LA CULTURE ET LA SOCIÉTÉ AUSTRALIENNES

La nourriture

Force est de constater que la gastronomie australienne n’existe pas vraiment. Les traditions culinaires australiennes ne sont pas nombreuses et la cuisine de là-bas est plutôt une « fusion » des cuisines européennes et asiatiques. Vous trouverez sans aucun doute de très bons restaurants, mais il n’y a pas réellement de nourriture typique. La population asiatique étant extrêmement présente en Australie, vous trouverez de très bonnes spécialités japonaises, coréennes et taïwanaises.

Quand on parle de « bouffe » australienne, on pense souvent à la Vegemite, une pâte à tartiner à base de levure de bière, très salée ! La Vegemite a été créée pour remplacer son équivalent britannique, la Marmite, en pénurie pendant la deuxième guerre mondiale. Beaucoup de PVTistes détestent la Vegemite, soit parce qu’ils trouvent son goût trop fort, soit parce qu’ils la tartinent en trop grande quantité. Les Australiens tartinent du pain avec du beurre et une très fine couche de Vegemite et ils adorent ça !

Les Australiens sont aussi friands des Tim Tam, des petits biscuits enrobés de chocolat. Le pavlova est une des rares spécialités locales sauf que… sa paternité est disputée par la Nouvelle-Zélande ! Le pavlova est un gâteau meringué agrémenté de coulis de fruits rouges. Il est traditionnellement servi pendant les repas de fête. Pour voir à quoi ressemble ce gâteau et pour en connaître la recette, consultez notre article On a testé le Christmas pavlova australien et néo-zélandais.

Les backpackers parlent souvent du goon, un vin australien qui est généralement… très mauvais, mais c’est une vraie institution locale ! C’est effectivement le seul alcool que l’on peut trouver à bon prix, en « cubi ». Le goon est très efficace pour s’enivrer, mais il faut tout de même éviter de le servir si vous souhaitez accompagner votre dîner romantique de vin. Sur les étiquettes de goon, on voit souvent cette mention : « Produced with the aid of milk, egg, nut and fish products and traces may remain. Sugar added. ». Bon appétit ! En plus du goon, la bière est LA boisson nationale ! Le site The Australian propose d’ailleurs un classement des 20 meilleures bières australiennes.

L’attitude des Australiens

Il est difficile de dresser un portrait général des Australiens, puisque comme chacun le sait, toute généralité n’est pas bonne à prendre.
Cependant, il n’y a malheureusement qu’avec des généralités que l’on peut vous décrire, au moins un petit peu, la façon de vivre des Australiens. Cela vous évitera peut-être de commettre quelques impairs…

Les Australiens sont réputés pour être extrêmement accueillants, et d’un premier abord très amicaux. Cependant, comme dans toutes les sociétés anglo-saxonnes, les relations amicales peuvent paraître superficielles et il est souvent difficile de se lier d’amitié avec un Australien.

Votre nouvelle connaissance est très enthousiaste à l’idée de participer à cette soirée que vous proposez, mais elle ne vous rappelle pas, on vous dit « that’s a great idea !! » mais votre proposition ne voit jamais la lumière du jour… C’est une manière de fonctionner courante, ici.

N’oubliez pas non plus que vous êtes un immigrant temporaire. Les Australiens savent pertinemment que votre temps en Australie est compté. Dans ce cas, il est difficile pour eux de s’investir dans une relation d’amitié qui ne sera pas forcément durable, ou dont la logistique pourra vite devenir compliquée.

Quand vous arrivez en Australie, les Australiens ont déjà leur vie ! Ils ne vous attendent pas et ne sont pas forcément prêts à s’engager.
Heureusement, de nombreuses exceptions confirment la règle, comme Juliette, qui a rencontré son conjoint en Australie pendant son PVT et dont vous pouvez consulter l’interview : Juliette, amoureuse de Melbourne (et pas que !).

Il n’y a toutefois pas de règle préétablie gravée dans le marbre, et chacun aura une expérience différente.

