Le guide des pvtistes en Nouvelle-Zélande

Chapitre 32 : Les lieux incontournables

Date de publication : 19-02-2018

Auteur

Marie

02. LES LIEUX INCONTOURNABLES

La petite taille de la Nouvelle-Zélande vous permet aisément, si vous prenez un peu de temps, d’explorer une très grande partie du territoire. Que ce soit à pied, à vélo, en bus ou en voiture, il serait vraiment dommage de venir en Nouvelle-Zélande sans profiter pleinement de ses exceptionnels paysages. Notez que cette liste d’incontournables n’est en aucun cas exhaustive et qu’il y a énormément d’autres choses à voir, à faire, à goûter et à découvrir dans chacune des régions néo-zélandaises.

Les I-SITE, centres du Department of Conservation et autres offices du tourisme sont des lieux très utiles quand vous arrivez dans une nouvelle ville ou dans une nouvelle région. Outre les informations qu’ils fournissent sur les chemins de randonnée, vous pouvez y trouver des prospectus sur les activités, les musées et les choses à faire ou à voir dans le coin. Ils peuvent également vous conseiller sur des activités, en fonction de vos envies et de votre budget. Enfin, ils peuvent vous recommander des lieux hors des sentiers battus !

Le Northland

Cette région est située tout au nord de la Nouvelle-Zélande. Vous pouvez y admirer de belles plages et profiter d’un climat plutôt clément pendant toute l’année (entre 14 et 27 degrés).

  • Cape Reinga : c’est le cap situé à l’extrême nord-ouest de l’Île du Nord. Rendez-vous au niveau du phare pour observer les courants marins de la mer Tasman et de l’océan Pacifique qui viennent s’y rencontrer.
  • Spirits Bay : non loin de Cape Reinga, au bout d’une route de graviers (attention si vous êtes en voiture de location), se trouve une belle plage de sable constituée de milliers de coquillages polis par la mer, qui lui donnent une magnifique couleur dans les tons rosés. Spirits Bay est aussi un spot populaire chez les surfeurs. Cet endroit est hautement symbolique pour les Maoris puisqu’à leurs yeux, c’est le lieu où les âmes des défunts entrent dans la mer pour passer dans l’au-delà.
  • Ninety Miles Beach : cette plage (qui fait en réalité 58 miles) était autrefois empruntée par les fermiers néo-zélandais pour amener plus rapidement leur bétail aux marchés aux bestiaux. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui parcourent en voiture cette plage, à marée basse (il est très fortement recommandé d’avoir un véhicule 4×4 pour ne pas vous enliser).
  • Te Paki Sand Dunes : c’est une grande dune de sable que l’on peut dévaler sur une planche de surf (ou avec un sac poubelle qu’on apporte avec soi… et que l’on remporte !). Vous avez certes de gros efforts à produire pour monter la dune, mais c’est une expérience sympa à faire.
  • Les forêts de Waipoua, Mataraua, Omahuta et Waima : ces quatre forêts regroupent la plus grosse population de kauris encore présents en Nouvelle-Zélande. La Waipoua Forest est un excellent exemple de ce à quoi pouvaient ressembler les forêts dans le nord du pays par le passé. Vous pouvez notamment y apercevoir le kauri nommé Tane Mahuta, le Seigneur de la forêt, avec ses 51,5 mètres de hauteur et ses 13,77 mètres de circonférence.
  • Bay of Islands est un chapelet d’îles qui baignent dans une belle mer turquoise. Le lieu est idéal pour pratiquer toutes sortes d’activités marines : snorkeling, kayak, observation de dauphins ou de baleines… Si vous avez un peu de temps, profitez-en pour explorer la région, notamment en allant voir les Haruru Falls (des chutes d’eau pas très hautes mais en forme de fer à cheval). Vous pouvez également en apprendre un peu plus sur l’histoire de la Nouvelle-Zélande en vous rendant au Waitangi Treaty ground où a été signé le traité de Waitangi en 1840, le traité fondateur de la Nouvelle-Zélande passé entre la Couronne britannique et des chefs maoris. Les petites villes de Pahia et Russel sont des points de chute agréables pour explorer la région et d’excellents points de départ pour différentes excursions en mer. Si vous souhaitez découvrir une plus grande ville, optez pour Kerikeri.
  • Les Waipu caves : ces grottes (gratuites) sont accessibles à pied. Comptez deux heures pour faire l’aller-retour. Munissez-vous de bonnes chaussures, d’une lampe de poche et allez admirer les formations de calcaire et les vers luisants. L’entrée de la grotte est particulièrement glissante, soyez prudent. Non loin de là, les Piroa Falls vous permettent de faire une petite pause rafraîchissante. N’oubliez pas votre maillot de bain, il est possible de faire trempette à proximité de la cascade. Un peu moins connues, les Abbeys Caves près de Whangarei, sont elles aussi peuplées de vers luisants.

La région d’Auckland

La région d’Auckland accueille le plus grand nombre d’habitants en Nouvelle-Zélande (un quart de la population totale). Nombre de pvtistes s’y rendent chaque année pour y trouver du travail. Mais la région compte également de très beaux parcs et de jolies visites à ne pas manquer.

  • La ville d’Auckland : profitez d’un séjour dans la capitale économique du pays pour visiter ses musées (Auckland Museum, Art Gallery), assister à des concerts, participer à des festivals ou faire du shopping. Explorez les 48 volcans que compte la ville, ses petits quartiers (Ponsonby, K’road, Mt Eden, Devonport), ses parcs (Auckland Domain, Western Springs…) et faites le plein de vie citadine et cosmopolite. Pour en savoir plus, ne manquez pas notre guide sur la ville d’Auckland.
  • Muriwaï et Piha : situées à plusieurs dizaines de kilomètres au nord-ouest d’Auckland, ces deux petites villes se trouvent au bord de la mer Tasman. Une belle plage de sable noir et une colonie de ganettes (des oiseaux) vous attendent à Muriwaï. La plage de Piha est très populaire pour le surf. Avec un peu d’imagination, vous comprendrez le nom de la grosse formation rocheuse située au milieu de cette plage : lion rock. En effet, sa forme, vue de côté, fait penser à un lion assoupi. À proximité de Piha, ne manquez pas les Kitekite Falls (ou Kitakita Falls), des chutes d’eau sur plusieurs niveaux, hautes de 40 mètres. Il est même possible de vous baigner en bas des chutes. Piha se trouve à côté du Waitakere Regional Park, un immense parc naturel où il est possible de faire plein de belles randonnées (plus de 250 kilomètres de chemins s’offrent à vous).
  • Les îles au large d’Auckland : il y en a pour tous les goûts ! Ceux qui souhaitent se relaxer sur des plages de sable blanc ou découvrir une vingtaine de vignobles peuvent prendre un ferry vers Waiheke Island. Ceux qui veulent admirer le plus imposant volcan de la région peuvent se rendre sur l’île volcanique de Rangitoto, facilement reconnaissable depuis la ville par sa forme de grand cône, haut de 260 mètres. Great Barrier Island est idéale pour faire de la randonnée, du kayak, de la plongée et pour admirer des chutes d’eau, une nature extrêmement bien protégée et des paysages somptueux. Plus éloignée que les autres, Great Barrier Island s’explore sur plusieurs jours. Titirangi Matangi Island est l’un des meilleurs spots de la région pour observer les oiseaux : il s’agit d’une des seules réserves scientifiques ouvertes au public, dédiée pour une grande part aux oiseaux. On y trouve notamment des kiwis (pour ceux qui y passeraient la nuit, bien sûr), des takahēs, des tuis, des fantails, des robins, des ganettes, des manchots bleus et bien d’autres espèces. Une magnifique expérience pour les amoureux de la nature et des oiseaux !

