LES CHOSES SÉRIEUSES COMMENCENT

Trouver un logement

Selon la ville que vous choisissez, les prix sont assez variables mais globalement, force est de constater que le logement en Australie, c’est un budget ! Dans les grandes villes, si vous souhaitez avoir un appartement à deux, cela sera coûteux, surtout si vous voulez vivre dans le centre-ville.

En général, les PVTistes optent plutôt pour la colocation qui s’avère la solution la plus économique et la plus simple.
Les PVTistes les plus nomades se tournent souvent vers les auberges de jeunesse et les campings, mais pour ceux qui souhaitent s’installer plusieurs mois au même endroit, c’est tout de même plus sympa d’avoir un vrai chez soi, quitte à le partager avec 8 personnes, voire plus, en faisant de la colocation !

La colocation

La colocation, c’est sans aucun doute le type de logement le plus choisi des PVTistes qui décident de s’installer un certain temps à un endroit. C’est un bon moyen pour ne pas se ruiner et pour rencontrer du monde ! Humainement, c’est une expérience enrichissante même si votre colocataire ne devient pas forcément votre meilleur ami, contrairement à ce que l’on peut voir dans « L’auberge espagnole » ! Vous pourriez tout de même vous faire des amis du monde entier, pour la vie… Qui sait ?

Vos coloc’ peuvent être des étudiants, des PVTistes ou des salariés qui n’auront pas tous le même rythme de vie que vous. Si vos colocataires ont déjà un cercle d’amis, il est possible qu’ils ne cherchent pas plus que ça à parler avec vous mais heureusement, souvent, il est possible de passer des bons moments avec ses coloc’, en mangeant ou en faisant des soirées ensemble.

La colocation, c’est aussi un bon moyen de ne pas s’engager sur le long terme. Vous pouvez facilement quitter une colocation en prévenant un minimum à l’avance votre propriétaire car de toute façon, votre place sera sans doute prise à vitesse grand V, sauf si votre appartement est dégradé ou très mal situé.

Dans certaines grandes villes, il n’est pas rare de voir des appartements initialement prévus pour 4 ou 5 personnes être habités par 8 colocataires… voire plus ! Il est fréquent de partager sa chambre avec une ou deux autres personnes, surtout si on veut vivre en plein centre-ville sans trop se ruiner. Pour ceux qui détestent l’ambiance auberge de jeunesse et la vie en communauté en permanence, ça peut être un peu compliqué mais rassurez-vous, vous pouvez également louer une chambre privative dans une maison ou un appartement. Elle vous coûtera plus cher et vous devrez sans doute vous excentrer un peu.

Enfin, notez que vous pouvez intégrer une colocation ou en monter une ! Pour cela, renseignez-vous auprès des propriétaires pour voir si c’est un schéma qui leur convient. Si vous montez une colocation que vous prévoyez de quitter un mois plus tard, il est possible que le propriétaire ne soit pas partant.

En colocation, il est possible que vous ne signiez pas de contrat de location. Ce qui compte, c’est que vous gardiez une preuve de votre deposit (votre caution) en règlant par virement et en demandant un reçu par écrit ou par e-mail à votre propriétaire. Cela vous permettra de récupérer votre caution lorsque vous partirez.

Les autres types de logement

Les PVTistes qui ne restent pas plus de 2 semaines au même endroit ont tendance à opter pour d’autres solutions :

  • Les auberges de jeunesse qui favorisent les rencontres (pour sortir mais aussi pour trouver des compagnons de route). Inconvénient : au bout d’un certain temps, dormir en auberge n’est plus si avantageux financièrement, et on peut être lassé par le bruit et le manque d’intimité. Parmi ces auberges, on retrouve les « working hostels », dont les gérants se chargent de mettre en relation fermiers et PVTistes.
  • Le CouchSurfing qui permet de ne rien dépenser et surtout de faire des rencontres privilégiées. Inconvénients : vous ne trouverez pas forcément des hôtes partout où vous irez et dans les grandes villes, du fait d’une forte demande, vous risquez de ne pas avoir de réponses.
  • Les campings et les caravan parks sont également une bonne option notamment pour les PVTistes qui voyagent en van ou en voiture et qui veulent dépenser le moins d’argent possible en hébergement. C’est aussi une option très courante (que ce soit volontaire ou imposé) chez les fruit pickers. Les fermiers peuvent en effet vous proposer de planter votre tente ou de garer votre van dans leur terrain. Il est également courant que les pickers vivent dans un caravan park (lorsqu’il y en a un pas loin) et s’organisent le matin et le soir pour partir et rentrer à plusieurs, dans les véhicules de ceux qui en ont.