Au travail, les Australiens sont plutôt « cool ». Certains PVTistes iront jusqu’à dire qu’ils sont nonchalants et peu impliqués dans l’entreprise, d’autres apprécieront plutôt cette façon d’envisager les choses.

L’expression australienne consacrée est « No worries » (que l’on peut traduire par « t’inquiète » ou « t’en fais pas »). Une expression caricaturale, peut-être, mais pourtant bien représentative de la vie en Australie !

L’anglais parlé en Australie

Plusieurs sites proposent des petits dictionnaires du parler australian (« slang »), dont Koalanet.
L’accent australien est plus proche de l’accent anglais que de l’accent américain (en toute logique !), et pour une oreille peu habituée, il n’est pas si facile que ça de le décoder !

Il peut être déroutant au début, mais vous vous habituerez vite !

Les Australiens ont tendance à raccourcir les mots : kangaroo devient « roo », orange juice « OJ », sunglasses « sunnies », mosquitoes « mozzies »... Si vous voulez vous familiariser avec le parler australien, consultez cette vidéo amusante réalisée par deux Australiens.
Les membres du forum ont recensé une petite liste de films et de séries à regarder avant de partir, pour vous familiariser avec l’accent : Séries et films australiens.

La nature australienne et les animaux

Si vous avez choisi l’Australie, c’est aussi pour profiter à fond du « V » du PVT. Quand on pense à l’Australie, on pense immédiatement à l’Outback, aux déserts rouges, aux plages de sable fin, aux forêts d’eucalyptus… Ainsi qu’à tous leurs habitants iconiques : koalas et kangourous, et dans un genre différent : araignées, serpents, crocodiles, requins…

Certains PVTistes s’inquiètent de la profusion d’animaux dangereux (on vous présente les 10 animaux les plus dangereux d’Australie !), et même si le risque existe, surtout en campant dans le désert ou en faisant du fruit picking, les gros problèmes restent rares. Vous êtes généralement beaucoup plus gênés par les moustiques et les mouches (notamment les black flies), qui ne vous laissent pas une seconde de répit.

Il convient tout de même de bien lire les panneaux en arrivant près d’une rivière, d’un lac ou d’une plage car le risque existe, surtout dans la moitié nord du pays (par exemple : Crocodiles inhabit this area).

Pour observer les animaux australiens dans leur habitat naturel, les parcs nationaux ou les réserves fauniques (wildlife sanctuaries) sont les lieux idéaux. L’ Australie offre tellement d’opportunités de voir ses animaux endémiques que l’on peut même en croiser au détour d’une balade sur une plage, sans s’y attendre…

Vous croiserez beaucoup plus facilement des kangourous que n’importe quel autre animal australien. Pas étonnant, puisqu’en Australie, il y a plus de kangourous que d’habitants !

Les coutumes et habitudes
Les Australiens sont très sportifs et tournés vers les sports extérieurs : le cliché de l’Australien bronzé, qui surfe après le boulot n’est pas un mythe ! D’ailleurs, il faut espérer que vous aimiez la viande grillée (ou les légumes grillés, pour les végétariens !) car imaginer une réunion de famille ou entre amis dans un jardin sans barbecue, ne serait certainement pas australien. Le « barbie » (diminutif de barbecue) est une religion, et un prétexte idéal pour se réunir, en Australie. Énormément de plages en sont même équipées.

Plus de 80 % des Australiens vivent à moins de 50 km d’une côte, et très souvent, d’une plage. Il faut dire que l’Australie compte 7 000 plages identifiées (car il y en a encore plus si l’on compte les plages vraiment sauvages !). Le culte de la plage, ou le « beach lifestyle » tient une place très importante en Australie. C’est là que se jouent beaucoup d’interactions sociales (avec, comme vous l’avez compris, souvent un barbecue à proximité !).

Les plages défilent mais ne se ressemblent pas, de la célébrissime Bondi Beach à Sydney à la moins connue Mission Beach, dans le Queensland, pourtant bordée par une végétation tropicale. Quoiqu’il en soit, vous trouverez certainement plage à votre pied. Un week-end australien classique : conduire sur la plage avec son 4x4, s’installer pour la journée (grande tente, chaises de camping, barbecue, et surtout, glacière pleine de bières, le tout en pêchant).