La péninsule de Coromandel

Située à l’est d’Auckland dans la région de Waikato, cette péninsule est très populaire chez les habitants d’Auckland qui aiment ses plages de sable blanc, ses côtes, et ses bizarreries géologiques. C’est aussi l’une des meilleures régions pour admirer la profonde couleur rouge des fleurs de pohutakawa qui fleurissent en décembre. On ne les appelle pas fleurs de Noël pour rien !

  • Cathedrale Cove, c’est une arche naturelle creusée par la mer, qu’il est possible de traverser à pied à marée basse (vérifiez les horaires des marées). L’endroit est splendide et la plage environnante est fabuleuse, avec une belle mer bleue. Hahei Beach, une magnifique plage de sable blanc et d’eau turquoise située juste à côté, vaut également le détour !
  • Hot Water Beach, c’est un petit espace sur la plage où il est possible (après avoir un peu creusé dans le sable) de sentir de l’eau provenant d’une source d’eau chaude située juste en dessous. Thames, c’est la plus grosse “ville” de la région. Vous pouvez y trouver tout ce dont vous avez besoin pour vous ravitailler.
  • New Chums Beach : une petite demi-heure de marche est nécessaire depuis Whangapoua Beach pour accéder à cette jolie plage. Une fois sur place, vous êtes largement récompensé ! Vous voilà sur une plage tranquille, les pieds posés sur un sable fin, blanc et propre. Face à vous, une mer magnifique et calme. C’est un endroit parfait pour se relaxer !
  • La Karangahake Valley : sur le chemin entre les plages de Coromandel et Auckland, arrêtez-vous dans la Karangahake Valley pour explorer les anciennes galeries de mines d’or et des rails qui sont depuis longtemps désaffectés. Munissez-vous d’une lampe et explorez les tunnels.

La région de Waikato

La région de Waikato (en dehors de la péninsule de Coromandel) est souvent vue comme le passage obligé (mais où un arrêt est inutile) de tous les voyageurs souhaitant se rendre dans le centre de l’Île du Nord et descendre vers Wellington. Quelques spots méritent toutefois qu’on s’y attarde !

  • Les Waitomo Caves : ces grottes abritent des vers luisants qui donnent une petite impression mystique au lieu. Pour y accéder, il faut toutefois passer par un tour (un peu cher au goût de beaucoup). Depuis le bateau, vous pouvez admirer les formations de stalactites et bien sûr, les petits vers luisants qui s’y trouvent. Sachez toutefois qu’il existe d’autres grottes où il est aussi possible de voir des vers luisants à moindre coût, notamment les Waipu Caves à Whangarei dans le Northland.
  • Matamata : cette ville attire beaucoup de gros fans des trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit puisque c’est là que se trouve Hobbiton, le lieu utilisé pour le tournage des scènes dans la Comté (là où vivent les Hobbits). Les environs sont aussi très beaux : il y a une balade d’une heure et demie à faire à Blue Spring, située à une heure de là.
  • Les Wairere Falls : ce sont les plus grandes chutes d’eau de l’Île du Nord. Elles font 153 mètres de haut et sont disposées sur 2 étages. Une petite marche vous amène au niveau du look out pour vous permettre de les admirer pleinement.
  • Raglan : ville réputée pour ses spots de surf (Indicators, Manu Bay et Whale Bay), Raglan est une petite ville relax avec de jolies plages, des cafés et un petit style bohème.

Bay of Plenty

La région accueille chaque année beaucoup de pvtistes qui viennent travailler dans les entreprises de picking et de packing, nombreuses dans la région. Grâce à son climat très doux et assez ensoleillé, Bay of Plenty est aussi une destination de choix pour faire du tourisme. En vous y rendant, vous découvrirez également l’une des régions ayant le plus d’activité géothermique dans le pays.

  • Rotorua : cette ville, extrêmement populaire auprès des touristes, sent le soufre (ou l’oeuf pourri) et ça n’est pas une expression ! Explorez les parcs de la ville où vous pouvez observer gratuitement des mares de boue faire “gloup-gloup”. Certaines attractions autour de la géothermie de la région sont gratuites, les plus impressionnantes sont souvent payantes. Au moins trois parcs privés vous amènent au plus près de l’activité géothermique : Te Puia (geyser, culture maorie et observation de kiwis), Wai-O-Tapu (lacs aux couleurs éclatantes, geysers et piscines de boue) et Hells Gate (spa, fumerolles et boue bouillonnante). Dans les alentours, plein de balades sont également possibles pour découvrir d’autres merveilles géologiques. Attention toutefois où vous mettez les pieds et suivez bien les instructions données par les autorités : la région reste dangereuse pour les étourdis. Enfin, Rotorua compte une forte communauté maorie : un grand nombre d’activités autour de la culture maorie y sont ainsi proposées.
  • White Island : située au large de Bay of Plenty, cette île est en fait un volcan marin actif très impressionnant. Il est possible d’admirer le volcan depuis les airs et même de vous y rendre par bateau via un tour opérateur. Le port du casque sur place est évidemment obligatoire (on vous a dit qu’il était actif !). White Island est un excellent moyen d’en savoir plus sur l’activité géothermique néo-zélandaise. Des excursions de plongée y sont parfois organisées.
  • Tauranga : ville sympathique au bord de la mer. Pour l’admirer au mieux, montez sur le Mont Maunganui par une belle journée pour avoir une jolie vue sur la ville et sur Matakana Island.

Le Central plateau

Le Central plateau se situe, comme son nom l’indique, plutôt au centre de l’Île du Nord. Il s’agit d’un plateau volcanique où se trouvent le Lac Taupo, le plus grand lac de Nouvelle-Zélande, et les volcans du Tongariro National Park.

