L'assurance WHV : quelques conseils

D’après le site du département d’immigration australien, l’assurance maladie, hospitalisation et invalidité n’est pas obligatoire, mais très fortement conseillée. Cependant, d’après le texte officiel signé par l’Australie (avec la France et le Canada), cette assurance est obligatoire. Pour retrouver le texte de l’accord France-Australie, rendez-vous sur le site Legifrance.

Quoiqu’il en soit, même si les risques de vérification de votre assurance au passage à l’immigration sont minimes, partir sans assurance n’est pas une bonne idée ! Les frais de santé sont très élevés en Australie. Pour une simple consultation, vous pourriez être amené à débourser 200 $. Imaginez alors le prix d’une opération et d’une nuit d’hospitalisation (plusieurs milliers de dollars !). En outre, si vous ne possédez pas d’assurance ou si votre assurance ne prend pas en charge le rapatriement, en cas de besoin, les frais engagés seront à votre charge.

Pour choisir votre assurance, seule la lecture attentive des notices d’assurance vous permettra de choisir celle qui vous correspond le mieux. C’est une étape souvent très fastidieuse : malheureusement, c’est la seule solution pour savoir si vous serez bien couvert !

En outre, si vous ne possédez pas d’assurance ou si votre assurance ne prend pas en charge le rapatriement, les frais engagés en cas de problème seront à votre charge et ils peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Nous avons réalisé un comparatif des plus grandes assurances PVT/WHV. Voici les points les plus importants à vérifier lorsque vous faites votre sélection :

  • Est-ce que l’assurance vous couvre en Australie ?
  • Est-ce qu’elle vous couvre également en cas de séjour hors Australie pendant les 12 mois de votre PVT ?
  • Est-ce qu’elle vous couvre bien pendant 12 mois et est-ce qu’elle est renouvelable si vous faites un 2nd WHV ?
  • Est-ce bien une assurance maladie et hospitalisation et invalidité et rapatriement ?
  • La responsabilité civile est-elle incluse ?
  • Est-ce qu’il y a des franchises ?
  • Est-ce que vous êtes remboursé sur la base tarifaire de l’assurance sociale de votre pays ou à frais réels ?
  • Est-ce que vous êtes remboursé dès le 1er euro ?
  • Quels sont les plafonds de remboursement ?
  • Quelles sont les exclusions de garanties ?

Les plafonds de remboursement

Chaque assurance possède un plafond maximal de remboursement pour les différents actes pris en charge. À titre d’exemple, les frais dentaires sont seront remboursés à raison de XXX euros maximum, idem pour les frais d’hospitalisation. Les frais de santé sont coûteux en Australie, il faut donc faire attention à ce que le plafond ne soit pas trop bas. C’est en tout cas une condition importante à prendre en compte lorsque vous faites votre choix d’assurance !

Le taux de remboursement et les franchises

Le taux de remboursement est également un élément primordial : est-ce qu’il est bien précisé que les soins seront remboursés à 100 % des frais réels ?

Parfois, les assurances remboursent à 100 % des taux de la sécurité sociale française ou de la mutuelle belge, ce qui n’est pas du tout avantageux pour vous puisque les soins seront forcément plus coûteux en Australie qu’en France ou en Belgique. Donc, au final, vous ne serez presque pas remboursé.

Attention aux franchises ! Parfois, votre assurance vous demande de payer une franchise obligatoire pour chaque acte médical. Pour un rendez-vous chez le médecin, si vous en avez pour 60 $, et que la franchise s’élève à 30 euros, faites le calcul, c’est comme si vous étiez remboursé à moins de 50 % !

Parfois, la franchise peut être plus chère que l’acte médical... Préférez une assurance sans franchises.

Pour quelles activités/quels soins n’est-on pas couvert ?

Il faut savoir que les assurances voyage ne couvrent pas tous les soins. Il y a une exclusion de garantie qui est toujours la même, pour toutes les assurances voyage : les conséquences de maladies ou affections antérieures au départ ne seront pas couvertes une fois sur place. Pour les PVTistes français ayant des maladies chroniques, référez-vous au chapitre ci-dessous à propos de la CFE.

De plus, certains sports « à risque » ne sont pas toujours pris en charge. Chez certains assureurs, il vous faudra payer un supplément. Si vous comptez faire de la plongée sous-marine, du quad ou du parachute, ou tout autre sport à risques, vérifiez bien qu’en cas d’accident, vous serez assuré. Si vous pratiquez un sport dans un club, on vous proposera certainement une assurance dans le cadre de votre licence.

Et la responsabilité civile ?

La plupart des assurances voyage couvrent la responsabilité civile. En France, en Belgique et au Canada, la responsabilité civile privée est généralement couverte par votre assurance habitation. Or, en partant en PVT, vous quittez votre logement, donc votre contrat est résilié. Vous risquez ainsi de vous retrouver sans assurance responsabilité civile.

Dans la majorité des cas de figure, votre assurance voyage sera votre seule garantie de responsabilité civile, il est donc extrêmement important que votre choix se porte sur une offre qui vous protège sur cet aspect également.