La place des Aborigènes
La question des Aborigènes est toujours extrêmement sensible en Australie. Le passé est tellement lourd qu’il est difficile de l’appréhender pleinement, en tant que nouvel arrivant. Difficile, dans ce cas, de présenter une histoire neutre du peuplement australien.

Par Aborigènes, on entend la totalité des 500 peuples natifs d’Australie. Vous n’allez que rarement rencontrer des populations autochtones dans les grandes villes comme Sydney ou Melbourne. Les Aborigènes sont relativement mal intégrés à la société australienne et même à Alice Springs, où ils sont très nombreux, il est rare de les voir occuper un emploi en ville.

Les Aborigènes sont souvent « ghettoïsés » dans des quartiers pauvres, et restent relativement mal considérés par le reste de la population australienne, qui les accuse généralement de vivre grâce aux aides sociales, d’être fainéants et alcooliques (le taux d’alcoolisme est effectivement très élevé dans la population autochtone, tout comme elle peut l’être, par analogie, chez les autochtones des États-Unis). Bien sûr, ces idées expriment souvent un racisme sous-jacent, hérité de la colonisation du continent.

Le premier ministre Kevin Rudd s’est officiellement excusé en 2008, devant le Parlement, au nom du peuple australien, des crimes commis par le passé envers la population aborigène, notamment du kidnapping des enfants aborigènes (la génération volée du détroit de Torres), du vol des salaires (« stolen wages »), etc. C’était un jour fort et hautement symbolique puisque à ce jour, l’Australie est le premier pays à s’excuser auprès de ses populations natives.

Plusieurs départements dédiés aux affaires aborigènes ont été créés, dans chaque État, afin de répondre au mieux aux besoins de la population aborigène australienne. Vous pourrez découvrir la culture aborigène en de nombreux lieux, notamment en visitant Uluru, le rocher sacré des Aborigènes (qu’il est conseillé de ne pas gravir, par respect). Vous pourrez également observer de nombreuses peintures rupestres dans le parc national de Kakadu. Afin de découvrir en profondeur la culture aborigène, vous pouvez trouver la liste des participants au programme « The Indigenous Tourism Program » créé par l’office de tourisme Tourism Australia. Ce programme est national, et vous pourrez consulter des adresses de logement, de tours organisés, de restaurants, de galeries d’art ou de parcs nationaux, tous ayant pour point commun d’être au plus près de la culture aborigène. Plus d’informations : Tourism Australia.

Les fêtes et festivals

Australia Day, dans tout le pays

Le 26 janvier, c’est le jour de la fête nationale australienne. Feux d’artifice et célébrations sont de mise dans tout le pays. Cependant, cette date commémorant le jour d’arrivée des premiers colons est plutôt synonyme de controverse pour les Aborigènes. Pour eux, c’est « le jour de la survie ».

Le 31 décembre à Sydney

Impossible de manquer le feu d’artifice grandiose, tiré derrière l’opéra de Sydney le soir du réveillon ! Connu dans le monde entier, c’est aussi l’un des symboles australiens les plus forts.

Boorowa Irish Woolfest

Si l’Europe vous manque, direction la petite commune de Boorowa, dans le New South Wales. Il s’agit tout simplement d’un festival qui célèbre les racines irlandaises de bon nombre d’habitants de la ville : musique irlandaise, bière, et moutons seront au rendez-vous.

Mardi Grass

Le village hippie de Nimbin, particulièrement calme le reste de l’année, est envahi, le temps d’un week-end, par des milliers d’Australiens, de voyageurs, de PVTistes et d’étudiants pour le célèbre festival de Mardi Grass.
S’y retrouvent amateurs de cannabis, fêtards et simples curieux. Eh oui ! Pas besoin de fumer pour passer un excellent week-end à Nimbin ! Le village en lui-même est plutôt sympa à découvrir et l’ambiance qui y règne pendant le festival ne peut que séduire.