        • Taupo : la ville de Taupo est située au nord du Lac Taupo. Ville agréable et sympa, elle est le point de départ de nombreuses activités à sensations fortes dans la région. Vous pouvez y faire du saut à l’élastique ou du saut en parachute. C’est également le point de départ des excursions vers les Huka Falls, des chutes d’eau au débit absolument impressionnant : plus de 220 000 litres d’eau par seconde ! À proximité, vous pouvez aller voir le barrage d’Aratiata s’ouvrir 3 à 4 fois par jour à 10 h, midi et 14 h (et également à 16 h entre novembre et mars). Au nord de Taupo, le parc géothermal (payant) d’Orakei Korako est un bon spot pour observer des phénomènes géothermiques si vous ne passez pas par Rotorua.
        • Tongariro National Park : ce parc national abrite trois des plus importants volcans de Nouvelle-Zélande : les monts Ruapehu, Ngauruhoe et Tongariro. Dans ce parc, des randonnées allant de quelques heures à plusieurs jours vous permettent d’explorer chacun de ces volcans, notamment en longeant leur cratère et en observant les fumerolles présentes ici et là. Les paysages sont absolument spectaculaires. Le Tongariro Alpine Crossing, une rando d’une journée dans le parc, est un must-do en Nouvelle-Zélande. La région s’explore à pied et il est conseillé de ne pas y randonner pendant l’hiver (mauvais temps, terrain relativement dangereux, risque d’égarement). Si vous y êtes en hiver, vous pouvez faire du ski à Turoa et Whakapapa.
        • Ohakune : c’est une petite ville située à l’extrême sud du Tongariro National Park. C’est également la capitale de la carotte (eh oui !). Les habitants en sont plutôt fiers et une carotte géante a été installée à l’entrée de la ville en 1984. Ohakune est une région parfaitement adaptée à la culture des carottes, des panais ou encore des choux de Bruxelles. Des familles chinoises l’ont bien compris et sont venues s’y installer dans les années 1920 pour cultiver des carottes. La ville est aussi particulièrement populaire en hiver puisqu’elle sert de ville de base pour aller skier dans le Tongariro National Park.
        • Taihape : non loin d’Ohakune, se trouve Taihape, la capitale mondiale de la gumboot (botte en caoutchouc). Les habitants de cette ville ont eux aussi le droit à leur botte géante. Chaque année, le mardi qui suit Pâques, la ville organise le Gumboot day festival où de nombreuses activités autour des bottes en caoutchouc sont organisées (notamment un concours de lancer de gumboot). Cela ne s’invente pas ! À proximité, se trouve le Mokai Gravity Canyon où il est possible de faire du saut à l’élastique et une sorte de tyrolienne la tête en avant appelée the flying fox.

East Cape

East Cape est probablement la région la moins touristique de la Nouvelle-Zélande. Elle est située à l’est de l’Île du Nord, et nombreux sont les pvtistes à ne pas s’y aventurer. Les paysages y sont peut-être plus sauvages, mais on peut aussi y voir de jolies choses. Et puis là au moins, on n’est pas embêté par des hordes de touristes, même pendant la haute saison. Une grande partie des habitants sont maoris et la culture maorie tient une place assez importante dans la région. Conseil : faites le plein avant d’y aller ! À East Cape, comme sur la West Coast de l’Île du Sud, l’essence est rare et chère.

        • Tolaga Bay : c’est un petit village où se trouve le plus long ponton de Nouvelle-Zélande. Cette région était tellement isolée par le passé que pour s’y rendre, les gens prenaient le bateau. Pour permettre l’accueil des bateaux dans cette baie peu profonde, ils ont donc construit un ponton de 600 mètres de long ! Un spot idéal pour faire de jolies photos.
        • Raukokore Church : si vous aimez les églises isolées au milieu de nulle part, rendez-vous à l’église de Raukokore, une église anglicane en bois blanche avec un clocher noir, bâtie en 1894.
        • Le Mont Hikurangi : situé près du village de East Cape, c’est le plus haut sommet de l’Île du Sud. Il s’élève à 1 754 mètres d’altitude. La randonnée jusqu’à son sommet prend environ 7 heures. Une hut se trouve sur le chemin pour vous permettre de dormir. Attention toutefois, ça grimpe beaucoup et le temps peut changer assez rapidement !
        • Le East Cape Lighthouse : ce phare se situe dans la petite ville de East Cape. À l’origine, il était situé à l’extrémité est de l’île. Mais en raison du climat et de l’érosion, il a été décidé de le déplacer un peu plus dans les terres. C’est en quelque sorte le pendant du phare de Cape Reinga dans le Northland. Pour y accéder, il vous faudra gravir 700 marches ! Mais le jeu en vaut la chandelle, notamment si vous montez assez tôt pour y admirer le lever de soleil, considéré par les Néo-zélandais comme le premier lever de soleil du monde.
        • Te Waha-o-Rerekohu : ce mot difficilement prononçable est le nom donné par les Maoris au plus grand et plus vieil arbre pohutukawa du pays. Vieux d’environ 600 ans, il mesure 20 mètres de haut et certaines de ses branches ont près de 35 mètres d’envergure ! C’est un lieu sacré (tapu) pour les Maoris et il se trouve dans le village de Te Araroa.
        • Gisborne : cette ville est l’un des principaux endroits où vous pourrez être au contact de la culture maorie, plus de la moitié de la population de la région étant maorie. Si vous êtes amateur de vin, sachez que c’est dans cette région qu’est produite une grande partie du chardonnay néozélandais. Gisborne et sa région sont un joli coin pour admirer un lever de soleil sur le Pacifique. Si vous souhaitez voir des raies (stingrays), il est possible d’aller en nourrir au nord de la ville avec le club de Dive Tatapouri.

Hawke’s Bay

La région d’Hawke’s Bay est particulièrement connue pour ses vignobles (où peuvent notamment travailler des pvtistes). Les deux plus grosses villes de la région sont Hastings et Napier. Les lieux emblématiques

        • Napier : la ville, reconstruite dans les années 1930 à la suite d’un terrible tremblement de terre, a été bâtie dans le pur style Art Deco de l’époque. Au mois de février, un festival célèbre cette période. Au National Aquarium de la ville, il est possible de nager avec des requins et des raies.
        • Cape Kidnappers : ce cap est situé à une demi-heure d’Hastings et vous pourrez notamment y observer la plus large colonie de ganettes de Nouvelle-Zélande. Au bout du cap se trouve un piton rocheux appelé “la dent du requin” à cause de sa forme de dent acérée comme celle d’un requin.
        • Te Mata Peak : à vélo, à pied ou même en voiture, montez au sommet de Te Mata Peak pour admirer la vue sur toute la baie d’Hawke’s et ses alentours. Par une belle journée, il est même possible d’apercevoir le mont Ruapehu, situé au centre de l’île.

Taranaki

Située au sud-est de l’île, la région tient son nom du Mont Taranaki. Selon la légende maorie, Taranaki vivait avec les monts Ruapehu, Ngauruhoe et Tongariro. Suite à une dispute entre Tongariro et Taranaki (une histoire de filles…), Taranaki s’est retrouvé exilé au sud-ouest de l’île.

            • Le mont Taranaki : haut de 2 518 mètres, le mont Taranaki est facilement reconnaissable à sa forme conique quasiment parfaite. De nombreux chemins de randonnée sont disponibles dans le Egmont National Park (Egmont est le nom anglais de Taranaki). Il est possible de tourner autour du volcan ou de monter à son sommet. C’est notamment ce qu’a fait Valentin (un PVTiste) en pleine nuit.
            • La Forgotten World Highway : cette route est une excellente alternative à l’autoroute SH1 ou la SH4 pour rallier Auckland à Wellington (et faire un détour à Taranaki, par exemple). La Forgotten World Highway s’étend sur 150 kilomètres entre Taumarunui et Stratford et vous offre des paysages variés, faits de vallées, de collines, de rivières et de montagnes. Arrêtez-vous notamment aux Mount Damper Falls (chutes d’eau).
            • Tongaporutu Beach / Three sisters : située au nord de la côte de Taranaki, cette plage est un trésor souvent méconnu des touristes. Et pourtant, elle vaut le détour ! À marée basse, venez observer les formations rocheuses étonnantes, les arches ou encore les rochers aux formes arrondies qui s’y trouvent.

Whanganui (ou Wanganui)

La région est particulièrement populaire grâce à la rivière du même nom qui parcourt plus de 300 kilomètres et sur laquelle les locaux et touristes se pressent pour descendre en canoë.