Quand et comment souscrire à une assurance ?

L’assurance doit absolument être souscrite avant que vous ne quittiez le territoire français, belge ou canadien (même si vous ne commencez pas votre PVT tout de suite et faites du tourisme ailleurs). Si vous ne comptez pas prendre la totalité de votre assurance d’un seul coup et que vous souhaitez la renouveler par la suite, faites bien attention à ce que les contrats soient continus et qu’il n’y ait pas un seul jour sans assurance, c’est primordial. Si ce n’est pas le cas, vous serez exclu des garanties, et ne serez donc pas couvert.

La plupart des assurances peuvent être souscrites en ligne, via des formulaires informatiques, avec paiement sécurisé par carte bancaire. Vous recevez ensuite votre contrat par courrier électronique. Vous pouvez également souscrire votre assurance par courrier en payant par chèque.

Combien ça coûte ?

Pour commencer, ce n’est pas parce que le tarif d’une assurance est plus élevé qu’elle vous offre de meilleures garanties ! Le prix d’une assurance PVT varie généralement entre 30 et 100 euros par mois. Il faut éplucher les notices et les offres de tous les assureurs susceptibles d’être intéressants.

Le plus important, c’est de choisir une assurance qui convienne à vos besoins. De la même manière que vous prévoyez un budget billet d’avion, un budget logement et un budget nourriture, vous devez prévoir un budget assurance. Attention aux assurances de cartes bancaires ! Certaines cartes de crédit (Mastercard, Visa Premier, Visa Gold, pour ne citer qu’elles) incluent une assurance. Cependant, il faut bien vérifier les clauses de votre contrat car certaines assurances ne fonctionnent pas si votre séjour à l’étranger dépasse 90 jours (parfois, c’est 180 jours).

Dans ce cas, l’assurance de votre carte bancaire ne sera valable que si vous décidez de faire un PVT de trois mois. En revanche, elle ne le sera pas si vous décidez de faire un PVT plus long : les trois premiers mois de votre séjour ne seront pas assurés par votre carte de crédit.

Si votre assurance de carte de crédit fonctionne (c’est-à-dire, si vous avez le droit d’être couvert pendant les trois premiers mois même en restant à l’étranger pour une durée supérieure), il est tout de même important de souscrire à une autre assurance avant la fin de la période couverte par votre carte de crédit.

De plus, pour que votre assurance de carte bancaire soit valide, vous devez l’avoir utilisée pour payer votre billet d’avion.
Il faut également faire attention aux plafonds fixés par votre assurance de carte bancaire, et vérifier qu’il s’agit bien d’une assurance maladie, hospitalisation et invalidité.

La Caisse des Français de l’Étranger (pour les Français)

La Caisse des Français de l’Étranger (CFE) permet aux Français qui partent à l’étranger de bénéficier d’une couverture maladie identique à celle de la sécurité sociale. Cela veut dire que vos frais médicaux habituels seront remboursés, mais à hauteur des tarifs français. De plus, souscrire à la CFE permet de garder ses droits à la sécurité sociale française ouverts.

L’adhésion à la CFE coûte 100 euros par trimestre environ. À vous de voir si vous souhaitez y souscrire pour compléter votre assurance PVT.

La CFE s’avère particulièrement utile pour les PVTistes souffrant de maladies chroniques ou de longue durée et qui ont à suivre des traitements médicaux particuliers qui ne seront pas pris en charge par une assurance voyage, puisque antérieurs au départ. Souscrire à la CFE ne dispense pas de souscrire à une assurance maladie/hospitalisation/rapatriement : en effet, la CFE n’est qu’une assurance maladie limitée.

Certaines assurances privées vous proposent une formule de remboursement en complément de la CFE, mais il est en réalité possible de s’inscrire à la CFE et, en complément, de souscrire à n’importe quelle assurance.

D’une part, posez-vous la question de savoir si vous souhaitez adhérer à la CFE et d’autre part, celle de savoir quelle assurance voyage vous souhaitez prendre : il s’agit là de deux démarches de réflexion indépendantes.

Depuis plus de 10 ans, nous conseillons l’assurance Globe PVT (anciennement Globe Partner) : elle vous offre un excellent rapport qualité-prix et une assistance de qualité.

  • Maladies diverses : angine, grippe... ✓
  • Hospitalisation ✓
  • Rapatriement ✓
  • Plongée et surf (entre autres sports*)... ✓
  • Remboursement des mois restants en cas de retour anticipé et définitif ✓

* Vérifiez les sports exclus des garanties.

Vous bénéficiez également de l’assistance de Sandra et de Sharone sur notre forum avant, pendant et après votre séjour.

À noter que l'assurance Globe PVT vous couvre pour une durée maximale d'un an mais si vous restez en Australie avec un 2nd Working Holiday Visa, contactez simplement Sharone pour renouveler votre contrat pour une année supplémentaire.

Évaluations des membres

5/5 (9)