The Camel Cup à Alice Springs

Une course de chameaux en Australie, oui oui, vous avez bien lu ! La course a généralement lieu en juillet et est pour le moins insolite !

The Lions Beer Can Regatta à Darwin

Un concours assez peu commun a lieu chaque année : il s’agit de construire des embarcations de fortune en canettes de bière usagées !
Tout un tas d’activités sont organisées, et les bénéfices sont reversés à une association caritative. Une fête relax et sympa !

Les soucis et difficultés des PVTistes en Australie
Depuis quelques années, des problèmes avec les backpackers sont régulièrement au coeur de l’actualité en Australie. Les PVTistes français sont tout particulièrement montrés du doigt même si heureusement, la très grande majorité d’entre eux se comportent très bien. Des PVTistes d’autres pays se font également remarquer pour leur incivisme.

L’expression « french shopping », apparue en Australie il y a quelques années, définit plutôt bien ce dont il s’agit : beaucoup de backpackers viennent avec de faibles économies et se retrouvent vite dans une situation financière délicate… Le french shopping est tout simplement du vol à l’étalage !

Devant la propagation du french shopping, M. Eric Berti, consul de France à Sydney a condamné cette pratique en appelant ses concitoyens à la vigilance et au respect des lois locales. Son homologue irlandais a publié un article reprenant les mêmes conseils destinés aux PVTistes irlandais : Le PVT : qui a parlé d’Eldorado ?

Partir à l’autre bout du monde ne veut pas dire abandonner toute forme de civisme et de respect. Nous ne voulons pas vous faire la morale car vous savez tous que voler, ce n’est pas bien. Cependant, pensez aux conséquences que cela peut avoir pour les PVTistes qui vous suivront : certains PVTistes nous ont déjà signalé la difficulté accrue de trouver un travail de fruit picker en tant que Français, la réputation de backpackers malhonnêtes vous aura précédée…

Malheureusement, il n’est pas plus normal, ni légal, ni moins condamnable de la part d’un employeur de pratiquer une discrimination en fonction des nationalités… Pour autant, inutile de s’adonner au « french bashing », vous rencontrerez malheureusement des backpackers inciviques provenant des quatre coins du monde et vous croiserez sans aucun doute sur votre route des Français qui valent la peine d’être connus.

On ne le répètera jamais assez, l’Australie est un pays où la vie est chère. Ca peut être parfois difficile... d’y trouver un endroit où fruit picker, alors qu’il y a quelques années encore, l’Australie se révélait vraiment être une aubaine (sans parler d’Eldorado, la vie y était plus facile qu’aujourd’hui pour les backpackers).

Le meilleur moyen d’éviter ces déconvenues, c’est d’arriver en Australie avec le plus d’économies possible. Le gouvernement australien vous conseille d’arriver avec 5 000 $, et vous en aurez grandement besoin !

Dans une lettre adressée au consul sus-mentionné, Lucie, une PVTiste française en Australie, témoigne des difficultés qu’elle a pu rencontrer en cherchant une ferme pour la cueillette. Elle y dénonce également le « business des backpackers ». Retrouvez l’intégralité de la lettre dans cet article : Les difficultés d’une PVTiste en Australie, dialogue avec le consul.

« Il semblerait (j’insiste sur le conditionnel) que le moyen le plus sûr de décrocher un petit boulot d’une durée intéressante soit de s’installer dans une auberge de jeunesse spécialisée dans la mise à disposition d’ouvriers agricoles. Je n’ai pas expérimenté ce système mais j’en ai pris connaissance par différents biais. En logeant dans ces auberges, les backpackers se tiennent disponibles pour tout besoin de main-d’oeuvre. Ils sont sûrs de payer leurs loyers en avance mais ils ne savent pas quand le travail débutera ni même s’il débutera. Ils doivent accepter de rester au même endroit pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. » - Extrait du blog de Lucie.

Nous parlons de ce « business » des backpackers dans la partie « Travail » de ce guide.

Évaluation de l'article
5/5 (9)