoir la Corée et ses produits à un niveau international. Vous ne pourrez pas y échapper !

Ce qui fait la popularité de la Kpop, ce sont ses mélodies entraînantes, ses clips vidéos (appelés « MV » pour music video) colorés et ultra travaillés, sans oublier des chorégraphies millimétrées et parfaitement coordonnées. Qu’on aime ou pas, on ne peut qu’être admiratif devant tant de travail et de « perfection ».

Les boys-bands et girls-bands coréens qui font partie de la mouvance Kpop sont appelés « idols ». La plupart d’entre eux sortent d’agences qui les forment pendant de longues années avant de les lancer sur scène. Durant cette période, ils sont appelés « trainee ». Les <em>idols</em> représentent la vitrine du pays et se doivent donc d’être irréprochables !

Les séries et les films coréens

Autre point très important de la culture pop coréenne : les séries et les films coréens, qui sont, par ailleurs, un excellent moyen d’en apprendre plus sur les coutumes, les traditions, ainsi que la langue coréenne.

Les séries coréennes, appelés « drama », ne sont pas qu’une mode de passage. Véritable phénomène, le drama s’installe de plus en plus dans la culture populaire (et même hors frontières). Tout le monde en regarde (véritablement de 7 à 77 ans), et il y en a pour tous les goûts : comédie, romance, policier, scolaire…

Le cinéma coréen a de plus en plus la cote en Europe et à travers le monde. En attestent les récompenses et collaborations internationales qui se font de plus en plus nombreuses. Les films coréens, souvent assez sombres, semblent véhiculer la violence et les frustrations de la société coréenne, comme un exutoire.

Beaucoup de ces films ont d'ailleurs pour sujet les relations humaines, les pressions subies, ou comment un homme peut devenir un monstre ou avoir envie de se venger de ne pas avoir été écouté et compris (voir les films de Park Chan-wook). À l’inverse, on y retrouve de fabuleuses histoires d’amour passionnées et souvent impossibles, comme pour nous rappeler que les Coréens finissent toujours par souffrir de leur condition (voir les films de Kim ki-duk). Le cinéma coréen dérange et fascine à la fois. Ce qui est sûr, c’est que vous n’en sortirez jamais indemne !

Devenus un véritable emblème du pays, les dramas coréens s’exportent dans toute l’Asie et, depuis peu, en Europe. La chaîne française Gong TV, par exemple, diffuse des épisodes originaux avec des sous-titres en français. La chaîne KBS WORLD diffuse ses dramas et ses émissions en temps réel et sous-titrés en anglais. Beaucoup de sites et de plateformes sur internet proposent les séries le lendemain, sous-titrées pour la plupart en anglais (Drama Passion). Quant aux films, ils sont de plus en plus diffusés dans les salles de cinéma en France. On se souvient du film de zombies réalisé par Sang-Ho Yeon, Dernier train pour Busan, dans les salles françaises à l’été 2017.

En matière de culture moderne, la Corée du Sud ne s’arrête pas là ! Les nouvelles technologies ont aussi la part belle, notamment avec les avancées de l’entreprise Samsung qui innove et réinvente la modernité chaque année avec toujours plus de nouveaux gadgets et produits inédits ! Un véritable symbole de la réussite en Corée du Sud, vous ne pourrez pas passer à côté de cette grande famille !

Chapitre 14 sur 35

Évaluation de l'article

5/5 (7)

3 Commentaires

Cynrhia
0 2
Bonjour je ne compte pas partir pour l’instant mais comme je suis curieuse j’ai été voir sur le site UrSeoul pour les résidences internationales et en voyant des informations sur le site j’ai plusieurs questions qui me sont venus en tête. La première c’est: est-ce que toute les chambres des résidences sont comme j’ai vu sur le site ? et la deuxième c’est pourquoi il y a deux prix indiquer ? Le premier prix c’est 30 1.030.000 won par mois/ par chambre et le deuxième c’est 4.120.000 won par personne donc je comprend pas du tout !
Laurie
0 2
Bonjour bonjour ! Je pars en janvier pour la Corée en pvt avec ma soeur et je viens de voir sur le site de l’ambassade de Corée qu’il faut une copie d’un justificatif de domicile sauf que vivant encore chez mes parents je n’ai aucun justificatif à mon nom. Est ce qu’une attestation d’hébergement avec copie de pièce d’identité d’un parent suffit ?
Regis
9 17
Salutations Pvtistes, Je reviens du bureau de l’immigration de Busan et c’est un peu le bordel là-bas, voici ma démarche pour cette Alien Card: D’abord le site Hikorea fonctionne sans Internet Explorer, je n’ai pas eu de plugin à télécharger et j’ai encore moins eu besoin de redémarrer mon pc. J’ai pu m’y connecter comme à n’importe quel autre site web et prendre mon RDV, j’ai fait une capture d’écran de la confirmation de la réservation sur mon téléphone plus tard, pas de soucis. Je suis arrivé au bureau 15-20min en avance, il y a pas mal de monde qui attendent et personnes pour me renseigner, pas de listes avec des noms non plus…il y a un agent de sécurité vers qui je me dirige et m’aide pour l’utilisation de la machine pour le timbre fiscal à 30.000won, puis il me dit d’aller au comptoir 6 « ID ». Mais je vois que pour les guichets 1 à 4 il y a écrit « reservation » et un numéro en dessous. Quand mon numéro apparaît je me dirige vers le comptoir 2 et c’est bien là que je dois aller pas au 6 (le 6 est pour venir chercher la carte). Documents imprimé et rempli j’ai tout donné. Ils prennent mes empreintes digitales, et me donnent une feuille pour les détails de mon voyage (j’ai écrit n’importe quoi en même pas 3 lignes), donc pour les détails vous pouvez le faire chez vous sur une belle feuille blanche ;)! J’ai du attendre 2 semaines avant que le premier créneau pour un rdv soit libre. Une fois tout les documents rendu, ils me donnent une feuille avec la date pour venir chercher ma carte : dans 2 semaines!

Articles recommandés