        • La Whanganui journey : embarquez pour 3 ou 4 jours de descente le long de la rivière à bord d’un canoë. Sur le chemin, explorez des grottes et le Bridge to Nowhere, un pont vers lequel aucune route ne mène.
        • Kai Iwi Beach : à l’ouest de la ville de Whanganui se trouve cette jolie plage de sable noir. • Le marché aux moutons de Feilding : le centre-ville de Feilding est construit dans le style edwardien (début du 20e siècle). Tous les vendredis, se tient un marché aux bestiaux où les éleveurs viennent vendre des centaines de moutons.
        • Ville de Whanganui : c’est la jolie petite capitale de la région, avec un centre-ville qui vaut le coup d’oeil, notamment Victoria Avenue. Pour explorer la ville et ses bâtiments historiques, vous pouvez emprunter l’un des deux itinéraires proposés par l’office du tourisme de la ville.

Wairarapa

Cette région est souvent délaissée par les touristes qui choisissent de rejoindre directement Wellington, puis l’Île du Sud. Pourtant, la région de Wairarapa est l’occasion d’admirer des colonies de phoques et des pinnacles (des formations calcaires au sommet pointu).

        • Martinborough : cette ville est au centre d’une importante région viticole sur l’Île du Nord. La balade à vélo à travers les différents domaines viticoles (pour y faire des dégustations notamment) est une belle expérience.
        • Pukaha Mount Bruce : il s’agit d’un centre dédié à la nature où vous pouvez observer un kiwi tout blanc. Visiter ce centre est également l’occasion d’approcher d’autres oiseaux endémiques en Nouvelle-Zélande ou des tuataras (reptiles).
        • Putangirua Pinnacles : il s’agit de formations rocheuses situées à proximité de la côte. En français, on parle de cheminées de fées ou de hoodoos. La balade entre les différentes formations rocheuses et la montée sur la colline située juste à côté valent largement le long chemin à parcourir pour y accéder.
        • Cape Palliser : situé à une heure de route (exceptionnelle) de Martinborough, Cape Palliser abrite la plus grande colonie de phoques de l’Île du Nord, ainsi qu’un phare, auquel on accède après avoir gravi 250 marches. En haut, on a une vue imprenable sur la côte sud de l’Île du Nord.

Wellington

        • Wellington : la capitale de la Nouvelle-Zélande a plus des allures de petite ville que de capitale. Parcourez la ville, ses différents parcs et son bord de mer, avec Oriental Bay. Profitez-en pour visiter le musée gratuit de Te Papa. Le soir venu, vous pouvez aller prendre un verre dans les rues de Courtenay Place ou de Cuba Street. Pour admirer pleinement la ville, montez au sommet du Mont Victoria.
        • Kapiti Island : les fans d’oiseaux peuvent se rendre sur cette petite île au large de la Nouvelle- Zélande. Elle sert de réserve à de nombreuses espèces natives. Attention toutefois, le nombre de visiteurs par jour est limité à 50.

Marlborough

C’est la première région à explorer quand on arrive en ferry depuis l’Île du Nord, à Picton. La région de Marlborough et Blenheim est connue pour sa viticulture et son fort taux d’ensoleillement, parmi les plus importants du pays.

        • Picton : petite ville par laquelle on arrive en bateau depuis Wellington. C’est également de là que part le train en direction de Christchurch (le Coastal Pacific). Autour de la ville, il est possible de faire plein de petites randonnées, allant de quelques heures à un après-midi. Pour en savoir plus, retrouvez les conseils de Cédric dans cette discussion de notre forum : Les villes de Nouvelle-Zélande – Picton.
        • Lake Grassmere : ce lac artificiel, situé à 35 kilomètres au sud de Blenheim, est dédié à la production du sel. Les effets du soleil et des vents chauds, combinés à l’air de la mer, aux algues vertes et au vent, lui donnent une magnifique couleur rose. Cette couleur n’est pleinement observable qu’en été quand les algues vertes microscopiques réagissent à la chaleur. Le lac produit pratiquement la moitié du sel consommé dans le pays. Aucun tour-opérateur ne permet de découvrir le lac de près, mais vous pourrez l’observer depuis l’autoroute SH1, à proximité de Hauwai.
        • Les Marlborough Sounds : ce sont des fjords. Vous pourrez admirer ces dizaines d’îles et les bras de terre qui plongent dans la mer dès votre passage en ferry (il est donc recommandé de faire la traversée en journée). Les Marlborough Sounds sont divisés en deux parties : Queen Charlotte Sounds à l’est (le ferry passe au travers pour se rendre à Picton) et les Pelorus Sounds plus à l’ouest. Les Sounds sont un endroit super à explorer à pied (il y a plusieurs chemins de randonnée, dont le très populaire Queen Charlotte Track qui se parcourt sur plusieurs jours), voire en bateau ou en kayak. Cette expérience vous donnera peut-être l’opportunité d’observer des dauphins, et même des orques (elles sont plus rares) !
        • Les vignobles autour de Marlborough et Blenheim : difficile de parler de la région de Marlborough sans parler de ses vignobles où nombre de pvtistes s’arrêtent dans l’année pour travailler quelques jours ou quelques semaines. La région produirait plus de 75 % du vin du pays (essentiellement du sauvignon blanc). Plusieurs domaines proposent des dégustations.

Nelson

La région de Nelson est assez populaire chez les pvtistes puisqu’elle attire pas mal de travailleurs saisonniers entre novembre et juin (culture de pommes, kiwis, raisin…). La ville même de Nelson, point névralgique de la région, est populaire pour son côté relax, dans un cadre dynamique et agréable. Les alentours sont également assez somptueux ! Pour en savoir plus, consultez notre dossier dédié à Nelson.

        • Abel Tasman National Park : situé au nordouest de l’Île du Sud, le parc national d’Abel Tasman est extrêmement populaire auprès des voyageurs et des locaux qui viennent ici se ressourcer sur des plages de sable blanc, des petites îles verdoyantes et une mer turquoise. Le climat y est assez doux et ensoleillé toute l’année, ce qui laisse à tous le plaisir d’explorer le parc. Plusieurs chemins de randonnée parcourent le parc, notamment la Great Walk de l’Abel Tasman Coast Track le long de la côte.
        • Golden Bay : plus à l’ouest de l’Abel Tasman National Park se trouve Golden Bay. Ce coin est assez isolé, mais vous pourrez y voir des sources d’eau, des grottes, des cascades… et vous y trouverez évidemment des chemins de randonnée. Si vous êtes dans le coin, faites un arrêt pour boire un verre au Mussel Inn, un bar très populaire de la région.
        • Kahurangi National Park : ce parc est connu pour la grande diversité de ses paysages, qui alternent entre plages, forêts et montagnes. Le plus haut sommet, le Mont Owen, culmine à 1 875 mètres. Pour les fanas de spéléologie, sachez que les Monts Owen et Arthur regorgent de grottes dont la plus longue, la Bulmer cavern, fait plus de 72 kilomètres de long ! C’est dans ce parc que l’on retrouve aussi le Heaphy Track et l’imposante vallée de Cobb.
        • Nelson Lakes : cette région est une superbe introduction aux Alpes néo-zélandaises. Au programme, des montagnes, des forêts, des sentiers de randonnée, et deux grands lacs : Rotorua et Rotoiti.

Canterbury

Canterbury est l’une des plus grosses régions de Nouvelle-Zélande et elle vous offre un vaste choix d’activités entre mer et montagne.