Pour en savoir plus sur les différents types de logements temporaires, vous pouvez consulter la partie Une fois le WHV en main : commencer les préparatifs de ce guide.

La location

Si vous êtes en couple ou entre amis et que vous ne souhaitez pas vivre en colocation, vous pouvez envisager de chercher une location, mais souvent, il faudra y mettre le prix ! Ce n’est
généralement pas l’option la plus choisie des PVTistes, d’une part car il faut avoir les moyens et d’autre part car une location nécessite la signature d’un lease (un bail) qui vous donne moins de liberté si vous avez comme projet de changer régulièrement de ville. De plus, la location est moins propice aux rencontres (utiles pour se faire des amis, pour avoir une vie sociale épanouie, pour rencontrer des futurs travelmates et pour le réseau en règle générale).

Vous pouvez aussi passer par une agence immobilière, ce n’est pas vous qui paierez les frais d’agence, mais le propriétaire.

Rechercher un logement

Chercher un appartement n’est généralement pas trop compliqué en Australie si on s’en donne les moyens. Si vous vous levez tous les matins assez tôt pour consulter les dernières annonces, que vous appelez immédiatement les propriétaires dès que vous trouvez des annonces intéressantes et que vous visitez les appartements en premier, vous devriez trouver en une semaine ou deux, selon vos exigences.

Pour ce faire, vous pouvez consulter les annonces de logement disponibles sur Internet (Gumtree, Flatmates, Roomgo, Flatshare…), vous balader dans des quartiers et ouvrir l’oeil pour apercevoir les panneaux « for rent ». Pensez aussi aux sections « Annonces » des principaux journaux de votre ville et, éventuellement, aux agences immobilières nationales et régionales (Century 21, Mc Grath, Ray White...).

Vous pouvez également trouver des annonces dans les auberges de jeunesse, sur certains feux tricolores ou dans les centres d’information aux voyageurs. Et, comme pour tout, il est important que vous rencontriez des gens. Ils pourraient bien vous parler d’une place qui se libère dans une colocation avant que l’annonce soit en ligne !

Autre point important de votre recherche de logement : le quartier. Pensez à consulter nos dossiers consacrés aux plus grandes villes australiennes : Sydney, Melbourne, Perth, Brisbane, Cairns, Adelaide, Darwin et Alice Springs pour en savoir plus sur leurs quartiers.

Le logement en Australie, comment ça marche ?

Tout dépend si vous optez pour une location (plus lourde administrativement parlant) ou une colocation. Commençons par le plus simple.

Les priopriétaires de logement vous demandent de payer quelques semaines de loyer d’avance ainsi qu’une caution (« bond » ou « deposit »), qui vous sera rendue à votre départ si vous n’avez causé aucun dégât dans l’appartement. Pour la récupérer, vous devrez remplir une « claim for refund of bond money ».

En emménageant : on vous demande généralement 2 semaines de loyer d’avance et 4 semaines de caution. Cela peut dépendre en fonction du propriétaire ! Source : Diplomatie.gouv.

Le préavis officiel (comme l’explique le gouvernement du New South Wales) que vous devez donner avant de quitter votre logement doit être de 21 jours au moins (sauf si vous avez convenu d’une période plus courte avec le propriétaire) mais sachez qu’il est souvent possible de partir plus tôt, si vous trouvez un autre locataire pour prendre votre place. Si vous vivez dans une ville où il y a beaucoup de backpackers et que votre appartement est bien situé et agréable à vivre, vous n’aurez aucun mal à trouver quelqu’un !

Pour une location, vous devez fournir, en plus de la caution et des semaines de loyer d’avance, quelques documents (rien de compliqué) et des références (que vous n’aurez pas forcément à votre arrivée). Il peut s’agir d’une lettre de votre patron australien ou d’un ancien propriétaire parlant anglais.

Les loyers sont à payer toutes les semaines (voire toutes les deux semaines) et il faut compter entre 120 et 180 $ pour une chambre partagée dans une colocation, entre 200 et 330 $ pour une chambre privée dans une colocation et entre 350 et 600 $ pour une location avec une chambre, selon la ville dans laquelle vous vivez (les loyers des grandes villes sont plus élevés) et le quartier que vous avez choisi. Pour vous faire une idée des loyers pratiqués dans votre ville de destination, vous pouvez également vous rendre sur quelques sites d’annonces de logement (Gumtree notamment) et consulter les offres en cours.

Évaluation de l'article
5/5 (9)