        • Kaikoura : vous aimez les mammifères marins ? Rendez-vous à Kaikoura pour observer des otaries, des dauphins ou encore des baleines. À noter que vous devez passer par un tour-opérateur, et de préférence en été, qui est la saison la plus propice pour en apercevoir. La région abrite plusieurs colonies d’otaries accessibles en voiture. Et puis, observer, depuis la mer, les montagnes enneigées à l’horizon, c’est tout simplement génial ! La vie est très détendue à Kaikoura. Pendant l’été, la destination est très populaire, et il est possible d’y trouver quelques emplois dans le tourisme, l’hôtellerie ou la restauration. Pour en savoir plus, consultez la discussion Bienvenue à Kaikoura ! de notre forum. En décembre 2016, un séisme a touché très fortement Kaikoura. Ils se remettent doucement de cet évènement, mais les attractions touristiques sont déjà réouvertes.
Mieux que les chats sur Internet, les seal pups de la Ohau waterfall !

Les seal pups sont des bébés otaries. À proximité de Kaikoura, il est possible de les observer s’amuser dans un bassin naturel créé par une cascade (Ohau waterfall). À cet endroit, on ne trouve que les seal pups remontés depuis la plage, à travers la forêt (le long d’un petit ruisseau), pour venir barboter tous ensemble. Selon la période de l’année (la meilleure période étant entre avril et août), ils peuvent être plus ou moins nombreux. À quelques kilomètres au nord de Kaikoura sur la SH1, vous trouverez, sur la droite, un parking (au niveau d’un pont où le chemin de fer croise la route). Côté plage, on observe immédiatement une colonie d’otaries se prélassant sur les rochers. Côté forêt, remontez un petit sentier le long d’un cours d’eau jusqu’aux chutes pour vous extasier devant les seal pups barbotant joyeusement dans l’eau. On est au niveau 1000 de la mignonitude. Malheureusement, un important tremblement de terre en décembre 2016 a eu pour conséquence de fermer l’accès à la chute d’eau. Pour en savoir plus…

        • Hanmer Springs : un peu plus dans le terres, vous pouvez vous rendre dans la ville thermale d’Hanmer Springs, connue pour ses sources d’eau chaude. Vous pouvez aussi opter pour quelques randonnées dans la région : forêts, collines et cascades seront au rendez-vous !
        • Christchurch : la plus grande ville de l’Île du Sud se remet peu à peu de la catastrophe qui a touché la région de Canterbury en 2010 et 2011. Le centre-ville avait été touché par une série de terribles séismes qui ont fait 185 morts. 80 % des bâtiments du centreville ont alors été détruits. Mais Christchurch se réinvente et se reconstruit, des milliers de travailleurs du bâtiment contribuent toujours à sa reconstruction. Avec les nombreux chantiers en cours dans la ville, celle-ci change peu à peu d’aspect. Un projet très contemporain est en train de se mettre en place, avec une vision de la ville assez originale et innovante. Ne ratez pas, par exemple, la récente cathédrale en carton, New Regent Street, ou encore le Re:START, un centre commercial temporaire à ciel ouvert où les boutiques et restaurants sont des conteneurs maritimes colorés. Attention toutefois, la fermeture de ce dernier est prévue pour 2017.
        • La région d’Aoraki Mount Cook : au coeur des Alpes néo-zélandaises, le Mount Cook domine la région du haut de ses 3 724 mètres. C’est le plus haut sommet de Nouvelle- Zélande. Pour le contempler, rendez-vous au Mount Cook Village. La route qui vous y emmène est tout simplement grandiose. Par beau temps, le lac Pukaki que l’on longe pour s’y rendre, prend une formidable couleur bleue azurée (le lac Tekapo, situé plus au nord, vaut lui aussi largement le détour). Le contraste est saisissant entre les plaines d’herbe très sèches et la chaîne de montagnes qui vous fait face. Vous vouliez des paysages dignes du Seigneur des Anneaux ? Vous voilà servi ! Depuis le Mt Cook Village, plusieurs sentiers de randonnée vous permettent d’explorer le coin. À l’est de la ville, il est notamment possible d’aller admirer plusieurs glaciers comme le Mueller et le Tasman. Vous pouvez même y apercevoir des icebergs. Si la météo n’est pas clémente, ce n’est pas grave, la brume qui entoure les morceaux de glace donne au lieu une atmosphère mystique ! Rendez-vous au centre d’information de Mount Cook Village pour connaître toutes les balades à faire dans le coin.
        • Banks Peninsula : cette péninsule, située à proximité de Christchurch, est un joli lieu de villégiature. Composée de pâturages et de jolies plages, on y trouve le ravissant village d’Akaroa, dont certaines rues portent des noms français. Le village domine la baie d’Akaroa, un bras de mer entrant dans la péninsule où il est parfois possible d’observer des dauphins d’Hector, des otaries et des manchots. Il est aussi possible de faire de la randonnée dans la région mais de nombreux terrains ne sont pas gérés par le DoC. Il faut alors passer par les propriétaires qui proposent des randonnées payantes sur leurs terres.
        • Arthur’s Pass : le col d’Arthur’s Pass est l’une des trois seules routes qui permettent de traverser les Alpes néo-zélandaises. Le long d’un chemin assez impressionnant, vous montez à 900 mètres d’altitude et rejoignez le petit village d’Arthur’s Pass (qui se transforme en une petite station de ski familiale en hiver). Autour, se trouve le parc national d’Arthur’s Pass, populaire pour ses opportunités de randonnée, de ski et d’alpinisme. La traversée d’Arthur’s Pass se fait via une route assez spectaculaire. On passe par exemple sur le viaduc d’Otira, qu’il est d’ailleurs possible d’admirer depuis le Otira viaduct lookout.

West coast

La côte ouest de l’Île du Sud est difficilement accessible. Bloquée derrière les Alpes néozélandaises, elle reste néanmoins populaire auprès des touristes puisque c’est dans cette région que se trouvent notamment les glaciers Fox et Franz Josef.

        • Fox Glacier et Franz Josef : ces deux glaciers sont situés sur le versant ouest des Alpes néo-zélandaises. Il est très simple de se rendre à proximité du terminal de ces deux glaciers, distants de quelques kilomètres seulement. Si vous souhaitez monter sur l’un des deux glaciers, tournez-vous vers les organisations de guides qui proposent des tours au cours desquels vous vous posez sur l’un des deux glaciers en hélicoptère avant de partir l’explorer quelques heures équipé de crampons. Un peu cher, mais sensations garanties !
        • Gillespies Beach : à quelques kilomètres seulement de Fox glacier, au bout d’une route de graviers, se trouve une jolie plage de galets depuis laquelle vous pourrez admirer le Mont Cook et sa chaîne de montagnes. S’y rendre au moment du coucher de soleil par une journée ensoleillée garantit une vue merveilleuse à 360 degrés. D’un côté, le coucher de soleil sur la mer y est magnifique et, de l’autre côté, les reflets roses sur les montagnes à l’arrière sont splendides ! Cerise sur le gâteau, pas besoin d’aller très loin pour dormir : vous pouvez passer la nuit au camping gratuit du DoC qui se trouve juste à côté.
        • Pancake rocks : au sein du Paparoa National Park, à proximité du village de Punakaiki sur la SH6, au nord de Greymouth, arrêtez-vous pour faire la petite marche de 20 minutes dans les Pancake rocks, des formations calcaires originales créées par la mer et qui ont la forme de crêpes posées les unes sur les autres. Une formation géologique à ne pas manquer si vous passez par là ! C’est gratuit et directement accessible depuis la route SH6 qui remonte la côte.

Otago

L’Otago est l’une des plus grandes régions du pays. Il y a quantité de choses à y faire, aussi bien en été qu’en hiver. Impossible de lister tous les incontournables de la région, il y en a trop !

        • Queenstown : vous aimez les sensations fortes, le ski et faire la fête ? Vous aimez les jolies villes au bord d’un lac, dans un environnement somptueux ? Rendez-vous à Queenstown. La ville est une station balnéaire dédiée aux sensations fortes : saut à l’élastique, parachute, parapente, jetboat… il y en a pour tous les goûts ! La ville se trouve dans une région absolument magnifique qui vous permet d’en prendre plein les yeux quelle que soit l’activité que vous décidez de faire. La ville de Queenstown reste toutefois assez chère, préparez-vous à dépenser un peu d’argent.
        • Autour de Queenstown : toute la région autour de Queenstown mérite largement d’être explorée, voire qu’on s’y installe. Les stations de ski les plus populaires de Nouvelle-Zélande s’y trouvent. Par exemple, la station de Cardrona est accessible depuis Queenstown via Skippers road, réputée pour être la route la plus dangereuse de Nouvelle-Zélande. Ne ratez pas non plus la petite ville d’Arrowtown, le lac d’Hayes (et ses vignobles) ou encore Glenorchy, un village très isolé où vous ne manquerez pas de rencontrer des purs produits kiwis dans les rares pubs du village. Pour les connaisseurs, c’est le village de Glenorchy qui a servi de lieu de tournage à la série Top of the Lake de Jane Campion. Non loin de là, vous avez la possibilité de faire du saut en parachute et bien évidemment, tout un tas de randonnées avec des points de vue tous plus exceptionnels les uns que les autres.
        • Wanaka : située à proximité de Queenstown, Wanaka est une ville un peu plus calme. Avec son ambiance plus relax, plus paisible, Wanaka est un super point de chute pour explorer la région et y faire quelques randonnées. La ville est appréciée par pas mal de pvtistes qui cherchent à quitter l’effervescence et le côté un peu bling-bling de Queenstown pour un lieu un peu plus authentique. Pour en savoir plus, consultez la discussion dédiée à Wanaka sur notre forum.

Témoignage d’Anthony, qui a passé 6 mois à Wanaka (où il a travaillé) en 2015
« Après 6 mois, je suis toujours sur Wanaka et c’est vraiment génial comme ville, c’est le monde des Bisounours ici ! Bon, parfois, c’est un peu “petit” mais ça bouge, il y a pas mal de choses à faire aux alentours. La ville avec le lac est super jolie. Et je suis chanceux, la saison de ski est vraiment bonne cette année ! »

        • Dunedin : c’est la seconde plus grande ville de l’Île du Sud après Christchurch. Il s’agit d’une ville universitaire avec une forte influence écossaise, où l’on trouve plein de bars, de pubs et de restaurants. La ville possède en outre une jolie architecture victorienne (l’Octagone en centre-ville est un petit rêve pour tous les nostalgiques du jeu vidéo Sim City), une jolie gare et un très beau jardin botanique. S’il pleut, profitez-en pour aller visiter l’Otago museum (il est gratuit), vous en apprendrez plus sur l’histoire de la région. C’est aussi à Dunedin que vous pouvez remonter Baldwin Street, la rue la plus pentue du monde ! Pour en savoir plus, consultez la discussion de notre forum dédiée à Dunedin.
        • L’Otago Peninsula : cette péninsule, située à proximité de Dunedin, est l’endroit parfait pour observer la faune locale, très variée. En outre, les paysages y sont magnifiques et on y trouve de belles plages. Au programme, des manchots antipodes (yellow eyed penguins), des petits manchots bleus, des lions de mer, des otaries ou encore des albatros. Attention toutefois, pour voir certains de ces animaux, il faudra vous rendre dans des “centres de conservation” (et par conséquent y mettre le prix). Pour observer des animaux en liberté, rendez-vous sur la plage de Sandfly Bay en fin d’après-midi. Veillez à bien respecter les consignes qui vous seront données. Pour les lions de mer, il en va de votre propre sécurité. Pour les manchots en revanche, il s’agit de respecter leur bien-être et donc, de vous en tenir éloigné. En savoir plus…
        • Les Moeraki Boulders : vous avez sûrement déjà vu des photos de ces rochers en forme de sphères. Même si l’on en trouve à d’autres endroits en Nouvelle-Zélande, c’est sur une plage à proximité du village de Moeraki, à une trentaine de minutes d’Oamaru, que vous pourrez observer les plus beaux spécimens. Certains sont intacts tandis que d’autres sont éclatés en plusieurs morceaux (pratiques pour comprendre ce qui se trouve à l’intérieur). La structure de ces roches interroge tous ceux qui les admirent. À vous d’élaborer, à votre tour, les théories les plus farfelues !
        • Oamaru : jolie petite ville en bord de mer, Oamaru est réputée pour ses bâtiments blancs, fabriqués avec une pierre que l’on ne trouve que dans la région. Beaucoup de bâtiments sont de style victorien, mais le plus étonnant à Oamaru est sûrement son attachement au courant steampunk, un courant littéraire et artistique “retro-futuriste” (beaucoup de métal, de fumée et de choses étonnantes, en somme). De grosses oeuvres d’art ornent l’entrée et le centre de la ville, mais l’attraction principale est sûrement le quartier général streampunk, une galerie d’art étonnante et délirante à visiter avec l’esprit grand ouvert. Pour en savoir plus sur cette ville : Oamaru, terre d’art et de nature.

Southland / Stewart Island

Si tout au nord de l’Île du Nord, on trouve le Northland, il est donc logique, tout au sud de l’Île du Sud, de trouver le Southland. Ici, le climat est plus dur et les paysages sont assez sauvages. Dans cette région, vous trouverez peu d’habitants, mais beaucoup de belles choses à voir !

        • Les Catlins : c’est l’une des régions les plus sauvages de la Nouvelle-Zélande. Située au sudest du Southland, elle est le coup de coeur de nombreux pvtistes amoureux de la nature. Ici, peu de chances de croiser des hordes de touristes. Les Catlins sont traversées par la Southern Scenic route, qui a pour avantage de vous faire passer par plusieurs spots dignes d’intérêt. Ainsi, ne manquez pas la plage de Kaka Point, le paysage exceptionnel de Nugget Point ou encore les manchots et la forêt pétrifiée de Roaring Bay. Il y a également des chutes d’eau et d’autres superbes endroits à découvrir dans les environs. Conseil : avant de vous rendre dans les Catlins, pensez à faire le plein, l’essence y est très chère ! Pour en savoir plus sur cette région, consultez la discussion Les Catlins de notre forum.
        • Invercargill : plus grande ville du Southland, Invercargill ne présente pas de grand intérêt en soi. Toutefois, la ville s’avère un oasis parfait pour faire le plein d’essence, de nourriture ou de toute autre chose dont vous pourriez avoir besoin pour vadrouiller sans vous ruiner (que ce soit vers les Catlins à l’est ou le Fiordland à l’ouest). Vous pouvez aussi envisager d’y visiter le Southland Museum and Art Gallery ou d’aller voir les colonnes de Wachner Place. Invercargill est également un bon spot pour préparer une excursion de quelques jours à Stewart Island. En savoir plus sur Invercargill…
        • Bluff : petite ville située à une trentaine de kilomètres d’Invercargill, elle est le point de départ pour Stewart Island. Bluff est connue pour sa production ostréicole et pour son Bluff Oyster and Food Festival. Si vous allez à Bluff, vous pourrez goûter des huîtres version fish and chips et aller voir le Stirling Point, un panneau multidirectionnel qui vous montre à quelle distance vous vous trouvez de Londres ou de New York, par exemple.
        • Stewart Island : située au sud de l’Île du Sud et à environ une heure de bateau de Bluff, Stewart Island est une grand île très peu peuplée. La seule bourgade de l’île est le village d’Oban, où arrivent tous ceux qui se rendent sur Stewart Island. L’île est sauvage, protégée et est idéale pour un dépaysement complet. Sur place, plusieurs randonnées sont possibles, notamment la randonnée de trois jours sur le Rakiura Track. Stewart Island a la particularité d’accueillir des kiwis diurnes : vous pourriez en apercevoir en pleine journée, ce qui n’est pas le cas habituellement !

Fiordland

Comme pour l’Otago, il est difficile de faire une liste des incontournables du Fiordland dans la mesure où il y a plein de choses à faire et à voir dans la région. Outre les trois Great Walks (Milford, Routeburn, et Kepler) dont nous avons déjà parlé plus haut, il faut faire un choix dans la pléthore de lieux magiques que compte le Fiordland. N’hésitez pas à aller voir les centres d’information du DoC et les i-SITES pour obtenir des livrets sur la région et ainsi voir toutes les activités qui vous sont proposées.

        • Milford Sound : il n’est pas obligatoire de faire le Milford Track pour apprécier le coin. Vous pouvez vous rendre au village de Milford Sound pour admirer la vue sur le fjord et sur Mitre Peak, qui domine le fjord à 1 692 mètres d’altitude. C’est d’ici que partent les bateaux de croisière sur lesquels vous pourrez embarquer pour vous enfoncer un peu plus dans le fjord et notamment observer des chutes d’eau ou faire du kayak.
        • La Te-Anau – Milford Highway : la route qui relie Te Anau à Milford Sound est une aventure en soi. Arrêtez-vous au i-SITE de Te Anau pour récupérer une brochure sur les sentiers de randonnée présents dans la région. Notez qu’il y a beaucoup de campings du DoC le long de la route (avec de magnifiques vues) où vous pouvez planter votre tente ou garer votre van. Le paysage devient encore plus grandiose après le passage du tunnel Homer, long de 1,2 kilomètre. À la sortie du tunnel, la vue est tout simplement exceptionnelle. S’il pleut (ce qui est extrêmement commun dans la région), la route revêt un caractère magique, avec la formation de centaines de chutes d’eau qui dévalent les montagnes autour de vous. Peu avant Milford Sound, ne ratez pas la petite randonnée qui permet de rejoindre les puissantes chutes d’eau de The Chasm.
        • Doubtful Sound : situé à l’ouest des villes de Te Anau et Manapouri, ce fjord n’est accessible qu’en bateau. Vous pourrez opter pour une croisière ou vous faire déposer dans le fjord pour y parcourir quelques sentiers de randonnée. Doubtful Sound a l’avantage indéniable d’être beaucoup moins populaire que Milford Sound (parce qu’il est moins accessible), ce qui vous éloigne de la foule. Les paysages n’en restent pas moins extraordinaires.
        • Te Anau : grosse “ville” du Fiordland, elle est un très bon point de départ pour découvrir toute la région. La ville en soi ne présente que peu d’intérêt, mais sa situation au bord du lac Te Anau en fait un lieu plutôt agréable pour se reposer et faire le plein d’essence et de nourriture. Te Anau est notamment le point de départ pour le Kepler Track et le Milford Track.
Chapitre 32 sur 43

Évaluation de l'article

5/5 (7)

46 Commentaires

Anaïs
2 2

Bonjour, est-il possible de commander ce guide en livre? Merci pour votre réponse!

Marie
9.8K 32.2K

Bonjour Anais,
Malheureusement non, nous ne proposons pas actuellement une version papier de ce guide.

Shana
1 8

Bonjour,
Mon compagnon et moi même comptons partir en PVT en nouvelle Zélande l’année prochaine, dans un éventuel espoir de poursuivre sur une demande de visa permanent. Seule hombre au tableau, si pour ma part j’aurais 26 ans, Mon compagnon lui en aura 30. Nous savons que ça sera la limite pour obtenir un PVT, mais quand sera t il pour un visa permanent étant donné qu’il fêtera ses 31 ??!
Nous sommes inquiets de voir notre rêve s’effondrer ?… si vous avez une réponse ? Merci !

Marie
9.8K 32.2K

Bonjour Shana,
Il n’y a pas de limites d’âge à 30 ans pour la résidence permanente…
Quand il y a une limite d’âge, celle-ci est généralement de 55 ans. Information que vous pouvez trouver sur le site de l’immigration néo-zélandaise quand vous cherchez des informations sur la résidence permanente en Nouvelle-Zélande en regardant les différentes options possibles 😉 (https://www.immigration.govt.nz/new-zealand-visas/options/live-permanently/all-resident-visas).

Charline
0 7

Bonjour,

J’ai passé les douanes sans faire valider mon visa. (Non volontaire bien sûre, tout est allé vite j’avais sortie tous les papiers pourtant bref s’est arrivé). Quel moyen pour faire valider mon pvt? Je pensais aller voir à l’aéroport demain.

Merci Charline

Marie
9.8K 32.2K

Saut Charline,
Tu as validé ton visa automatiquement à ton arrivée :). Pas besoin d’aller à l’aéroport.

Charline
0 7

Ah merci !!

Renaud
0 2

Bonjour,
Le 24 septembre 2018, je vais avoir 31ans.
Je suis français et je suis en train de faire ma demande de WHV pour la Nouvelle-Zélande.
Ma question est la suivante:
Si je reçois ma confirmation de WHV avant le 24 septembre prochain, cela veut dire que je pourrais arriver en NZ jusqu’au 23 septembre 2019 et donc profiter de mon voyage jusqu’au 23 septembre 2020?
Merci d’avance pour vos retours.
Renaud

Marie
9.8K 32.2K

Salut Renaud,

Oui, c’est ça.
Alors ensuite, cela dépend de ton âge. Si tu n’as pas encore 30 ans, autant demander ton PVT Nouvelle-Zélande quand tu es vraiment près à partir, quelques mois avant ton départ envisagé.
Les choses sont un peu différentes si tu vas bientôt avoir 31 ans. En effet, dans ce cas, fait-le relativement rapidement. Si c’est ton cas, et que tu veux attendre le dernier moment pour faire ta demande, il y a deux choses à prendre en compte :
– Le décalage horaire : si tu fais ta demande la veille de tes 31 ans, fais très attention car ils tiendront compte de l’heure néo-zélandaise. Ainsi, si tu fais ta demande en soirée, la veille de tes 31 ans, on sera déjà le lendemain avec le décalage horaire et tu seras alors trop vieux.
– La durée du trajet : tu arriveras automatiquement le lendemain de ton départ. Cela signifie donc que tu ne dois pas partir, dans ton exemple, le 23 septembre

Enfin, je te recommanderais de ne pas attendre le tout dernier jour pour prendre ton visa, ou partir : il peut y avoir des soucis techniques sur le site de l’immigration, une maintenance ou des choses de ce type. Idem, il peut y avoir des éléments extérieurs qui pourraient t’empêcher d’arriver au bon moment (annulation de vol, tempête, retards de vol, tu te blesses juste avant le départ).

Renaud
0 2

Salut Marie,
Et bien super!!!
Merci beaucoup pour ton retour.
J’ai fait ma demande de WHV hier, j’attends maintenant l’email d’acceptation de celui-ci.
J’ai 31ans dans 8 jours!!!
Ça va passer tout juste, je l’espère!!!
Pour ensuite pouvoir partir au mois d’août 2019.
À bientôt.
Renaud

Marie
9.8K 32.2K

La date qui compte est celle du dépôt de la demande.

Charline
0 1

Bonjour,
Petite question sommes nous obligés de prendre un billet aller retour ? Pour le pvt nz ?

Marie
9.8K 32.2K

Salut Charline,
Non, ça n’est pas obligatoire. Tu peux avoir un aller-simple si tu le souhaites. Mais si tu optes pour cette option, nous te recommandons EXTRÊMEMENT FORTEMENT de toujours garder les fonds pour te payer un billet retour à n’importe quel moment. Genre, tu gardes par exemple cette somme sur ton compte français et tu n’y touches que si tu décides de rentrer.

Anonyme
0 0

Bonjour !

J’ai une question svp. Alors ce n’est peut-être pas ici qu’il faut poser cette question mais bon.
J’ai un visa pour la NZ que je dois l’utiliser avant le 6 juillet 2018. Je voudrais savoir est-ce que je dois vraiment partir avant le 6 juillet ou alors puis-je partir le jour-même donc le 6 juillet ?
Merci pour toutes vos réponses.

bise

Marie
9.8K 32.2K

Salut Tony,
Je dirais que cela dépend du visa avec lequel tu souhaites partir… Tu pars avec un PVT (Working Holiday visa) ?
Attention toutefois, Si tu pars le 6 juillet, tu as de grandes chances d’arriver au moins le 7 juillet en Nouvelle-Zélande…

Anonyme
0 0

Salut Marie,

Heureusement que je demande car j’avais oublié ces détails. Merci pour ta réponse qui m’aide beaucoup. Je me permets stp de t’en poser une deuxième si tu veux bien ? On est bien d’accord qu’il est impossible d’annuler le working holiday NZ visa pour en avoir un autre ? Il n’y a aucune exceptions ?

Merci Marie,

Marie
9.8K 32.2K

Salut Toni et désolée pour le délai.
Non, il n’y a aucune exception (du moins, on n’en a jamais vu). Si tu n’entres pas en Nouvelle-Zélande, tu perds ton PVT Nouvelle-Zélande pour toujours. PAr contre, rien ne t’empêchera de faire un autre PVT dans un autre pays.

CYNLEH
1 8

Bonjour à tous !
Je me trouve actuellement sur Wellington (NZ). J’ai des vaccins à faire et je ne sais pas bien où me rendre. Je veux aller dans un endroit sûr ?. Est ce que certains d’entre vous des adresses ? Ça m’aiderait bien. Cheers.

Marie
9.8K 32.2K

Salut, tu cherches à faire quels types de vaccins ?

CYNLEH
1 8

Salut, j’ai besoin de faire mon rappel ROR et le vaccin pour l’hépatite A.

Marie
9.8K 32.2K

Tu peux aller voir Travel Doctor par exemple. Ce sont des médecins spécialisés en médecine de voyage.
A noter, dans tous les cas, que tes vaccins ne seront pas remboursés par ton assurance.

CYNLEH
1 8

C’est ce que j’ai fait ce jour même. J’ai rendez vous jeudi. Les prix sont pas mal élevés mais la santé n’a pas de prix ?. J’avais contacté hier mon assurance et effectivement cela n’est pas pris en charge. Merci en tout cas d’avoir pris le temps de répondre à ma question j’apprécie réellement. En espérant que cela puisse servir à d’autres ?

Morille
0 3

Bonsoir,
Pour information, il n’est plus possible de demander à faire traduire gratuitement son permis de conduire à l’ambassade de France à Wellington. J’ai tenté pas plus tard que ce vendredi 4 mai, la personne à la réception m’a redirigée vers le Département des Affaires Internes. Il est effectivement possible de faire la démarche auprès de ce dernier, moyennant 75§…

Marie
9.8K 32.2K

Merci Morille,
On va effectivement modifier ça (on l’avait changé il y a quelques temps dans les dossiers sur les préparatifs, mais pas sur le guide).

Quentin
0 3

Bonjour, sans doute que la question a déjà été posé mais désolé je ne trouve pas (ou dans une discussion très ancienne) et nous partons pour la Nouvelle Zélande dans 24h… Bref, voici la question : Nous voulons prendre notre assurance glob pvt. A la base, ne sachant pas combien de tems nous allons rester, nous comptions prendre au mois. Nous avons après lu dans votre article, que ca pouvait être dangereux si on nous demandait notre assurance à la douane, que notre la durée de notre visa corresponderait à la durée de notre assurance (surtout au Canada visiblement). Bref, est-ce risqué de fonctionner ainsi ( au mois par mois) en Nouvelle Zélande? Est-ce préférable de prendre l’année directement? Merci pour votre réponse

Marie
9.8K 32.2K

Salut,
C’est beaucoup moins risqué en Nouvelle-Zélande. Ensuite, la prendre mois par mois n’est pas non plus la meilleure solution dans la mesure où vous multipliez les risques de vous retrouver sans assurance pendant un certain laps de temps.
Or, si vous resouscrivez a une assurance avec ces quelques jours de trous, cela pourrait constituer un motif de refus pour les assurances qui pourraient faire valoir que tu devais être assuré pendant tout le séjour.
1 mois par 1 mois, c’est risqué. Mais si vous voulez le tenter, vous devez absolument vous ajouter des rappels par mail et sur votre téléphone pour ne pas oublier de souscrire de nouveau avant de vous retrouver sans assurance.

Quentin
0 3

Bonjour, j’ai une petite question 🙂
Nous arrivons bientôt à Auckland de Belgique mais nous souhaitons prendre un vol (avec une compagnie différente) direct pour Christchurch. Nous voudrions savoir si notre visa va être activé à Auckland ou Christburg. En fait, on voudrait juste savoir combien de temps nous avons besoin à l’aeroport d’Auckland pour enchainer les 2 vols…car si nous devons passer à la douane pour activer notre visa, nous avons peur que ca prenne du temps…
Un grand merci d’avance pour votre réponse et une belle soirée!

Marie
9.8K 32.2K

Salut Quentin,
Oui, vous devrez passer par l’immigration pour activer vos visa. Vous arrivez d’un vol international, et entrer sur le territoire néo-zélandais à votre arrivée à Auckland.

Quentin
0 3

Merci….je me doute que c’est difficile d’y répondre mais pensez vous qu’il est possible d’envisager d’atterrir à 18h30 et de redécoller à 21h? C’est le dernier vol de la journée et voudrions éviter de passer la nuit à auckland pour ne pas perdre du temps mais difficile de savoir si c’est trop risqué?

Articles recommandés